Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action “industrial merchant”. The latter follow a logic of action “professional” based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.

La diversité des structures de rationalité en microéconomie, par Aude Lambert

Thèse soutenue le 16 novembre 2016 sous la direction de Pierre Livet

La microéconomie conventionnelle présente le concept de rationalité de manière univoque et étroite comme maximisation de l’utilité espérée. On sait les critiques qui ont été adressées à ce concept tant du point de vue de l’économie comportementale que de celui de la sociologie. Notre objectif est de proposer une lecture de certaines de ces critiques afin de montrer que, pour l’essentiel, elles mettent en évidence la diversité des modes de rationalité. Le problème est, dès lors, de savoir si le constat de cette diversité conduit nécessairement à la récusation du modèle standard. Cette thèse s’inscrit dans la double perspective de la théorie du choix rationnel et de la théorie des jeux. À partir des critiques de l’économie comportementale, nous soutenons que le principe de maximisation constitue un mode de raisonnement local et évaluable au regard du contexte d’action. Mais une telle régionalisation implique une profonde révision de la théorie des jeux standard. La récusation de l’équilibre général, fondé sur le présupposé de la maximisation de l’utilité espérée, comme modèle univoque appelle un nouveau type de formalisation. En ce sens, nous montrons que la modélisation multi-agents permet de penser, de manière contrefactuelle, des interactions entre agents économiques rationnels et situés. Cette méthode nous autorise ainsi à élaborer des scénarios rationalisants qui dessinent des mondes possibles sans trancher entre ces mondes.

Jury :
Gilles Campagnolo, Directeur de recherche CNRS, Aix-Marseille Université, GREQAM
Olivier Favereau, Professeur émérite à l’Université Paris X – Nanterre, EconomiX (rapporteur)
Pierre Livet, Professeur émérite à Aix-Marseille Université, CEPERC
Emmanuel Picavet, Professeur à l’Université Paris I -Panthéon Sorbonne, NoSoPhi (rapporteur)
Franck Varenne, Maître de conférences à l’Université de Rouen, GEMASS

The diversity of rational patterns in microeconomics

Standard microeconomics displays the concept of rationality as the maximisation of expected utility i.e. in a narrow and unequivocal sense. The criticisms against this concept made by behavioural economics or sociology are well known. I aim at providing an analysis of some of them in order to emphasise the fact that they mainly highlight the diversity of reasoning modes. But the issue is to know whether the diversity of reasoning modes necessarily leads to reject the standard model. My intention falls into two fields : the theory of Rational Choice and the Game Theory. From the point of view of behavioural economics, I assume that the maximisation is nothing more than a local reasoning mode that can be assessed in relation to the context of action. But this assumption implies correcting the standard Game Theory as well. The fact that the general equilibrium, based on the maximisation of expected utility, cannot be used anymore as an unique model calls a new kind of formalisation. So, I point out that agent-based modelling allows us to conceive, in a counterfactual way, interactions between rational economic agents in their context. Therefore, in this respect, rational patterns of actions and interactions design possible worlds without having to choose between them.

Handling the clash between production & consumption. A situated view on front-line service workers’ competencies in interactive service, by Anna Schneider

PhD-thesis University of Innsbruck

 

The majority of the workforce is currently employed in the service industry where many employees are involved in daily face-to-face service interactions with customers. At the same time, these direct customer interactions are increasingly put under pressure for example, in traditional retailing by alternative distribution channels. Nevertheless, whenever an essential part of a business-model’s value-creation process builds on interactive service work, both front-line service workers and customers are forced to mutually work together in service interactions. The present study shows the tensions front-line service workers face between demands for cost-efficiency on the one hand and customer service on the other. Although these two rationalities do not necessarily contradict each other on an organizational level, individual front-line service workers face these contradictions in the form of challenging tensions in every day interactions with customers. Building on rich and comprehensive observational and interview data from the retail sales floor, the interpretive research approach allows the analysis of the challenges of interactive service work and carves out the corresponding competencies to handle the clash between production and consumption which manifest in service interactions. Drawing on Convention Theory (“Économie des conventions”), the situation as unit of analysis becomes center stage. Convention Theory shows that not only are individual characteristics such as friendliness important for successful service interactions, but especially the competent interplay between individual resources and organizational settings within the situation of interaction is essential. The results shed new light on individuals’ contributions to successful service interactions and contributes to a more fine-grained picture of the challenges and competencies in interactive service work.

