Concevoir des bâtiments performants : prescriptions publiques, coordination, apprentissage, par Hélène Haller

Soutenance de thèse le 13 février 2019 à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, Université de Grenoble-Alpes

Jury :

M. Rémi BARBIER, Professeur, Ecole Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement de Strasbourg, Rapporteur
Mme Véronique BIAU, Architecte-Urbaniste en chef de l’Etat, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette, Examinatrice
M. Nicolas BUCLET, Professeur, Université Grenoble-Alpes, Directeur de la thèse
M. Gilles DEBIZET, Maître de conférences, Université Grenoble-Alpes, Co-encadrant de la thèse  
M. Rainer DIAZ-BONE, Professeur, Universität Luzern, Examinateur
M. Taoufik SOUAMI, Professeur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Rapporteur

Résumé : Dans le contexte de développement durable et de transition énergétique, le secteur du bâtiment représente en France une véritable mine pour mettre en oeuvre les ambitions de maîtrise de la demande en énergie. Réglementations nationales et locales ont été progressivement et substantiellement modifiées, et le processus de conception des bâtiments a dû évoluer pour les respecter. La conception a ainsi été questionnée par d’ambitieuses prescriptions visant la performance énergétique.Nous nous interrogeons sur les réajustements opérés par les concepteurs de bâtiments suite à cette série de prescriptions. Nous montrons que les prescriptions énergétiques des collectivités locales passent en majeure partie par des outils relevant de l’urbanisme opérationnel. De plus, après une période d’apprentissage en raison d’une nouvelle définition de la performance énergétique, le secteur de la conception se caractérise par une certaine stabilité, caractérisée par le retour de routines, la recherche de conventions partagées entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’oeuvre et le maintien d’un désintérêt tacite pour la prise en compte des usages. Nous étudions alors comme une innovation (la performance énergétique globale) s’est développée pour être ensuite intégrée au régime de la construction. Nous mobilisons la sociologie pragmatique, et plus particulièrement le courant des économies de la grandeur développé par L. Boltanski et L. Thévenot, ainsi que les travaux du courant conventionnaliste pour analyser trois opérations immobilières en logement collectif, de taille variée mais caractérisées par la recherche de la performance énergétique : la Tour Elithis Danube (Strasbourg, 67), l’éco-quartier des Passerelles (Cran-Gevrier, 74) et Les Jardins de Mûres (Mûres, 74). 

Lien vers le laboratoire Pacte

Exploring the Complexities of Governing Inter-Firm Links: A Conventionalist Account of Work, by Michael Steurer

PhD project supervised by Julia Brandl (main supervisor) and Ronald Maier (co-supervisor)

PhD exam will be 22 February 2019, University of Innsbruck

Jury

  • Julia Brandl, University of Innsbruck
  • Ronald Maier, University of Innsbruck (internal examiner)
  • Arjan Kozica, University of Reutlingen (external examiner)

Abstract. One of the various consequences of the ongoing bureaucratization of larger firms is the emphasis on the formalization of the firm structures in general and work more specifically. This bureaucratization, among other reasons, is facilitated by the fact that large firms are clearly visible to the public and can be easily denounced in front of a vast audience. Increasing formalization of work is expected to suppress the evasion to informal systems and keep the individuals in firms accountable. Firms tend to implement formalized structures to regulate complex and critical work practices to counteract adverse effects based on individuals’ misconduct. One such work practice is the governance of global value chains at the inter-firm links. When firms establish inter-firm links, governance is required to counteract or react to any deviations from the expected or agreed to terms. Mainstream economic literature, in this context especially transaction cost economics, rarely acknowledges the complexity of governance. By developing normative propositions for practice, the approach degrades the actual work practice to predictable formulas and simple decisions on the top management level. Formalization and regulation of coordination in a firm’s structure is rarely assumed to increase the complexity for individuals to coordinate their work practices. This thesis proposes a conceptualization of inter-firm governance as a situated work practice, which emphasizes the importance of the individuals’ efforts in doing work. I explore possible variations in coordination based on two distinct product-typologies of two subsidiaries underlying similar formal structures. Finally, this study provides an analytical framework that combines the individual governance efforts with the formalized structures and the production system’s characteristics. This combination provides a basis to better understand the actual complexities individuals experience when they coordinate governance efforts with other parties in global value chains. The findings show that the employee is a critical resource in successfully defining coping strategies to uphold production processes and avoid breakdowns.

Sagelsdorff, Rebekka (2018): Soziale Ungleichheit in der flexibilisierten Berufsbildung. Erweiterte Kompetenzanforderungen und milieuspezifische Passungsverhältnisse in Lehrbetriebsverbünden.

Opladen: Barbara Budrich.

«Der Schweizer Arbeitsmarkt ist seit den 1990er-Jahren von tief greifenden Umbrüchen betroffen. Dabei haben sich nicht nur die Organisation von Unternehmen und Arbeit, sondern auch die Qualitätskriterien wirtschaftlichen Handelns und die Qualifikationsanforderungen an Arbeitnehmende grundlegend verändert. Die durch Dezentralisierung, Flexibilisierung und Projektifizierung charakterisierbare Reorganisation von Arbeit stellt das in der Schweiz etablierte System der dualen Berufsbildung vor große Herausforderungen. […] Lehrbetriebsverbünde, auch Ausbildungsverbünde genannt, entstanden in den späten 1990er-Jahren als Reaktion auf diese Herausforderungen. Am Gegenstand von Lehrbetriebsverbünden untersuche ich zunächst auf organisatorischer Ebene, wie sich die Dezentralisierung und Flexibilisierung der beruflichen Grundbildung in Lehrbetriebsverbünden konkret manifestiert und inwiefern die Neuformation der Berufslehre mit erhöhten Anforderungen an Flexibilität und Selbstorganisation einhergeht. In einem zweiten Schritt wird auf  der individuellen Ebene der Lernenden analysiert, wie diese erweiterten Kompetenzanforderungen durch die Lernenden selbst erlebt werden und inwiefern sich in unterschiedlichen Erfahrungen soziale Muster von Ungleichheit abzeichnen. Diese beiden thematischen Schwerpunkte werden anhand verschiedener theoretischer Ansätze untersucht. Für die Analyse der organisatorischen Ebene orientiere ich mich […] an der Soziologie der Konventionen von Thévenot und Boltanski (1999; 2007) sowie Boltanski und Chiapello (2006). Die  Kombination dieser Ansätze bietet einen geeigneten Rahmen, um die Komplexität von Lehrbetriebsverbünden aus organisationssoziologischer Perspektive zu untersuchen und für jeden der untersuchten Lehrbetriebsverbünde ein differenziertes Verständnis der jeweiligen institutionellen Logik, der konkreten Organisation der Ausbildung sowie deren Implikationen für die Lernenden zu entwickeln.» (p. 13/15)

 

Jury

– Dr. Regula Julia Leemann, Pädagogische Hochschule der Fachhochschule Nordwestschweiz
(PH FHNW), Basel
– Prof. Dr. Christian Imdorf (University of Basel)
– Prof. Dr. Ueli Mäder (University of Basel)

Link to download the PDF document

Débats et mobilisations autour de l’élevage : analyse d’une controverse, par Elsa Delanoue

Thèse présentée et soutenue à Rennes, le 15 Octobre 2018
Unité de recherche : ESO-Rennes – Espaces et Sociétés (CNRS UMR 6509)

Jury:

  • Yannick Barthe, Sociologue, Directeur de recherche au CNRS
  • Catherine Disenhaus, Agronome, Professeure à Agrocampus Ouest
  • Antoine Doré, Sociologue, Chargé de recherche à l’INRA
  • François Léger, Agronome, Professeur à AgroParisTech
  • Véronique Van Tilbeurgh, Sociologue, Professeure des universités, Université Rennes 2 (Directrice de thèse)

