Defining health standards through economic optimisation: The example of colostrum management in beef and dairy production

Didier Raboisson, Pauline Trillat, Marie Dervillé, Célia Cahuzac & Elise Maigné (2018)

PLoS ONE, 13(5): e0196377. Open Access

Abstract. There is extensive literature addressing acceptable practices of colostrum distribution to new-born calves; however, no economic analyses are available concerning the profitability of this practice. Moreover, the health standards associated with colostrum management have been defined through the observation of reference farms without explicit reference to economic assessments. The objective of the current study was to evaluate the profitability of farm colostrum management and to define the optimal economic situations for given livestock systems and farm situations. The herd-level net value was calculated using the value of calf products, the cost of passive transfer failure and the cost of prevention. This value was determined for various beef and dairy scenarios and the various time periods spent managing colostrum. The maximal net values defined the optimal economic situations and enabled the determination of the optimal times for colostrum management and respective health standards (i.e., the prevalence of disorders at optimum). The results showed that the optimal time farmers should spend on colostrum management is approximately 15 min per calf. Furthermore, farmers should err on the side of spending too much time (> 15 min) on colostrum management rather than not enough, unless the cost of labour is high. This is all the more true that potential long term consequences of passive transfer failure on milk yields were not accounted for here due to scarcity of data, leading to consider this time threshold (15 min) as a minimal recommendation. This potential underestimation may arise from the greater nutrient content and bioactive compounds identified in colostrum although the passive immune transfer is here defined through immunoglobulins only. The present results show that for small farms that cannot hire colostrum managers, this work can be performed by the farmer after subcontracting other tasks. Moreover, the method proposed here—the definition of health standards through economic optimisation—is a promising approach to analysing health conventions in the cattle industry.

Link to the article

Relationale Soziologie – Theoretische und methodologische Positionierungen zwischen Strukturalismus und Pragmatismus [Relational sociology: Theoretical and methodological placements between structuralism and pragmatism]

Rainer Diaz-Bone (2018)

Berliner Journal für Soziologie, Online first.

Abstract. Nowadays, relational sociology is represented by sociological approaches from the US and from France. These approaches share the aim of recombining the two “mega-paradigms” in the social sciences, structuralism and pragmatism. Relational sociology is thereby conceived as a project integrating the analysis of different forms of social practices and structures. The article aims to identify the specific properties of relational sociology beyond this common basis. Starting with the “New York school of relational sociology”, it is shown that this school can on the one side be regarded as a contemporary approach of relational sociology, having introduced innovative contributions, but also shows deficient developments on the other side. Thereupon “actor-network theory” and “economics of convention” in particular are presented as examples of the “new pragmatic sociologies” in France, which can also be regarded as modern versions of relational sociology. After characterizing and comparing these three versions of relational sociology, their metatheoretical and particularly methodological commonalities are presented. Finally, the article tries to define positively what constitutes relational sociology.

Keywords: Relational Sociology, Structuralism, Pragmatism, Actor-network theory, Economics of convention, Harrison C. White, Bruno Latour

Link to the review

Free movement of people and capital and the standard of transnational academic mobility: Principles of governance in the European Research Area

Regula Julia Leemann  (2018)

European Educational Research Journal,  Online First

Abstract. The project of establishing a European community since World War II has been further advanced by adding – besides the four freedoms of free movement of goods, persons, services and capital – a fifth freedom – the free circulation of researchers, knowledge and technology – that intends to promote community building at the level of higher education and research and by creating of a European Research Area (ERA). Based on a study of academic careers of postdocs in Switzerland and secondary data, the paper aims to analyse the key governing principles implied in the standard of transnational academic mobility of ‘human capital’ as well as the experiences of individual researchers in coordinating their interests and lives in this context.
We refer to the theoretical framework of the economics of conventions and regimes of engagements by Boltanski and Thévenot. We show that the policies, values and norms of the ERA and the standard of geographic mobility are, at their core, based on four conventions – industry, market, project and fame. This arrangement forces researchers to establish themselves as academic self-entrepreneurs in the knowledge market. In consequence, the mobility requirement of the ERA governance regime makes it difficult for individuals to engage in an individual plan, in familiarity and in exploration.

Keywords: Academic mobility, geographic mobility, European Research Area, economics of convention, regimes of engagements, governance

Link to the article

 

Performance targets as negotiated devices – accounting management in French job centres

Jean-Marie PIllon  (2018)

In: Sowa, Frank/Staples, Ronald/Zapfel Stefan (eds.), The Transformation of Work in Welfare State Organizations – New Public Management and the Institutional Diffusion of Ideas, Chap. 8.

