Archives de catégorie : Actualités / News

Towards an Epistemic Approach to Evaluation in SSH

Andrea Bonaccorsi (2018)

In: Bonaccorsi A. (eds) The Evaluation of Research in Social Sciences and Humanities. Springer, Cham

Abstract. Controversies about research evaluation in SSH do not depend mainly on technical issues, such as coverage and reliability of indicators, but on deeper epistemic reasons. This chapter argues that entering into the way in which scientific communities produce valid knowledge is a promising avenue to make research evaluation legitimate and productive. The chapters, expanding a work initiated in a book, combine two levels of analysis: a historical reconstruction of the academic institutionalisation of disciplines, and a discussion of epistemic issues, such as the explanatory orientation, the methodology, and the overall position with respect to two epistemological challenges.

Link to the chapter

Justification and Critique of Educational Reforms in Austria: How Teachers and Head Teachers (Re-)Frame New Governance

Doris Graß (2017)

Journal of Social Science Education, Volume 16, Number 4, p. 60-74.

Abstract. – The article explores how teachers and head teachers make sense of a new education governance. – It presents a pragmatic conventionalist approach to analysing actors’ judgements of educational reforms. – Results of a study, researching teachers and head teachers at three Austrian new middle schools, are discussed. – A repertoire of seven conventions was empirically reconstructed, following the work of Boltanski and Thévenot, however, arriving at a differing typology. – Results indicate a pervasion of the market-based convention; a dominance and subsequent economisation cannot be deducted.

Download the article

The Transformation of Civic and Citizenship Education: Challenges to Educational Governance, Agency and Research – An Introduction

Reinhold Hedtke, Claude Proeschel, Andrea Szukala (2017)

Journal of Social Science Education, Volume 16, Number 4, p. 2-15

Introduction. The current issue of the Journal of Social Science Education wants to start a conceptual debate about the impact of recent challenges for the making, regulating and the practical performing of civic education in differ-rent educational contexts and settings. As is well known, educational politics today comprise almost always multi-level settings from local to international or from micro to macro levels. This suggests, in the first place, to make use of a broad basic concept, the approach of educational governance. We want, however, to go beyond and ad-vocate a widening of empirical and theoretical perspec-tives on civic and citizenship education. Therefore, we propose neo-pragmatistic approaches from sociology for an elaborate and productive analysis of multi-level dynamics in civic education. By doing so, alternative the-oretical foci can be set on domains of critical trans-formative impact and significance, without, however, losing sight of the broader context of civic education in the political field. […]

Link to the issue (PDF files are downloadable)

Une arme à double tranchant ? Le recours aux partenariats public-privé et la maîtrise des risques budgétaires

Frédéric Marty (2017)

Revue française d’administration publique, n° 163, pp. 613-630.

Résumé. Les contrats administratifs complexes de long terme, tels les partenariats public-privé, peuvent participer d’une stratégie de maîtrise des risques pour les autorités publiques. Ils ne sauraient pour autant couvrir celles-ci contre tout aléa budgétaire. Non seulement certains risques attachés aux projets ne peuvent être effectivement transférés au contractant privé mais les montages eux-mêmes sont susceptibles de susciter de nouveaux risques budgétaires dont la reconnaissance dans les comptes publics est imparfaite.

A double edged sword? Use of PPP and fiscal risks control

Abstract. Long term public-procurement contracts, as for instance public-private partnerships, can make sense from the economic point of view, through their capacity to limit the fiscal risks associated to public projects. However, this risk mitigation cannot be an absolute one. Not only some of the risks cannot be fully transferred to the private partner but also the contractual and financial architecture implemented may generate new fiscal risks which are imperfectly taken into consideration in public accounts.

