Archives de catégorie : Soutenances / Dissertations

L’engagement solidaire des entrepreneurs du peuple No TAV bas-valsusain : analyse pragmatique d’un processus d’innovation sociale soutenable, par Marina Soubirou

Thèse codirigée par Nicolas Buclet, laboratoire PACTE et Pierre Judet, laboratoire LARHRA, École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes, soutenue le 26 juin 2018.

Jury :

  • Anne Dalmasso, PR Université Grenoble Alpes, UMR LARHRA
  • Jean-Michel Fourniau, Directeur de Recherche IFSTTAR, laboratoire DEST, RAPPORTEUR
  • Xabier Itcaina, Directeur de Recherche CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux
  • Jean-Louis Laville, PR CNAM Paris, UMR LISE, RAPPORTEUR
  • Léa Sébastien, Maîtresse de Conférence, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR Géode

Résumé.
Une transition globale vers la soutenabilité est un défi urgent dans un contexte actuel de dégradation rapide de la biosphère et d’accroissement des inégalités socio-économiques qui génèrent de multiples vulnérabilités. Des enquêtes qualitatives et quantitatives ont montré que des principes et des valeurs soutenables semblent émerger à l’échelle mondiale. Dans le même temps, divers mouvements sociaux revendiquent une telle transition. Le mouvement No TAV, dans la partie inférieure de la vallée de Suse en Italie, en est un exemple. Depuis les années 1990, cette zone est le théâtre d’un conflit opposant les habitants à l’Etat italien autour d’un projet de tunnel ferroviaire de 54 km sous les Alpes, reliant la vallée de Suse à la vallée française de la Maurienne. En rejetant fortement ce projet et en participant collectivement à de nombreux mouvements de résistance, les Bas-Valsusains ont progressivement donné naissance à une communauté territorialisée. Les membres sont liés par de forts liens de co-obligation et semblent partager un ensemble de principes et de valeurs soutenables. Dans cette thèse, nous interrogeons l’impact de ce contexte très particulier sur l’engagement des petits et moyens entrepreneurs locaux en faveur d’un développement soutenable à l’échelle de leur territoire. Pour ce faire, nous mettons en œuvre une démarche pragmatique, attentive à l’auto-réflexivité des acteurs.
La participation à une communauté territorialisée soutenable favorise-t-elle l’engagement solidaire des entrepreneurs – en tant que tels – en faveur d’un développement soutenable ? La première partie de cette thèse interroge la pertinence et les conditions nécessaires à la mise en œuvre d’un développement soutenable. Nous y proposons la notion de communauté territorialisée, articulant le principe politique de commun et la notion de territoire. La seconde partie a pour objet la caractérisation de la communauté territorialisée bas-valsusaine. Nous y questionnons son ancrage spatial, ses principes et valeurs, ainsi que la trajectoire à travers laquelle elle a émergé. Cette communauté s’est cristallisée à travers plusieurs décennies de luttes, Elle est ancrée dans la partie basse de la vallée entre les villages d’Exilles et d’Avigliana et ses membres semblent partager des principes et valeurs soutenables. Enfin, la troisième et dernière partie de cette thèse caractérise un processus d’innovation sociale à travers lequel a émergé et s’est diffusé en basse vallée de Suse un engagement solidaire des entrepreneurs en faveur d’un développement soutenable.

Abstract.
A global transition towards sustainability is a pressing challenge in the current context of fast degradation of the biosphere and of rising socio-economic inequalities which generate multiple vulnerabilities. Qualitative and quantitative surveys have shown that sustainable principles and values appears to be emerging on a global scale. Various social movements have laid claim to such a transition. The No TAV  movement in the lower part of the Susa valley in Italy is an example. Since the 1990’s, this area has been the scene of a territorial conflict pitting the local inhabitants against the Italian state on a 54km long railway tunnel project under the Alps, linking the Susa Valley to the French Maurienne Valley. By strongly rejecting this project and collective participation in numerous resistance movements, the Low-Valsusans have gradually become a territorialized community who’s members are linked by strong bonds of co-obligation to each other and seem to share a set of sustainable principles and values. In this thesis, we question the impact of this very peculiar context on the local small and medium entrepreneurs’ involvement into the sustainable development of their territory, trying to find out whether it influences their activities. We have conducted our investigation in a pragmatic style, paying attention to the actors’ self-reflexivity.
Does the participation to a sustainable territorialized community favor the involvement of the entrepreneurs into a solidarity economy oriented towards a sustainable development? The first part of this thesis questions the relevance and the conditions necessary for the implementation of a sustainable development. We propose the notion of territorialized community, articulating the political principle of the common and the notion of territory. The second part deals with the characterization of the Low-Valsusan territorialized community. We question its spatial anchoring, its principles and values, as well as the trajectory through which it emerged. This community has crystallized through several decades of struggles. It is anchored in the lower part of the valley between the villages of Exilles and Avigliana and its members seem to share sustainable principles and values. Finally, the third part of this thesis characterizes a process of social innovation through which a solidarity involvement of the local entrepreneurs in favor of a sustainable development has emerged and spread in the lower Susa Valley.

 

Perspectives durables et territoriales des économies de fonctionnalité légitimes. Une interprétation en termes conventionnalistes, par Benjamin Serra

Thèse préparée au sein du Laboratoire PACTE, sous la direction du Professeur Nicolas BUCLET, Université Grenoble Alpes, École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, soutenue le 18 juin 2018.

Jury :

  • Michel ROCCA, Professeur à l’Université Grenoble Alpes
  • Muriel MAILLEFERT, Professeure à l’Université Lyon III
  • Franck-Dominique VIVIEN, Professeur à l’Université Reims-Champagne-Ardenne
  • Céline MERLIN-BROGNIART, Maîtresse de Conférences à l’Université Lille I
  • Gaël PLUMECOQ, Chargé de recherche à l’INRA Toulouse