« This chapter sheds light on the relation between job counsellors, management accountants and managers at Pole Emploi (the French job centre). Thereby, I would like to define the contemporary government of unemployment in France. The central question of this chapter is: how do management accountants rationalise and « frame » (Callon, 1998) counsellors’ work ro solve the so-called efficiency problem of the state in reducing mass unemployment? Our research question derives from other field works addressing the contemporary transformations of the state. According to such literature, New Public Management accualises the long-lasting dynamics of racionalisacion in public bureaucracies – revealed by M. Weber (Hood, 1995; Bezes & Musselin, 2015). Public organizations embraced an evidence-based steering and an objective measurement of their performance (Desrosières, 2003a). »

Link to the book

Marketing without moralising: Service orientation and employer relations in the Swiss disability insurance

Eva Nadai (2018)

In: Sowa, Frank/Staples, Ronald/Zapfel Stefan (eds.), The Transformation of Work in Welfare State Organizations – New Public Management and the Institutional Diffusion of Ideas, Chap. 8.

« As I will show, in the context of the currently pervasive conflation of market and society (Crouch, 2011; Shamir, 2008), disability insurance packages a normative issue in market terms. Below this surface of market imagery. I contend, however, that disability insurance must make use of less obviously economic rationales and strategics, because market logic alone is inadequate to mobilise employers. These seemingly ‘non-economic’ justifications can best be understood within the theoretical framework of the Economics of Convention (EC). »

Link to the book

Methods of engagement: On civic participation formats as composition devices in urban planning

Marie Leth Meilvang, Hjalmar Bang Carlsen & Anders Blok (2018)

European Journal of Cultural and Political Sociology, 5:1-2, 12-41

Abstract. This article evaluates and develops the contribution of pragmatic sociology to the study of urban life and politics, by way of analysing recent shifts in the cultural-political forms of civic participation in formal urban planning. In doing so, it seeks to stage a critical test of the diagnosis of a ‘certified’, (neo-)liberal city that has recently emerged from work with Laurent Thévenot’s sociology of engagements and commonalities. Drawing on extensive empirical materials on the methods and formats of civic participation in contemporary Danish urban planning, we identify three dominant civic participation formats: the hearing, the dialogue meeting, and the workshop. These formats, we argue, work as composition devices that stabilise certain figures of the urban (quasi-)’citizen’, endowed with circumscribed possibilities for political engagement. Rather than a monolithic process of ‘certification’, we conclude, recent years have witnessed a partial and contested translation of the urban citizen into more manageable, liberal shapes.

Keywords: Pragmatic sociologyengagementsurban planningcivic participationcomposition
devices

Économie des conventions au service de la science sociale générale ?

Olivier Favereau (2018)

Chap.IV in : Alain CAILLÉ, Philippe CHANIAL, Stéphane DUFOIX et Frédéric VANDENBERGUE (dir.), Des Sciences sociales à la science sociale : fondements utilitaristes, Bibliothèque du Mauss, Colloque de Cerisy, Editions Le Bord de l’Eau, Lormont, pp.83-93

Extrait : « Alain Caillé s’est fait l’avocat infatigable de la nécessité d’une science sociale générale qui serait une science généraliste de la société, au-delà des différences légitimes entre les différentes sciences sociales spécialisées. Il en a tiré des conclusions sévères sur l’état actuel de la sociologie, qui se serait résignée à n’être plus qu’une science spécialisée, renonçant à l’ambition initiale de la sociologie classique. En tant qu’économiste, si je ne suis pas en mesure de me prononcer directement sur cette thèse, je puis en revanche le faire indirectement (et partiellement) à travers trois de ses spécifications. L’une est une supposition, la suivante une interrogation, et la troisième une constatation :

  • « Posons donc que dans chacune des disciplines qui forment les sciences humaines et/ou sociales il existe deux versants : un versant spécialisé, fermé sur lui-même, et un versant généraliste, ouvert au dialogisme interdisciplinaire » Cela introduit la question du (ou des) mécanisme(s) de production d’un « commun » entre les différentes Sciences Humaines et/ou Sociales (2015, chap.1, § 1).
  • « Comment et sur quelles bases définir en science (et en philosophie) sociale un paradigme alternatif à celui de l’homo economicus, qui est à la racine de la science économique et qui concourt à l’omni-marchandisation du monde en la légitimant à l’avance ? ». On connait la réponse d’Alain Caillé : le point de départ est l’anti-utilitarisme, mais vu comme une doctrine positive, dont le noyau le plus fondamental serait l’essai sur le don de Marcel Mauss (ibid., § 2).
  • « (…) La grande ligne de partage (…) au sein de la science sociale générale sépare l’économie politique d’une part et la sociologie (et l’anthropologie et la philosophie et l’Histoire etc.) de l’autre. » La 1ère privilégie la valeur relative des biens, la seconde celle des groupes ou des personnes (ibid., § 3). »