Résumé. L’objectif de cette thèse est d’interroger la controverse autour de l’élevage et d’en étudier sa dynamique pour analyser le processus par lequel elle aboutit à une transformation des normes sociales. Pour cela, la controverse est abordée par une analyse systémique permettant de rendre compte de la complexité des relations causales entre ses multiples dimensions et ses différentes échelles d’expression. Les techniques de collecte et d’analyse des données reposent sur des méthodes qualitatives et quantitatives pour cerner au plus près les processus sociaux étudiés. Une analyse sociohistorique permet d’ancrer le processus de transformation des normes dans le long terme et montre que, depuis le XIXème siècle, le système productiviste suscite des incertitudes quant à son application dans le domaine agricole, en particulier dans ses conséquences sur les animaux et l’environnement. La description des éléments de la controverse montre qu’elle se structure autour d’incertitudes scientifiques et éthiques auxquelles les parties prenantes de la controverse, que sont le monde de l’élevage et le monde associatif, doivent apporter des réponses. L’analyse de l’audience de la controverse auprès du public permet d’identifier une variété des manières de penser l’élevage, qui s’exprime au sein d’un forum hybride dans lequel une multitude d’acteurs contribuent à donner du sens à l’activité. Les rapports de force entre les acteurs déséquilibrent toutefois les capacités de chacun à influencer cette construction des normes. Globalement, c’est vers une prise de distance avec une forme d’élevage perçue comme industrielle et artificielle qu’évoluent les normes règlementaires, professionnelles et culturelles.

Abstract. The objective of this thesis is to question the controversy about livestock farming and to study its dynamic to then analyse the process by which this controversy results in a transformation of social norms. For that purpose, the controversy is addressed by a systemic analysis that enables to reflect the complexity of causal relations between its various aspects and its different scales of expression. Techniques of data collection and analysis lie on qualitative and quantitative methods in order to understand more precisely the social processes studied. A sociohistorical analysis enables to integrate the process of norms transformation in the long run and to show that, since the 19th century, the productiondriven system creates uncertainty regarding its application in the agricultural area, mainly in its consequences on animals and the environment. The description of the controversy elements shows that the controversy is structured around scientific and ethical uncertainties. Stakeholders of the controversy (the livestock sector and the associative sector) must come up with some answers to these scientific and ethical uncertainties. The analysis of the interest of the public for this controversy enables to identify a variety of ways of thinking the livestock farming that express among a hybrid forum in which a large number of actors contribute to make sense to this activity. However, power relations between the actors unbalance the capacities of each one to influence this norms construction. Globally, regulatory standards, professional and cultural norms are changing towards a distancing with a livestock farming form that is perceived as industrial and artificial.

Télécharger la thèse (via tel.archives-ouvertes.fr)

Understanding the role of social media in relation to alternative food networks: a case of Chester and its region, by Henry W. Sidsaph

Doctoral dissertation (2018). University of Chester, United Kingdom.

Advisors: Phil Harris, Roy Alexander & Danny Moss

Abstract. Alternative Food Networks (AFNs) are a system of food provision which is considered as the embodiment of the Sustainable Development (SD) agenda. They typically operate counteractively to conventional food networks (CFNs) seeking to reconnect all members in the supply chain through ethical and sustainable engagements. They are grounded by the theoretical underpinnings of quality conventions (Murdoch, 2000; Thévenot, 2002) and embeddedness notions such as alterity, valorisation, and appropriation (Dansero & Puttilli, 2014; Kirwan, 2004). Many scholars have focused on exploring AFNs in various contexts, initially focusing on binary notions of dichotomy between AFNs and CFNs, then developing discourse in terms of assessing hybridity (Holloway et al., 2006; Maye, 2013; Ponte, 2016; Renting, Marsden, & Banks, 2003; Tregear, 2011). Recent studies have indicated the potential for further research concerning social media based AFNs (Bos & Owen, 2016; Reed & Keech, 2017; Wills & Arundel, 2017). Therefore a contribution in terms of further understanding this issue arises from this thesis. The research was conducted in the midst of the referendum for the UK to withdraw from the European Union, the subsequent ‘leave’ vote resulting in a level of uncertainty in terms of policy implications. One policy implication may be that the UK will have to readdress the way it engages and supports its food and agriculture sector post-Common Agricultural Policy, therefore this research comes at a timely juncture. This research adopts an interpretivistic epistemological stance, with a constructivist ontological position. Social network analysis (SNA) of Twitter connections was conducted in order to assess connectivity and density of the AFN that was present in Chester and its region. Content analysis of this network was then conducted in order to understand SD related terms and shortlist pertinent actors for further analysis. Interviews were conducted with nine actors from this network in order to critically evaluate their perceptions of SD from an online and offline perspective. The results of the SNA suggest that the AFN of Chester and its region was not particularly well connected in terms of density. However, the SNA was a useful data collection tool, especially concerning the replicability and transferability of participant selection strategy. Further results suggested that there was a need for more organisational structures to support AFNs in becoming more mainstream and collaborative. It was also clear that there was still a degree of opposition between CFNs and AFNs, despite hybridity. A final finding of the research is the consideration of smart localism. The implications of this research are discussed, along with suggestions for future research including; the need to better understand leadership, relations between AFNs and CFNs, the role played by intermediates, and the expansion of social media based research.

Download link

The Institutional Evolution of Social Insurance in China: A Sociological Study of Law Mobilization, by Xi Shen

Thèse de doctorat de l’Université Paris-Saclay
Préparée à École normale supérieure Paris-Saclay, IDHES – Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société. Ecole normale supérieure Paris-Saclay
École doctorale n°578 sciences de l’homme et de la société (SHS)Spécialité de doctorat: Sociologie

Thèse présentée et soutenue à Shanghai, le 25 juin 2018

Composition du Jury :
Monsieur Gilles GUIHEUX Rapporteur
Professeur, Université Paris Diderot (CESSMA)
Monsieur Xuesong HE Rapporteur
Professeur, East China University of Science and Technology (School of Social and
Public Administration)
Monsieur Wenhong ZHANG Président
Professeur, Shanghai University (School of Sociology and Political Science)
Monsieur Jérôme DEAUVIEAU Examinateur
Professeur, ENS (Département de Sciences Sociales)
Monsieur Claude DIDRY Directeur de thèse
Directeur de Recherche, ENS (Centre Maurice Halbwachs)
Monsieur Jun WEN Co-Directeur de thèse
Professeur, East China Normal University (School of Social Development

 

ABSTRACT

La réforme économique en Chine a été largement appréhendée comme un processus dans lequel le paternaliste danwei a été remplacé par le contrat de travail, un concept plutôt libéral. A cet égard, le déclin de bien-être à caractère socialiste et la montée d’assurance sociale sont considérés comme un phénomène de marche, les récents législations sociales sont discutés dans le cadre polanyien de double-mouvement qui invoque la dichotomie entre état et marche. Cette étude vise à offrir une perspective alternative en repensant l’évolution de la transformation moderne du travail en Chine d’une manière institutionnelle. Nous montrons que la structure de l’emploi héritée de danwei était au cœur des lois du travail de la Chine en temps de réforme. La protection de l’emploi reste pertinente tandis que l’afflux de main-d’œuvre informelle en provenance des zones rurales a explosé dans les secteurs privés urbains. Eux, ils sont devenus de plus en plus des outsiders du marché du travail qui sont vulnérables quant à leur condition précaire. Cette configuration institutionnelle correspond à une structure hiérarchique dans laquelle le “insider” se distingue clairement du ‘outsider’ en termes de stabilité de l’emploi et de bien-être social. Malgré les récentes législations qui visent à rendre l’assurance sociale plus inclusive, notre étude de terrain sur la résolution des conflits du travail dans l’arbitrage et le tribunal a montré que la capacité de mobiliser la loi peut différer en termes de préoccupation personnelle sur le marché du travail. L’approche de capabilité et la sociologie du droit nous permettent de développer un cadre analytique nuancé permettant d’identifier la raison sous-jacente pour laquelle les individus adoptent différentes stratégies tout en contestant la loi abstraite dans une situation concrète. Notre étude conclut que la législation du travail ne sont pas nécessairement des réactions intentionnelles à la dynamique du marché mais plutôt, en tant que forme essentielle de convention sociale, a initié le cadre dans lequel les parties coordonnent leurs activités économiques.