Supervised by Julia Brandl (University of Innsbruck)

https://www.amazon.de/Handling-between-production-consumption-Organisationsforschung/dp/395710064X

Les mutuelles de santé dans l’extension de la couverture maladie au Sénégal. Une lecture par les conventions et l’économie sociale et solidaire, par Juliette Alenda

Thèse soutenue le 17 mai 2016 sous la direction de Bruno Boidin

Cette thèse aborde la question du potentiel des mutuelles comme base de la protection de la santé en Afrique. Le contexte est celui des régimes actuels de couverture maladie en Afrique de l’Ouest et centrale, hérités de modèles occidentaux, qui ne couvrent qu’une petite partie de la population, les travailleurs du secteur dit formel. Les gouvernements de ces pays se sont engagés dans l’extension de leurs couvertures maladies afin de fournir un accès universel aux soins. Depuis deux décennies, les mutuelles de santé se développent dans cette zone et sont devenues, dans certains pays, des piliers de cette extension. Mais, au regard des évolutions constatées, elles connaissent des difficultés importantes qui freinent leur développement. La littérature se concentre principalement sur les aspects opérationnels et financiers. En nous plaçant dans le contexte du Sénégal, notre thèse vise à montrer que cette vision est restrictive et laisse de côté les dimensions politiques et socioculturelles. En nous appuyant sur la littérature académique et celle des institutions, des entretiens semi-directifs et des études de cas, nous mettons en évidence deux explications principales à la stagnation des mutuelles de santé dans ce pays : un manque d’adhésion des populations qui provient d’une absence de compréhension de leur perception de la mutualité et de la santé, et l’influence des rapports de force entre les divers acteurs impliqués dans l’extension de la couverture maladie. La mobilisation de l’économie des conventions et de la littérature sur l’ESS permet de mettre en perspective ces obstacles et de montrer que les mutuelles ne devraient pas résulter d’un processus « clé en main ».

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Bruno BOIDIN, Maître de conférences/HDR, Université Lille 1, directeur de thèse
M. Hervé DEFALVARD, Maître de conférences/HDR, Université Paris-Est Marne-La-Vallée, rapporteur
M. Fred EBOKO, Chargé de recherche 1ère Classe/HDR, Institut de Recherche pour le Développement
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeur, Université Lille 1

Accéder à la thèse

Mutual health insurance in the context of expanding health coverage in Senegal : a reading by the conventions and the social and solidarity economy

This thesis addresses the idea of mutual health organizations (MHOs) as a foundation for health protection in Africa. Current health coverage schemes in West and Central Africa, inherited from Western models, include only a small part of the population, the so-called formal sector. The governments of these countries have engaged in expanding coverage to provide universal access to health care. For two decades, MHOs have developed in this area and have become, in some countries, the pillar of this expansion. But, in light of observed trends, there are significant problems restricting the development of mutual insurance. The literature mainly focuses on operational and financial aspects. In the context of Senegal, our thesis is to show that this vision is restrictive and ignores the political and socio-cultural dimensions. Building on the literature from institutions, academic literature, semi-structured interviews and case studies, we highlight two main explanations for the stagnation of MHOs in this country: a lack of support of the population due to a deficiency in understanding their perception about mutuality and health; and the influence of power between the various actors involved in the health coverage expansion. Mobilizing the economy of conventions and literature on the SSE, we put these obstacles into perspective and show that MHOs should not result from a “turnkey” process.

 

 

La construction problématique de la relation d’emploi dans l’ESS Les EHPAD : entre régulations publiques et régulations d’entreprise, par Laura Nirello

Thèse soutenue le 7 décembre 2015 sous la direction de Jean-Pierre Brechet et Lionel Prouteau

Le développement de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire (ESS) est accompagné d’un discours des acteurs sur leur volonté de « faire autrement » par rapport au management des entreprises lucratives. L’objet de la thèse est d’étudier dans quelle mesure le statut juridique des structures a une incidence sur la qualité des emplois, en particulier dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). L’approche pluridisciplinaire mêlant économie conventionnaliste et sociologie des organisations (théorie de la régulation sociale) permet d’appréhender la complexité du fonctionnement des organisations et montre la nécessité d’étudier la relation d’emploi dans le contexte des régulations dont ces organisations relèvent. Des investigations quantitatives conduisent à souligner l’hétérogénéité des situations en matière de qualité de l’emploi dans l’ESS. Une enquête qualitative permet quant à elle d’analyser les modalités de construction et d’exercice de la relation d’emploi. Le poids des régulations publiques réduit les degrés de liberté des organisations. La relation d’emploi est problématique au niveau national, ce dont témoigne le conflit autour de la convention collective nationale 51. Au sein des établissements, les tensions sont vives. Les faibles marges de manoeuvre existantes soulignent le rôle que peut jouer le sens donné par les salariés à leur travail, et la manière dont celui-ci est porté par les projets des entreprises. Notre recherche conduit à une réflexion sur la difficulté pour les organisations de l’ESS d’affirmer une identité propre et des valeurs partagées par l’ensemble des acteurs tout en assurant la pérennisation des activités.