L’ouvrage : Au moment où la querelle fait rage entre les sociologues en France, comme il y a un an entre les économistes, il est urgent de rappeler que le mot « sociologie » a longtemps servi à désigner la science sociale en général (économie et philosophie politiques incluses, aussi bien que l’anthropologie, l’histoire ou la géographie) et qu’elle est une chose trop importante pour la confier aux seuls sociologues. Elle est l’affaire de tous les social scientists. À côté des sciences sociales spécialisées, c’est une science sociale généraliste, seule à même de penser le monde dans toute sa complexité, qu’il nous faut maintenant faire advenir et instituer. Une science sociale qu’il est urgent, également, de fonder une bonne fois sur des bases non-utilitaristes et dans une ouverture résolue à toutes les sociologies et à toutes les sciences sociales  du monde entier, et pas seulement à celles qui viennent de l’occident. Replacées dans ce cadre plus général, la plupart des querelles de chapelles se résolvent d’elles-mêmes. Pour le plus grand bien d’un désir partagé de connaître. Qu’un tel objectif soit accessible, c‘est ce dont témoignent la variété et la qualité des auteurs ici réunis, anthropologues, économistes, géographes, historiens, philosophes ou sociologues.

Avec des contributions de : Jeffrey Alexander, Romain Bertrand, Robert Boyer, Sergio Costà, François Dubet, Olivier Favereau, Francesco Fistetti, Christian Grataloup, François Hartog,  Nathalie Heinich, Marcel Hénaff, Philippe d’Iribarne, Thomas Lindemann,  Danilo Martuccelli, André Orléan,  Elena Pulcini, Ann Rawls, Marshall Sahlins, Ilana Silber, Lucien Scubla,  Michel Wieviorka.

Lien vers l’éditeur

Enjeux socio-écologiques des mutations du capitalisme contemporain: quels apports de l’économie des conventions?

Journées d’étude organisées par Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille), Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille), Richard Sobel (Clersé, Université de Lille), Philippe Batifoulier (CEPN, Paris 13), Nicolas Da Silva (CEPN, Paris 13) et Ariane Ghirardello (CEPN, Paris 13)

Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018
Université de Lille – Faculté des Sciences économiques et sociales – Salle des conférences

Alliant développements théoriques autour de l’élargissement des capacités cognitives et éthiques des acteurs économiques d’une part et méso-analyses des marchés et des organisations économiques des sociétés capitalistes d’autre part , le programme de recherche de l’économie des conventions a essaimé dans les autres courants hétérodoxes, au risque de perdre en visibilité. Pour autant, depuis quelques années, on sent poindre en différents lieux toute une série de travaux réaffirmant un renouveau de l’économie des conventions en tant qu’elle entend contribuer explicitement à l’analyse des mutations actuelles du capitalisme.

Le but de ces journées est double : (1) faire le point sur ce renouveau (avec un éclairage particulier sur le plan théorique et méthodologique), c’est-à-dire faire le point sur les nouveaux chantiers de l’école des conventions, notamment : la « grande déformation » de l’entreprise dans le capitalisme dominé par la finance, les nouvelles logiques de marchandisation du social et de la santé, la critique écologique du capitalisme, la critique des logiques managériales des Etats néolibéraux. (2) Examiner pour chacun de ces chantiers les liens qu’entretient l’analyse conventionnalistes avec les autres types d’analyses hétérodoxes, explorant ainsi les nouvelles alliances pouvant renforcer la constitution d’une vaste économie politique institutionnaliste française.

Programme provisoire

Jeudi 7 juin

9H30-10h30 : Accueil des participants et introduction des journées par les organisateurs : Guillemette de Larquier, Nicolas Postel, Richard Sobel (Clersé, Université de Lille) et Philippe Batifoulier, Nicolas Da Silva, Ariane Ghirardello (CEPN, Université de Paris 13)

10h30 – 12h30 : Premier atelier : Economie sociale et solidaire. (Présidence : Delphine Remillon (INED))
Sylvain Vatan (Triangle, Université Lumière Lyon-2) : « La marchandisation comme glissement de convention de valorisation »
Nathalie Magne (Université de Montpellier 3) : « Quand une entreprise classique devient une coopérative : quels processus de construction de la légitimité ? »
Philippe Semenowicz (Université Paris-Est Créteil) : « Les dilemmes de l’insertion par l’activité économique : à la recherche du meilleur compromis »
Daniel Urrutiaguer (Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2) : « L’économie solidaire dans les mondes du théâtre »

14h00 – 15h15 : Deuxième atelier : Développement, développement durable, environnement.
Leslie Carnoye (Ethics, FUPL) : « La critique écologiste du capitalisme, quelles perspectives pour une analyse conventionnaliste de l’environnement ? »
Gaël Plumecocq (INRA, AGIR) : « Théorie de la valeur et environnement : perspectives à partir de la socio-économie écologique ». 