Lien vers Cairn / Link to the article

 

Bewertungsformen und ihre Strukturdynamiken in sozialen Feldern

Jonathan Kropf (2018)

In: Schwetter H., Neubauer H., Mathei D. (eds) Die Produktivität von Musikkulturen. Musikwirtschafts- und Musikkulturforschung. Springer VS, Wiesbaden

Abstract. Der vorliegende Beitrag greift das Thema der Produktivität von Musikkulturen mittels eines gezielt erweiterten feldanalytischen Zugriffs im Sinne Pierre Bourdieus auf. Im Zentrum steht dabei die über Bourdieu hinausgehende Ausarbeitung des Begriffs der Konsekrationsinstanz, der den Blick auf die Hervorbringung von Wert und Glauben in künstlerischen Produktionszusammenhängen lenkt. Die Feldanalyse erlaubt es, diese Instanzen der Bewertung wiederum im Hinblick auf die Strukturdynamiken zu untersuchen, die sie innerhalb des feldtheoretisch konzipierten Klassifikationsraums entfalten. Der Beitrag formuliert dafür zunächst eine Kritik an der mangelnden Ausarbeitung des Begriffs der Konsekrationsinstanz durch Bourdieu. Die Ansätze von Grant Blank (2007) und Lucien Karpik (2011) dienen hier als Korrektiv. Letztere weisen jedoch bestimmte Schwächen auf, die wiederum durch einen feldanalytischen Zugriff behoben werden können. Die Vorteile einer solchen Perspektive werden abschließend am Beispiel digitaler Bewertungsinstanzen (Laienrezensionen und Empfehlungsalgorithmen auf Amazon) aufgezeigt.

Link to the chapter

L’économie des conventions dans les études agroalimentaires anglophones : filiations avec l’école française, circulation et nouvelles perspectives

Emmanuelle Cheyns, Stefano Ponte (2017)

In : Transformations et transitions dans l’agriculture et l’agroalimentaire, G. Allaire et B. Daviron (éds.), QUAE, Collection Synthèse.

Introduction. Au cours des deux dernières décennies, l’économie des conventions a influencé différents courants de recherche dans le domaine agro-alimentaire. Cette influence se repère dans le champ des sciences sociales anglophones (Wilkinson 1997; Raikes et al. 2000; Biggart et Beamish 2003; Stark 2009; du Gay et Morgan 2013 ; Barnett 2014 ; Diaz-Bone 2012), en particulier depuis la traduction en anglais, au milieu des années 2000, de deux références majeures : De la justification (Boltanski and Thevenot (1991)[2006]) et Le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski and Chiapello (1999)[2005]). C’est en 1997 qu’apparaît le premier article dans la littérature anglophone se référant à l’école française de l’économie des conventions – sous la traduction de convention theory-, appliquée aux questions agro-alimentaires (Wilkinson, 1997). Par la suite, de nombreuses publications s’y sont référées , apportant un éclairage analytique majeur pour étudier le « tournant qualité » (quality turn) opéré dans les années 1990, l’émergence de réseaux alimentaires alternatifs, ainsi que les formes de coordination et de gouvernance dans les chaines de valeur. La convention theory dans les études agroalimentaires anglophones a attiré des chercheurs de nombreuses disciplines, la sociologie, mais aussi les études régionales et la géographie, dans la filiation des travaux de Salais et Storper (1992 et 1997), et l’économie politique internationale. […]

Lien Editeur / Link to QUAE

Texte HAL (2016 / PDF

Note de lecture : Thierry Pouch, « Gilles Allaire, Benoit DAVIRON (dir.). Transformations agricoles et agroalimentaires. Entre écologie et capitalisme », Économie rurale, 362 | 2017, 99-102.

Canaux d’information et recherche d’emploi : une approche institutionnaliste, par Géraldine Rieucau

HDR soutenue le 4 décembre 2017 à l’Université Paris 8

Jury :
Christine Erhel (Professeure, Cnam)
Olivier Favereau (Professeur émérite, Université Paris Nanterre)
Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1)
Yannick L’Horty (Professeur, Université Paris Est)
Antoine Terracol (Professeur, Université Paris 8, garant)
Héloïse Petit (Professeure, Université de Lille 1)

Résumé :
La recherche d’information sur les emplois et sur les candidats sur le marché du travail est un objet central d’analyse en économie du travail, depuis l’article fondateur de Stigler (1962) introduisant l’hypothèse d’information imparfaite. La plupart des modèles économiques du job search admettent que ces informations sont transmises de diverses façons mais ne s’intéressent pas à cette transmission. Prenant appui sur des données empiriques, un petit nombre de travaux intègrent toutefois les modes de recherche et mettent en évidence l’existence d’une diversité de canaux d’information : agences pour l’emploi, démarches personnelles, réseaux de relation, annonces d’offre d’emploi etc. Ces canaux varient selon leur coût, leur vitesse, l’efficacité pour pourvoir des offres et des demandes, avec une incidence sur la durée du chômage/durée de la vacance d’emploi, sur les salaires et les types d’emplois (Sabatier, 2003, 2010, sur données françaises).

