Qu’est-ce que l’économie des conventions ?

L’économie des conventions est un courant de pensée apparu en France au milieu des années 1980, sous l’impulsion d’économistes (dont beaucoup travaillaient à l’Insee et réfléchissaient aux conventions statistiques sur lesquelles reposent quantification et évaluation) et de sociologues (questionnant la capacité des acteurs à juger ce qui vaut ou ne vaut pas, ce qui est équivalent).

Les conventions correspondent à des représentations collectives, des références partagées qui résolvent des problèmes de coordination en environnement incertain. Ces représentations sont conventionnelles au sens où il s’agit d’une solution parmi plusieurs envisageables et qu’elles peuvent toujours être remises en cause. L’analyse conventionnaliste est donc nécessairement dynamique.

L’objectif n’est « pas tant d’offrir une théorie meilleure que de rouvrir le langage de la théorie économique » qui accorde trop de poids à la rationalité et pas assez aux institutions, comme l’indique Olivier Favereau, l’un des principaux fondateurs et animateurs de l’Économie des conventions. Cette conception des conventions est présente dans les travaux de Keynes qui l’emploie pour désigner ce qui guide les anticipations et interprétations des opérateurs sur les marchés financiers. Mais il y a bien d’autres domaines où il y a de l’incertitude et un besoin de conventions pour y faire face : l’activité de production (conventions de qualité des biens et modèles d’entreprise), le recrutement, le système de santé, etc.

Quelques références