Archives de catégorie : Séminaires & conférences / Seminars & workshops

Economics of convention and Science and Technology Studies: Some notes on the annual meeting of the Gesellschaft für Wissenschafts- und Technikforschung in Berlin

Karolin Kappler (FernUniversität Hagen)

On 15/16 November 2018, the annual meeting of the German Gesellschaft für Wissenschafts- und Technikforschung e.V. (Association of Science and Technology Research – GWTF) took place at the TU Berlin.

During the two days, about 40-50 participants discussed research on the topic “Verhalten und Vorhersage. Die techno‐sozialen Zukünfte algorithmischer Bewertungssysteme” (Behavior and prediction. The techno-social futures of algorithmic valuation systems) organized in thematic blocks on smart cities, predictive policing, the fluidity of algorithmic valuation, behavioral prediction and control, ascriptive inequality in machine learning and theoretical perspectives.

In the block on theoretical perspectives, Karolin Eva Kappler from the FernUniversität in Hagen presented the Economy of Conventions as a theoretical approach to explore socio-technical assemblages. Underlining the concepts of investments in forms, the statistical chain and intermediaries, she illustrated her presentation with empirical examples from genetic diagnostics and genetically induced training plans for athletes.

Gesa Lindemann and Katharina Block discussed different social theories to tackle predictive systems. On this behalf, they insisted on the important difference between property and possession and criticized that most of theoretical approaches – among them the EC – ignore that aspect.

In the session on predictive policing, Selma Lamprecht from the Weizenbaum-Institut in Berlin presented different theoretical perspectives to look at “predictive policing for all”. Apart from the ANT and the analysis of discourses and dispositives, she discussed the EC in order to explore not only practices regarding the development and design of such technologies, but also the disposition of people and end-users to adopt such a system of predictive policing.

In many interesting discussions during the conference, the EC was clearly considered to be a rather unknown theoretical approach in the field of science and technology studies, but its analytical value in identifying the plurality and conflictivity of orders of worth and conventions was highlighted and referred to during the whole conference.

Further, the development and the design of technology “for the good of the people” was discussed as an emergent field of research in many disciplines, such as in informatics, engineering and science and technology studies. In this context, the EC could evolve towards a major theoretical reference in this interdisciplinary field of research.

Program (as pdf) 2018-programm-GWTF

Seminar “Kulturen der Ökonomie: Die Economie des conventions”

Seminar at University of Halle (Winter semester 2018-2019) offered by Audrey Terracher-Lipinski.

Die Économie des conventions (EC) bildet seit den frühen 1980er Jahren die Basis der neuen Sozialwissenschaften in Frankreich. Soziologie und Volkswirtschaftslehre orientieren sich an der von Luc Boltanski und Laurent Thévenot (Über die Rechtfertigung, 2007) angestoßenen soziologisch-pragmatischen Theorie, wodurch auch zu trans- und interdisziplinärer Forschung gerade im Bereich Arbeit, Wirtschaft, Organisation, Markt oder Geld zustande kommt. Im Seminar werden wir uns daher zunächst mit einleitenden Texten beschäftigen, um ein theoretisches Gerüst zu bilden und im Anschluss mit empirisch geprägten Texten die Kenntnisse vertiefen. Schließlich soll auch der Einzug der EC in die deutsche Forschungslandschaft beleuchtet werden und inwiefern sich diese Forschungsrichtung hier ebenfalls durchsetzt.

08.11.2018 Diaz-Bone, Thévenot: Die Soziologie der Konventionen. Die Theorie der Konventionen als ein zentraler Bestandteil der neuen französischen Sozialwissenschaften: Einleitung

22.11.2018 Garcia-Parpet: The Social Construction of a Perfect Market – The Strawberry Auction at Fontaines-en-Sologne

06.12.2018 Barthe et al.: Pragmatische Soziologie: Eine Anleitung & Schenk, Rössel: Identität und Qualität im Weinfeld

10.01.2019 Schneijderberg,Steinhardt: Accreditation of X Qualities Instead of Quality X: A Normative Analysis of Criteria of the German Higher Education Accreditation Regime

17.01.2019 Thévenot: From social coding to economics of convention: a thirty-year perspective on the analysis of qualification and quantification investments

31.01.2019 Didier: Globalization of Quantitative Policing: Between Management and Statactivism

blogs.urz.uni-halle.de/pluraleoekonomik/

Penser l’économie de demain et le futur de l’économie politique – Envisioning the Economy of the Future, and the Future of Political Economy

AFEP-IIPPE Conference, with participation by ADEK, AHE and EAEPE

Date and place : IEP and University of Lille (France), 3-5 July 2019

Following the Global Financial Crisis and a decade or more of uneven but sluggish economic performance, the signs are that both economic prospects and the prospects for mainstream economics remain bleak even if the latter has strengthened its hold over the discipline despite what are at most token changes to address its sorely exposed methodological, theoretical and  applied deficiencies. As a result, this Conference focuses upon how to pursue a better “economics”, a better economy and the relationship between the two. The goal will be to identify the driving forces of the economy of the future and what is changing in the way in which academic disciplines, and in particular the social sciences (sociology, history, geography, political science, law, management, development studies) and various heterodox and political economy traditions within economics, describe, formalise, analyse and conceptualise the economic sphere and its relationships with society more broadly. Thus, the conference will investigate links between the crises in economic theory and the economic and social crises being experienced across the world – links with an immediate economic content, such as finance, inequality and unemployment as well as some major issues to be taken into account envisioning the economy and society of the future, as with ecology and migration.