 

Downlaod link:

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01841479

Unpacking the Routines of Hiring in Pakistan: A Conventionalist Perspective, by Qamar Ali

PhD project supervised by Julia Brandl, University of Innsbruck and Wolfgang Mayrhofer, WU Vienna (co-supervisor).

PhD exam will be 19 July 2018.

Jury

  • Julia Brandl, University of Innsbruck
  • Markus Helfen, University of Innsbruck (internal examiner)
  • Arjan Kozica, University of Reutlingen (external examiner)

Abstract. Wright Mills (1970) has famously noted that the study and analysis of employment relations lack sociological imagination. This dissertation analyses the micro-politics of structurally and culturally bound human resourcing activities within the organizational situational context. It addresses the question of coordination of HR work in practice; how actors interact with their environment while coordinating across organizational and societal settings. In order to understand the everyday human problems and preferences in a social scientific analytical manner, this dissertation puts individuals’ actions in the perspective of broader societal issues. The dissertation provides a conventionalist analysis of the sociology of human resourcing practices. Taking the case of Pakistan, a ‘developing’ South Asian country, it unearths the prevailing discourse of human resource management research in the country and examines in a social scientific analytic style the underlying mechanisms of decision-making behind HRM practices, mainly of recruitment and selection. In so doing, it signifies studying the sociological side of human resourcing practices. By adopting the pragmatic philosophy of social scientific analysis, the dissertation benefits from a variety of methodological approaches and methodical techniques including ethnography, in-depth interviews, and experiments. Based on Neuman (2000)’s paradigms of social science research, the dissertation first shows how HRM research in Pakistan comprises positivist, critical, and interpretivist studies, thereby explicating dominant research paradigms in the country. By zooming in on recruitment processes, it further unearths applicants’ and recruiters’ hitherto unexplained behaviors in the context of Pakistan. First, despite significant differences of the content, style and the channels of advertisements and consequent differences in job applicants’ perceptions about organizational attractiveness, there are no statistically significant differences in their intentions to apply for the job. Second, despite significant differences in recruitment channels’ potential of producing organizational attractiveness, recruiters, on the other hand, have no preferences in choosing between these channels. These findings are put into the perspective of broader societal issues, such as unemployment, lack of entrepreneurial orientation, etc. Using the theoretical notions developed within the French pragmatic sociology, also known as sociology of conventions, (Boltanski & Thévenot, 1991, 2006), namely, modes of engagements (Thévenot, 2001b) and structures of complex domination (Boltanski, 2011), the dissertation then explores the practices and processes of selection of academicians. To this end, it illustrates how top management in the south Asian context deploys coordinative power to maneuver rules and regulations, and interpret laws in their favor, but also in what ways participating actors may resist this. In so doing, the dissertation raises researchers’ awareness of factors that can contribute to inequalities in hiring, particularly in power-driven contexts.  The studies in this dissertation explicate everyday dilemmas of employment relationships by focusing upon HRM practices in situ, thereby intending to fill the theory-practice void in HRM research. Only a limited number of studies hitherto have concentrated upon the highly political and complex nature of employment relationships in practice, in contrast to the normative studies, which mostly tend to downplay the everyday human dilemmas. The dissertation particularly emphasizes the socio-political side of HR work. In doing so, it accentuates the need for the so- called ‘practice turn’ in HRM research. Using the pragmatic-realist ‘sociology of conventions’ in the study and analysis of human resourcing practices, specifically recruitment and selection practices, in Pakistan, the dissertation unfolds the potential of this approach for benefiting HRM research concerning investigating employment relationships and theorizing the dynamic nature of employment management practices.

 

The Anchoring of Surveys in Survey Worlds, by Raphael Vogel

Doctoral thesis submitted by Raphael Vogel, accepted 4th of May 2018 at University of Lucerne, by Prof. Dr. Rainer Diaz-Bone (University of Lucerne) and PD Dr. Christian Imdorf (University of Basel)

Jury
Rainer Diaz-Bone
Christian Imdorf
Christoph Hoffmann (as dean)

Abstract. The topic of the thesis is the production of survey-based data across different stages. Several logics of survey production and their different valuation of survey quality are analyzed. A comprehensive conception of survey quality is defined on the basis of a systematic comparison between different survey logics, which exceed the common focus of survey methodology on pure data quality. It is shown that various purposes of survey data are important to understand different survey qualities. A crucial finding of the thesis is that there is a strong relationship between different survey qualities and the organization of the survey process. Accordingly, a stronger connection between survey methodology and the challenges of survey practice is established. The empirical work is divided into two parts. In the first part, based on the model of production worlds introduced by Michael Storper and Robert Salais, four so-called “survey worlds” are identified and described. In the second part, the pragmatic reference of conventions of survey worlds in two survey projects is examined. After the empirical section, central aspects of the concept of survey worlds are advanced. First, the origin of methodical problems is analyzed as a conflict between survey worlds. It is shown that the plurality of survey worlds is a key challenge for survey practice. Second, quality criteria of survey research are criticized from the perspective of the various survey worlds. Here, it is argued that the plurality of survey worlds implies a plurality of quality criteria for survey research. The conclusion underlines the necessity of a plurality of quality criteria in survey research and a reflexive survey management. The thesis can be viewed as a contribution to a core topic of Sociology; the elaboration of methodical and methodological basics for a controlled production of data about social facts and processes.

Die Verankerung von Surveys in Survey-Welten. Eine konventionentheoretische Perspektive auf Survey-Qualität und Survey-Koordination

Der Gegenstand dieser Arbeit ist die über verschiedene Stationen ablaufende Produktion von surveybasierten Daten. Untersucht werden verschiedene Logiken der Survey-Produktion und deren unterschiedliche Bewertung von Survey-Qualität. Durch den systematischen Vergleich unterschiedlicher Survey-Logiken wird ein umfassenderes Verständnis von Survey-Qualität angestrebt, welches über den in der Survey-Methodologie verbreiteten Fokus auf Datenqualität hinausgeht. Wie zu zeigen sein wird, sind hierfür insbesondere unterschiedliche Nutzungskontexte von Survey-Daten zentral, die sich in der Folge auf die praktische Organisation der Produktion von surveybasierten Daten auswirken. Denn wie in der Arbeit gezeigt wird, gehen unterschiedliche Qualitätsauffassungen von Surveys mit unterschiedlichen Koordinationslogiken einher. Durch die Verknüpfung der Qualitätsthematik mit der praktischen Organisation des Produktionsprozesses wird eine engere Verbindung zwischen den Arbeiten der Survey-Methodologie und den Herausforderungen der Survey-Praxis angestrebt. Die empirische Arbeit ist dabei zweigeteilt. Zunächst werden unterschiedliche sog. Survey-Welten identifiziert und analysiert. In einem zweiten Schritt wird deren praktische Anwendung in der Survey-Praxis anhand von zwei Survey-Projekten untersucht. In einem folgenden Kapitel werden in vier Schritten Erkenntnisse aus der empirischen Untersuchung von Survey-Qualität und Survey-Koordination verdichtet dargestellt. Zentral ist hierbei die Darstellung der Entstehung von methodischen Problemen aus der Survey-Welten-Perspektive. In Form von fünf Plädoyers werden in der Schlussbetrachtung Schritte präsentiert, um die Survey-Methodologie näher an Problemstellungen der Survey-Praxis zu bringen. Plädiert wird für eine Vielfalt an Qualitätskriterien, für ein nicht-reduktionistisches Verständnis von Survey-Qualität, für eine neue Kategorisierung der Survey-Forschung, für eine intensivere Problematisierung des Prozesses der Erstellung von Erhebungskategorien und für ein reflexives Survey-Management. Die Arbeit versteht sich somit insgesamt als Beitrag zu einem Kernthema der Soziologie: Der Ausarbeitung von methodischen und methodologischen Grundlagen für eine kontrollierte Produktion von Daten über gesellschaftliche Tatsachen und Prozesse.

L’engagement solidaire des entrepreneurs du peuple No TAV bas-valsusain : analyse pragmatique d’un processus d’innovation sociale soutenable, par Marina Soubirou

Thèse codirigée par Nicolas Buclet, laboratoire PACTE et Pierre Judet, laboratoire LARHRA, École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes, soutenue le 26 juin 2018.