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Jean-Pierre BRECHET, Professeur, Université Nantes (Co-directeur de thèse)
M. Alain DESREUMEAUX, Professeur émérite, Université de Lille 1 (Rapporteur)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Dominique PEYRAT-GUILLARD, Maître de conférences HDR, Université d’Angers
M. Lionel PROUTEAU, Maître de conférences émérite, Université Nantes (Co-directeur de thèse)

Accéder à la thèse

The problematic construction of employment relationship in the social economy
Nursing homes: between public regulations and enterprise regulations

The expansion of employment in the social economy (SE) has been paralleled by the declared will of the SE actors to distinguish their management from the one of the private for-profit sector. This thesis is aimed at studying to what extent there is a sector effect on job quality, especially in nursing homes industry. The multidisciplinary approach combining the economics of conventions and the sociology of organizations (the theory of social regulation) allows us to comprehend the complexity of the organizational functioning. Such an approach also highlights the need to study the employment relationship in the context of the regulations that govern the organizations. Our quantitative investigations lead us to underscore the heterogeneity of job quality in the SE. A qualitative survey allows to analyze how the employment relation is built and how it is working out. Public regulations restrict the margins of organizations. The employment relationship is strained at a national level as evidenced by the conflict concerning the collective agreement of 1951. In the organizations, tensions are high. The weak margins stress the role that the meaning given to their jobs by workers can have, and the way that this meaning is strengthened by organizations. Our research leads to think about the difficulty of the SE organizations to assume their own identity and shared values while ensuring the continuity of their economic activities.

Une analyse conventionnaliste des collaborations entre entreprises sociales et entreprises commerciales : l’exemple de l’insertion par l’activité économique, par Philippe Semenowicz

Thèse soutenue le 18 novembre 2015, sous la direction de Hervé Defalvard

Les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) proposent à des personnes rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières une mise en situation de travail et une prise en charge de ces besoins sociaux et professionnels. Depuis une dizaine d’années, les SIAE ont engagé un processus de rapprochement avec les entreprises commerciales, alors qu’antérieurement prévalaient des relations de méfiance réciproque. L’objet de la thèse est précisément d’analyser le fonctionnement des « collaborations » nouées entre les SIAE et les entreprises commerciales.

Après avoir présenté la diversité des SIAE et leur évolution historique, la thèse expose les débats qu’elles ont suscités dans le champ académique. Elle analyse ce qui fait leur originalité par rapport aux entreprises commerciales, en mobilisant à cette fin la littérature internationale sur l’entreprise sociale. Les entreprises sociales, dont les SIAE font partie, sont distinguées de l’entrepreneuriat social, qui est défini dans la thèse comme une stratégie particulière qui s’offre à elles : privilégier les collaborations avec les entreprises commerciales comme modalité d’action et de développement. Un modèle d’analyse inspiré de l’économie des conventions est élaboré pour mettre à l’épreuve l’enquête qualitative réalisée (trois fines monographies).

Ce travail permet de distinguer trois « conventions d’insertion » (civique-marchande, civique-industrielle et civique-connexionniste), qui sont autant de compromis permettant une coordination entre SIAE et entreprises commerciales. Ces « conventions d’insertion » sont présentes au sein de chacune des études de cas mais dans des proportions variables, en fonction des milieux institutionnels dans lesquels évoluent SIAE et entreprises commerciales : les entreprises commerciales abordent l’insertion en se la réappropriant, selon les objectifs qu’elles poursuivent et les contraintes auxquelles elles sont exposées. La dimension civique est constamment mêlée à d’autres principes supérieurs communs. L’insertion apparaît au final comme une notion ouverte à plusieurs acceptions. L’enjeu principal des collaborations entre SIAE et entreprises commerciales réside alors dans l’adoption de conventions d’insertion exigeantes.

Jury :
Philippe Batifoulier, Professeur à l’Université Paris XIII
Bernard Baudry, Professeur à l’Université Lumière Lyon II
Hervé Defalvard, Maître de conférences HDR à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Florence Jany-Catrice, Professeure à l’Université Lille I
Yannick L’Horty, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Marthe Nyssens, Professeure à l’Université Catholique de Louvain.