15h15 – 16h30 : Troisième atelier : Capitalisme et valeurs
Christian Bessy (IDHES ENS-Cachan) : « EC et transformations du capitalisme »
Florence Jany-Catrice (Clersé, Université de Lille) : « Indice des prix et conventions de valeur »

17h00 – 19h00 : Table-ronde : Autour du Dictionnaire des conventions : Est-ce que la forme dictionnaire peut faire paradigme ou pas ? Autour d’Olivier Favereau (Université Paris Nanterre) et Rainer Diaz-Bone (Université de Lucerne) auteur de l’ouvrage Die „Economie des conventions” (Présidence : Philippe Batifoulier (CEPN, Université de Paris 13))

Vendredi 8 juin

9h00-10h15 : Quatrième atelier : Droit et pratiques économiques. (Présidence : Rouslan Koumakhov (NEOMA Business School))
Camille Chaserant (CES, Université Paris I) et Sophie Harnay (BETA, Université de Lorraine) : « Déréglementation de la profession d’avocat et pluralité des logiques sur le marché des services juridiques : quelle place pour la déontologie professionnelle ? »
Franck Bessis (Triangle, Université Lumière Lyon-2) : « Ce que la théorisation ancrée fait aux conventions : retour sur la typologie des cabinets d’avocats »

10h45 -12h15 : Cinquième atelier : Etat social et conventions. (Présidence : Arnaud Le Marchand (Université du Havre))
Anaïs Henneguelle (IDHES ENS-Cachan) : « Comment comprendre le jugement pénal ? L’apport de l’économie des conventions »
Nicolas Da Silva (CEPN, Université de Paris 13) et Victor Duchesne (CEPN, Université de Paris 13) : « L’histoire conflictuelle de la sécurité sociale. Une approche en termes de conventions »
Amandine Rauly (REGARDS, Université de Reims Champagne Ardenne) : « Du rôle de l’action publique dans l’échec de la stratégie nationale de télémédecine »

14h00-16h00 : Table-ronde : Quel avenir pour l’école des conventions ? avec Thomas Larche (Ladyss, Université de Paris7), André Orléan  (CNRS) et Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille) (Présidence : Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille) )

Inscription gratuite mais obligatoire.
Contact :
sophie.goyat@univ-lille1.fr

Die ‘Economie des conventions’. Grundlagen und Entwicklungen der neuen französischen Wirtschaftssoziologie – 2nd Edition

Rainer Diaz-Bone (2018)

Springer VS, Part of the Soziologie der Konventionen book series (SOZKON)

Introduction. Die Economie des conventions (EC) stellt einen zentralen Teil der neuen pragmatischen Sozialwissenschaften sowie einen komplexen pragmatischen Institutionalismus dar. Dieser Band systematisiert die Entwicklung der EC, führt in die wichtigen Grundkonzepte ein und präsentiert die wichtigsten Beiträge der EC zur neuen Wirtschaftssoziologie. Die EC ist zunächst in Frankreich als Wissenschaftsbewegung aus einer transdisziplinären Kooperation zwischen Wirtschaftswissenschaftlern und Soziologen entstanden. Sie kann mittlerweile als wichtigster Beitrag der neuen französischen Wirtschaftssoziologie aufgefasst werden, der nun auch international an Einfluss gewinnt. Im Zentrum steht eine pragmatische Handlungstheorie, die auf das Konzept der Konvention bezogen wird, um ökonomische Handlungskoordination und kollektive Qualitätskonstruktionen zu analysieren. Die EC kann als ein sozioökonomischer sowie pragmatisch-institutionalistischer Ansatz aufgefasst werden, der auch neue Perspektiven auf Organisationen und Märkte eröffnet.