Jury :

  • Anne Dalmasso, PR Université Grenoble Alpes, UMR LARHRA
  • Jean-Michel Fourniau, Directeur de Recherche IFSTTAR, laboratoire DEST, RAPPORTEUR
  • Xabier Itcaina, Directeur de Recherche CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux
  • Jean-Louis Laville, PR CNAM Paris, UMR LISE, RAPPORTEUR
  • Léa Sébastien, Maîtresse de Conférence, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR Géode

Résumé.
Une transition globale vers la soutenabilité est un défi urgent dans un contexte actuel de dégradation rapide de la biosphère et d’accroissement des inégalités socio-économiques qui génèrent de multiples vulnérabilités. Des enquêtes qualitatives et quantitatives ont montré que des principes et des valeurs soutenables semblent émerger à l’échelle mondiale. Dans le même temps, divers mouvements sociaux revendiquent une telle transition. Le mouvement No TAV, dans la partie inférieure de la vallée de Suse en Italie, en est un exemple. Depuis les années 1990, cette zone est le théâtre d’un conflit opposant les habitants à l’Etat italien autour d’un projet de tunnel ferroviaire de 54 km sous les Alpes, reliant la vallée de Suse à la vallée française de la Maurienne. En rejetant fortement ce projet et en participant collectivement à de nombreux mouvements de résistance, les Bas-Valsusains ont progressivement donné naissance à une communauté territorialisée. Les membres sont liés par de forts liens de co-obligation et semblent partager un ensemble de principes et de valeurs soutenables. Dans cette thèse, nous interrogeons l’impact de ce contexte très particulier sur l’engagement des petits et moyens entrepreneurs locaux en faveur d’un développement soutenable à l’échelle de leur territoire. Pour ce faire, nous mettons en œuvre une démarche pragmatique, attentive à l’auto-réflexivité des acteurs.
La participation à une communauté territorialisée soutenable favorise-t-elle l’engagement solidaire des entrepreneurs – en tant que tels – en faveur d’un développement soutenable ? La première partie de cette thèse interroge la pertinence et les conditions nécessaires à la mise en œuvre d’un développement soutenable. Nous y proposons la notion de communauté territorialisée, articulant le principe politique de commun et la notion de territoire. La seconde partie a pour objet la caractérisation de la communauté territorialisée bas-valsusaine. Nous y questionnons son ancrage spatial, ses principes et valeurs, ainsi que la trajectoire à travers laquelle elle a émergé. Cette communauté s’est cristallisée à travers plusieurs décennies de luttes, Elle est ancrée dans la partie basse de la vallée entre les villages d’Exilles et d’Avigliana et ses membres semblent partager des principes et valeurs soutenables. Enfin, la troisième et dernière partie de cette thèse caractérise un processus d’innovation sociale à travers lequel a émergé et s’est diffusé en basse vallée de Suse un engagement solidaire des entrepreneurs en faveur d’un développement soutenable.

Abstract.
A global transition towards sustainability is a pressing challenge in the current context of fast degradation of the biosphere and of rising socio-economic inequalities which generate multiple vulnerabilities. Qualitative and quantitative surveys have shown that sustainable principles and values appears to be emerging on a global scale. Various social movements have laid claim to such a transition. The No TAV  movement in the lower part of the Susa valley in Italy is an example. Since the 1990’s, this area has been the scene of a territorial conflict pitting the local inhabitants against the Italian state on a 54km long railway tunnel project under the Alps, linking the Susa Valley to the French Maurienne Valley. By strongly rejecting this project and collective participation in numerous resistance movements, the Low-Valsusans have gradually become a territorialized community who’s members are linked by strong bonds of co-obligation to each other and seem to share a set of sustainable principles and values. In this thesis, we question the impact of this very peculiar context on the local small and medium entrepreneurs’ involvement into the sustainable development of their territory, trying to find out whether it influences their activities. We have conducted our investigation in a pragmatic style, paying attention to the actors’ self-reflexivity.
Does the participation to a sustainable territorialized community favor the involvement of the entrepreneurs into a solidarity economy oriented towards a sustainable development? The first part of this thesis questions the relevance and the conditions necessary for the implementation of a sustainable development. We propose the notion of territorialized community, articulating the political principle of the common and the notion of territory. The second part deals with the characterization of the Low-Valsusan territorialized community. We question its spatial anchoring, its principles and values, as well as the trajectory through which it emerged. This community has crystallized through several decades of struggles. It is anchored in the lower part of the valley between the villages of Exilles and Avigliana and its members seem to share sustainable principles and values. Finally, the third part of this thesis characterizes a process of social innovation through which a solidarity involvement of the local entrepreneurs in favor of a sustainable development has emerged and spread in the lower Susa Valley.

 

Perspectives durables et territoriales des économies de fonctionnalité légitimes. Une interprétation en termes conventionnalistes, par Benjamin Serra

Thèse préparée au sein du Laboratoire PACTE, sous la direction du Professeur Nicolas BUCLET, Université Grenoble Alpes, École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, soutenue le 18 juin 2018.

Jury :

  • Michel ROCCA, Professeur à l’Université Grenoble Alpes
  • Muriel MAILLEFERT, Professeure à l’Université Lyon III
  • Franck-Dominique VIVIEN, Professeur à l’Université Reims-Champagne-Ardenne
  • Céline MERLIN-BROGNIART, Maîtresse de Conférences à l’Université Lille I
  • Gaël PLUMECOQ, Chargé de recherche à l’INRA Toulouse

Résumé.
Depuis la Révolution Industrielle, les systèmes de production et de consommation de biens n’ont cessé d’évoluer au gré des innovations technologiques, organisationnelles et politiques. Mais ils ont montré une certaine permanence dans les objectifs qui sous-tendent et justifient leurs modalités d’organisation. Ces objectifs sont ceux portés par une société marchande au sein de laquelle l’échange économique constitue un moyen de créer des richesses et de répondre aux besoins de consommation. La recherche d’amélioration continue de la productivité de l’offre et la croissance des volumes et de la diversité des biens et services demandés ont contribué à façonner un système économique marchand et mondialisé, considéré comme le meilleur moyen de créer et de faire circuler les richesses. Pourtant, au cours des dernières décennies, l’atteinte des limites de ce système, tant en termes environnementaux que sociaux, a conduit les acteurs de l’échange à envisager de nouveaux moyens de satisfaire de manière efficace les besoins de consommateurs. Parmi ces moyens, l’économie de fonctionnalité vise à proposer de nouvelles modalités de création de valeur en substituant la vente de l’usage d’un bien à la vente du bien lui-même. Souvent associée à un modèle permettant de découpler la réponse aux besoins de l’utilisation de ressources matérielles, mais aussi de re-territorialiser des activités productives déconnectées de leurs espaces géographiques de consommation, cette pratique interroge quant à sa capacité à faire évoluer le paradigme classique de production et de consommation de masse. Est-elle un simple outil organisationnel permettant de limiter les impacts négatifs du système économique sans en modifier les finalités ou permet-elle au contraire d’en infléchir la trajectoire et de modifier les finalités qu’il poursuit ? Cette thèse cherche à répondre à cette question en abordant l’économie de fonctionnalité par les représentations de l’échange de qualité qu’elle engage dans l’action. Elle s’appuie sur l’économie des conventions pour caractériser les différentes qualités légitimes de l’échange par l’économie de fonctionnalité. Elle cherche à déterminer lesquelles sont porteuses de changements dans les modalités de l’échange sans en modifier les principes fondamentaux et lesquelles sont porteuses de changements dans la philosophie de l’échange économique et dans ses finalités acceptées. Moyen innovant au service d’une fin inchangée ou nouvelle fin qui contraint autant qu’elle incite les acteurs dans l’action, l’économie de fonctionnalité est susceptible de produire dans les deux situations des effets territoriaux et durables hétérogènes. Ce travail s’attache à qualifier les dynamiques de changement en jeu, de sorte à comprendre comment les représentations légitimes de l’économie de fonctionnalité se traduisent en motivations et en effets différenciés. Il crée ainsi le cadre nécessaire à la compréhension des trajectoires de convergence ou de divergence des différents types d’économies de fonctionnalité bénéficiant d’une démarche de légitimation. Il constitue de la sorte une première étape pour envisager les différentes combinaisons de représentations susceptibles de contribuer à l’émergence de systèmes économiques territorialement durables en fonction des objectifs poursuivis par les acteurs.