The Conference is jointly organised by AFEP (French Association for Political Economy/L’Association Française d’Économie Politique, celebrating its tenth anniversary) and IIPPE (the International Initiative for Promoting Political Economy) with participation by ADEK (Association for the Development of Keynesian Studies), AHE (Association for Heterodox Economics) and EAEPE (European Association for Evolutionary Economics). Economists, other social scientists and activists wishing to attend should submit proposals falling within the scope of this general orientation, and/or the following, particular list of questions and topics, or other topics in Political Economy.

I. Envisioning the economics of today and of the future
a. Theories overtaken by the changes in capitalism?
b. The social sciences and the future of economics
c. The international organisation of political economy
II. Envisioning the economy of today and tomorrow: multidisciplinary perspectives
a. How do economists innovate to envision the future of capitalism?
b. Multidisciplinary approaches to contemporary market economies (capitalism as a socially embedded system)
III. From the field of possibilities to utopias
a. Searching for the good society: Alternative visions of the future – economic systems and utopia
b. Between market and utopia: Efficiency vs equality, competition vs cooperation?

Format of the proposals

Proposals (individual papers, complete panels, networks) can be submitted starting November 1, 2018. The Web site with Electronic Proposal Forms for submitting to this joint conference is here:
https://afep-iippe2019.sciencesconf.org/

Planning

  • Deadline for proposals for individual papers: January 15, 2019
  • Deadlines for various types of panels will be given on the Electronic Proposal Forms which will be posted November 1, 2018
  • Notifications of accepted proposals will be sent to the authors by February 15, 2019
  • Registration for accepted proposals will be open on February 15, 2019
  • Preferential registration rate until March 15, 2019

L’appel à communication complet en Français

The integral Call for Papers in English

Valeur, prix et politique

Séminaire de l’IDHES ENS-Paris-Saclay, 2018-2019

Organisé par Christian Bessy, bessy@idhe.ens-cachan.fr

Après une longue série de travaux sur la qualité des produits, l’Economie des conventions a entamé depuis quelques années une réflexion sur les formes de mise en valeur des choses ou encore le pouvoir de valorisation de certains acteurs à partir du développement d’un discours sur les choses. Il ne s’agit pas d’un simple raffinement théorique mais correspond aussi à une réflexion sur les changements politiques favorisant la marchandisation de certaines choses restées en dehors des échanges ou la montée des inégalités. On peut penser aux rémunérations versées aux superstars du football, aux grands patrons, aux traders ou, encore, aux cotes atteintes par des œuvres d’art dans les enchères publiques, témoignant pour le moins d’une forme de disproportion sinon de sentiments de forte injustice ou d’évaluation arbitraire (Steiner 2011).

La théorie économique a proposé des modèles pour expliquer ces « super prix » ou plus précisément le fait que les rémunérations et les probabilités de réussite augmentent plus que proportionnellement avec le talent et la compétence, en faisant référence à une ultra sensibilité de la demande sur un nombre limité d’individus (Rosen 1981) ou suivant une logique de « winner-take-all » ou d’avantages cumulatifs. Si ces modèles économiques ont profondément remis en cause le cœur traditionnel de la théorie économique des prix, la notion de « valeur » est le plus souvent réduite à celle de « prix ». Plus généralement, la théorie de la valeur sous-jacente à ces modèles considère la valeur des biens suivant leur utilité intrinsèque pour chacun et donc de façon préalable à l’échange (Orléan 2011). Seuls les travaux dans la lignée d’Akerlof et de Stiglitz ont montré le rôle des prix comme des « signaux de qualité », se substituant à leur fonction d’équilibrage de l’offre et de la demande

De son côté l’approche sociologique, à la suite en particulier des travaux de Simmel, met non seulement l’accent sur le fait que c’est de l’échange que les objets tirent leur valeur et non l’inverse, mais aussi, ne dissocie pas « valeur » et « prix ». Si la mesure monétaire a tendance à aplanir les différences de valeur, un prix très élevé provoquent l’effet contraire et rendent l’entité convoitée moins interchangeable et donc plus singulière. C’est dans ce sens que Lucien Karpik (2007), dans son ouvrage sur l’économie des singularités, explique la disproportion des prix au sommet de la hiérarchie des valeurs. Cette disproportion rappelle que toute volonté de classement et de hiérarchie ordonne en fait des entités incommensurables.