Résumé.
Depuis la Révolution Industrielle, les systèmes de production et de consommation de biens n’ont cessé d’évoluer au gré des innovations technologiques, organisationnelles et politiques. Mais ils ont montré une certaine permanence dans les objectifs qui sous-tendent et justifient leurs modalités d’organisation. Ces objectifs sont ceux portés par une société marchande au sein de laquelle l’échange économique constitue un moyen de créer des richesses et de répondre aux besoins de consommation. La recherche d’amélioration continue de la productivité de l’offre et la croissance des volumes et de la diversité des biens et services demandés ont contribué à façonner un système économique marchand et mondialisé, considéré comme le meilleur moyen de créer et de faire circuler les richesses. Pourtant, au cours des dernières décennies, l’atteinte des limites de ce système, tant en termes environnementaux que sociaux, a conduit les acteurs de l’échange à envisager de nouveaux moyens de satisfaire de manière efficace les besoins de consommateurs. Parmi ces moyens, l’économie de fonctionnalité vise à proposer de nouvelles modalités de création de valeur en substituant la vente de l’usage d’un bien à la vente du bien lui-même. Souvent associée à un modèle permettant de découpler la réponse aux besoins de l’utilisation de ressources matérielles, mais aussi de re-territorialiser des activités productives déconnectées de leurs espaces géographiques de consommation, cette pratique interroge quant à sa capacité à faire évoluer le paradigme classique de production et de consommation de masse. Est-elle un simple outil organisationnel permettant de limiter les impacts négatifs du système économique sans en modifier les finalités ou permet-elle au contraire d’en infléchir la trajectoire et de modifier les finalités qu’il poursuit ? Cette thèse cherche à répondre à cette question en abordant l’économie de fonctionnalité par les représentations de l’échange de qualité qu’elle engage dans l’action. Elle s’appuie sur l’économie des conventions pour caractériser les différentes qualités légitimes de l’échange par l’économie de fonctionnalité. Elle cherche à déterminer lesquelles sont porteuses de changements dans les modalités de l’échange sans en modifier les principes fondamentaux et lesquelles sont porteuses de changements dans la philosophie de l’échange économique et dans ses finalités acceptées. Moyen innovant au service d’une fin inchangée ou nouvelle fin qui contraint autant qu’elle incite les acteurs dans l’action, l’économie de fonctionnalité est susceptible de produire dans les deux situations des effets territoriaux et durables hétérogènes. Ce travail s’attache à qualifier les dynamiques de changement en jeu, de sorte à comprendre comment les représentations légitimes de l’économie de fonctionnalité se traduisent en motivations et en effets différenciés. Il crée ainsi le cadre nécessaire à la compréhension des trajectoires de convergence ou de divergence des différents types d’économies de fonctionnalité bénéficiant d’une démarche de légitimation. Il constitue de la sorte une première étape pour envisager les différentes combinaisons de représentations susceptibles de contribuer à l’émergence de systèmes économiques territorialement durables en fonction des objectifs poursuivis par les acteurs.

Abstract.
Since the Industrial Revolution, systems of production and consumption of goods have followed consecutive technological, organizational and political innovations phases. But they have shown a certain permanence in the objectives that underlie and justify the modalities of their organization. These goals are those conveyed by merchant society in which economic exchange is a way to create wealth and meet consumer needs. The quest for continuous improvement in supply productivity and the growth in volume and diversity of goods and services required have helped shaping a globalized trading economic system as the best way to create wealth and make it circulate. However, over the past few decades, this system has reached its limits, both in environmental and social terms, and it has led the stakeholders to consider new ways to efficiently meet the needs of consumers. Among these means, the functional economy aims at proposing new ways of creating value by substituting the sale of the use of a good to the sale of the good itself. Often associated with a model that allows to disconnect the response to the needs of the use of material resources, but also to re-territorialize productive activities that have been disjointed from their geographical areas of consumption, this practice questions as to its ability to make the classical paradigm of mass production and consumption evolve. Is it a simple organizational tool meant to limit the negative impacts of the economic system without modifying the purposes or, on the contrary, a way to change the trajectory and change the goals it pursues? This thesis seeks to answer this question by approaching the functional economy through the representations of the quality exchange that it implies in action. It relies on the economy of conventions to characterize the different legitimate qualities of the exchange. It aims at determining which ones bring changes in the modalities of exchange without impacting its fundamental principles and which bring changes in the philosophy of economic exchange and its accepted purposes. As an innovative means serving an unchanged goal or as a new end that constrains as much as it incites the actors, the functional economy is likely to produce heterogeneous territorial and sustainable effects, in both situations. This work seeks to characterize the dynamics of change at stake, so as to understand how legitimated representations of the functional economy can be translated into differentiated motives and effects. It therefore creates the necessary framework for understanding the converging or diverging trajectories of legitimate functional economies. In this way, it constitutes a first step to consider the different combinations of representations likely to contribute to the emergence of territorially sustainable economic systems according to the objectives pursued by the actors.

Incremental Urbanism: A study of incremental housing production and the challenge of its inclusion in contemporary planning processes in Mumbai (India), by Tobias Baitsch

ABSTRACT

Whilst urbanisation reached an unprecedented dimension, in a not so distant future half of the urban population will live in ‘informal’ settlements. Often subsumed under the pejorative term slum, these habitats account for the majority of the future urban growth. Incremental urban development was once accepted as a viable means of addressing housing needs for large parts of the urban population. However, these approaches were largely abandoned in the 1990s in favour of mass housing provided through public private partnerships. While these largely failed in providing the required quantities and produced poor urban spaces, the scale of the phenomenon is such that incremental urban development needs reconsidering. However, in contrast to the well-documented experiences of the 1970s and 1980s, there is a lack of knowledge about the actual functioning of incremental development in contemporary regimes of urbanisation. Adopting an approach informed by French pragmatist sociology (Boltanski and Thévenot 2006), particularly the sociology of convention (Thévenot 1984), this research inquires into the production of slums at two levels: the intricate reality of housing production in Mumbai’s slums and the contemporary controversies revolving around urban development. Building on fieldwork in a ‘self-built’ resettlement colony in Mumbai forty years after it was established, this research examines how incrementally developing settlements are made, maintained, and transformed through everyday practices of local actors. Standing at the crossroads of the market, the political, and the social the so-called contractors are key figures engaged in the processes of construction and house making. As mediators in and of incremental urbanism they produce not only built-up space but also social space. Focusing on contractors as hitherto under-examined figures reveals that self-help housing in Mumbai, in contrast to conventional believes about housing practices of the urban poor, is by and large a professionalised mode of urban production. This research offers a refined account of the intricate reality of housing production and the ambiguous nature of incremental urbanism. Regarding urban planning, this research analyses the on-going revision of the Mumbai Development Plan 2014-2034 and the controversies accompanying it, which brings to the forefront the interplay of powers and arguments that otherwise are disguised in the dispersed and detached everyday making of the city. To better understand the discourse on current planning practices and struggles over conflicting approaches towards slums, this research examines the arguments and legitimization principles that underpin four major positions advocated in the controversies as the ‘good’ way to urbanisation. Considering them as equally valid positions allows drawing comparisons between the different conceptualisations of urban planning and development, and the role and legitimacy they confer to modes of incremental urbanism. Reading the two moments in the production of Mumbai’s slums together sheds light on the challenges to incorporate incremental urbanism into planning processes. It is argued that these challenges lie not solely with the conflicting rationalities ‘or cosmos’ of how to create a just city, which clash in the controversies, but also with the ambiguity of incremental urbanism itself. Both of which contribute to complex processes of invisibilisation, or subalternisation, of incremental urbanism.

Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Thesis Director
Dr. Luca Pattaroni , EPF Lausanne

Thesis Co-Director
Prof. Dr. Christian Schmid, ETH Zurich

Jury
Dr. Florence Graezer Bideau, EPF Lausanne, president of the jury
Dr. Pushpa Arabindoo, University College London, external expert
Prof. Dr. René Véron, University of Lausanne, external expert
Dr. Jennifer E. Duyne Barenstein, ETH Zurich, internal expert

Download link:

https://infoscience.epfl.ch/record/253240/files/EPFL_TH7720.pdf

The Populist Toolkit Finnish Populism in Action 2007–2016, PhD thesis by Tuukka Ylä-Anttila (University of Helsinki)

Populism has often been understood as a description of political parties and politicians, who have been labelled either populist or not. This dissertation argues that it is more useful to conceive of populism in action: as something that is done rather than something that is. I propose that the populist toolkit is a collection of cultural practices, which politicians and
citizens use to make sense of and do politics, by claiming that ‘the people’ are opposed by a corrupt elite – a powerful claim in contemporary politics, both in Finland and internationally. The concept of the populist toolkit has analytical utility, since it can separate a set of populist repertoires from others, for example that of exclusionary nationalism, and takes seriously
the effect culture has on action, while avoiding cultural determinism. I study four instances in which the populist toolkit was used in Finnish politics from 2007 to 2016. As data, I use party publications, a Voting Advice Application, newspaper articles and opinion pieces, and a large set of online media data. Methodologically, I employ qualitative text analysis informed by theories of populism, cultural practices, frame analysis and Laurent Thévenot’s sociology of engagements, as well as topic modeling. Article I argues that the state of the Eurozone in 2011 gave the Finns Party an opportunity to frame the situation as a crisis for Finland and to
present itself as a righteous populist challenger to established parties. Article II shows that the Finns Party uses anti-feminist arguments to present itself as a populist alternative. Article III presents a theory of how populist argumentation can use familiar emotional experiences in bonding ‘the people’ together. Article IV tackles the populist epistemology: while populism
can be critical of intellectuals and experts in general, the article shows that another populist strategy is counterknowledge, incorporating alternative knowledge authorities. This strategy is particularly employed by the populist radical right. After the monumental success of right-wing populism in Western democracies, the next big question is whether left-wing or liberal actors will take up the tools of populism, or will they rather position themselves on the side of pluralism, democratic institutions and scientific expertise. This will have to be assessed by future studies.

https://helda.helsinki.fi/handle/10138/232291

Download link:

https://helda.helsinki.fi/bitstream/handle/10138/232291/yla_anttila2017phd.pdf?sequence=1

 

Canaux d’information et recherche d’emploi : une approche institutionnaliste, par Géraldine Rieucau

HDR soutenue le 4 décembre 2017 à l’Université Paris 8

Jury :
Christine Erhel (Professeure, Cnam)
Olivier Favereau (Professeur émérite, Université Paris Nanterre)
Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1)
Yannick L’Horty (Professeur, Université Paris Est)
Antoine Terracol (Professeur, Université Paris 8, garant)
Héloïse Petit (Professeure, Université de Lille 1)

Résumé :
La recherche d’information sur les emplois et sur les candidats sur le marché du travail est un objet central d’analyse en économie du travail, depuis l’article fondateur de Stigler (1962) introduisant l’hypothèse d’information imparfaite. La plupart des modèles économiques du job search admettent que ces informations sont transmises de diverses façons mais ne s’intéressent pas à cette transmission. Prenant appui sur des données empiriques, un petit nombre de travaux intègrent toutefois les modes de recherche et mettent en évidence l’existence d’une diversité de canaux d’information : agences pour l’emploi, démarches personnelles, réseaux de relation, annonces d’offre d’emploi etc. Ces canaux varient selon leur coût, leur vitesse, l’efficacité pour pourvoir des offres et des demandes, avec une incidence sur la durée du chômage/durée de la vacance d’emploi, sur les salaires et les types d’emplois (Sabatier, 2003, 2010, sur données françaises).

C’est à la diversité des canaux d’information qui entrent en jeu dans la recherche d’emploi que je m’intéresse. Les canaux du marché du travail relient les entreprises et les candidats entre eux et relient ces offres et demandes à différents segments du marché. Je ne m’interroge pas sur l’efficacité de cette recherche pour accéder à un (nouvel) emploi, mais je cherche à voir, à partir d’observations empiriques – exploitation d’enquêtes statistiques et enquêtes de terrain — et en adoptant un cadre d’analyse institutionnaliste, comment, au sein de chaque canal, sont élaborées et diffusées les informations sur les emplois et comment les informations relatives aux chercheurs d’emploi sont présentées et transmises aux employeurs. Cette analyse est d’autant plus importante que le marché du travail français est caractérisé par une part faible des appariements noués par des canaux informant publiquement sur les emplois vacants : les annonces et le Service public de l’emploi (SPE), représentent respectivement 7 % et 10 % des appariements d’après l’enquête Emploi de l’Insee. Les démarches personnelles (candidatures spontanées) et les réseaux de relations, canaux au sein desquels l’information n’est pas diffusée publiquement, représentent respectivement 40 % et 20 % des appariements selon cette même source (Guillaneuf, 2017 ; Larquier et Rieucau, 2017).

Mon cadre d’analyse emprunte à la fois à l’économie des conventions (Thévenot, 1985 ; Eymard-Duvernay et al., 2006) et à la théorie de la segmentation du marché du travail (Dunlop, 1966 ; Doeringer et Piore, 1971). Ces deux courants ont en commun de bâtir leurs hypothèses à partir d’observations empiriques et de considérer que les entreprises et les institutions jouent un rôle majeur dans la segmentation et le fonctionnement du marché du travail. Ce sont en effet les entreprises qui choisissent le canal par lequel informer sur leurs emplois et les caractéristiques des emplois et des salariées varient selon les canaux, de sorte que l’on peut considérer qu’ils «  ouvrent » ou « ferment » sur des segments spécifiques du marché du travail (Manwaring, 1984).  Les façons dont sont diffusés (ou non) les emplois vacants et le contenu des informations données par les entreprises, conditionnent et structurent la façon dont se déroule la recherche d’emploi : c’est ce que j’essaye de montrer dans mon travail. L’économie des conventions et la théorie de la segmentation ont également en commun de s’intéresser à la diversité des règles, coutumes et conventions qui portent les échanges, en envisageant plusieurs formes de coordination. L’incertitude sur la qualité du bien échangé (Akerlof, 1970) et les façons dont les acteurs s’y prennent pour la « régler » et pour se coordonner, sont au cœur du programme de l’économie des conventions. L’incertitude sur le marché du travail est atténuée et contenue parce que mise en forme par des conventions, qui donnent des cadres communs permettant aux agents d’interpréter les situations, de s’y adapter et d’agir (Eymard-Duvernay et al, 2006).  Je cherche à mettre à jour ces conventions pour comprendre la coordination entre les offres et les demandes de travail, sans rapporter celles-ci à des valeurs objectives a priori : je m’intéresse aux processus d’élaboration des informations sur ces offres et demandes et aux formes prises par les informations (signaux, réputation etc.) au sein de chaque canal, ainsi qu’aux espaces au sein desquels, par ces canaux, ces informations sont diffusées. En analysant la recherche d’emploi au prisme des canaux, j’essaye de montrer que la pluralité des formes de coordination de ces canaux (travaillée par l’économie des conventions) et la pluralité/hétérogénéité des marchés (travaillée par la théorie de la segmentation) que ces canaux servent, vont de pair.