Abstract.
Since the Industrial Revolution, systems of production and consumption of goods have followed consecutive technological, organizational and political innovations phases. But they have shown a certain permanence in the objectives that underlie and justify the modalities of their organization. These goals are those conveyed by merchant society in which economic exchange is a way to create wealth and meet consumer needs. The quest for continuous improvement in supply productivity and the growth in volume and diversity of goods and services required have helped shaping a globalized trading economic system as the best way to create wealth and make it circulate. However, over the past few decades, this system has reached its limits, both in environmental and social terms, and it has led the stakeholders to consider new ways to efficiently meet the needs of consumers. Among these means, the functional economy aims at proposing new ways of creating value by substituting the sale of the use of a good to the sale of the good itself. Often associated with a model that allows to disconnect the response to the needs of the use of material resources, but also to re-territorialize productive activities that have been disjointed from their geographical areas of consumption, this practice questions as to its ability to make the classical paradigm of mass production and consumption evolve. Is it a simple organizational tool meant to limit the negative impacts of the economic system without modifying the purposes or, on the contrary, a way to change the trajectory and change the goals it pursues? This thesis seeks to answer this question by approaching the functional economy through the representations of the quality exchange that it implies in action. It relies on the economy of conventions to characterize the different legitimate qualities of the exchange. It aims at determining which ones bring changes in the modalities of exchange without impacting its fundamental principles and which bring changes in the philosophy of economic exchange and its accepted purposes. As an innovative means serving an unchanged goal or as a new end that constrains as much as it incites the actors, the functional economy is likely to produce heterogeneous territorial and sustainable effects, in both situations. This work seeks to characterize the dynamics of change at stake, so as to understand how legitimated representations of the functional economy can be translated into differentiated motives and effects. It therefore creates the necessary framework for understanding the converging or diverging trajectories of legitimate functional economies. In this way, it constitutes a first step to consider the different combinations of representations likely to contribute to the emergence of territorially sustainable economic systems according to the objectives pursued by the actors.

Incremental Urbanism: A study of incremental housing production and the challenge of its inclusion in contemporary planning processes in Mumbai (India), by Tobias Baitsch

ABSTRACT

Whilst urbanisation reached an unprecedented dimension, in a not so distant future half of the urban population will live in ‘informal’ settlements. Often subsumed under the pejorative term slum, these habitats account for the majority of the future urban growth. Incremental urban development was once accepted as a viable means of addressing housing needs for large parts of the urban population. However, these approaches were largely abandoned in the 1990s in favour of mass housing provided through public private partnerships. While these largely failed in providing the required quantities and produced poor urban spaces, the scale of the phenomenon is such that incremental urban development needs reconsidering. However, in contrast to the well-documented experiences of the 1970s and 1980s, there is a lack of knowledge about the actual functioning of incremental development in contemporary regimes of urbanisation. Adopting an approach informed by French pragmatist sociology (Boltanski and Thévenot 2006), particularly the sociology of convention (Thévenot 1984), this research inquires into the production of slums at two levels: the intricate reality of housing production in Mumbai’s slums and the contemporary controversies revolving around urban development. Building on fieldwork in a ‘self-built’ resettlement colony in Mumbai forty years after it was established, this research examines how incrementally developing settlements are made, maintained, and transformed through everyday practices of local actors. Standing at the crossroads of the market, the political, and the social the so-called contractors are key figures engaged in the processes of construction and house making. As mediators in and of incremental urbanism they produce not only built-up space but also social space. Focusing on contractors as hitherto under-examined figures reveals that self-help housing in Mumbai, in contrast to conventional believes about housing practices of the urban poor, is by and large a professionalised mode of urban production. This research offers a refined account of the intricate reality of housing production and the ambiguous nature of incremental urbanism. Regarding urban planning, this research analyses the on-going revision of the Mumbai Development Plan 2014-2034 and the controversies accompanying it, which brings to the forefront the interplay of powers and arguments that otherwise are disguised in the dispersed and detached everyday making of the city. To better understand the discourse on current planning practices and struggles over conflicting approaches towards slums, this research examines the arguments and legitimization principles that underpin four major positions advocated in the controversies as the ‘good’ way to urbanisation. Considering them as equally valid positions allows drawing comparisons between the different conceptualisations of urban planning and development, and the role and legitimacy they confer to modes of incremental urbanism. Reading the two moments in the production of Mumbai’s slums together sheds light on the challenges to incorporate incremental urbanism into planning processes. It is argued that these challenges lie not solely with the conflicting rationalities ‘or cosmos’ of how to create a just city, which clash in the controversies, but also with the ambiguity of incremental urbanism itself. Both of which contribute to complex processes of invisibilisation, or subalternisation, of incremental urbanism.

Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Thesis Director
Dr. Luca Pattaroni , EPF Lausanne

Thesis Co-Director
Prof. Dr. Christian Schmid, ETH Zurich

Jury
Dr. Florence Graezer Bideau, EPF Lausanne, president of the jury
Dr. Pushpa Arabindoo, University College London, external expert
Prof. Dr. René Véron, University of Lausanne, external expert
Dr. Jennifer E. Duyne Barenstein, ETH Zurich, internal expert

Download link:

https://infoscience.epfl.ch/record/253240/files/EPFL_TH7720.pdf

The Populist Toolkit Finnish Populism in Action 2007–2016, PhD thesis by Tuukka Ylä-Anttila (University of Helsinki)

Populism has often been understood as a description of political parties and politicians, who have been labelled either populist or not. This dissertation argues that it is more useful to conceive of populism in action: as something that is done rather than something that is. I propose that the populist toolkit is a collection of cultural practices, which politicians and
citizens use to make sense of and do politics, by claiming that ‘the people’ are opposed by a corrupt elite – a powerful claim in contemporary politics, both in Finland and internationally. The concept of the populist toolkit has analytical utility, since it can separate a set of populist repertoires from others, for example that of exclusionary nationalism, and takes seriously
the effect culture has on action, while avoiding cultural determinism. I study four instances in which the populist toolkit was used in Finnish politics from 2007 to 2016. As data, I use party publications, a Voting Advice Application, newspaper articles and opinion pieces, and a large set of online media data. Methodologically, I employ qualitative text analysis informed by theories of populism, cultural practices, frame analysis and Laurent Thévenot’s sociology of engagements, as well as topic modeling. Article I argues that the state of the Eurozone in 2011 gave the Finns Party an opportunity to frame the situation as a crisis for Finland and to
present itself as a righteous populist challenger to established parties. Article II shows that the Finns Party uses anti-feminist arguments to present itself as a populist alternative. Article III presents a theory of how populist argumentation can use familiar emotional experiences in bonding ‘the people’ together. Article IV tackles the populist epistemology: while populism
can be critical of intellectuals and experts in general, the article shows that another populist strategy is counterknowledge, incorporating alternative knowledge authorities. This strategy is particularly employed by the populist radical right. After the monumental success of right-wing populism in Western democracies, the next big question is whether left-wing or liberal actors will take up the tools of populism, or will they rather position themselves on the side of pluralism, democratic institutions and scientific expertise. This will have to be assessed by future studies.

https://helda.helsinki.fi/handle/10138/232291

Download link:

https://helda.helsinki.fi/bitstream/handle/10138/232291/yla_anttila2017phd.pdf?sequence=1

 

Canaux d’information et recherche d’emploi : une approche institutionnaliste, par Géraldine Rieucau

HDR soutenue le 4 décembre 2017 à l’Université Paris 8

Jury :
Christine Erhel (Professeure, Cnam)
Olivier Favereau (Professeur émérite, Université Paris Nanterre)
Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1)
Yannick L’Horty (Professeur, Université Paris Est)
Antoine Terracol (Professeur, Université Paris 8, garant)
Héloïse Petit (Professeure, Université de Lille 1)

Résumé :
La recherche d’information sur les emplois et sur les candidats sur le marché du travail est un objet central d’analyse en économie du travail, depuis l’article fondateur de Stigler (1962) introduisant l’hypothèse d’information imparfaite. La plupart des modèles économiques du job search admettent que ces informations sont transmises de diverses façons mais ne s’intéressent pas à cette transmission. Prenant appui sur des données empiriques, un petit nombre de travaux intègrent toutefois les modes de recherche et mettent en évidence l’existence d’une diversité de canaux d’information : agences pour l’emploi, démarches personnelles, réseaux de relation, annonces d’offre d’emploi etc. Ces canaux varient selon leur coût, leur vitesse, l’efficacité pour pourvoir des offres et des demandes, avec une incidence sur la durée du chômage/durée de la vacance d’emploi, sur les salaires et les types d’emplois (Sabatier, 2003, 2010, sur données françaises).