Performativité des indicateurs, indicateurs alternatifs et transformation des modes de rationalisation, par Fiona Ottaviani

THÈSE
Pour obtenir le grade de
DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ GRENOBLE ALPES
Spécialité : Sciences économiques

Resumé

Les recherches récentes portant sur les indicateurs alternatifs suggèrent la nécessité d’une révision fondamentale de la manière de concevoir le processus de construction des indicateurs et s’inscrivent dans un mouvement critique vis-à-vis du primat d’une forme de rationalisation économiciste et expertale dans le champ des politiques publiques. Cette thèse s’inscrit dans le champ de ces travaux et a pour objet d’apprécier la manière dont il est possible que ces indicateurs soient porteurs d’une « alternative » en termes de rationalisation de l’action.
Pour apprécier les transformations opérées au sein du processus de quantification, la thèse prend pour objet l’expérimentation menée à Grenoble quant à la construction d’Indicateurs de Bien-Etre Soutenable Territorialisés (IBEST). La première partie du travail, d’ordre théorique, établit un lien entre la dimension conventionnelle des indicateurs, leur caractère performatif, la rationalité postulée des acteurs et la rationalisation des politiques publiques. Elle est complétée par une analyse de la dimension axiologique des critères de choix sociaux (bien-être, soutenabilité) axée sur les théories du développement qui peuvent appuyer la construction de
tels indicateurs. La seconde partie s’attèle à l’analyse de l’expérimentation IBEST au regard du cadre conventionnaliste et met en exergue qu’un tel processus d’élaboration d’indicateurs induit des transformations aussi bien en ce qui concerne la dimension axiologique présidant à la construction des indicateurs que sur le plan de la rationalisation scientifique et politique. Suivant une logique pragmatique de la recherche-action, nous mettons en avant la plus-value de l’articulation entre une logique d’enquête et une démarche participative au regard du
processus d’opérationnalisation d’indicateurs de bien-être soutenable. Au final, outre les apports méthodologiques et cognitifs liés à l’hybridation opérée entre la méthode quantitative et la méthode participative, la contribution de la recherche réside dans l’éclairage que l’expérimentation apporte sur la conception de la dynamique institutionnelle. En effet, le type de montée en généralité particulière associé à la démarche participative et plus largement le processus non linéaire de quantification d’IBEST appuient la pertinence des concepts d’ « arrièreplan » et de « communautés interprétatives » pour apprécier le type de dynamique à l’oeuvre dans une telle expérimentation et pour la mise en cohérence des notions de légitimité et d’ « encastrement institutionnel ». Nous aboutissons ainsi à une conception de la dynamique institutionnelle qui procède par sédimentation et découle d’une transformation des conceptions et des pratiques d’acteurs dans le champ scientifique et politique.

Mots clés : Bien-être ; convention ; expérimentation ; indicateurs alternatifs ; performativité, rationalisation ;
soutenabilité

Thèse soutenue publiquement le 18 septembre 2015,
devant le jury composé de :
– M. Tom Bauler (Président du jury)
Professeur des universités,
IGEAT, Université libre de Belgique
– Mme Catherine Figuière (Suffragant)
Maitre de conférences HDR,
CREG (EA 4625), Université Pierre Mendès France, Université Grenoble-
Alpes
– Mme Florence Jany-Catrice (Rapporteur)
Professeur des universités,
CLERSE (UMR 8019 CNRS), Université de Lille 1
– M. Michel Renault (Rapporteur)
Maitre de conférences HDR,
CREM (UMR 6211 CNRS), Université de Rennes 1
– M. Robert Salais (Suffragant)
Professeur des universités émérite,
IDHES (UMR 8533. CNRS), ENS-Cachan

 

Donwload link:

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01333323

Die Dynamik ökologischer Märkte: Eine feldanalytische Betrachtung des Marktes für Bio-Molkereiprodukte, by Lisa Suckert

[The dynamics of biological markets. A field analytical analysis of the market for biological diary -products]