L’objet du séminaire n’est pas seulement de s’intéresser à l’économie de la disproportion des prix mais, plus généralement, de renouer avec les « théories de la valeur » en s’intéressant à la pluralité des modes d’évaluation des biens, aux mécanismes de la formation des prix sur divers marchés et aux différentes significations qu’ils ont pour leurs participants (Vatin 2009, Beckert et Aspers 2011). Comme l’avance O. Velthuis (2007), dans son ouvrage sur le marché de l’art contemporain, les prix ont suffisamment de consistance pour être considérés comme des symboles, et assez flexibles pour donner prise à différentes significations. Il met l’accent sur les processus de construction sociale de la valeur des objets d’art en référence aux conventions en œuvre dans les mondes de l’art. La méthodologie utilisée rejoint de ce point de vue l’approche de l’Economie des conventions sur la pluralité des modes de valorisation (Eymard-Duvernay 1989) ou des mondes de production (Salais et Storper 1993).

Mais, la particularité de cette approche est de travailler très explicitement ces « ordres de grandeur » suivant différentes philosophies politiques et façons de fonder le « bien commun » (Boltanski et Thévenot, 1991). Cette insistance sur la construction politique de la valeur est à relier avec les travaux anthropologiques d’A. Appadurai (1986) qui explore les conditions par lesquelles les objets économiques circulent dans différents « régimes de valeur » suivant l’espace et le temps. C’est ce qu’il désigne aussi comme des « politiques de la valeur » à la base de la création du lien entre échange et valeur. Ce type d’approche conduit à l’examen des carrières des personnes et des objets, suivant la variété des espaces de circulation et de valorisation qu’ils traversent, et à faire l’histoire des catégories de personnes et de choses, avec en particulier les enjeux autour de la définition des frontières. Un accent particulier sera mis sur le rôle des « intermédiaires de marché » dans la définition de ces catégories et plus généralement dans leur contribution à la définition des « conventions de valeur » sur différents types de marché (Bessy et Chauvin 2013). Il s’agit également de contribuer plus généralement à une anthropologie des façons essentielles dont les choses peuvent être structuralement différenciées et hiérarchisées en vue de l’obtention d’un échange profitable (Boltanski et Esquerre, 2017).

Le séminaire donne lieu à des présentations de chercheurs du laboratoire IDHES et d’invités extérieurs. Il est ouvert aux doctorants et aux étudiants de master.

Horaire et lieu : Jeudi 14h30-16h30, à l’IDHES Ens-Paris-Saclay, à Cachan (61 avenue du Président Wilson), Bâtiment Laplace, 2ème étage, Salle Pollak, à l’exception de la premier séance qui se déroulera le mercredi 19 septembre.

Site du séminaire : http://www.idhes.cnrs.fr/valeur-prix-et-politique-2018-2019/

Télécharger l’affiche : Seminaire-VPP-2018-2019

Programme

Mercredi 19 septembre 2018 : Intervention de Mathieu Cocq sur « Le tournant serviciel de l’industrie du jeu vidéo ».

Jeudi 18 octobre 2018 : Intervention de Clémentine Gozlan sur « La valeur de la science ».

Jeudi 22 novembre 2018 : Intervention d’Isaac Lambert sur « La valeur des brevets devant les tribunaux ».

Jeudi 13 décembre 2018 : Intervention de Guillemette de Larquier sur « Les conventions d’évaluation des salariés à l’embauche ».

Jeudi 24 janvier 2019 : Intervention d’Emmanuel Kessous sur « La matérialité des valeurs: une approche axiologique des labs dans le sud de la France ».

Jeudi 21 février 2019 : Intervention de Christian Bessy sur « L’appréciation et l’appropriation des activités créatives des salariés ».

Jeudi 14 mars 2019 : Intervention de Michela Barbot sur « La question du juste-prix en droit, perspective historique ».

Jeudi 18 avril 2019 : Intervention de Sarah Kolopp sur « La fabrique de la grandeur dans la haute fonction publique » ».

Jeudi 16 mai 2919 : Intervention de Delphine Naudier sur « Le travail d’évaluation des agents artistiques ».

Jeudi 20 juin 2019 : Intervention de Delphine Corteel et Volny Fages sur « Hacker les déchets, valoriser les gens »

