Archives de catégorie : Comptes rendus de séminaire / Seminar reports

Création d’un nouveau blog consacré à l’Économie des conventions !!

L’objet de ce carnet est de constituer une plateforme d’informations pour les chercheurs appartenant à l’école de l’Économie des conventions.

Ce courant de pensée est apparu en France au milieu des années 1980, sous l’impulsion d’économistes (dont beaucoup travaillaient à l’Insee et réfléchissaient aux conventions statistiques sur lesquelles reposent quantification et évaluation) et de sociologues (questionnant la capacité des acteurs à juger ce qui vaut ou ne vaut pas, ce qui est équivalent).

               

Les conventions correspondent à des représentations collectives, des références partagées qui résolvent des problèmes de coordination en environnement incertain. Ces représentations sont conventionnelles au sens où il s’agit d’une solution parmi plusieurs envisageables et qu’elles peuvent toujours être remises en cause.

              

L’analyse conventionnaliste est donc nécessairement dynamique. L’objectif n’est « pas tant d’offrir une théorie meilleure que de rouvrir le langage de la théorie économique » qui accorde trop de poids à la rationalité et pas assez aux institutions, comme l’indique Olivier Favereau, l’un des principaux fondateurs et animateurs de l’Économie des conventions. Cette conception des conventions est présente dans les travaux de Keynes qui l’emploie pour désigner ce qui guide les anticipations et interprétations des opérateurs sur les marchés financiers. Mais il y a bien d’autres domaines où il y a de l’incertitude et un besoin de conventions pour y faire face : l’activité de production (conventions de qualité des biens et modèles d’entreprise), le recrutement, le système de santé, etc.

              

La visée du carnet est avant tout la diffusion d’informations sur l’actualité des recherches conventionnalistes en France et à l’étranger : publications, séminaires, colloques, appels à communiquer, résumés de travaux (masters, thèses, habilitations à diriger des recherches), comptes rendus de journées d’études ou de conférences. Le public de lecteurs attendu est constitué de chercheurs (économistes et sociologues, jeunes ou confirmés) appartenant à (ou proches de) ce programme de recherche.

         

Les auteurs sont : Franck Bessis, Nicolas Da Silva, Rainer Diaz-Bone, Guillemette de Larquier, Kevin Mellet & Delphine Remillon

Contact pour diffuser une information : carnetecoconv@gmail.com

Compte Twitter lié : @ecoconv

Creation of a new blog devoted to Economics of conventions!!

The purpose of this academic blog is to provide an information platform for researchers belonging to the Economics of Conventions. Information will be published in French and/or in English.

The Economics of Conventions is a research program that emerged in France in the mid-1980s, led by economists (many of whom worked at INSEE) and sociologists (questioning the capacity of the actors to judge what is worth or is not worth). Conventions correspond to collective representations, shared references that solve problems of coordination in an uncertain environment. These representations are conventional in the sense that they are one of several possible solutions and can always be called into question. Conventional analysis is therefore necessarily dynamic.

The aim is « not so much to offer a better theory than to reopen the language of economic theory » which gives too much weight to rationality and not enough to institutions, as Olivier Favereau, one of the main founders and leaders of the Economics of Conventions. This conception of conventions is present in the work of Keynes who uses it to designate what guides the expectations and interpretations of operators in the financial markets. But there are many other areas where there is uncertainty and a need for conventions to deal with it: production activity (quality conventions of goods and business models), recruitment, the system Health, etc.

The autors are : Franck Bessis, Nicolas Da Silva, Rainer Diaz-Bone, Guillemette de Larquier, Kevin Mellet & Delphine Remillon

To share an information, please write to: carnetecoconv@gmail.com

Twitter count linked to the blog: @ecoconv

29 janvier 2016 : Un dictionnaire non standard autour d’un homme non-ordinaire

Hommage à Olivier Favereau

Olivier Favereau est l’un des fondateurs d’une école de pensée l’Économie des conventions qui s’est développée à Paris Ouest et son principal animateur. Figure intellectuelle majeure en sciences économiques mais aussi dans les autres disciplines notamment en sciences de gestion et en sociologie, il a animé plusieurs réseaux de recherche et est membre de nombreuses institutions académiques. Professeur émérite membre d’EconomiX, il a créé à Paris Ouest, l’école doctorale EOS, le M2 recherche Économie des institutions et dirigé le laboratoire FORUM.

Il est de ces universitaires auquel la communauté souhaite rendre hommage. Cet hommage a été organisé le vendredi 29 janvier 2016 sans que le principal intéressé n’en ait été informé. Il a fait suite à une séance exceptionnelle du séminaire Conventions pendant laquelle Olivier Favereau a présenté des « Repère(s) pour l’Économie des conventions » dans une salle des conférences comble. 150 personnes étaient présentes pour écouter les allocutions de Bernadette Madeuf (EconomiX, ancienne Présidente de l’Université Paris Ouest Nanterre), Christophe Benavent (Directeur de l’école doctorale EOS) et André Orléan (Président de l’Association Française d’Économie Politique) et pour assister à la remise à Olivier Favereau du Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau, (sous la direction de Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier et Delphine Remillon,), publié par les éditions Septentrion avec le soutien financier d’EconomiX, de l’UFR Segmi, du CEPN (CNRS UMR 7234 – Université Paris 13) et de Triangle (CNRS UMR 5206 – ENS Lyon).