Link to the Table of contents

 

Researcher understanding of food innovations in Nordic and Southern European countries: A systematic literature review

Tommaso Savino, Stefania Testa & Antonio Messeni Petruzzelli (2018)

Trends in Food Science & Technology, Online first

Abstract.
Background: The capability of agro-food firms to innovate positively influences their profits and growth. Accordingly, the literature has tried to comprehend innovation phenomena occurring within the agri-food industry which generates high levels of economic output and employment in the European Union. Nonetheless, innovation in the food industry is deeply affected by cultural heritage, habits, and institutional contexts. Europe’s considerable cultural variation causes different innovations in different regions. The most evident disparities in food cultures and gastronomic approaches have been observed between Nordic and Southern European countries. Despite ample interest in comparing these two European areas, few studies in the food innovation literature have adopted a comparative approach.
Scope and Approach: The authors aim to identify the main research streams that study food innovations in Nordic and Southern European countries, as well as the results provided by researchers. To achieve these objectives, we conducted a systematic literature review of 67 articles in the food innovation field.
Key Findings and Conclusions: The review recognises six main research streams along which the academic literature has organised its debate: innovation acceptance, innovation policy initiatives, innovation networks, innovation in traditional food products, alternative food systems, and convention theory. The authors discuss the results emerging from each research stream and also the different patterns that emerge in the literature between Nordic and Southern countries of Europe.

Link to the review

Le(s) Colloque(s) Bernardins sur l’entreprise et l’économie des conventions

Olivier Favereau (Université Paris-Nanterre et Collège des Bernardins)

Olivier Favereau

Les 16 et 17 mars s’est tenu au Collège des Bernardins le 3ème et dernier colloque de la vaste recherche interdisciplinaire sur l’entreprise, qui avait démarré en 2009. Les deux précédents ont eu lieu en mai 2011 (dont les Actes ont été publiés : Baudoin Roger (éd.), L’entreprise, formes de la propriété et responsabilités sociales, éditions Lethielleux, 2012) et en novembre 2014 (pour une synthèse, cf. Olivier Favereau et Baudoin Roger, Penser l’entreprise : nouvel horizon du politique, Collège des Bernardins, Perspectives et Propositions, vol.5, 2015). Chaque fois il y a eu une partie « académique », suivie d’une demie-journée « société civile », où il est demandé à des responsables syndicaux, patronaux et politiques de réagir aux analyses et aux recommandations contenues dans les textes produits par l’équipe de recherche (pilotée par Baudoin Roger, professeur de théologie morale et d’anthropologie aux Bernardins et Olivier Favereau) .

Le point de départ de cette recherche qui aura mobilisé une cinquantaine de chercheurs d’au moins 5 sciences sociales (anthropologie, droit, économie, gestion, sociologie) était l’idée – due à Jean-Philippe Robé – que les actionnaires ne sont propriétaires ni de l’entreprise (l’organisation économique) ni de la société (l’entité fondée par les actionnaires et dotée de la personnalité juridique). Elle ruine le principe de la primauté actionnariale (share-holder value) qui structure l’approche dominante de la firme comme emboîtement de relations d’agence, partant des actionnaires pour aboutir aux salariés. Restait à en déployer toutes les conséquences et surtout à reconstruire une théorie positive de la firme. Le 3ème colloque rassemble une vingtaine de textes, tournant tous autour de l’idée que l’entreprise est l’institution politique de la création collective dans l’espace marchand.

Hervé Defalvard, Daniel Bachet, Corinne Vercher-Chaptal, Ariane Ghirardello, Helena Lopes, Sandrine Blanc, Olivier Favereau

Cette proposition théorique qui peut paraître fort générale et abstraite débouche sur deux implications institutionnelles précises, de surcroît en résonance immédiate avec le débat ouvert par le gouvernement sur une réforme de l’entreprise (de fait Jean-Dominique Sénard qui avait co-dirigé  avec Nicole Notat la commission d’enquête faisait partie des responsables animant la partie « société civile » du colloque, avec, entre autres, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Dominique Potier, député « Nouvelle Gauche », rapporteur de la Proposition Parlementaire de Loi « Entreprise nouvelle, nouvelles gouvernances »).

La 1ère est que la codétermination (c’est-à-dire le partage du Conseil d’Administration ou de Surveillance des Sociétés Anonymes entre représentants des actionnaires et des salariés) devrait être considérée comme la forme normale du gouvernement d’entreprise : à la fois la plus répandue (2/3 des pays membres de l’Union Européenne admettent des salariés dans leurs CA ou CS) et la seule justifiée théoriquement, dès lors que l’on intègre dans le raisonnement économique la différence entre « entreprise » et « société ». Cette thématique est développée sous une forme ou sous une autre, et à partir de points de vue multiples dans 15 textes, aujourd’hui disponibles (cf livret du colloque). Ces textes forment l’ossature d’un futur traité de la codétermination, à partir de l’économie, de la gestion, de l’histoire, de la philosophie politique et du droit.

