Futurs de l’économie. Les perspectives de l’économie des conventions

Résumé de la prise de parole de Guillemette de Larquier (Université de Lille) dans la session plénière « Les futurs des écoles françaises de pensée en économie »

Le colloque international AFEP-IIPPE de juillet 2019 à Lille nous invite à tourner notre regard vers le futur : futur de l’économie, futur de la discipline. S’intéresser au futur, c’est former les étudiants. Or, lorsqu’un étudiant souhaite se familiariser à l’économie des conventions (EC), il est impossible de lui donner une référence à lire qui en ferait le tour. Il existe bien sûr De la Justification. Les économies de la grandeur (1991) de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, mais l’ouvrage est d’accès difficile et il ne représente pas l’ensemble de ce qu’est l’EC. De plus il y a un risque : la typologie des cités domestique, industrielle, marchande, civile, etc. peut à la fois séduire car très opérante pour qualifier une pluralité de coordinations ou d’organisations mais être déclinée de manière «plaquée» dans des travaux qui restent descriptifs, négligeant l’axiomatique exigeante du projet des auteurs. D’ailleurs, on pourrait aussi bien conseiller à cet étudiant un ouvrage contemporain, aussi fondateur mais moins cité (sans faire de jeu de mots), celui de Robert Salais et Michael Porter, Les mondes de production (1993). En fait, en guise d’introduction à l’EC, pourquoi ne pas tout simplement lire (et faire lire) l’introduction aux actes du colloque « Conventions et Institutions » de 2003 publiés en 2006 : « Valeur, coordination et rationalité : trois thèmes mis en relation par l’Économie des conventions », texte signé par François Eymard-Duvernay, Olivier Favereau, André Orléan, Robert Salais et Laurent Thévenot. En mobilisant trois concepts – valeur, coordination et rationalité – ce texte définit les grands principes du « programme de l’économie des conventions », selon leurs propres termes. Coordination et rationalité ancrent totalement l’EC dans la discipline économique ; un temps, il a même pu sembler que l’EC cherchait surtout à dialoguer avec l’économie mainstream en gardant un langage commun, proposant une autre rationalité pour résoudre les problèmes de coordination. Autrement dit, l’EC restait du côté de l’individualisme méthodologique – certes complexes – mais sans réelle rupture assumée par d’autres courants institutionnalistes. Or, la rupture est bien dans le premier terme : valeur. La rationalité d’un agent n’est pas « complète » et tournée vers ses préférences subjectives qui ne se discutent pas ; les acteurs appuient leurs raisonnements sur des valeurs extérieures à eux, entités collectives et plurielles, qui justifient ou critiquent. La théorie de l’action que l’EC propose est bien en rupture avec l’économie mainstream et dialogue avec les autres courants institutionnalistes en économie mais aussi avec la sociologie économique (par exemple dans le monde germanophone) lorsqu’il s’agit d’étudier comment les acteurs agissent dans des situations particulières grâce à des conventions, cadres interprétatifs collectifs, qui prennent forme dans des règles, des dispositifs et des outils.

Les interventions du colloque AFEP-IIPPE à Lille qui relevaient de l’EC étaient dans cette veine et présagent d’un bel avenir pour l’EC – en particulier, celles des jeunes chercheuses et chercheurs du panel présenté ci-dessus, mais également celles programmées dans diverses sessions thématiques. Le futur de l’EC est apparu sous la forme de travaux appliqués, et même empiriques, étudiant les dispositifs, les outils, les règles de l’économie capitaliste, dépassant la pure description des faits pour révéler les valeurs sous-jacentes des acteurs (et non pas seulement leurs intérêts), laissant la place aux critiques et controverses des acteurs vis-à-vis des pouvoirs de valorisation et, enfin, pratiquant une interdisciplinarité ou un mix des théories institutionnalistes féconds.