Le chapitre 1 (Rechercher et répondre aux informations publiques sur les emplois) porte sur les  annonces d’offre d’emploi et les agences pour l’emploi qui diffusent largement les informations sur les emplois vacants et qui procurent en retour à l’employeur une information de type extensif, car limitée et relative à un grand nombre de candidats (Rees, 1966). Ce chapitre expose d’abord (I) la façon dont les informations sur les emplois sont diffusées par annonces, leur contenu (analyses de corpus d’annonces), les modalités de réponses et le rôle du SPE dans la mise au format des informations (Marchal, Mellet et Rieucau, 2007). La partie II porte sur l’auto-sélection (Stiglitz, 1975) que les annonces induisent au sein du marché, ce que l’on sait de la sélection réalisée ensuite en entreprise et des caractéristiques des appariements noués par annonces, à partir des analyses des données des enquêtes Emploi (2003-2012) (Larquier et Rieucau, 2017). La partie III aborde l’activité du SPE lorsqu’il rend publiques les informations sur les dispositifs d’aide (contrats aidés, formations etc.) et sur les démarches de recherches à suivre (Larquier et Rieucau, 2015 ; Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître)

Lorsque l’information sur les emplois est publique, les voies qu’elle emprunte n’excluent personne a priori : dans les annonces, les informations sur les emplois sont objectivées et standardisées pour être diffusées largement et les individus, autonomes, peuvent les étudier, dès lors qu’ils sont équipés cognitivement et techniquement. Les informations sur les dispositifs diffusées par le SPE supposent aussi, pour circuler, des investissements de forme (Thévenot, 1985) et sont accessibles à tous, avec l’aide des acteurs de l’insertion. Les informations sur les candidats sont aussi standardisées, dans les CV ou les synthèses écrites sur les demandeurs d’emploi, afin de circuler et d’atteindre les entreprises. Les candidats peuvent être comparés les uns aux autres à l’aune des mêmes critères objectivés. Les conventions sur lesquelles les chercheurs d’emploi prennent appui, tiennent à leur réponse aux informations délivrées par les annonces ou le SPE : répondre (ou ne pas répondre) à une annonce en envoyant un CV (ici, la convention qui sous-tend la coordination est cohérente avec un cadre incitatif) ; répondre (au sens cette fois d’être en conformité) aux critères du dispositif, en termes d’âge, de diplôme par exemple, et aux évaluations produites par le SPE. La coordination entre les offres et les demandes passe par une pré-sélection des offres, assurée par les chercheurs d’emploi dans le cas des annonces (auto-sélection) ; menée dans l’autre cas par les acteurs de l’insertion qui préparent les candidatures à soumettre aux entreprises. Ces canaux ouvrent a priori sur un large espace géographique mais les investissements de forme instaurés pour mettre en correspondance les offres et les demandes tendent à fermer ces espaces sur des segments particuliers. Il s’agit des segments professionnels dans le cas des annonces, où les appariements en Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et sur des postes de professions intermédiaires sont sur-représentés. Les plus diplômés sont significativement surreprésentés au sein des appariements noués par annonce. Dans le cas du SPE, il s’agit du segment des emplois à temps partiel et peu qualifiés que vont occuper des chômeurs, qui sont ceux qui sollicitent les organismes publics.

Le chapitre 2 (Se faire (re)connaître lorsque les informations sur les emplois ne sont pas publiques) est consacré aux trois canaux principaux d’une recherche d’emploi menée alors que l’information n’est pas publique : celle des candidatures spontanées (partie I), des réembauches ou retours dans une entreprise où l’on a déjà travaillé (II) et des réseaux de relations (III). Mes travaux apportent en particulier des éclairages sur les deux premiers canaux, qui sont peu connus de la littérature et occupent une place centrale sur le marché du travail français. En prenant appui sur des enquêtes de terrain dans la grande distribution et les salons de l’emploi ainsi que sur des analyses d’enquêtes statistiques, je montre que lorsque l’information sur les emplois n’est pas publique, les voies qu’elle emprunte sont fermées à ceux qui ne sont pas à proximité des entreprises avec pignon sur rue – le cas du canal des candidatures déposées en personne (Rieucau, 2015) – à ceux qui n’ont pas déjà travaillé dans l’entreprise – le cas du canal des réembauches – ou à ceux qui n’ont pas de réseaux de relations bien placés pour les recommander (Larquier et Rieucau, 2014, 2015). Ces trois canaux reposent sur des informations et des conventions de coordination qui leurs sont propres et servent des segments de marchés particuliers. Les chercheurs d’emploi se démarquent en démarchant les entreprises (dépôt de candidatures en personne), profitent d’une précédente expérience de travail et de l’appréciation portée dessus (réembauche) ou bien de l’information et la recommandation venant d’un tiers (réseaux). Chaque canal suppose un engagement particulier des individus dans la coordination : par l’interaction, par leur réputation précédemment acquise ou par leur appartenance à un réseau, une communauté.

Le canal des candidatures déposées en mains-propres et celui des réembauches supposent que les candidats sont autonomes car ils se coordonnent directement avec l’entreprise. Les caractéristiques des emplois surreprésentés dans ces embauches (peu qualifiés, à temps partiel, à durée limitée ou saisonniers) et les indications sur les trajectoires des personnes, me conduisent à évoquer le segment secondaire du marché du travail. J’évoque un « marché interne élargi » pour les réembauches, du fait de l’absence de publication du poste en externe et du lien potentiellement durable entre entreprises et personnes réembauchées. Ces deux canaux servent en outre des « marchés de proximité » du fait de la proximité entre le lieu d’habitation et de travail, des ajustements qui se font en présence et des relations d’emploi répétées.  Ces marchés de proximité n’ont pas de visée de généralité car ils reposent sur des logiques locales et par ailleurs, les candidats ne sont pas mis en concurrence. L’autonomie des chercheurs d’emploi n’est pas ici, à la différence des annonces, porteuse d’emplois de qualité, voire de mobilité. A la différence des candidatures déposées en mains propres et des réembauches, les personnes qui passent par les réseaux ne sont pas autonomes. La réputation et la position de la personne qui procure les informations et recommande sont déterminantes et les réseaux ouvrent sur des emplois potentiellement divers. Les informations peuvent circuler loin, tant que le lien avec ceux qui recommandent est maintenu. L’activité des intermédiaires qui assurent une fonction de placement (école, cabinet de recrutement) se rapproche de celles des réseaux s’ils développent de liens étroits avec les entreprises.

Le chapitre 3 (Mise en contexte de la recherche d’emploi et politiques d’emploi) aborde les liens entre canaux d’information, recherche d’emploi et politiques d’emploi, c’est-à-dire ici les politiques publiques et les politiques des entreprises en matière de recrutement. La première partie (I) présente les mesures qui peuvent être mises en place pour jouer sur les mises en relation qui se déroulent au sein des canaux et des segments identifiés dans les deux précédents chapitres. Les canaux d’information mettent en contexte la recherche d’emploi, qui ne tient pas aux seules caractéristiques individuelles mais dépend de la façon dont se fait la coordination avec les entreprises, des espaces, des caractéristiques des emplois et des entreprises vers lesquels chacun des canaux mène. La partie II questionne la politique d’autonomie des chercheurs d’emploi et de transparence du marché du travail, telle qu’elle émerge des récentes réformes, et les incidences que peut avoir l’usage des procédures à distance pour embaucher sur les marchés de proximité, telles que je les aies vues sur les salons de l’emploi (Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître) et dans la grande distribution (Rieucau et Salognon, 2014). La partie III présente une politique d’emploi menée au niveau municipal relative aux embauches d’animateurs par la Ville de Paris et souligne les marges de manœuvre dont disposent les entreprises pour dessiner les contours de leur marché interne (Rieucau, 2017).