C’est à la diversité des canaux d’information qui entrent en jeu dans la recherche d’emploi que je m’intéresse. Les canaux du marché du travail relient les entreprises et les candidats entre eux et relient ces offres et demandes à différents segments du marché. Je ne m’interroge pas sur l’efficacité de cette recherche pour accéder à un (nouvel) emploi, mais je cherche à voir, à partir d’observations empiriques – exploitation d’enquêtes statistiques et enquêtes de terrain — et en adoptant un cadre d’analyse institutionnaliste, comment, au sein de chaque canal, sont élaborées et diffusées les informations sur les emplois et comment les informations relatives aux chercheurs d’emploi sont présentées et transmises aux employeurs. Cette analyse est d’autant plus importante que le marché du travail français est caractérisé par une part faible des appariements noués par des canaux informant publiquement sur les emplois vacants : les annonces et le Service public de l’emploi (SPE), représentent respectivement 7 % et 10 % des appariements d’après l’enquête Emploi de l’Insee. Les démarches personnelles (candidatures spontanées) et les réseaux de relations, canaux au sein desquels l’information n’est pas diffusée publiquement, représentent respectivement 40 % et 20 % des appariements selon cette même source (Guillaneuf, 2017 ; Larquier et Rieucau, 2017).

Mon cadre d’analyse emprunte à la fois à l’économie des conventions (Thévenot, 1985 ; Eymard-Duvernay et al., 2006) et à la théorie de la segmentation du marché du travail (Dunlop, 1966 ; Doeringer et Piore, 1971). Ces deux courants ont en commun de bâtir leurs hypothèses à partir d’observations empiriques et de considérer que les entreprises et les institutions jouent un rôle majeur dans la segmentation et le fonctionnement du marché du travail. Ce sont en effet les entreprises qui choisissent le canal par lequel informer sur leurs emplois et les caractéristiques des emplois et des salariées varient selon les canaux, de sorte que l’on peut considérer qu’ils «  ouvrent » ou « ferment » sur des segments spécifiques du marché du travail (Manwaring, 1984).  Les façons dont sont diffusés (ou non) les emplois vacants et le contenu des informations données par les entreprises, conditionnent et structurent la façon dont se déroule la recherche d’emploi : c’est ce que j’essaye de montrer dans mon travail. L’économie des conventions et la théorie de la segmentation ont également en commun de s’intéresser à la diversité des règles, coutumes et conventions qui portent les échanges, en envisageant plusieurs formes de coordination. L’incertitude sur la qualité du bien échangé (Akerlof, 1970) et les façons dont les acteurs s’y prennent pour la « régler » et pour se coordonner, sont au cœur du programme de l’économie des conventions. L’incertitude sur le marché du travail est atténuée et contenue parce que mise en forme par des conventions, qui donnent des cadres communs permettant aux agents d’interpréter les situations, de s’y adapter et d’agir (Eymard-Duvernay et al, 2006).  Je cherche à mettre à jour ces conventions pour comprendre la coordination entre les offres et les demandes de travail, sans rapporter celles-ci à des valeurs objectives a priori : je m’intéresse aux processus d’élaboration des informations sur ces offres et demandes et aux formes prises par les informations (signaux, réputation etc.) au sein de chaque canal, ainsi qu’aux espaces au sein desquels, par ces canaux, ces informations sont diffusées. En analysant la recherche d’emploi au prisme des canaux, j’essaye de montrer que la pluralité des formes de coordination de ces canaux (travaillée par l’économie des conventions) et la pluralité/hétérogénéité des marchés (travaillée par la théorie de la segmentation) que ces canaux servent, vont de pair.