C’est à la diversité des canaux d’information qui entrent en jeu dans la recherche d’emploi que je m’intéresse. Les canaux du marché du travail relient les entreprises et les candidats entre eux et relient ces offres et demandes à différents segments du marché. Je ne m’interroge pas sur l’efficacité de cette recherche pour accéder à un (nouvel) emploi, mais je cherche à voir, à partir d’observations empiriques – exploitation d’enquêtes statistiques et enquêtes de terrain — et en adoptant un cadre d’analyse institutionnaliste, comment, au sein de chaque canal, sont élaborées et diffusées les informations sur les emplois et comment les informations relatives aux chercheurs d’emploi sont présentées et transmises aux employeurs. Cette analyse est d’autant plus importante que le marché du travail français est caractérisé par une part faible des appariements noués par des canaux informant publiquement sur les emplois vacants : les annonces et le Service public de l’emploi (SPE), représentent respectivement 7 % et 10 % des appariements d’après l’enquête Emploi de l’Insee. Les démarches personnelles (candidatures spontanées) et les réseaux de relations, canaux au sein desquels l’information n’est pas diffusée publiquement, représentent respectivement 40 % et 20 % des appariements selon cette même source (Guillaneuf, 2017 ; Larquier et Rieucau, 2017).

Mon cadre d’analyse emprunte à la fois à l’économie des conventions (Thévenot, 1985 ; Eymard-Duvernay et al., 2006) et à la théorie de la segmentation du marché du travail (Dunlop, 1966 ; Doeringer et Piore, 1971). Ces deux courants ont en commun de bâtir leurs hypothèses à partir d’observations empiriques et de considérer que les entreprises et les institutions jouent un rôle majeur dans la segmentation et le fonctionnement du marché du travail. Ce sont en effet les entreprises qui choisissent le canal par lequel informer sur leurs emplois et les caractéristiques des emplois et des salariées varient selon les canaux, de sorte que l’on peut considérer qu’ils «  ouvrent » ou « ferment » sur des segments spécifiques du marché du travail (Manwaring, 1984).  Les façons dont sont diffusés (ou non) les emplois vacants et le contenu des informations données par les entreprises, conditionnent et structurent la façon dont se déroule la recherche d’emploi : c’est ce que j’essaye de montrer dans mon travail. L’économie des conventions et la théorie de la segmentation ont également en commun de s’intéresser à la diversité des règles, coutumes et conventions qui portent les échanges, en envisageant plusieurs formes de coordination. L’incertitude sur la qualité du bien échangé (Akerlof, 1970) et les façons dont les acteurs s’y prennent pour la « régler » et pour se coordonner, sont au cœur du programme de l’économie des conventions. L’incertitude sur le marché du travail est atténuée et contenue parce que mise en forme par des conventions, qui donnent des cadres communs permettant aux agents d’interpréter les situations, de s’y adapter et d’agir (Eymard-Duvernay et al, 2006).  Je cherche à mettre à jour ces conventions pour comprendre la coordination entre les offres et les demandes de travail, sans rapporter celles-ci à des valeurs objectives a priori : je m’intéresse aux processus d’élaboration des informations sur ces offres et demandes et aux formes prises par les informations (signaux, réputation etc.) au sein de chaque canal, ainsi qu’aux espaces au sein desquels, par ces canaux, ces informations sont diffusées. En analysant la recherche d’emploi au prisme des canaux, j’essaye de montrer que la pluralité des formes de coordination de ces canaux (travaillée par l’économie des conventions) et la pluralité/hétérogénéité des marchés (travaillée par la théorie de la segmentation) que ces canaux servent, vont de pair.

Le chapitre 1 (Rechercher et répondre aux informations publiques sur les emplois) porte sur les  annonces d’offre d’emploi et les agences pour l’emploi qui diffusent largement les informations sur les emplois vacants et qui procurent en retour à l’employeur une information de type extensif, car limitée et relative à un grand nombre de candidats (Rees, 1966). Ce chapitre expose d’abord (I) la façon dont les informations sur les emplois sont diffusées par annonces, leur contenu (analyses de corpus d’annonces), les modalités de réponses et le rôle du SPE dans la mise au format des informations (Marchal, Mellet et Rieucau, 2007). La partie II porte sur l’auto-sélection (Stiglitz, 1975) que les annonces induisent au sein du marché, ce que l’on sait de la sélection réalisée ensuite en entreprise et des caractéristiques des appariements noués par annonces, à partir des analyses des données des enquêtes Emploi (2003-2012) (Larquier et Rieucau, 2017). La partie III aborde l’activité du SPE lorsqu’il rend publiques les informations sur les dispositifs d’aide (contrats aidés, formations etc.) et sur les démarches de recherches à suivre (Larquier et Rieucau, 2015 ; Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître)

Lorsque l’information sur les emplois est publique, les voies qu’elle emprunte n’excluent personne a priori : dans les annonces, les informations sur les emplois sont objectivées et standardisées pour être diffusées largement et les individus, autonomes, peuvent les étudier, dès lors qu’ils sont équipés cognitivement et techniquement. Les informations sur les dispositifs diffusées par le SPE supposent aussi, pour circuler, des investissements de forme (Thévenot, 1985) et sont accessibles à tous, avec l’aide des acteurs de l’insertion. Les informations sur les candidats sont aussi standardisées, dans les CV ou les synthèses écrites sur les demandeurs d’emploi, afin de circuler et d’atteindre les entreprises. Les candidats peuvent être comparés les uns aux autres à l’aune des mêmes critères objectivés. Les conventions sur lesquelles les chercheurs d’emploi prennent appui, tiennent à leur réponse aux informations délivrées par les annonces ou le SPE : répondre (ou ne pas répondre) à une annonce en envoyant un CV (ici, la convention qui sous-tend la coordination est cohérente avec un cadre incitatif) ; répondre (au sens cette fois d’être en conformité) aux critères du dispositif, en termes d’âge, de diplôme par exemple, et aux évaluations produites par le SPE. La coordination entre les offres et les demandes passe par une pré-sélection des offres, assurée par les chercheurs d’emploi dans le cas des annonces (auto-sélection) ; menée dans l’autre cas par les acteurs de l’insertion qui préparent les candidatures à soumettre aux entreprises. Ces canaux ouvrent a priori sur un large espace géographique mais les investissements de forme instaurés pour mettre en correspondance les offres et les demandes tendent à fermer ces espaces sur des segments particuliers. Il s’agit des segments professionnels dans le cas des annonces, où les appariements en Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et sur des postes de professions intermédiaires sont sur-représentés. Les plus diplômés sont significativement surreprésentés au sein des appariements noués par annonce. Dans le cas du SPE, il s’agit du segment des emplois à temps partiel et peu qualifiés que vont occuper des chômeurs, qui sont ceux qui sollicitent les organismes publics.