Laurent Berger, Sophie Binet, François Hommeril, Jean-Marc Vittori, Vincent Prolongeau, Jean-Dominique Senard, Philippe Varin

La codétermination est la 1ère traduction logique du caractère « politique » de l’institution « entreprise ». Elle étend clairement l’exigence démocratique aux relations entre les trois parties « constituantes » de l’entreprise que sont le capital, le travail et le management. Le plus étonnant est qu’une pratique bien plus répandue en Europe que le modèle actionnarial ait été si peu théorisée.

La 2nde implication du caractère « politique » procède du potentiel de création collective qu’incarne l’entreprise. Historiquement, il a transformé le monde dans lequel on vit, depuis la fin du 19ème siècle, à travers de nouveaux produits, de nouvelles technologies, de nouvelles organisations, de nouvelles conceptions du travail et de l’activité, etc. Cette puissance de transformation ne peut laisser les pouvoirs publics indifférents.  Mais, de façon plus surprenante, cette impossibilité de l’indifférence fonctionne aussi dans l’autre sens : bien au-delà (ou bien en amont) du mouvement de Responsabilité Sociale et Environnementale, des préoccupations relatives au bien commun ont souvent été intégrées dans les projets d’entreprise, à côté de l’objectif du profit. Le moment est venu de consacrer institutionnellement ce constat empirique (souligné par les historiens de la gestion) en donnant un statut aux « entreprises à mission » ou aux « sociétés à Objet Social Etendu ». Cela restaurerait une forme de continuité entre les firmes standard et l’Economie Sociale et Solidaire. Cette thématique – avec son impact sur la conception de l’actionnaire et sur celle du dirigeant – a donné lieu à une demie-douzaine d’exposés.

La complémentarité entre les deux recommandations est évidente, même si l’une passe par une norme contraignante, tandis que l’autre crée un statut optionnel. L’une et l’autre refondent le fonctionnement collectif de l’entreprise, sur un intérêt plus général, défini de façon soit plutôt procédurale (codétermination), soit plutôt substantielle (mission).

L’ensemble de ces travaux constitue un matériau empirique ou analytique d’une richesse, qui le prédispose naturellement à une exploitation selon les méthodes de l’économie des conventions. Pour deux raisons : d’abord l’interaction entre les disciplines se situe à un niveau de profondeur inhabituel, qui affecte leur fonctionnement propre (spécialement droit et économie, mais aussi gestion et histoire) ; ensuite, conformément à la grammaire dégagée par Boltanski et Thévenot, il est impossible de ne pas tenir compte du normatif dans l’explication des pratiques d’entreprise.

Deux textes, aux deux extrémités de cette longue recherche collective, se réfèrent ouvertement explicitement à l’économie des conventions :

  • François Eymard-Duvernay, lors de Bernardins 1 (Cf. « Le travail dans l’entreprise : pour une démocratisation des pouvoirs de valorisation », chap. 3 in Baudoin Roger (dir.), ouv.cité) avait proposé d’analyser l’économie comme une architecture de « pouvoirs de valorisation » – l’entreprise devenant dans cette vision le lieu principal où se fixe (et se transforme) cette architecture.
  • Olivier Favereau , dans son texte de Bernardins 3 « la codétermination est la forme normale du gouvernement d’entreprise », montre que la distinction société/entreprise pose un problème de coordination qui est insoluble en droit et qu’il faut cependant résoudre impérativement en pratique. Cette contradiction est rendue gérable pragmatiquement par des conventions, dont on peut reconstituer l’historique (le Fordisme, puis la primauté actionnariale) et que l’on peut évaluer normativement : la primauté actionnariale est une « mauvaise » convention, la codétermination serait une meilleure convention. Ce texte doit être lu en complément de « Société par nécessité, entreprise par convention » (Colloque de Cerisy, in : Blanche Segrestin, Baudoin Roger & Stéphane Vernac (dir.), L’entreprise point aveugle du savoir, éditions Sciences Humaines, 2014), et L’impact de la financiarisation de l’économie sur les entreprises et plus particulièrement sur les relations de travail, Rapport pour l’OIT, octobre 2016. Dans ce dernier rapport, est introduite la notion de « régimes d’intersubjectivité et de normativité », qui permet de caractériser les formes stabilisées d’ « architecture de pouvoirs de valorisation ». Le lien est établi avec la démarche pionnière de François, Eymard-Duvernay.
  • Pour l’avenir : il faudra que des chercheurs s’intéressent au traitement, dans cette grille d’analyse, de la notion de « mission » (textes à venir de Hatchuel, Segrestin, Levillain) ; de même il faudra aborder la question fondamentale du langage comptable (textes disponibles de Bachet, Charolles, Richard, Rambaud), paradigme n°2 des conventions, le paradigme n°1 étant le droit !