Le chapitre 1 (Rechercher et répondre aux informations publiques sur les emplois) porte sur les  annonces d’offre d’emploi et les agences pour l’emploi qui diffusent largement les informations sur les emplois vacants et qui procurent en retour à l’employeur une information de type extensif, car limitée et relative à un grand nombre de candidats (Rees, 1966). Ce chapitre expose d’abord (I) la façon dont les informations sur les emplois sont diffusées par annonces, leur contenu (analyses de corpus d’annonces), les modalités de réponses et le rôle du SPE dans la mise au format des informations (Marchal, Mellet et Rieucau, 2007). La partie II porte sur l’auto-sélection (Stiglitz, 1975) que les annonces induisent au sein du marché, ce que l’on sait de la sélection réalisée ensuite en entreprise et des caractéristiques des appariements noués par annonces, à partir des analyses des données des enquêtes Emploi (2003-2012) (Larquier et Rieucau, 2017). La partie III aborde l’activité du SPE lorsqu’il rend publiques les informations sur les dispositifs d’aide (contrats aidés, formations etc.) et sur les démarches de recherches à suivre (Larquier et Rieucau, 2015 ; Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître)

Lorsque l’information sur les emplois est publique, les voies qu’elle emprunte n’excluent personne a priori : dans les annonces, les informations sur les emplois sont objectivées et standardisées pour être diffusées largement et les individus, autonomes, peuvent les étudier, dès lors qu’ils sont équipés cognitivement et techniquement. Les informations sur les dispositifs diffusées par le SPE supposent aussi, pour circuler, des investissements de forme (Thévenot, 1985) et sont accessibles à tous, avec l’aide des acteurs de l’insertion. Les informations sur les candidats sont aussi standardisées, dans les CV ou les synthèses écrites sur les demandeurs d’emploi, afin de circuler et d’atteindre les entreprises. Les candidats peuvent être comparés les uns aux autres à l’aune des mêmes critères objectivés. Les conventions sur lesquelles les chercheurs d’emploi prennent appui, tiennent à leur réponse aux informations délivrées par les annonces ou le SPE : répondre (ou ne pas répondre) à une annonce en envoyant un CV (ici, la convention qui sous-tend la coordination est cohérente avec un cadre incitatif) ; répondre (au sens cette fois d’être en conformité) aux critères du dispositif, en termes d’âge, de diplôme par exemple, et aux évaluations produites par le SPE. La coordination entre les offres et les demandes passe par une pré-sélection des offres, assurée par les chercheurs d’emploi dans le cas des annonces (auto-sélection) ; menée dans l’autre cas par les acteurs de l’insertion qui préparent les candidatures à soumettre aux entreprises. Ces canaux ouvrent a priori sur un large espace géographique mais les investissements de forme instaurés pour mettre en correspondance les offres et les demandes tendent à fermer ces espaces sur des segments particuliers. Il s’agit des segments professionnels dans le cas des annonces, où les appariements en Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et sur des postes de professions intermédiaires sont sur-représentés. Les plus diplômés sont significativement surreprésentés au sein des appariements noués par annonce. Dans le cas du SPE, il s’agit du segment des emplois à temps partiel et peu qualifiés que vont occuper des chômeurs, qui sont ceux qui sollicitent les organismes publics.

Le chapitre 2 (Se faire (re)connaître lorsque les informations sur les emplois ne sont pas publiques) est consacré aux trois canaux principaux d’une recherche d’emploi menée alors que l’information n’est pas publique : celle des candidatures spontanées (partie I), des réembauches ou retours dans une entreprise où l’on a déjà travaillé (II) et des réseaux de relations (III). Mes travaux apportent en particulier des éclairages sur les deux premiers canaux, qui sont peu connus de la littérature et occupent une place centrale sur le marché du travail français. En prenant appui sur des enquêtes de terrain dans la grande distribution et les salons de l’emploi ainsi que sur des analyses d’enquêtes statistiques, je montre que lorsque l’information sur les emplois n’est pas publique, les voies qu’elle emprunte sont fermées à ceux qui ne sont pas à proximité des entreprises avec pignon sur rue – le cas du canal des candidatures déposées en personne (Rieucau, 2015) – à ceux qui n’ont pas déjà travaillé dans l’entreprise – le cas du canal des réembauches – ou à ceux qui n’ont pas de réseaux de relations bien placés pour les recommander (Larquier et Rieucau, 2014, 2015). Ces trois canaux reposent sur des informations et des conventions de coordination qui leurs sont propres et servent des segments de marchés particuliers. Les chercheurs d’emploi se démarquent en démarchant les entreprises (dépôt de candidatures en personne), profitent d’une précédente expérience de travail et de l’appréciation portée dessus (réembauche) ou bien de l’information et la recommandation venant d’un tiers (réseaux). Chaque canal suppose un engagement particulier des individus dans la coordination : par l’interaction, par leur réputation précédemment acquise ou par leur appartenance à un réseau, une communauté.