Références

  • Appadurai Arjun, 1986, ‘Introduction: Commodities and Politics of value. In The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, edited by Arjun Appadurai, 3-63. New-York: Cambridge University Press.
  • Beckert Jens, Aspers Patrick (ed), 2011, The Worth of Goods. Valuation & Pricing in the Economy, Oxford: Oxford University Press.
  • Bessy C., Chauvin P.-M., 2013, ‘The power of market Intermediaries: From information to valuation process’, Valuation Studies, 1(1): 83-117. http://valuationstudies.liu.se/Issues/contents/default.asp?DOI=10.3384/vs.2001-5992.1311
  • Bessy C., Chateauraynaud F., 2014, Experts et faussaires, pour une sociologie de la perception, Editions Petra (1ère édition chez Métailié, 1995).
  • Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard.
  • Boltanski L., Esquerre A., 2017, Enrichissement, une critique de la marchandise, Paris, Gallimard.
  • Eymard-Duvernay F., 1989, « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue Economique, Vol. 40, n°2, p. 329-361
  • Karpik Lucien, 2007, L’économie des singularités, Paris, Gallimard.
  • Kopytoff I., 1986), The cultural biography of things: Commodization as process. In The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, edited by Arjun Appadurai, 3-63. New-York: Cambridge University Press.
  • Lahire B., 2015, Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, La découverte.
  • Lepetit B., 1994 « L’appropriation de l’espace urbain : la formation de la valeur dans la ville moderne (XVIe-XIXe siècles) », .
  • Orléan André, 2011, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Editions du Seuil.
  • Rinallo, Diego, and Francesca Golfetto. 2006. Representing markets: The shaping of fashion trends by French and Italian fabric companies. Industrial Marketing Management, 35 (7):856-869.
  • Rosen S., 1981, ‘The Economics of Superstars’, American Economic Review, vol. 71, n°5, p. 845-858.
  • Salais R. et Storper M., 1993, Les mondes de production : enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Editions de l’EHESS
  • Steiner P., 2011, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France. Paris, Zones.
  • Vatin F., 2009, Evaluer et mesurer: une sociologie économique de la mesure. Toulouse, Presses Universitaires Mirail-Toulouse.
  • Velthuis Olav, 2007, Talking prices: symbolic meanings of prices in the market for contemporary art, Princeton, Princeton University Press.
  • Zelizer V., 2005, “Intimité et Economie”, Terrain, n°45, p. 13-28

Enjeux socio-écologiques des mutations du capitalisme contemporain: quels apports de l’économie des conventions?

Journées d’étude organisées par Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille), Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille), Richard Sobel (Clersé, Université de Lille), Philippe Batifoulier (CEPN, Paris 13), Nicolas Da Silva (CEPN, Paris 13) et Ariane Ghirardello (CEPN, Paris 13)

Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018
Université de Lille – Faculté des Sciences économiques et sociales – Salle des conférences

Alliant développements théoriques autour de l’élargissement des capacités cognitives et éthiques des acteurs économiques d’une part et méso-analyses des marchés et des organisations économiques des sociétés capitalistes d’autre part , le programme de recherche de l’économie des conventions a essaimé dans les autres courants hétérodoxes, au risque de perdre en visibilité. Pour autant, depuis quelques années, on sent poindre en différents lieux toute une série de travaux réaffirmant un renouveau de l’économie des conventions en tant qu’elle entend contribuer explicitement à l’analyse des mutations actuelles du capitalisme.

Le but de ces journées est double : (1) faire le point sur ce renouveau (avec un éclairage particulier sur le plan théorique et méthodologique), c’est-à-dire faire le point sur les nouveaux chantiers de l’école des conventions, notamment : la « grande déformation » de l’entreprise dans le capitalisme dominé par la finance, les nouvelles logiques de marchandisation du social et de la santé, la critique écologique du capitalisme, la critique des logiques managériales des Etats néolibéraux. (2) Examiner pour chacun de ces chantiers les liens qu’entretient l’analyse conventionnaliste avec les autres types d’analyses hétérodoxes, explorant ainsi les nouvelles alliances pouvant renforcer la constitution d’une vaste économie politique institutionnaliste française.

Programme

Jeudi 7 juin

9H30-10h30 : Accueil des participants et introduction des journées par les organisateurs : Guillemette de Larquier, Nicolas Postel, Richard Sobel (Clersé, Université de Lille) et Philippe Batifoulier, Nicolas Da Silva, Ariane Ghirardello (CEPN, Université de Paris 13)

10h30 – 12h30 : Premier atelier : Economie sociale et solidaire. (Présidence : Delphine Remillon (INED))
Sylvain Vatan (Triangle, Université Lumière Lyon-2) : « La marchandisation comme glissement de convention de valorisation »
Nathalie Magne (Université de Montpellier 3) : « Quand une entreprise classique devient une coopérative : quels processus de construction de la légitimité ? »
Philippe Semenowicz (Université Paris-Est Créteil) : « Les dilemmes de l’insertion par l’activité économique : à la recherche du meilleur compromis »
Daniel Urrutiaguer (Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2) : « L’économie solidaire dans les mondes du théâtre »

14h00 – 16h30 : Troisième atelier : Capitalisme et valeurs
Leslie Carnoye (Ethics, FUPL) : « La critique écologiste du capitalisme, quelles perspectives pour une analyse conventionnaliste de l’environnement ? »
Gaël Plumecocq (INRA, AGIR) : « Théorie de la valeur et environnement : perspectives à partir de la socio-économie écologique ».
Christian Bessy (IDHES ENS-Cachan) : « EC et transformations du capitalisme »

17h00 – 19h00 : Table-ronde : Autour du Dictionnaire des conventions : Est-ce que la forme dictionnaire peut faire paradigme ou pas ? avec Olivier Favereau (Université Paris Nanterre) et Rainer Diaz-Bone (Université de Lucerne) auteur de l’ouvrage Die „Economie des conventions” (Présidence : Philippe Batifoulier (CEPN, Université de Paris 13))