La mise en contexte de la recherche d’emploi, de même que les collectifs sur lesquels elle repose (investissements de forme, interactions, suivi par les acteurs de l’insertion, réseaux etc.) sont à prendre en compte pour interroger certaines mesures des politiques de l’emploi et leurs évolutions, ainsi que les mutations des pratiques de recrutement et des mises en relations sur le marché du travail. A trop mettre l’accent sur l’autonomie des chercheurs d’emploi, on risque d’oublier qu’une grande partie des individus se rapprochent des entreprises et des emplois par l’entremise d’un tiers et notamment par leurs réseaux de relations. Les chercheurs d’emploi qui démarchent seuls les entreprises ou qui reviennent dans des entreprises où ils ont déjà travaillé sont autonomes, mais cette autonomie est associée à de fortes contraintes et de fortes limites.

Ces questions sont au cœur des problématiques sur les mobilités individuelles, y compris géographiques, et de sécurisation des parcours professionnels, au sein desquelles s’inscrivent mes perspectives de recherches, développées en conclusion. Ces recherches, dont certaines sont en cours et d’autres démarrent prochainement, reposent pour la plupart sur l’exploitation de bases de données (enquête Ofer, Offre d’emploi et recrutement, 2016 de la Dares ; dispositif Défis (Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés) du Céreq). Elles sont développées en collaboration avec plusieurs collègues.

Comment sortir de prison ? Le rôle des statistiques pénitentiaires dans la compréhension des comportements de récidive, par Anaïs Henneguelle

Soutenance de thèse sous la direction de Christian Bessy et Thomas Vendryes, le jeudi 30 novembre 2017 à 10h à l’École Normale Supérieure de Cachan, amphithéâtre Fonteneau (bâtiment d’Alembert, 1er étage, RER B Bagneux)

Résumé de la thèse :
Près de deux tiers des sortants de prison sont recondamnés durant les cinq années suivant leur libération. Ce constat simple interroge : peut-on imaginer des solutions au problème social de la récidive ? Quel peut être le rôle de l’économiste et du sociologue en la matière ? Comment sont construits ces chiffres et qu’omettent-ils de dire ?
Combinant méthodes quantitatives et qualitatives, cette thèse examine la construction sociale des statistiques pénitentiaires. Elle apporte une contribution en matière de connaissance économétrique des comportements de récidive, mais aussi en matière de sociologie de la quantification et plus largement de sociologie et d’économie du droit. Elle mobilise également la théorie de l’économie des conventions.
Dans la première partie, nous passons en revue la littérature économique existant au sujet de l’efficacité des sanctions pénales, avant de présenter une étude originale montrant que les condamnés ayant bénéficié d‟un bracelet électronique récidivent moins ceteris paribus que ceux qui ont été incarcéré.
Dans la seconde partie, nous plongeons dans la fabrique des statistiques pénitentiaires, c’est-à-dire dans les prisons : comment sont fabriquées les données que nous avons utilisées pour nos travaux économétriques ?
Dans la troisième partie, nous explorons un autre angle mort des statistiques en nous intéressant au biais de sélection construit dans les tribunaux : comment les juges de l’application des peines choisissent-ils les bénéficiaires d’un aménagement de peine ?

Mots-clefs : Prison, Récidive, Statistiques pénitentiaires, Économétrie, Ethnographie, Quantification

Le jury est composé de:
– Christian Bessy, Directeur de recherche au CNRS (directeur)
– Claire de Galembert, Chargée de recherche au CNRS (examinatrice)
– Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS (rapporteur)
– Guillemette de Larquier, Professeure des universités (rapporteure)
– Jérôme Pélisse, Directeur de recherche au CNRS (examinateur)
– Thomas Vendryes, Maître de conférence (co-directeur de thèse)

Title : « Getting Out of Jail? How Prison Statistics can Help Us to Understand Recidivism Behaviors »

Abstract : About two third of ex-inmates are re-convicted during the five years following their release. This simple fact raises many questions: what can we do to fight recidivism? What role shold economists and sociologists play in this regard? How are these statistics established and what do they omit? Based on mixed methods, this thesis investigates the social construction of prison statistics. It contributes to econometrics in terms of recidivism behaviors, but also to the sociology of quantification and more broadly to law sociology and economics. It also uses the economics of convention theory. In the first part, we review the existing economic literature about the efficacity of penal sanctions. We then present an original study which shows that convicts who undergo electronic monitoring do re-offend less ceteris paribus than those who have been into jails.
In the second part, analyse how prison statistics are established in detail: how is the data that we used in our econometric work created? In the third and last part, we explore another blind spot of the econometric method, namely selection bias. How do judges chose who will obtain an alternative to prison?

Keywords : Prison, Recidivism, Prison Statistics, Econometrics, Ethnography, Quantification

L’industrie financière en transition : une approche territoriale et institutionnaliste des innovations financières, par Victoriya Salomon

Thèse soutenue le 24 mars 2017 à l’Université de Neuchâtel sous la direction d’Olivier Crevoisier

Les causes et les conséquences de la crise financière globale de 2008 ont profondément marqué les esprits et ont impulsé une transition vers un nouvel ordre économique et financier. La reconfiguration du système financier en Suisse et la création de nouveaux circuits d’investissement, mieux articulés aux dynamiques économiques territoriales, constituaient l’hypothèse de départ de ce projet de recherche. Inspiré par la Théorie de la Régulation, l’objectif de cette thèse consistait à explorer les processus de transition « par le haut » afin d’identifier de nouvelles modalités d’investissement mises en place par les grands acteurs de la finance, notamment les investisseurs institutionnels. La première étape de cette recherche, centrée sur les stratégies de gestion financière des caisses de pension suisses, a permis de mettre en évidence le phénomène d’hystérésis institutionnelle caractérisé par l’absence d’initiatives de la part des grands investisseurs, d’une part, et par l’échec de nombreuses réformes de régulation financière, d’autre part. Partant de cette constatation, la deuxième étape de ce travail de thèse a été consacrée à l’exploration de « signaux faibles » de la transition « par le bas », ceci à travers des études de cas d’innovations financières issues de la transition numérique (ex. plateformes de crowdinvesting) ou de la transition vers une économie durable (ex. fonds d’investissement durable). Composée de trois articles et d’un « chapeau » introductif, cette thèse a contribué à l’élaboration d’une approche méthodologique et interprétative particulière permettant d’articuler différentes théories de la transition et du changement institutionnel et les cas empiriques d’innovations financières, ceci dans une approche territoriale de la finance. Inscrit en géographie de la finance, le premier article aborde la question de la transition à travers le cas de la finance durable en Suisse. A partir d’une étude de cas des fonds d’investissement durable (ou ISR), cet article traite des liens entre la finance de marché et le territoire en montrant comment la « valeur financière durable » a pu être socialement construite et légitimée par l’industrie financière, grâce à des dispositifs sociotechniques de dé-contextualisation des activités des entreprises financées par ces fonds. Après avoir mis en évidence le nécessaire ancrage territorial des objectifs de développement durable, cet article identifie les mécanismes de validation sociale de la « valeur durable » des produits financiers et soulignThèsee leurs limites. Dans le deuxième article, les processus de transition ont été explorés à travers l’exemple emblématique de nouvelles plateformes de financement participatif (ex. crowdinvesting) en tant que nouveaux acteurs d’investissement direct dans des entreprises innovantes. Motivée par le problème de gestion de l’incertitude, cette étude a cherché à comprendre dans quelle mesure ce nouveau modèle d’évaluation de projets d’investissement, mis en place par les plateformes de crowdinvesting, remet en question les approches plus traditionnelles des acteurs majoritaires de la finance directe (sociétés de capital-risque et clubs de business angels). Réalisé en continuité avec l’article précédent, le troisième article de thèse s’est fixé comme objectif d’approfondir la compréhension les particularités des nouvelles modalités d’(é)valuation de startups sur les plateformes de crowdinvesting. Il s’est donc intéressé à identifier et à expliquer la manière dont ces acteurs-plateformes exploitent des dispositifs sociotechniques qui tirent leur avantage des technologies numériques et des réseaux sociaux sur Internet. La partie introductive ou le « chapeau » a été réalisée sous forme de « méta-analyse » afin de mettre en perspective les différentes entrées théoriques, conceptuelles et empiriques articulées aux trois articles de thèse tout en explicitant l’ensemble de la démarche.