Les différentes entrées de ce dictionnaire fournissent un panorama sans équivalent de l’économie politique portée par le courant de l’Économie des conventions à laquelle Olivier Favereau a œuvré durant toute sa carrière. 75 auteurs réunis pour l’occasion discutent, utilisent ou prolongent plusieurs dimensions de sa pensée offrant ainsi une clé d’entrée originale dans les principaux débats qui animent aujourd’hui les sciences économiques et sociales.

Né en 1945, Olivier Favereau, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, réussit le concours du Sénat et entre en septembre 1970 à la commission des affaires sociales. Poussé par l’envie de faire de la recherche et d’enseigner, il n’y restera toutefois que 9 mois ayant l’opportunité d’être recruté à Nanterre comme collaborateur technique. Tout en assurant des TD à Paris 1, il commence alors sa thèse sans se douter que celle-ci ne se terminera que douze ans plus tard. C’était sans doute le temps qu’il fallait pour concevoir une approche alternative. Rattrapant ce retard, il réussit brillamment, dès l’année suivante (1983), le concours d’agrégation d’économie. Après avoir passé quatre années au Mans, il est nommé à l’Université Paris X Nanterre en 1988 et se consacre à l’édition d’un numéro spécial de la Revue économique (1989), créant ainsi, avec d’autres chercheurs, l’Économie des conventions.

Au fond, qu’est-ce que l’Économie des conventions ? Bien plus que l’approche économique d’un objet, les conventions, pour Olivier Favereau, l’Économie des conventions désigne d’une « méthode générale d’approche des coordinations organisationnelles » ou encore un « programme de recherche en sciences sociales ». Elle s’inspire de John M. Keynes mais aussi de Herbert Simon, David Lewis et de Peter Doeringer et Michael Piore. Les comparaisons/confrontations avec d’autres programmes auxquelles Olivier Favereau s’est livré à maintes reprises ont certainement contribué à donner à l’Économie des conventions l’image d’une théorie (non standard), d’un courant ou d’une école de pensée, au même titre que l’école de la régulation par exemple. Toutefois, l’Économie des conventions n’a jamais eu vocation à remplacer la théorie néoclassique aux yeux d’Olivier Favereau : l’objectif n’était « pas tant d’offrir une théorie meilleure que de réouvrir le langage de la théorie économique » (2004, p. 143) pour renouer avec cette « figure caché du keynésianisme : une pensée de l’économie à partir de l’entreprise » plutôt qu’une pensée de l’économie à partir du marché. Un signe de la réussite du projet serait que l’on ne soit pas obligé de se réclamer explicitement de l’Économie des conventions pour développer cette pensée alternative, à l’image des travaux menés autour de l’entreprise depuis 2009 par un collectif de chercheurs d’horizons divers dans le cadre du collège des Bernardins.

En tant qu’enseignant, Olivier Favereau s’est beaucoup investi dans la création (en 1991) et la direction du diplôme d’études approfondie (DEA) « Économie des institutions » qui deviendra le point focal de l’enseignement de la pensée institutionnaliste dans toute sa diversité (Économie des conventions, théorie de la régulation, socio-économie, etc.). Il donnera envie à beaucoup de ces étudiants de poursuivre en thèse, puis de se lancer dans une carrière académique. L’insertion académique des étudiants de ce DEA est d’ailleurs l’une des grandes préoccupations d’Olivier Favereau et l’une de ses grandes fiertés. Au dernier décompte, ce DEA a en effet « produit » pas moins de 21 maîtres de conférences, 5 professeurs d’université, 8 chargés de recherche, et de nombreux chercheurs dans d’autres institutions académiques et administratives, nationales et internationales. Nombre des contributeurs au Dictionnaire des conventions sont d’ailleurs issus de cette formation.

Liste des 75 auteurs : Tristan Auvray, Philippe Batifoulier, Charlotte Bellon, Irène Berthonnet, Arnaud Berthoud, Franck Bessis, Christian Bessy, Luc Boltanski, Robert Boyer, Jean Cartelier, Aurore Chaigneau, Camille Chaserant, Ève Chiapello, Nicolas Da Silva, Thomas Dallery, Jean De Munck, Hervé Defalvard, David Dequech, Rainer Diaz-Bone, Jean-Paul Domin, Jean-Pierre Dupuy, Arnaud Esquerre, François Eymard-Duvernay, Judith Favereau, Marie Favereau, Peggy Favereau, Bernard Friot, Maryse Gadreau, Bernard Gazier, Ariane Ghirardello, Sophie Harnay, Armand Hatchuel, Philippe Hugon, Christophe Jamin, Florence Jany-Catrice, Rouslan Koumakhov, Thomas Lamarche, Guillemette de Larquier, Christian Laval, Emmanuel Lazega, Jean-Marc Le Gall, Arnaud Le Marchand, Jean-François Lejeune, Nadine Levratto, Helena Lopes, Antoine Lyon-Caen, Bénédicte Martin, Fabian Muniesa, Kenkichi Nagao, André Orléan, Michael J. Piore, Gaël Plumecocq, Nicolas Postel, Christophe Ramaux, Gilles Raveaud, Antoine Rebérioux, Delphine Remillon, Géraldine Rieucau, Sandra Rigot, Jean-Philippe Robé, Baudoin Roger, Tatiana Sachs, Laurence Scialom, Blanche Segrestin, Tiana Smadja-Rakotondramanitra, Richard Sobel, Yamina Tadjeddine, Junya Tatemi, Olivier Thévenon, Laurent Thévenot, Fabrice Tricou, Daniel Urrutiaguer, François Vatin, Stéphane Vernac et Hélène Zajdela.