Vendredi 8 juin

9h00-10h15 : Quatrième atelier : Droit et pratiques économiques. (Présidence : Rouslan Koumakhov (NEOMA Business School))
Camille Chaserant (CES, Université Paris I) et Sophie Harnay (BETA, Université de Lorraine) : « Déréglementation de la profession d’avocat et pluralité des logiques sur le marché des services juridiques : quelle place pour la déontologie professionnelle ? »
Franck Bessis (Triangle, Université Lumière Lyon-2) : « Ce que la théorisation ancrée fait aux conventions : retour sur la typologie des cabinets d’avocats »

10h45 -12h15 : Cinquième atelier : Etat social et conventions. (Présidence : Arnaud Le Marchand (Université du Havre))
Anaïs Henneguelle (IDHES ENS-Cachan) : « Comment comprendre le jugement pénal ? L’apport de l’économie des conventions »
Nicolas Da Silva (CEPN, Université de Paris 13) et Victor Duchesne (CEPN, Université de Paris 13) : « L’histoire conflictuelle de la sécurité sociale. Une approche en termes de conventions »

14h00-16h00 : Table-ronde : Quel avenir pour l’école des conventions ? avec Thomas Larche (Ladyss, Université de Paris7), André Orléan  (CNRS) et Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille) (Présidence : Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille) )

Inscription gratuite mais obligatoire.
Contact :
sophie.goyat@univ-lille1.fr

Calculable and Valuable. Nouvelles tendances du capitalisme vues depuis le regard critique d’une pragmatique des conventions

Prochaine séance du séminaire interlabo Valeur, École polytechnique fédérale de Lausanne, mardi 17 avril 2018, 17h00

Laurent Thévenot (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

L’infrastructure nouvelle de formes conventionnelles contournant les Etats et participant d’un gouvernement par standard et objectif marque une étape nouvelle au regard de la marchandisation du monde. La réification d’une pluralité étendue de valeurs, dans des options certifiées supposées offertes aux choix des individus, modifie les contours de l’économie politique, et appelle à un renouveau des outils d’analyse.

Mardi 17 avril, 17h00 – EPFL – Bâtiment Mécanique (BM – 5202)

Gouvernement, participation et mission de l’entreprise

Colloque au Collège des Bernardins, Paris, les 16 et 17 mars 2018

Ce colloque conclura le programme de recherche « Gouvernement de l’entreprise et création de commun » (2015 – 2018) qui a porté sur la gouvernance de l’entreprise, son objet social et sa mission.

Le programme de recherche sur l’entreprise du Collège des Bernardins s’attache, depuis 2009, à reconstruire une vision cohérente et rigoureuse de l’entreprise, ainsi que de son rôle dans la société. Ces recherches contribuent aujourd’hui pleinement au débat public sur la réforme de l’entreprise.

Le dernier cycle de recherche « Gouvernement de l’entreprise et création de commun », prolonge les réflexions et propositions issues des programmes. « L’entreprise, formes de la propriété et responsabilités sociales » (2009-2011) et « L’entreprise : propriété, création collective, monde commun » (2012-2015).

L’entreprise, telle qu’elle s’est déployée au XXe siècle a rendu possible un progrès scientifique et technologique sans précédent, au point de modifier radicalement nos sociétés et notre environnement. Les entreprises, créatrices potentielles de nouvelles communautés, se révèlent d’une extraordinaire puissance pour modeler les communs. Aussi devons-nous concevoir un mode de gouvernement qui canalise cette puissance d’action au service de l’intérêt collectif. De même, les entreprises mondialisées d’aujourd’hui ne peuvent pas être considérées simplement comme des acteurs privés qui poursuivraient légitimement leurs intérêts propres.

Ces travaux ont montré que l’entreprise reste un impensé dans les sciences sociales et que la « grande déformation » de l’entreprise était liée à une lacune théorique sur la nature de l’entreprise et ses fondements, ainsi qu’à l’absence d’un droit propre de l’entreprise, en complément du droit des sociétés. L’équipe de recherche a posé les jalons d’une théorie renouvelée de l’entreprise qui rend compte de la spécificité liée à son apparition à la fin du XIXe: le contrat de travail et le management moderne, au service d’une mission de création collective.

Le dernier cycle du programme vise à penser un mode de gouvernement favorisant effectivement la création de relations sociales fécondes et de communs. Il montre la nécessité d’une révision profonde des schémas de gouvernement de l’entreprise, et il débouche sur de nouvelles approches de la mission de l’entreprise, de la nature du travail, du statut des dirigeants et de la participation des salariés au gouvernement de l’entreprise.

À la lumière de ces propositions, il pose des fondements et des modalités d’une réforme de l’entreprise, pour répondre aux défis technologiques, sociaux et écologiques du XXIe siècle.