Jury :

  • Olivier Crevoisier, Directeur
  • Maria Giuseppina Lucia
  • Christian Arnsperger
  • Philipp Balsiger

Télécharger la thèse

 

Perspectives on the sustainability promise of alternative food networks, by Sini Forssell

 PhD thesis defended, with the permission of the Faculty of Agriculture and Forestry of the University of Helsinki,  on 15 September 2017, under the supervision of Dr. Leena Lankoski.

Abstract. This doctoral dissertation examines the phenomenon of alternative food networks (AFNs) from the perspective of food system sustainability. AFNs are seen as a promising response to the sustainability issues associated with the conventional food system, but have also attracted criticism. Criticisms include uncertainty over AFNs’ actual sustainability impacts; arguments that many AFNs are hybrid rather than purely alternative; and that their impact on food system sustainability is limited, due to their marginal position. In this dissertation, comprising three original research articles and an introductory section, I explore the above-mentioned criticisms to advance understanding of AFNs’ sustainability. I seek to i) understand what sustainability claims we can make for AFNs based on their characteristics, ii) to develop understanding of AFNs’ hybrid nature and their complex relationship to the conventional food system through empirically examining the negotiation of acceptable practice in AFNs; and iii) understand how this negotiation can be understood to drive wider food  system sustainability transitions by shaping norms. The main theoretical framework used is convention theory. This theory examines the deployment of different notions of worth in coordinating economic activity, as actors navigate in different situations, and shape these situations through their negotiation of acceptable practices. I also apply convention theory to the framework of sustainability transitions, to frame the examination of norm-shaping within the niche of AFNs. The empirical focus of this study is an often-overlooked AFN  actor, alternative food retailers, involving a qualitative, multiple case study research covering nine cases of alternative food retail in Finland and the UK.  My findings suggest that AFNs may potentially contribute to sustainability, but their sustainability should be critically assessed on a caseby-case basis. The findings also suggest a plurality of shared ideals in the domain of AFNs and several areas of tension in AFN practice that AFN actors  must navigate. In doing this, the actors may also shape the norms and ideals in the sector. The conceptual examination contributes a clarified overview of AFNs’ potential sustainability impacts and limitations, and provides a practical framework to assess different food networks’ sustainability. The empirical analysis challenges certain underlying assumptions in the previous literature, and contributes a new understanding of AFNs’ hybridity, its causes and consequences, and the challenges involved in adopting sustainable practices. The analysis can help practitioners understand consumer considerations, and opportunities and obstacles to more sustainable practices. It also deepens the understanding of how new norms are negotiated in the sector, and suggests an alternative view of AFNs’ potential to drive change, besides scaling up and gaining a larger share of the food market. It uncovers the deeper ideals that the alternative food retailers promote, and how these are different from or similar to conventional food system norms and ideals. This understanding can also help practitioners in their norm-shaping work. Theoretically, the study contributes a more dynamic application of convention theory to agri-food studies. The use of convention theory contributes a new understanding of the human and cultural aspect of sustainability transitions. AFNs are ultimately both more and less than their promise. They are not automatically sustainable, or always purely alternative, but can challenge the conventional food system. Their indirect impact on the wider food system may be greater than suggested by their small size and reach. AFNs operate in a dialogue between different parties, and the general direction of this dialogue is instrumental in shaping what AFNs might be or become, and the achievement of sustainability in AFNs.

Télécharger / Download

Unrooting inequality from development. Recognition and justification of inequality in global development

Alex Cisneros (2017)

MA thesis, University of Jyväskylä, Finnland

Abstract. How does the tension resolve between a moral order with egalitarian imperatives, such as sustainable and inclusive human development, and a global political economy based on a market system that prioritizes meeting the wants and needs of those with purchasing power? By developing a comprehensive theoretical framework as analytical contribution, I propose to rethink a practice-intensive field and analyze the texts that represent the dominant discourse in development policies: the UNDP Human Development Reports and the World Bank’s World Development Reports. These influential institutions have shaped the rise of neoliberalism as a hegemonic development paradigm, and their discourses about development have shaped socioeconomic logics of what ‘worth’ means, turning market-led growth – without equity – to be recognized and justified as generic development policy. Global inequality, enacted through normalized intersubjective relational disorders, has become a ‘natural’ situation in which there is apparent agreement to tackle inconsistencies under a seemingly tolerable promise of proper management in a future of sustained status quo. My thesis analyzes the way these disruptive situations, despite the crises of legitimation and questioning, appear to hold together. My research dwells in overlapping fields, between the German social philosophy in Axel Honneth’s Theory of Recognition, and the French economic sociology in Luc Boltanski and Laurent Thévenot’s methodology of Justification and Economies of Worth. Understanding this process will need a complex methodological scope, which: 1) maps patterns of exclusion, using a recognition-theoretical view of inequality as a displacement of exclusionary practices, and shifts of relational disorders in society; 2) applies conceptual tools to describe subject-formation and performativity under these disorders, including their political dimension; 3) grounds these theoretical findings in the context of development studies, unveiling unconscious attachments that subjects have to actively prefer and accept these relations; and 4) applies a holistic and highly pragmatic methodology of Justification and Economies of Worth to analyze and identify how this process is justified to an extent to which inequality is tolerated. I use this intersecting methodology to analyze the Human Development Reports by the United Nations Development Programme, and how they resolve the paradoxical tension in favor of neoliberal capitalism by being subjectively different, but objectively aligned and complicit.