L’engagement solidaire des entrepreneurs du peuple No TAV bas-valsusain : analyse pragmatique d’un processus d’innovation sociale soutenable, par Marina Soubirou

Thèse codirigée par Nicolas Buclet, laboratoire PACTE et Pierre Judet, laboratoire LARHRA, École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes, soutenue le 26 juin 2018.

Jury :

  • Anne Dalmasso, PR Université Grenoble Alpes, UMR LARHRA
  • Jean-Michel Fourniau, Directeur de Recherche IFSTTAR, laboratoire DEST, RAPPORTEUR
  • Xabier Itcaina, Directeur de Recherche CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux
  • Jean-Louis Laville, PR CNAM Paris, UMR LISE, RAPPORTEUR
  • Léa Sébastien, Maîtresse de Conférence, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR Géode

Résumé.
Une transition globale vers la soutenabilité est un défi urgent dans un contexte actuel de dégradation rapide de la biosphère et d’accroissement des inégalités socio-économiques qui génèrent de multiples vulnérabilités. Des enquêtes qualitatives et quantitatives ont montré que des principes et des valeurs soutenables semblent émerger à l’échelle mondiale. Dans le même temps, divers mouvements sociaux revendiquent une telle transition. Le mouvement No TAV, dans la partie inférieure de la vallée de Suse en Italie, en est un exemple. Depuis les années 1990, cette zone est le théâtre d’un conflit opposant les habitants à l’Etat italien autour d’un projet de tunnel ferroviaire de 54 km sous les Alpes, reliant la vallée de Suse à la vallée française de la Maurienne. En rejetant fortement ce projet et en participant collectivement à de nombreux mouvements de résistance, les Bas-Valsusains ont progressivement donné naissance à une communauté territorialisée. Les membres sont liés par de forts liens de co-obligation et semblent partager un ensemble de principes et de valeurs soutenables. Dans cette thèse, nous interrogeons l’impact de ce contexte très particulier sur l’engagement des petits et moyens entrepreneurs locaux en faveur d’un développement soutenable à l’échelle de leur territoire. Pour ce faire, nous mettons en œuvre une démarche pragmatique, attentive à l’auto-réflexivité des acteurs.
La participation à une communauté territorialisée soutenable favorise-t-elle l’engagement solidaire des entrepreneurs – en tant que tels – en faveur d’un développement soutenable ? La première partie de cette thèse interroge la pertinence et les conditions nécessaires à la mise en œuvre d’un développement soutenable. Nous y proposons la notion de communauté territorialisée, articulant le principe politique de commun et la notion de territoire. La seconde partie a pour objet la caractérisation de la communauté territorialisée bas-valsusaine. Nous y questionnons son ancrage spatial, ses principes et valeurs, ainsi que la trajectoire à travers laquelle elle a émergé. Cette communauté s’est cristallisée à travers plusieurs décennies de luttes, Elle est ancrée dans la partie basse de la vallée entre les villages d’Exilles et d’Avigliana et ses membres semblent partager des principes et valeurs soutenables. Enfin, la troisième et dernière partie de cette thèse caractérise un processus d’innovation sociale à travers lequel a émergé et s’est diffusé en basse vallée de Suse un engagement solidaire des entrepreneurs en faveur d’un développement soutenable.

Abstract.
A global transition towards sustainability is a pressing challenge in the current context of fast degradation of the biosphere and of rising socio-economic inequalities which generate multiple vulnerabilities. Qualitative and quantitative surveys have shown that sustainable principles and values appears to be emerging on a global scale. Various social movements have laid claim to such a transition. The No TAV  movement in the lower part of the Susa valley in Italy is an example. Since the 1990’s, this area has been the scene of a territorial conflict pitting the local inhabitants against the Italian state on a 54km long railway tunnel project under the Alps, linking the Susa Valley to the French Maurienne Valley. By strongly rejecting this project and collective participation in numerous resistance movements, the Low-Valsusans have gradually become a territorialized community who’s members are linked by strong bonds of co-obligation to each other and seem to share a set of sustainable principles and values. In this thesis, we question the impact of this very peculiar context on the local small and medium entrepreneurs’ involvement into the sustainable development of their territory, trying to find out whether it influences their activities. We have conducted our investigation in a pragmatic style, paying attention to the actors’ self-reflexivity.
Does the participation to a sustainable territorialized community favor the involvement of the entrepreneurs into a solidarity economy oriented towards a sustainable development? The first part of this thesis questions the relevance and the conditions necessary for the implementation of a sustainable development. We propose the notion of territorialized community, articulating the political principle of the common and the notion of territory. The second part deals with the characterization of the Low-Valsusan territorialized community. We question its spatial anchoring, its principles and values, as well as the trajectory through which it emerged. This community has crystallized through several decades of struggles. It is anchored in the lower part of the valley between the villages of Exilles and Avigliana and its members seem to share sustainable principles and values. Finally, the third part of this thesis characterizes a process of social innovation through which a solidarity involvement of the local entrepreneurs in favor of a sustainable development has emerged and spread in the lower Susa Valley.