Le chapitre 2 (Se faire (re)connaître lorsque les informations sur les emplois ne sont pas publiques) est consacré aux trois canaux principaux d’une recherche d’emploi menée alors que l’information n’est pas publique : celle des candidatures spontanées (partie I), des réembauches ou retours dans une entreprise où l’on a déjà travaillé (II) et des réseaux de relations (III). Mes travaux apportent en particulier des éclairages sur les deux premiers canaux, qui sont peu connus de la littérature et occupent une place centrale sur le marché du travail français. En prenant appui sur des enquêtes de terrain dans la grande distribution et les salons de l’emploi ainsi que sur des analyses d’enquêtes statistiques, je montre que lorsque l’information sur les emplois n’est pas publique, les voies qu’elle emprunte sont fermées à ceux qui ne sont pas à proximité des entreprises avec pignon sur rue – le cas du canal des candidatures déposées en personne (Rieucau, 2015) – à ceux qui n’ont pas déjà travaillé dans l’entreprise – le cas du canal des réembauches – ou à ceux qui n’ont pas de réseaux de relations bien placés pour les recommander (Larquier et Rieucau, 2014, 2015). Ces trois canaux reposent sur des informations et des conventions de coordination qui leurs sont propres et servent des segments de marchés particuliers. Les chercheurs d’emploi se démarquent en démarchant les entreprises (dépôt de candidatures en personne), profitent d’une précédente expérience de travail et de l’appréciation portée dessus (réembauche) ou bien de l’information et la recommandation venant d’un tiers (réseaux). Chaque canal suppose un engagement particulier des individus dans la coordination : par l’interaction, par leur réputation précédemment acquise ou par leur appartenance à un réseau, une communauté.

Le canal des candidatures déposées en mains-propres et celui des réembauches supposent que les candidats sont autonomes car ils se coordonnent directement avec l’entreprise. Les caractéristiques des emplois surreprésentés dans ces embauches (peu qualifiés, à temps partiel, à durée limitée ou saisonniers) et les indications sur les trajectoires des personnes, me conduisent à évoquer le segment secondaire du marché du travail. J’évoque un « marché interne élargi » pour les réembauches, du fait de l’absence de publication du poste en externe et du lien potentiellement durable entre entreprises et personnes réembauchées. Ces deux canaux servent en outre des « marchés de proximité » du fait de la proximité entre le lieu d’habitation et de travail, des ajustements qui se font en présence et des relations d’emploi répétées.  Ces marchés de proximité n’ont pas de visée de généralité car ils reposent sur des logiques locales et par ailleurs, les candidats ne sont pas mis en concurrence. L’autonomie des chercheurs d’emploi n’est pas ici, à la différence des annonces, porteuse d’emplois de qualité, voire de mobilité. A la différence des candidatures déposées en mains propres et des réembauches, les personnes qui passent par les réseaux ne sont pas autonomes. La réputation et la position de la personne qui procure les informations et recommande sont déterminantes et les réseaux ouvrent sur des emplois potentiellement divers. Les informations peuvent circuler loin, tant que le lien avec ceux qui recommandent est maintenu. L’activité des intermédiaires qui assurent une fonction de placement (école, cabinet de recrutement) se rapproche de celles des réseaux s’ils développent de liens étroits avec les entreprises.

Le chapitre 3 (Mise en contexte de la recherche d’emploi et politiques d’emploi) aborde les liens entre canaux d’information, recherche d’emploi et politiques d’emploi, c’est-à-dire ici les politiques publiques et les politiques des entreprises en matière de recrutement. La première partie (I) présente les mesures qui peuvent être mises en place pour jouer sur les mises en relation qui se déroulent au sein des canaux et des segments identifiés dans les deux précédents chapitres. Les canaux d’information mettent en contexte la recherche d’emploi, qui ne tient pas aux seules caractéristiques individuelles mais dépend de la façon dont se fait la coordination avec les entreprises, des espaces, des caractéristiques des emplois et des entreprises vers lesquels chacun des canaux mène. La partie II questionne la politique d’autonomie des chercheurs d’emploi et de transparence du marché du travail, telle qu’elle émerge des récentes réformes, et les incidences que peut avoir l’usage des procédures à distance pour embaucher sur les marchés de proximité, telles que je les aies vues sur les salons de l’emploi (Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître) et dans la grande distribution (Rieucau et Salognon, 2014). La partie III présente une politique d’emploi menée au niveau municipal relative aux embauches d’animateurs par la Ville de Paris et souligne les marges de manœuvre dont disposent les entreprises pour dessiner les contours de leur marché interne (Rieucau, 2017).

La mise en contexte de la recherche d’emploi, de même que les collectifs sur lesquels elle repose (investissements de forme, interactions, suivi par les acteurs de l’insertion, réseaux etc.) sont à prendre en compte pour interroger certaines mesures des politiques de l’emploi et leurs évolutions, ainsi que les mutations des pratiques de recrutement et des mises en relations sur le marché du travail. A trop mettre l’accent sur l’autonomie des chercheurs d’emploi, on risque d’oublier qu’une grande partie des individus se rapprochent des entreprises et des emplois par l’entremise d’un tiers et notamment par leurs réseaux de relations. Les chercheurs d’emploi qui démarchent seuls les entreprises ou qui reviennent dans des entreprises où ils ont déjà travaillé sont autonomes, mais cette autonomie est associée à de fortes contraintes et de fortes limites.

Ces questions sont au cœur des problématiques sur les mobilités individuelles, y compris géographiques, et de sécurisation des parcours professionnels, au sein desquelles s’inscrivent mes perspectives de recherches, développées en conclusion. Ces recherches, dont certaines sont en cours et d’autres démarrent prochainement, reposent pour la plupart sur l’exploitation de bases de données (enquête Ofer, Offre d’emploi et recrutement, 2016 de la Dares ; dispositif Défis (Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés) du Céreq). Elles sont développées en collaboration avec plusieurs collègues.

Représentations, agir et justifications du développement durable chez les dirigeants de PME « Le cas des dirigeants de riads maisons d’hôtes à Marrakech », par Noureddine Essabri

Thèse soutenue le 19 décembres 2017 sous la direction de Rémi Jardat en Sciences de gestion au Conservatoire National des Arts et Métiers

Jury :
Pr. Yvon Pesqueux, Professeur du Conservatoire National des Arts et Métiers
Pr. Jérôme Meric, Professeur des Universités, directeur de l‟IAE de Poitiers
Mme. Anne-Catherine Moquet, Maître de conférences à l’IAE Gustave-Eiffel, Laboratoire IRG EA 2354, Université Paris Est
M. Rémi Jardat, Maître de conférences HDR à l’IAE Gustave-Eiffel, Laboratoire IRG EA 2354, Université Paris Est

Résumé. L‟objectif de la recherche est l‟interprétation de l‟agir des dirigeants de PME face au développement durable. La littérature présente le référentiel financier et durable comme des interprétations de l‟agir des dirigeants d‟entreprise face au développement durable. Cette littérature présente plusieurs limites. Dans ce cadre, cette recherche présente d‟autres approches pour interpréter l‟agir des dirigeants de PME.
L‟art de l‟interprétation ou l‟herméneutique concernait au début les textes sacrés avant de s‟élargir à l‟action. L‟herméneutique s‟est définie à travers plusieurs auteurs qui ont marqué son histoire. Toute au long, un jeu définitionnel s‟est manifesté entre l‟interprétation, la compréhension et l‟explication.
L‟agir est défini par cette recherche comme processus de l‟action qui peut se manifester à travers un faire, un subir, un délaisser ou un non agir.
Le modèle théorique mobilisé par la recherche pour interpréter l‟agir se base sur trois choix : une dialectique entre l‟explication et la compréhension au niveau méthodologique, une troisième voie médiane entre l‟individualisme et le holisme au niveau épistémologique et une pluralité des modèle de rationalisation de l‟agir au niveau théorique.
Au niveau du cadre théorique, nous avons choisis la théorie des représentations sociale pour l‟explication de l‟agir et la théorie de l‟économie des grandeurs pour la compréhension de l‟agir. La problématique empirique de la recherche questionne les liens entre représentation, agir et justification du développement durable chez les dirigeants de PME. Le terrain de recherche est le secteur du tourisme au Maroc. L‟échantillon se compose de dirigeants de riads maisons d‟hôtes à Marrakech.
Les résultats obtenus montrent l‟existence de liens entre représentations, agir et justification du développement durable chez les dirigeants de riads. Elles confirment les difficultés du développement durable de se présenter comme ordre de justification de l‟action. Enfin, la recherche atteste de l‟existence d‟une nouvelle cité dite écologique et recommande la mobilisation de la sphère scientifique pour sa conceptualisation.