PhD-thesis University of Bamberg

Ökologische Märkte, d.h. Märkte auf denen »umweltfreundliche« Güter gehandelt werden, gelten bei Politikern, Unternehmern und Umweltaktivisten gleichermaßen als Hoffnungsträger. Lisa Suckert entschlüsselt in ihrer wirtschaftssoziologischen Studie die paradoxe Dynamik, die die gegenwärtige Entwicklung prägt: Denn während ökologische Märkte auf ökonomisches Wachstum zielen und sich öffnen, ist ihre Existenz gleichzeitig an die Bewahrung ökologischer Authentizität und damit an eine verstärkte Abgrenzung geknüpft.
Am Beispiel des Marktes für Bio-Molkereiprodukte, dessen Herausbildung von den 1980er-Jahren bis in die Gegenwart rekonstruiert wird, gelingt es der Autorin zentrale Funktionslogiken herauszuarbeiten. Es wird deutlich, dass die paradoxe Dynamik der simultanen Öffnung und Schließung erst durch das historische Ineinandergreifen von sich wandelnden Machtpositionen, neu etablierten Konsekrationsinstanzen, ambivalenten Akteursstrategien und einer sukzessiven Umdeutung dessen, was auf dem Markt Wert besitzt, ermöglicht wurde. Der feldanalytische Fokus auf Macht, Ambivalenz und Diskurse erlaubt völlig neuartige Einblicke in die Funktionsweise ökologischer Märkte sowie eine kritische Auseinandersetzung mit dem Phänomen selbst.
Mit der fruchtbaren Erweiterung der Bourdieu schen Feldtheorie durch Konzepte der Economie des Conventions sowie einem innovativen Forschungsdesign, das Märkte durch korrespondenz- und diskursanalytische Instrumente als Felder greifbar macht, leistet die Untersuchung einen wesentlichen Beitrag zur Weiterentwicklung der Marktsoziologie.

Supervised by Richard Münch (University of Bamberg)

https://www.amazon.de/Dynamik-%C3%B6kologischer-M%C3%A4rkte-feldanalytische-Bio-Molkereiprodukte/dp/3744508749/ref=sr_1_1?s=books-intl-de&ie=UTF8&qid=1514818093&sr=8-1&keywords=Suckert%2C+Lisa

Performativité des énoncés de la théorie économique : une approche conventionnaliste, par Nicolas Brisset

Thèse soutenue le 11 décembre 2014 à l’université de Lausanne
Sous la direction de Roberto Baranzini (université de Lausanne) et Jérôme Lallement (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Prix de thèse Gaëtan Pirou – Aguirre Basualdo, décerné par la Chancellerie des Universités de Paris en 2015

Jury :

  • Roberto Baranzini, Professeur Associé, Université de Lausanne (Co-directeur)
  • Olivier Favereau, Professeur des Universités, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense
  • Jérôme Lallement, Professeur des Université, Université de Paris 5 René Descartes – CNRS (Co-directeur)
  • Harro Maas, Professeur, Universiteit Utrecht
  • Emmanuel Picavet, Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Philippe Steiner, Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne
  • Dominique Vinck, Professeur, Université de Lausanne
  • Bernard Walliser, Professeur à l’École Nationale des Ponts et Chaussées, d’Économie de Paris
  • Alessandro Villa, Professeur Ordinaire, Université de Lausanne (Président du Jury).

Résumé. L’objectif de cette thèse est à la fois d’élaborer une critique étayée de la théorie de la performativité des énoncés telle qu’elle a été développée à la suite des travaux de Michel Callon, et de fournir les outils théoriques permettant de compléter cette dernière. Notre contribution consistera à rapprocher le corpus performativiste de la théorie des conventions (principalement à partir des travaux de David Lewis) afin de mettre en lumière certaines conditions à la performativité des énoncés théoriques : pour qu’une théorie participe à la construction du monde social au sens de Callon, il faut qu’elle prenne le statut de convention au sein du monde social.

Abstract. This thesis explores the analytical scope offered by the notion of performativity of economics. After having emphasize that its principal limit was its difficulty of provide a clear theorization of potential failures of performativity, we set a new approach of this idea based on the concept of convention: to perform the social world, a theory must become a new convention in an existing social world made of conventions. I then use this new conceptual frame in case-studies.

Présentation de la thèse dans la Revue de la régulation

Télécharger la thèse / Download link

Instituer la performance : une application au travail du médecin, par Nicolas Da Silva

Thèse soutenue le 9 décembre 2014 sous la direction de Philippe Batifoulier

L’émergence de la logique de performance marque un changement majeur dans les stratégies publiques ou privées de management des ressources humaines. La relation médicale est exemplaire de cette évolution. Alors qu’historiquement les négociations entre l’Etat et les médecins portaient exclusivement sur des problématiques de prix, depuis le début des années 1990, la régulation publique se fait par les pratiques. L’objectif du contrôle est alors de promouvoir la qualité des soins – notamment sur les enjeux de santé publique – et la réduction des dépenses – en évitant le développement des maladies chroniques et en favorisant la prescription de médicaments génériques. L’introduction d’un dispositif de paiement à la performance médicale, en 2011, est l’étape ultime de ce tournant métrologique de la profession qui conduit à multiplier les dispositifs d’évaluation chiffrée de la pratique médicale et à mettre en indicateurs le travail du médecin. Dans une perspective institutionnaliste, notre thèse propose d’interroger la pertinence de cette réforme visant à instituer la performance.Nous montrons que cette institution de la performance n’est ni efficace ni efficiente. En conduisant à de nombreux effets pervers, elle se fait au détriment des intérêts des patients et des médecins de première ligne. L’injonction à la performance ne conduit pas à améliorer la qualité des soins et à renforcer la maîtrise des dépenses de santé, contrairement aux objectifs annoncés. Par contre, dans l’esprit du néolibéralisme contemporain, la santé est assimilée à un bien comme un autre autour duquel il est possible de mettre en concurrence les producteurs et les consommateurs.