Télécharger / Download

Why coffee and not honey – untangling the limits and opportunities for certifying the ‘moral quality’ of products, by Jan-Christoph Janssen

PhD thesis defended the 29th may 2017, under the supervision of Sigfrid Quack and Christine Trampusch, Universität zu Köln

Why did Fair Trade take momentum in some industries within certain national contexts and not in others? In this thesis, I apply the arguments of H. C. White, Tilly, Fligstein and McAdam in order to understand the success and failure of applying similar standards to various product markets through one certificate. Four national settings and seven product categories are compared – coffee, cocoa, bananas, sugar, rice, wine, and honey in Austria, Germany, the United Kingdom, and the USA are chosen and analyzed between the years 2002 and 2011. The effects of the discourse and structural preconditions (i.e. oligopolies) are analyzed in concert through the application of fuzzy set Qualitative Comparative Analysis (fsQCA). I investigate the role of firms and social movements in the process of change. Two equifinal paths to change in markets are theorized and analyzed. One of those paths is driven by institutional entrepreneurship, the other by social movements. The findings of the fsQCA back the perspective of social movements and institutional entrepreneurship as substitutive drivers of change in markets and the two paths. Less successful attempts to penetrate markets though certification lack the discourse and the focus of single firms or entrepreneurs within the discourse. In addition, the evidence pinpoints to changing processes over time and the need to move beyond static analyses. This study contributes to the current state of the art by offering a comparative perspective on the effect of social movements and institutional entrepreneurship on mature markets. In this vein, fsQCA is applied deductively and the concepts and paths are disentangled in a compelling manner. INUS conditions are theorized as constitutive parts of paths to change. Finally, this study compares the opportunities and fallacies of penetrating markets through certification in general – and Fair Trade certification in particular.

Download full-text PDF

 

Lehrbetriebsverbünde: Integration von benachteiligten Jugendlichen in ein neues Modell der dualen Berufsausbildung in der Schweiz by Nicolette Seiterle

Jury

Prof. Dr. Christian Imdorf, Universität Basel
Prof. Dr. Regula Julia Leemann, Pädagogische Hochschule FHNW Basel
Prof. Dr. Ueli Mäder, Universität Basel

PhD at the Unversity of Basel 2016

Das Buch zeigt: Lehrbetriebsverbünde haben ein erhöhtes Integrationspotential für ausländische und schulisch schwächere Jugendliche, weil sie deren Chancen auf einen Ausbildungsplatz verbessern und Lehrvertragsauflösungen verhindern. Die Gründe dafür liegen in der im Vergleich zu einzelbetrieblichen Ausbildungen anders organisierten Selektion und Ausbildung: Verbundspezifische Merkmale wie die Rotation und die geteilte Betreuung erhöhen die Capabilities der Lernenden und wirken als institutionelle Konversionsfaktoren.

Unterschiede zwischen Verbünden bestehen in Abhängigkeit ihrer Strukturmerkmale Größe und Trägerschaft sowie der damit zusammenhängenden Ausbildungsphilosophie. Letztere führt dazu, dass die institutionellen Konversionsfaktoren unterschiedlich stark wirken.

Vier Schweizer Lehrbetriebsverbünde werden in der Studie mit einem Mixed Methods-Design auf der Ebene Lernende, Ausbildungsbetriebe und Leitorganisation des Verbunds untersucht. Zur Interpretation der Daten wurden dabei zwei theoretische Ansätze gewählt: der Capabilities-Ansatz sowie die Soziologie der Konventionen.

PhD is published open acces, download link:

https://shop.budrich-academic.de/produkt/lehrbetriebsverbuende/?v=3a52f3c22ed6

Une approche conventionnaliste du marché du travail fondée sur le recrutement des entreprises, par Guillemette de Larquier

HDR soutenue le 12 décembre 2016 sous la direction de Nadine Levratto

Ce mémoire propose de renouveler la compréhension du fonctionnement du marché du travail, en le faisant reposer sur les logiques de recrutement des entreprises. Par ailleurs, le choix est fait d’adopter une lecture « conventionnaliste » d’une hypothèse « conventionnelle » en économie du travail : les appariements entre travailleurs et entreprises sont risqués et se révèlent hétérogènes, l’Économie des conventions soulevant alors le problème de la définition de la qualité de ces appariements. Le mémoire comprend deux parties de deux chapitres. La première partie – le pouvoir de valorisation de l’entreprise – est consacrée à l’opération, interne aux entreprises, d’attribution d’une valeur aux personnes, c’est-à-dire à l’évaluation des candidats qu’elles sélectionnent ou des salariés en place qu’elles rémunèrent. L’évaluation lors du recrutement est analysée dans le chapitre 2, alors que le chapitre 1 présente la cohérence des conventions d’évaluation présentes dans une entreprise qui coordonne « ses » trois marchés : marchés des produits, des capitaux et du travail. La deuxième partie – les investissements de forme de la fonction d’appariement –met en avant les activités de mise en relation qui se réalisent sur le marché du travail. Les intermédiaires et les canaux qui « mettent en forme » le marché (en définissant ses règles, ses frontières et le format de l’information) sont présentés dans le chapitre 3. Le chapitre 4 propose enfin une typologie de dynamiques d’appariement en partant du recours des entreprises aux canaux qu’elles mobilisent pour s’adresser à leur marché externe, ce qui implique l’appui sur certains investissements de forme plutôt que d’autres.

Accéder au document

Jury :
Olivier Favereau, Professeur émérite, Université Paris Nanterre
Jérôme Gautié, Professeur, Université de Paris 1, rapporteur
Florence Jany-Catrice, Professeur, Université de Lille 1, rapporteur
François Legendre, Professeur, Université Paris-Est-Créteil, président
Nadine Levratto, Directeur de recherche, CNRS, Université Paris Nanterre, référente

A conventionalist approach of the labour market based on firms’ recruitment

This thesis proposes to renew the understanding of the functioning of the labour market, with the hypothesis that this functionning relies on the logic of firms’ recruitment. Moreover, the choice was made to adopt a « conventionalist » approach of a « conventional » hypothesis in labour economics: the matches between workers and firms are risky and heterogeneous, and the French school of Economics of conventions raises the issue of the definition of the quality of these matches. The thesis has two parts, each one with two chapters. The first part – the power of valuation of firms – is dedicated to the operation, internal to firms, assigning a value to people, that is to say the assessment of applicants they select and of employees they pay. The assessment during recruitment and selection is discussed in Chapter 2, while Chapter 1 presents the consistency of the conventions of valuation present in a firm which is coordinating « its » three markets: product, capital and labour markets. The second part – the “investments in forms” of the matching function – emphasizes the matchmaking activities that take place in the labour market. Intermediaries and channels that « shape » the market (by setting its rules, boundaries and format of information) are presented in Chapter 3. Finally, Chapter 4 proposes a typology of matching dynamics based on the channels that the firms use to address their external market, which implies the support on specific “investments in form” rather than on others.