 

Official statistics in the era of big data opportunities and threats

Walter J. Radermacher (2018)

International Journal of Data Science and Analytics, pp. 1-7.

Abstract. In recent years, the quantity of digital data created, stored and processed in the world has grown exponentially. The demand for statistical information has never been so apparent. For ‘official statistics’, the public informational infrastructure provided by statistical authorities, this new era offers not only essential opportunities but also manifold threats. In order for official statistics to function as a language for all kinds of societal interactions and decision-making, it is essential that the product ‘information’ is fit for purpose. This is an essential shift in perspective. Quality of official statistics needs to be seen with a much wider scope, going beyond the side of production, including the use side and analysing scientifically how these two sides are interacting in a dynamic relationship.

Link to the article

Caractérisation socio-économique des formes d’agriculture durable‪

G. Plumecocq, T. Debril, M. Duru, M. Magrini, J. Sarthou & O. Therond (2018)

 Économie rurale, 363,(1), 99-120.

Résumé. Les différentes analyses des transitions vers des agricultures durables distinguent souvent deux voies concurrentes, renvoyant aux paradigmes de la durabilité faible ou forte. En dépassant cette opposition polaire, ce travail interdisciplinaire propose une caractérisation socio-agronomique de différentes formes d’agriculture coexistant à des degrés divers dans nos économies occidentales. Les auteurs s’appuient sur une typologie agronomique de sept formes d’agriculture caractérisant les systèmes de production agricole plus ou moins durables, suivant la manière dont intrants exogènes et services écosystémiques endogènes à l’écosystème sont utilisés, et leur mode d’insertion dans les systèmes alimentaires. Ils expliquent les principes qui organisent ces formes, ainsi que les valeurs qui les justifient socialement. Cette analyse permet de discuter les conditions d’efficacité des outils de politiques agricoles.

Socio-Economic Characterization of Sustainable Agriculture Models

Abstract. Analyses of transition toward a more sustainable agriculture often identify two different pathways, that can be linked to either strong or weak sustainability. In this interdisciplinary work, we aim at overcoming this narrow choice between two alternatives, by offering a socio-agronomic characterization of multiple agriculture models that currently coexist in western economies. We use an agronomical typology of farming systems according to the role of exogenous inputs and endogenous ecosystem services in agricultural production and the degree of embeddedness of farming systems within local and global food systems. This typology identifies six agriculture models that we analyze in socio-economics terms. We then clarify the structuring principles that organize these models, and the social values that provide ground for their justification. This analysis enables us to discuss the efficiency conditions of political instruments.

Lien vers l’article / Link to the article

 

 

All forest, no trees? Data journalism and the construction of abstract categories

Wilson Lowrey & Jue Hou (2018)

Journalism, Online first, pp. 1-17.

Abstract. This study takes a sociology of quantification approach in exploring the impact of ‘commensurative’ processes in data journalism, in which distinct incidents and entities are rendered similar, aggregated, and shaped into elaborate abstract constructs. This literature emphasizes the political-economic contexts of data production and predicts a heavy reliance on government data, use of national over local data, and a tendency to take data categories for granted, with inconsistent scrutiny. A content analysis of data journalism projects at legacy and non-legacy outlets reveals some support for the expectations from this literature. Findings show an increasing tendency to portray events as abstract metrics and decreasing attention to personal, lived anecdotes. Findings also show a growing tendency to provide indeterminate data sources and limited overt and accessible evidence of data scrutiny. We also see a higher percentage of national-level sourcing than local sourcing across all years, and a decline in government sourcing coupled with a rise in self-gathered, crowdsourced data online. Legacy outlets were more likely than non-legacy outlets to use local data sources, to provide anecdotal reporting in connection with the data presentation, and to use government data sources. Non-legacy outlets were more likely to produce complex abstract metrics.

Link to the article