Accéder à la thèse

Instituting performance : applied to physician labour

The emergence of the logic of performance illustrates a major change in public or private human resources management strategies. The health care relation is exemplary of these evolutions. Historically, negotiations between the State and physicians exclusively focused on prices. However, since the beginning of the 90’s, public regulation is carried out through professional norms. The goal is to improve the quality of care and to control public spending (avoiding chronic diseases and encouraging the use of generic drugs). The introduction of pay-for-performance in France in 2011 is the ultimate stage in this metrological turning point defined by a numerically-based assessment of medical work. In an institutionalist viewpoint, our thesis seeks to question the relevance of this reform which aims at instituting performance.We show that this project is neither effective nor efficient. Leading to numerous perverse effects, it is implemented regardless of the patients’ interests and of the general practitioners. Contrary to what was proclaimed, this injunction for performance did not achieve the improvement of quality in medical care and the control of health expenditures. Yet, in the contemporary neoliberalism spirit, health is associated with a good as any other, surrounding which it is possible to generate competition among producers and consumers.

Approche économique de la qualité d’un bien intermédiaire : application à la filière rizicole malgache, par Tiana Rakotondramanitra

Thèse soutenue le 3 décembre 2014 sous la direction d’Olivier Favereau

Madagascar souffre d’une insuffisance chronique en riz, aliment de base de la population. La filière peine à sortir de la dépendance aux importations et encore moins à développer les exportations. Nous tentons de voir en quoi ces contre-performances reflètent une « crise de la qualité » dans les échanges à l’aide du modèle de marché de Harrison White (2002) qui analyse la notion de viabilité des échanges autour des questions de qualité. Celle-ci passe par l’existence d’un ordre de qualité du riz (paddy ou blanchi) fondé sur les perceptions ressenties par les acteurs. Pour cela, les intermédiaires de la filière ont à définir une orientation de leurs activités en amont ou en aval selon la localisation de la plus grande incertitude sur la qualité du riz, pour saisir, et être en accord avec, les perceptions de la qualité par les acteurs concernés. L’analyse des échanges dans l’Alaotra-Mangoro donne les résultats suivants. 1/ Trois circuits de commercialisation du riz sont théoriquement viables. Le circuit « dominant » et le circuit « à la marge » sont dominés respectivement par une convention de qualité « domestique » basée sur la qualité nutritive du paddy et une autre « industrielle » basée sur la qualité esthétique du riz blanchi. Sur le circuit « transitionnel », coexistent les deux conventions de qualité, « domestique » en amont et « industrielle » en aval. 2/ L’ordre de qualité sur ce circuit résulterait d’un compromis entre conventions matérialisé par un référentiel de qualité esthétique et nutritive du riz (paddy et blanchi). 3/ La reconnaissance de ces deux conventions de qualité et de la nécessité d’un compromis entre celles-ci rendrait les échanges viables et lèverait l’actuelle « crise de la qualité » au sein de la filière.

Economic Approach of Input Quality : application to the rice value chain in the Alaotra-Mangoro region (Madagascar)

Madagascar suffers from a chronic insufficiency of rice, the staple food of the population.The value chain is struggling to emerge from dependence on imports and even less to develop exports.We try to see how these poor performances reflect a “quality crisis” in rice exchanges by means of themarket model of Harrison White (2002) and its concept of market “viability” based on quality issues.To be viable, market needs to be governed by an order of quality defined by perceptions on ricequality from actors at play. The intermediaries have then to orient upstream or downstream theiractivities depending on where the greatest uncertainty on quality is in order to take into accountquality perceptions by the actors involved. Rice exchanges analysis in the Alaotra-Mangoro gives thefollowing results. 1 / Three rice marketing channels are theoretically viable. The “dominating”marketing channel and the “marginal” one are respectively ruled by a “domestic” quality conventionaround the nutritious quality of paddy and an “industrial” one around the esthetic quality of milledrice. Both quality conventions exist on the “transitional” channel: the “domestic” convention is sharedby upstream and the “industrial” one by downstream. 2 / The order of quality on this last marketingchannel would be a compromise between the two existing conventions and is materialized by areferential of esthetic and nutritious quality. 3 / The recognition of these two quality conventions andof the need for compromise between them would enable rice exchanges to be viable and then wouldend the “quality crisis” at the origin of the poor performances of the Malagasy rice value chain.