 

Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (France), par Leslie Carnoye

Thèse soutenue le 8 décembre 2016 sous la direction de Richard Sobel et Alain Leprêtre

Le paradoxe des « services écosystémiques » est qu’ils tendent à devenir aujourd’hui un référentiel dominant en matière de conservation et de protection de la biodiversité, mais qu’ils restent, dans le même temps, une approche très controversée, notamment dans le champ de l’Economie Ecologique. Le présent travail de thèse vise à interroger le potentiel transformateur de l’approche par les services écosystémiques, vis-à-vis des dynamiques institutionnelles qui régissent les rapports entre la conservation et le développement.

Pour ce faire, nous nous basons sur une étude de cas précise : celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, dans le département du Nord. Nous y avons réalisé une expérience d’observation participante, dans le cadre d’un projet d’évaluation de services écosystémiques sur le territoire. Nous avons également conduit des entretiens semi-directifs avec un certain nombre de représentants du parc et étudié ses documents de gestion, à l’aide d’un logiciel d’analyse de données textuelles (Prospéro). Le cadre théorique mobilisé est celui de l’Economie des Conventions. L’apport de la thèse est de proposer de modéliser l’écologisme non pas sous la forme idéale de la cité, mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Selon nous, les principales formes de critiques écologistes contemporaines sont la décroissance, le développement durable et la croissance verte et ces dernières s’appuient sur différentes formes de compromis entre plusieurs ordres de grandeur.

Notre analyse nous amène à penser que la place des services écosystémiques, comme outils de justification au service du parc Scarpe-Escaut doit être relativisée. Ce qui donne du sens au projet de conservation et de développement porté par le parc est en effet la mobilisation d’un registre domestique, alors que les fondements normatifs des services écosystémiques reposent plutôt sur les cités marchande et par-projets. Les services écosystémiques peuvent ainsi être compris comme des dispositifs importants de la critique écologiste de la croissance verte, laquelle s’avère peu subversive vis-à-vis du capitalisme connexionniste.

Jury
M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université de Paris X, Nanterre (Rapporteur)
Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès (Rapporteure)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Alain LEPRETRE, Professeur, Université de Lille 1 (Co-directeur)
M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1 (Directeur de thèse)
M. Franck-Dominique VIVIEN, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne (Examinateur)
M. Bertrand ZUINDEAU, HDR, Directeur de projet, Conseil Régional des Hauts-de-France (Invité)

Ecosystem services: new justification tools for the ecological criticism? A conventionalist approach based on the Scarpe-Escaut natural park

The paradox of « ecosystem services » is that they tend to become today a dominant approach to conservation and biodiversity protection, while remaining at the same time very controversial, especially in the field of Ecological Economics. The thesis aims at questioning the transformative potential of the ecosystem services approach, regarding the institutional dynamics governing the relations between conservation and development.

This research is built on a precise case study: the Scarpe-Escaut Regional Natural Park, in the north of France. In the park, we carried out a participative observation experience within an ecosystem services valuation project; we conducted semi-structured interviews and studied the park’s management documents using a text-based data analysis software (Prospéro). The theoretical perspective developed is conventionalist. This thesis points out that ecologism shouldn’t be modelled as an ideal “order of worth”, but rather as a critique of capitalism, following Boltanski & Chiapello (1999). We show that the main contemporary forms of ecologist criticisms are degrowth, sustainable development and green growth, each of them relying on different forms of compromises between several “orders of worth”.

Our analysis leads us to think that the role of ecosystem services, as justification tools for the Scarpe-Escaut Park can be relativised. What gives meaning to the park’s conservation and development project is indeed the mobilisation of a domestic “order of worth”, while the normative basis of ecosystem services appears to be related to the merchant and per-projects “orders of worth”. This makes of ecosystem services an important part of the green growth ecological criticism, the latter being poorly subversive towards connexionist capitalism.

Quelle égalité dans les SCOP ? Analyse quantitative et qualitative de la distribution des salaires et de la flexibilité de l’emploi, par Nathalie Magne

Thèse soutenue le 7 décembre 2016 sous la direction de Bernard Baudry

Cette thèse porte sur le travail dans les Société Coopératives et Participatives (SCOP). A travers l’étude de ce modèle, est proposée une analyse approfondie des inégalités au travail dans les entreprises par le biais de la structure salariale et de la répartition des coûts d’ajustement de l’activité. La thèse est divisée en quatre chapitres. Le premier chapitre compare la distribution des salaires dans les SCOP et dans les entreprises classiques (EC), en estimant des équations de salaires à partir de la base de données DADS. Le deuxième chapitre vient compléter le premier en proposant une analyse détaillée du discours des agents (à l’aide de 53 entretiens réalisés dans 38 SCOP de la région Rhône-Alpes) permettant d’identifier les principes de justice à l’œuvre dans la détermination des structures salariales mises en évidence dans le premier chapitre. Le troisième chapitre propose une analyse économétrique de l’adaptation différenciée des SCOP et des EC aux chocs de demande, par les ajustements de l’emploi, des salaires et des heures travaillées. Le quatrième chapitre explore la possibilité d’une diversité importante parmi les SCOP, notamment dans l’accès au sociétariat, qui pourrait avoir un impact sur les ajustements de l’emploi. La contribution de cette thèse au débat économique peut être résumée en trois points. Premièrement il s’agit de la première grande analyse quantitative comparative des SCOP et EC concernant l’emploi et ses caractéristiques. Deuxièmement l’enquête qualitative sur laquelle nous nous appuyons, réalisée en collaboration avec des collègues de l’Université de Grenoble est également unique puisque c’est la première enquête qualitative de cette ampleur. Son exploitation permet donc une analyse du discours des membres des SCOP qui n’avait pas été réalisé auparavant. Enfin, notre positionnement se veut également original, mobilisant des approches habituellement mises en opposition en les faisant réellement discuter autour d’un objet dont la compréhension s’en trouve enrichie.

Which equality in SCOPs? Quantitative and qualitative analysis of wage distribution and employement flexibility

This thesis focuses on French Cooperative and Participative firms (SCOP). Through the observation of this model, it offers an extensive analysis of inequality at work within firms, concentrating on wage inequality and sharing of adjustment costs. The thesis is divided into four chapters. The first chapter compares wage distribution in SCOPs and conventional firms (CFs) by estimating wage equations based on the DADS dataset. The second chapter offers a detailed analysis of 53 workers’ interviews, conducted in 38 SCOPs in the Rhône-Alpes region. The principles of justice at work in the determination of the wage structures described in chapter one are identified. The third chapter is an econometric comparison of adjustments to demand shocks in SCOPs and CFs, involving employment flexibility as well as hour and wage flexibility. The fourth chapter explores the diversity among SCOPs, especially in access to membership and its consequences on employment adjustments. The contribution of this thesis to the debate in economics can be summarised with three points. Firstly it is the first large comparative quantitative analysis of SCOPs and CFs regarding employment and its characteristics. Secondly, the qualitative survey we use, produced with colleagues from Grenoble University, is also unique in terms of size and content. Its exploitation makes the analysis of workers’ rhetoric on equality possible. Finally, our method is original: we adopt approaches that are usually opposed and use them in unison to enrich the understanding of our subject.

Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action « industrial merchant ». The latter follow a logic of action « professional » based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.