Une journée qui permettra de restituer les travaux de la recherche et une matinée au cours de laquelle les propositions seront débattues avec des dirigeants d’entreprises, des responsables syndicaux et des acteurs politiques.

Programme détaillé sur le site du Collège des Bernardins

Appel à contribution / Call for papers : « Tant de capital, temps de travail ? »

Colloque organisé les 14-15 mai 2018 par le Centre de sociologie des organisations, Paris

Résumé. Loin d’avoir disparu, le temps d’emploi a été et reste au cœur de diverses lois sur le travail et l’enjeu de nombreux conflits que ce soit dans les entreprises ou à l’échelle nationale. Si de nombreux travaux ont porté sur le passage au « 35 heures » au tournant du siècle, nous nous attacherons ici à comprendre les dynamiques temporelles en cours près de 20 ans après les premières lois Aubry. Les trois axes retenus pour ce colloque concernent (1) la quantification et les nomenclatures statistiques du temps d’emploi, (2) les conflits et les compromis sur le lieu d’emploi et (3) la régulation publique du temps d’emploi.

Trois axes thématiques :

1) Quantifier et qualifier l’évolution du temps d’emploi

2) Conflits et compromis sur le lieu d’emploi

3) Régulation publique du temps d’emploi

Calendrier :

  • Réception des propositions de communication (en français ou en anglais) : le 5 janvier 2018 au plus tard
  • Information sur la sélection retenue et annonce du programme : le 23 janvier 2018 au plus tard
  • Date limite d’envoi des communications (40.000 signes max.) : le 23 avril 2018 au plus tard
  • Colloque : 14 et 15 mai 2018 à Paris.

Appel à contribution complet : http://calenda.org/422814

 

AES 2018 – Appel à communications – L’économie sociale en quête de ressources

Les 38e Journées de l’Association d’économie sociale se tiendront à Lyon les 5-7 septembre 2018.

Depuis les années 2000, les politiques sociales et l’économie sociale et solidaire ont connu des mutations accélérées. Les premières sont rationalisées sous l’empire du new public management et font l’objet d’exigences accrues du point de vue financier. Leur externalisation pourrait consolider l’ESS, si toutefois celle-ci n’était pas en même temps soumise à des contraintes financières importantes et au développement de la concurrence par l’extension des marchés publics au détriment du subventionnement. L’ESS a par ailleurs connu en France une reconnaissance institutionnelle déterminante, à un moment où elle fait face à l’émergence d’une représentation en terme d’entrepreneuriat social qui introduit des problématiques nouvelles d’évaluation d’impact. Enfin, la révolution numérique a fait apparaître des possibilités nouvelles d’obtention de ressources (notamment par la finance participative) et un cadre intellectuel renouvelé autour des communs conduit à repenser un certain nombre d’activités dans un cadre non marchand.

C’est donc sur les ressources des politiques sociales et de l’ESS, sur leur nature et leurs conséquences, que ce colloque entend mettre l’accent. Il s’agit d’un élargissement de la problématique du financement de l’économie sociale, qui n’a pas été le sujet principal des Journées de l’AÉS depuis 1991.

Il faut cependant reconnaître que les modalités d’action, les ressources et plus spécifiquement les modes de financements sont différents selon les champs d’action de l’économie sociale et selon la taille des structures : il est sans doute vain de chercher une grille de lecture unique pour l’ensemble du champ de l’économie sociale.

Les propositions pourront se décliner selon les axes suivants :

1 – Du retrait des politiques publiques au développement de l’ESS ?

2 – Quels outils et quels critères pour allouer les ressources et évaluer les activités ?

3 – Quelle coordination des ressources au service d’une dynamique territoriale ?

4 – Quel renouvellement des ressources au service de nouvelles formes de solidarité ?

5 – Quel cheminement historique pour les dispositifs de financement et la collecte des ressources, depuis le XIXe siècle ?

L’appel est ouvert à différentes disciplines (économie, sociologie, sciences politiques, histoire, sciences de gestion) et à leur croisement. Des propositions non spécifiques au thème central, relevant des champs habituels de l’économie sociale, sont également attendues.

Date de remise des propositions : 27 novembre 2017.

L’appel à communications sur le site du colloque.

Kolloquium Sozialforschung

Kolloquium Sozialforschung at University of Lucerne, in autumn semester 2017, offering lectures (in German) based on convention theory.

There is a series of lectures in the field of social research (methods) at University of Lucerne. Three of the six lectures are offered by conventionalists, referring topics to convention theory/applying convention theory. It will take place always on Wednesdays (16.15-17.45) at University of Lucerne (room 4.B54, Frohburgstrasse 3, Lucerne). Lectures are open for the interested public.

11.10.17 Prof. Dr. Regula Leemann (FHWN Basel) : «Die Soziologie der Konventionen in der sozialwissenschaftlich ausgerichteten Bildungsforschung: Methodologische und methodische Überlegungen und Erfahrungen»

15.11.17 Dr. Kenneth Horvath (Universität Luzern) : «Pädagogisches Unterscheidungswissen messen – Herausforderungen einer gegenstandsangemessenen Quantifizierung schulischer Klassifikations- und Bewertungslogiken»

13.12.17 Valeska Cappel (Universität Luzern) : «Health-Apps – Eine Forminvestition in einen digitalen Gesundheitsstatus?»