 

L’individualisation de la relation de travail. Une analyse conventionnaliste dans la banque de détail commerciale en France et au Royaume-Uni au tournant des années 2000, par Jean-François Lejeune

Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’Université de Paris 10 – Nanterre 2013

RESUME
La dynamique actuelle d’individualisation de la relation de travail s’entend comme une remise au premier plan du salarié en tant qu’individu au sein de l’organisation du travail et en matière de reconnaissance. Ce tropisme vers l’individu constitue un processus institutionnel pluriel dans lequel coopération et rapports de force concourent à structurer et à légitimer l’individualisation aux niveaux interprofessionnels, sectoriels et organisationnels. L’économie des conventions permet d’appréhender, davantage que la théorie de l’agence, les interactions entre dynamiques institutionnelles et pratiques d’acteurs ainsi que les investissements de formes sur lesquels elles s’appuient.
La nature des structurations macrosociales ne détermine pas totalement celle des pratiques dans les entreprises, où l’individualisation devient tangible. Si les évolutions du rapport salarial sont pour partie différenciées en France et au Royaume-Uni, elles laissent ouverte l’alternative entre deux types de valorisation de l’individu dans la relation de travail : « néolibéral » et « émancipateur ». Si le secteur de la banque de détail commerciale affiche dans les deux pays une l’individualisation structurée vers la productivité et le contrôle, plutôt que vers la reconnaissance des qualifications, la comparaison – issue pour l’essentiel d’entretiens et d’exploitation d’archives – de quatre établissements bancaires démontre qu’existent des pratiques d’individualisation partiellement différenciées, en particulier en ce qu’elles sont davantage formalisées dans les banques britanniques, tout autant qu’elles y sont mieux assumées et légitimées, tant par les directions que par les syndicats. Cela s’explique par le fait que l’individualisation s’y voit explicitement assigner un objectif plus clair – rétribuer la performance de chaque salarié – qu’en France où elle apparaît moins assumée par les directions et surtout destinée à lutter contre l’importance du collectif.
Mots clés : individualisation – relation de travail – économie des conventions –banque de
détail – Royaume-Uni – France

Devant le jury composé de :
Christian BESSY – Directeur de recherche CNRS, IDHE – ENS Cachan, Directeur de thèse
Olivier FAVEREAU – Professeur, Président de jury, EconomiX – Paris Ouest Nanterre
Jacky FAYOLLE – Economiste, HDR, Directeur du CEP – Groupe Alpha
Florence JANY-CATRICE – Professeure, Rapporteure, Clersé – Lille I
Bruno LAMOTTE – Maître de conférences, Rapporteur, UPMF – Université de Grenoble

Title: The individualisation of the employment relation. A conventionalist analysis in the commercial retail banking in France and in the United Kingdom at the turn of the 21st Century.

ABSTRACT
Current dynamics of individualisation of the employment relation can be defined as a movement towards better importance given to the employee as an individual in the employment relation, in terms of working organization as such as recognition. This tropism towards the individual is a multi-dimensional institutional dynamics, in which cooperation and power struggle contribute to structure and to legitimate individualisation at the multiprofessional, sectoral and organizational levels. In this way, economics of conventions is more adapted than agency theory to analyse interactions between these institutional dynamics and practices, as well as “investments in forms” structuring them. However, these structures do not totally determine situated practices in enterprises, where individualisation becomes tangible. Even though dynamics of “wage relations” are partly different in France and in the United Kingdom, they leave an alternative between two patterns of valorization of individual in the employment relation: “neoliberal” and “emancipating”. Indeed, even though the retail banking sector shows us, both in France and in the UK, that individualisation is mainly structured towards a productivity and a control target, more than towards skills or qualification recognitions, comparison – based on interviews and archives exploitation – of individualisation practices in four retail banks shows differences, in particular more formalization in the British banks where practices are also more asserted and legitimated, both by management and trade unions. We explain that by the fact that individualisation has there a clearer goal – to remunerate individual performance – than in the two French banks, where individualisation is less asserted whereas its goal appears more as a mean to strike against collectivism.