Mots clés : développement durable, Agir, représentation, justification, interprétation,
explication, compréhension, dirigeants de PME

Abstract. The objective of the research is the interpretation of the action of SME managers towards sustainable development. The literature presents the financial and sustainable frame of reference as interpretations of the action of company directors in the face of sustainable development. This literature has several limitations. In this context, this research presents other approaches for interpreting the action of SME managers.
The art of interpretation or hermeneutics initially concerned the sacred texts before expanding to action. Hermeneutics is defined through several authors who have marked its history. Throughout, a definitional game has manifested itself between interpretation, comprehension and explanation.
Action is defined by this research as a process of action that can be manifested through a doing, undergoing, neglecting or not acting.
The theoretical model mobilized by research to interpret action is based on three choices: a dialectic between explanation and understanding at the methodological level, a third middle way between epistemological individualism and holism, and a plurality of models. rationalization of action at the theoretical level.
At the level of the theoretical framework, we have chosen the theory of social representations for the explanation of the act and the theory of the economy of the quantities for the understanding of the act. The empirical problematic of research questions the links between representation, action and justification of sustainable development among SME managers. The field of research is the tourism sector in Morocco. The sample consists of riads rulers guest houses in Marrakech.
The results obtained show the existence of links between representations, act and justification of sustainable development among riads’ leaders. They confirm the difficulties of sustainable development as a justification for action. Finally, the research attests to the existence of a new so-called ecological city and recommends the mobilization of the scientific sphere for its conceptualization.

Keyword: sustainable development, to act, representation, justification, interpretation,
explanation, understanding, SME leaders

Télécharger la thèse sur HAL / Download link

La convention Internet en ses territoires – Pour une nouvelle grille d’interprétation géographique de la relation « TIC et Territoires »

Philippe Vidal

Mémoire d’habilitation à diriger des recherches présenté et soutenu publiquement le 11 décembre 2017 à l’université de Rennes 2

Jury:

  • Guy Baudelle, Pr. aménagement et urbanisme, Université de Rennes 2 (garant)
  • Lise Bourdeau-Lepage, Pr. de géographie, Université de Lyon 3 (examinatrice)
  • Nicolas Buclet, Pr. aménagement et urbanisme, Université de Grenoble (rapporteur) Thierry Joliveau, Pr. de géographie, Université de Saint-Etienne (rapporteur)
  • Sophie de Ruffray, Pr. de géographie, Université de Rouen (examinatrice)
  • Martin Vanier, Pr. de géographie, École d’urbanisme de Paris (examinateur)

Extrait de l’introduction :
“Disons-le d’emblée, l’appareil théorique des conventions, en provenance de l’économie et de la sociologie, a agi comme un stimulus théorique à une période de notre itinéraire où précisément, la routine, les urgences éditoriales de la revue Netcom et les tâches administratives à l’université du Havre l’emportaient parfois sur l’exigence de renouvellement scientifique et de remise en question. Le projet du volume original de l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) s’appuie donc sur un pari consistant à importer en géographie et en aménagement un univers théorique (l’économie des conventions) que nous avons commencé à approcher à la fin de l’année 2011, et que nous nous efforçons, depuis, d’apprivoiser. D’autres avant nous, plutôt en provenance de la géographie économique, ont tenté et réussi ce pari. Cette transposition reste toutefois un défi personnel que nous souhaitons relever car il s’agit ici – en tout cas nous la considérons comme telle – d’une façon très particulière de prendre une vraie distance avec nos travaux passés et de les remettre en ordre à l’aide de l’approche conventionnaliste. Il nous semble que l’appareil théorique des conventions nous a donné l’occasion d’améliorer notre compréhension des phénomènes territoriaux liés au numérique et qu’il s’est présenté à un moment de notre cheminement personnel telle une contre-allée, une alternative nous permettant de tendre finalement vers un modèle général explicatif de la façon dont le numérique s’est invité depuis plus de trente ans dans les questions spatiales, que ce soit sous l’angle de l’aménagement du territoire, du point de vue de sa large adoption par les populations, ou encore en accompagnement de l’urbanisation de nos sociétés. Qu’est-ce qu’une convention ? En propos liminaire, il nous semble possible de résumer la question, qui nécessitera de plus amples développements au cours du premier chapitre, comme une façon de considérer qu’au sein de la société, existent des « conventions », des règles de comportement, auxquelles adhérent les individus en toute connaissance de cause ou parfois de façon plus intuitive, c’est-à-dire sans forcément intérioriser ou intellectualiser cette adhésion. C’est cette adhésion générale qui forme les conventions dans un processus d’auto-renforcement. P.-Y. Gomez résume bien cette idée : « Les conventions et les individus existent en même temps. Les individus ne peuvent décider que parce qu’il existe des conventions et les conventions n’existent que parce que les individus les adoptent. […] la convention transmet donc cette conviction sur sa propre généralisation ». Une convention est donc une construction collective quotidiennement réitérée et forte de l’adhésion du plus grand nombre. À l’origine, la théorie des conventions a été développée par l’économie des conventions pour expliquer les raisons pour lesquelles, dans un contexte d’incertitude et de pluralité de choix, une majorité d’agents (les consommateurs, les individus au sein d’une organisation) trouve à se coordonner en adhérant à un principe dominant dans lequel ils se reconnaissent.
[…] La théorie des conventions au service de l’analyse géographique et de l’action territoriale – En tant que géographe-aménageur, je fais l’hypothèse que la dynamique et l’avenir des territoires sont régis par des conventions au moins autant que par des règles écrites ou par des actions programmées qui ne parviennent pas toujours à imposer les changements visés. C’est dans l’interaction entre différents acteurs territoriaux (d’agents dans le langage conventionnaliste) adhérant à une même convention que s’opèrent les nouvelles dynamiques territoriales. Ce sont les conventions qui permettent de fédérer les hommes et les lieux dans les sociétés contemporaines. C’est à travers elles que se font et se défont certaines dynamiques territoriales anciennement établies. Dans ce travail, nous formulons donc l’hypothèse que le territoire est, comme l’individu, traversé par de multiples conventions, c’est-à-dire par des « mondes communs » qui peuvent se superposer, se recouvrir, s’affronter, se conforter ou s’ignorer. Ainsi s’élaborent des mondes en co-construction, au travers d’équipements et d’usages récurrents en train de s’installer mais aussi au travers des valeurs parfois contradictoires portées par ces usages. Ces mondes communs s’incarnent dans des infrastructures, des usages, des représentations, des engagements spécifiques qui vont marquer l’espace de façon visible. Si l’on accepte cette idée selon laquelle les conventions s’insèrent et s’expriment au sein des territoires et interviennent concrètement dans les processus de transformation des sociétés, entrer par l’appareil théorique des conventions devient dès lors un bon outil d’analyse des conflits, des controverses, des « disputes » territoriales. L’appareil théorique des conventions permet de comprendre les dynamiques territoriales et les recompositions socio-spatiales (via les conventions dominantes) de même qu’il offre également à la prospective territoriale de nouveaux arguments pour anticiper les phénomènes en cours d’émergence (par l’identification des « conventions émergeantes » (Buclet 2011a). Pour cette raison, il nous semble qu’il se présente comme un bon outil d’analyse des dynamiques territoriales du monde contemporain au service des politiques publiques. L’appareil théorique des conventions se présente ainsi de deux façons différentes au géographe-aménageur :
• comme une grille d’analyse de la façon dont un projet sociétal (le projet numérique) se déploie dans le monde et ses territoires ;
• et comme une feuille de route méthodologique novatrice (une fois l’appareil théorique des conventions retraduit), mise au service de l’action publique territoriale dans le domaine du numérique territorial.”
(pages 9 & 11)

Lien de téléchargement