Program

Seminar: L’économie des conventions – ein französischer Ansatz der Wirtschaftssoziologie

At the University of Basel the seminar “L’économie des conventions” starts next week.

Die Wirtschaftssoziologie erlebt seit den 1990er Jahren im Kontext von Globalisierung, Neoliberalismus und Finanzkrisen eine Renaissance. Zwar hatten sich bereits die soziologischen Klassiker wie Marx, Weber oder Durkheim intensiv mit wirtschaftlichen Phänomenen auseinandergesetzt. In der Zeit nach dem Zweiten Weltkrieg dominierte hingegen eine zumeist stillschweigende Übereinkunft, der zu Folge sich die Soziologie mit der Gesellschaft und die Ökonomie mit der Wirtschaft beschäftigte. Diese Sicht gilt inzwischen als überholt, und heute kommt es immer öfter vor, dass soziologische und ökonomische Ansätze in direkte Konkurrenz zueinander geraten. Vor diesem Hintergrund setzen wir uns mit der «économie des conventions» (oder Konventionen-Ökonomie), einem französischen Ansatz der Wirtschaftssoziologie, auseinander. Mit dem Buch von Rainer Diaz-Bone (2015) liegt erstmals eine deutschsprachige Publikation vor, welche diesen Ansatz umfassend vorstellt. Im deutschsprachigen Raum bereits einigen Jahren bekannt ist die These vom «Neuen Geist des Kapitalismus» (Boltanski & Chiapello 2003), welche aus diesem Ansatz hervorgegangen ist. Die Auseinandersetzung mit der «économie des conventions» ist aus zweifachem Grund von besonderem Interesse: Zum einen, weil der Ansatz von Soziolog*innen und Ökonom*innen gemeinsam entwickelt wurde. Zum anderen, weil er ziemlich andere Wurzeln hat als die dominierenden angelsächsischen Ansätze der Wirtschaftssoziologie: So schlägt sich in den Konzepten der Konventionen-Ökonomie nicht zuletzt die kritische Auseinandersetzung mit so einflussreichen französischen Autoren wie Michel Foucault, Pierre Bourdieu oder Bruno Latour nieder.

Information

René Girard ou le sacrifice de la raison

Conférence à venir de Pierre-Yves Gomez, le 11 octobre 2017 (20h-21h30)

Le Collège Supérieur – 17 rue Mazagran – 69007 Lyon

L’apport fondamental de René Girard aux sciences sociales a été de nous permettre de considérer le désir non plus comme une catégorie essentiellement subjective fondant le comportement de l’individu moderne, mais comme une catégorie construite par le jeu inter subjectif des désirs mimétiques.

Une démarche identique de désubjectivation a été appliquée non au désir mais à la raison elle-même : une part de la rationalisation de nos comportements souscrit, par mimétisme, aux attentes que nous croyons être celles des autres ; cette auto ajustement généralisé définit et réalise les normes de nos « bonnes conduites ».

On a ainsi pu avancer les termes d’une « économie de la croyance » (ou économie des conventions ) fondée sur les intuitions de René Girard. Elle permet de compléter ses analyses en mettant au jour combien le « sacrifice de la raison » est au cœur de nos comportements apparemment les plus rationnels…

Réservation

 

 

Forthcoming workshop “Governing by numbers: Key indicators and the politics of expectations”

Workshop, October 5 – 7, 2017, Martin-Luther-University Halle-Wittenberg

Organizers: Walter Bartl, Audrey Terracher-Lipinski

Advisory committee: Petra Dobner, Oliver Holtemöller, Christian Papilloud, Richard Rottenburg, Reinhold Sackmann, Konstanze Senge

Politics in the 20th century created a whole array of indicators, such as gross domestic product (GDP) or unemployment indicators, that became crucial for the structuration of entire policy fields. Politics in the 21st century, inspired by the new public management discourse, complemented this trend by developing not only more indicators but also by inventing new forms of regulation and new ways of modelling political expectations about the future. In the sociology of quantification, the relevance of numbers in democratic politics and democratic representation was among the earliest issues addressed. A basic assumption in this line of reasoning is that there is an inherently political dimension to what seems to be methodological or technocratic issues in the quantification process. While research has become more diversified, there is also growing need for systematizing theoretical approaches and empirical findings as well as pursuing a strategic approach in defining desiderata for further research so as to build a more coherent stock of knowledge about the politics of quantification.

The planned workshop seeks to advance this endeavor by focusing especially on institutionalization processes of key indicators and particularly on the relevance of key indicators to a ‘politics of expectations’.