Key words: individualisation – employment relation – economics of conventions – retail banking – United Kingdom – France

http://www.theses.fr/2013PA100122

Über die Rechtfertigung wirtschaftlichen Handelns, by Lisa Knoll

[On justifying economic action]

PhD-thesis University of Hamburg 2012

Der CO2-Handel stellt seit 2005 ein Entscheidungsproblem für viele europäische Unternehmen dar. Lisa Knoll zeigt, wie voraussetzungsvoll ein wirtschaftlich sinnvoller Umgang mit handelbaren Emissionsrechten ist. Anhand von Gruppendiskussionen in zwei kommunalen Energieversorgungsunternehmen belegt sie die Mehrdeutigkeit und Verhandelbarkeit wirtschaftlicher Rationalität und rückt die theoretischen Begriffe Legitimation und Rechtfertigung ins Zentrum. Die empirischen Beobachtungen nutzt die Autorin, um eine Mikrofundierung des soziologischen Neoinstitutionalismus durch die économie des conventions vorzuschlagen.

Jury
Anita Engels (University of Hamburg)
Jürgen Beyer (University of Hamburg)

 

https://link.springer.com/book/10.1007%2F978-3-531-18983-3

Picturing the Public. Advertising Self-Regulation in Sweden and the UK, by Caroline Dahlberg

PhD-thesis, University of Stockholm 2010

Across the globe, people are everyday audiences of advertising images, which have become integrated in our life worlds. Advertising images are entangled with interesting moral conflicts. This study analyses the decision-processes of advertising self-regulators, who are in the midst of such moral conflicts, with the purpose of showing how and why they decide if advertising images are acceptable or not.

Two organizations based in different countries are included in the study; The Advertising Standards Authority (ASA) in the United Kingdom and The Trade Ethical Council against Sexism in Advertising (ERK) in Sweden. The empirical material consists of interviews with 38 people, images and text documents, from the two mentioned self-regulatory bodies, and some (participant) observation. The study focuses on cases of potentially offensive advertisements. The material is primarily analysed using the theory of worlds of worth, developed by Luc Boltanski and Laurent Thévenot.

The thesis argues that advertising self-regulation is about ascertaining, and making compromises between, conventions of morality. The study demonstrates the pattern of how the contextual circumstances influence the moral decisions that are made. It is shown that a decisive feature of the decisions is to conceptualize the general public in a justified way. This means that decision-makers picture the public as types of people who hold one or a combination of moral logics, and assume that they use these to interpret and evaluate advertising images. How these publics are defined depends on how the settings of the different advertising images are collectively interpreted by the decision-makers.

The thesis argues more generally that to understand people’s values we must look at conflict situations in which current morals surface, such as the ways they appear in relation to advertising images.

Download link:

http://su.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A375330&dswid=8420

Jury
Göran Ahrne (University of Stockholm)
Árni Sverrisson (University of Stockholm)
Laurent Thévenot (EHESS Paris)

La co-construction de la qualité agroalimentaire et environnementale dans les stratégies de développement territorial. Une analyse à partir des produits de la région Rhône-Alpes. PhD-dissertation. University of Grenoble (France).

Hirczak, Maud

“Parler de qualité semble aujourd’hui une évidence. Que ce soit dans l’industrie, l’agriculture, les services, les relations sociales ou encore la façon de vivre, l’idée de qualité est prégnante. Il va sans dire que derrière cette apparence lisse et simple, la notion de qualité revêt des contours, mais également des contenus, d’une grande hétérogénéité. Pourquoi une telle préoccupation ? Est-elle si contemporaine que cela ? L’intérêt pour la qualité est présent depuis très longtemps dans l’agroalimentaire, mais il a véritablement pris de l’ampleur depuis la crise du modèle fordiste. La logique liée au productivisme régit le monde agricole depuis la fin des années 60. Les agriculteurs, portés par les différentes lois agricoles et confortés par les instances nationales et européennes, ont eu pendant 30 ans pour principal objectif de produire toujours davantage pour « nourrir les hommes ». Avec une concurrence de plus en plus internationale, la baisse continue des prix des produits a alimenté un modèle de consommation de masse à faible coût, réduisant ainsi fortement la part du budget des ménages consacrée à l’alimentation (16% en 2000, contre 30% en 1960, dont moins de la moitié pour l’agriculture).”

(Thèse présentée et soutenue publiquement le 18 décembre 2007)

Dirigée par Bernard PECQUEUR
Professeur d’aménagement du territoire, Institut de Géographie Alpine,
Université Joseph Fourier, Grenoble I

Membres du jury :
Claire DELFOSSE
Professeur de géographie, Université Louis Lumière, Lyon II (rapporteur)
Jean-Paul GUERIN
Professeur honoraire de géographie, Université Joseph Fourier, Grenoble I
Lucette LAURENS
Professeur de géographie, Université Paul-Valéry, Montpellier III (rapporteur)
Amédée MOLLARD
Directeur de recherche, INRA – Université Pierre Mendès France, Grenoble II
Bernard PECQUEUR
Professeur d’aménagement du territoire, Université Joseph Fourier, Grenoble I

https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00311491