Governing by indicators: In a globalizing world of ever more complex social relations, there is a rising demand for accessible and comparable knowledge. Since numbers are said to possess many features that cater to this demand, quantification has been observed as a pervasive feature of contemporary society. Indicators are a special form of quantification in that they emphasize the intentional use of numbers and scripted (political) action. Indicators can be qualified, first, as numbers that use a limited set of measurable parameters to make phenomena visible that cannot be observed directly. Hence, otherwise latent phenomena become manifest by operationalizing them using certain indicators. For example, the American census created racial categories that consequently came to represent heterogeneous populations as homogeneous groups of society. Second, since indicators simplify complex phenomena, their interpretation depends on concepts that ensure their communicability. Concepts aid interpretation by relating the phenomena of interest to the chosen measure. However, these concepts (implicitly) contain causal attributions and, hence, suggest scripts for (political) action.

Key indicators and politics: The power of indicators to structure entire policy fields is very much debated. On the one hand, there is evidence that particular key indicators are so widely used in society that they have become crucial to the regulation of social life ― such as GDP with respect to economic policy. Among the evidence supporting this view is that the effects of some key indicators have a visible impact on policy fields ― a case in point are performance indicators and their impact on education policy. Other indicators operate largely hidden from public scrutiny. On the other hand, very often the power of indicators is also questioned ― as in the case of environmental indicators in politics. However, the processes by which indicators become institutionalized as key elements of collective efforts to achieve larger social goals are still poorly understood. The same can be said about conflicts over alternative indicators. With regard to the potential power of indicators, the contributions will address institutionalization processes of key indicators and conflicts that arise from divergent practices of using indicators in politics. Can indicators mediate conflicts between different actors?

The politics of expectations: The future is essentially uncertain. Yet political actors have to build expectations about the future in order to make plans and collectively binding decisions. Expectations are fictional in the sense that those who rely on them treat them as if they were certain to become reality. This creates an incentive for actors to try to influence the expectations of others by creating credible accounts of future states of the world. How are expectations about the future symbolized and narrated in politics? How do indicators operate as instruments of imagination? Do indicators measure past developments, implicitly assuming that these developments will continue in the future, or do they project future developments, explicitly aiming to account for the contingency of the future? Recently, there seems to be an increasing relevance of prospective indicators such as in inflation targeting when central banks communicate expected inflation rates or when policy targets are formulated as quantitative indicators such as in the European Union’s Open Method of Coordination or in the global governance of development.

Confirmed speakers include Laurent Thévenot, Kenneth Prewitt, Christina Boswell, Rainer Díaz-Bone, Philipp Lepenies and others.

Deadline: Registration is possible until 1st 

Information & Registration

Panel « Convention » at the upcoming AFEP congress

At the AFEP congress 2017 (5-7 July) at Rennes 2 (Campus Villejean) there will a session devoted to (applications of) convention theory.

The session « Conventions » will take place Wednesday 5th of July (14-15.30, Room 1.147) and it will be headed by Nicolas Da Silva (CEPN, University of Paris 13)

  • Christian Bessy (IDHES, Ecole normale supérieure de Cachan)
    Conventions de valorisation des brevets et intermédiaires du droit
  • Pierre Robert (Clersé, U. Lille 1)
    Une analyse conventionnaliste de la pauvreté énergétique à partir de l’action publique sénégalaise dans l’énergie
  • Alain Herscovici (CNPq, U. Federal do Espirito Santo)
    L’historicité du capital : quelques considérations d´ordre épistémologique

Registration is possible until 1st of June, see congress home page

https://afep2017.sciencesconf.org/

 

Conventionalist plenary session at the congress of the Swiss Society for Research in Education (SSRE) 2017

Plenary session “Das Potenzial der ‘Économie des Conventions’ für eine sozialwissenschaftlich orientierte Bildungsforschung“ (The potential of the économie des conventions for social science-oriented educational research)
The plenary will take place at the congress of the Swiss Society for Research in Education (SSRE) in Fribourg (Switzerland), Tuesday 27th of June 2017 (8.30-10.00)

Chair(s): Regula Julia Leemann (Pädagogische Hochschule Nordwestschweiz)
Discussant(s): Philipp Gonon (Universität Zürich)/Christian Imdorf (Universität Bern)

Program
– Stephan Dahmen (Universität Bielefeld, Fakultät für Erziehungswissenschaften)
Übergänge als Bewährungsproben – Zur konventionsbasierten Regulierung von Übergängen in Organisationen des Übergangssystems
– Berner Esther (Universität der Bundeswehr Hamburg, Departement Erziehungswissenschaften)
Der „Lehrling“: Qualifizierung einer Kategorie im schweizerischen Rechtsdiskurs (1870-1930)
– Hauke Straehler-Pohl (Freie Universität Berlin, Fachbereich Erziehungswissenschaft und Psychologie)
Scheiternde Rechtfertigungsordnungen der schulischen Selektion an einer Hauptschule im « Berliner sozialen Brennpunkt »

For more details see:
https://www.conftool.com/ssre2017/index.php?page=browseSessions&path=adminSessions&form_session=19&presentations=show