Le canal des candidatures déposées en mains-propres et celui des réembauches supposent que les candidats sont autonomes car ils se coordonnent directement avec l’entreprise. Les caractéristiques des emplois surreprésentés dans ces embauches (peu qualifiés, à temps partiel, à durée limitée ou saisonniers) et les indications sur les trajectoires des personnes, me conduisent à évoquer le segment secondaire du marché du travail. J’évoque un « marché interne élargi » pour les réembauches, du fait de l’absence de publication du poste en externe et du lien potentiellement durable entre entreprises et personnes réembauchées. Ces deux canaux servent en outre des « marchés de proximité » du fait de la proximité entre le lieu d’habitation et de travail, des ajustements qui se font en présence et des relations d’emploi répétées.  Ces marchés de proximité n’ont pas de visée de généralité car ils reposent sur des logiques locales et par ailleurs, les candidats ne sont pas mis en concurrence. L’autonomie des chercheurs d’emploi n’est pas ici, à la différence des annonces, porteuse d’emplois de qualité, voire de mobilité. A la différence des candidatures déposées en mains propres et des réembauches, les personnes qui passent par les réseaux ne sont pas autonomes. La réputation et la position de la personne qui procure les informations et recommande sont déterminantes et les réseaux ouvrent sur des emplois potentiellement divers. Les informations peuvent circuler loin, tant que le lien avec ceux qui recommandent est maintenu. L’activité des intermédiaires qui assurent une fonction de placement (école, cabinet de recrutement) se rapproche de celles des réseaux s’ils développent de liens étroits avec les entreprises.

Le chapitre 3 (Mise en contexte de la recherche d’emploi et politiques d’emploi) aborde les liens entre canaux d’information, recherche d’emploi et politiques d’emploi, c’est-à-dire ici les politiques publiques et les politiques des entreprises en matière de recrutement. La première partie (I) présente les mesures qui peuvent être mises en place pour jouer sur les mises en relation qui se déroulent au sein des canaux et des segments identifiés dans les deux précédents chapitres. Les canaux d’information mettent en contexte la recherche d’emploi, qui ne tient pas aux seules caractéristiques individuelles mais dépend de la façon dont se fait la coordination avec les entreprises, des espaces, des caractéristiques des emplois et des entreprises vers lesquels chacun des canaux mène. La partie II questionne la politique d’autonomie des chercheurs d’emploi et de transparence du marché du travail, telle qu’elle émerge des récentes réformes, et les incidences que peut avoir l’usage des procédures à distance pour embaucher sur les marchés de proximité, telles que je les aies vues sur les salons de l’emploi (Marchal, Remillon et Rieucau, à paraître) et dans la grande distribution (Rieucau et Salognon, 2014). La partie III présente une politique d’emploi menée au niveau municipal relative aux embauches d’animateurs par la Ville de Paris et souligne les marges de manœuvre dont disposent les entreprises pour dessiner les contours de leur marché interne (Rieucau, 2017).

La mise en contexte de la recherche d’emploi, de même que les collectifs sur lesquels elle repose (investissements de forme, interactions, suivi par les acteurs de l’insertion, réseaux etc.) sont à prendre en compte pour interroger certaines mesures des politiques de l’emploi et leurs évolutions, ainsi que les mutations des pratiques de recrutement et des mises en relations sur le marché du travail. A trop mettre l’accent sur l’autonomie des chercheurs d’emploi, on risque d’oublier qu’une grande partie des individus se rapprochent des entreprises et des emplois par l’entremise d’un tiers et notamment par leurs réseaux de relations. Les chercheurs d’emploi qui démarchent seuls les entreprises ou qui reviennent dans des entreprises où ils ont déjà travaillé sont autonomes, mais cette autonomie est associée à de fortes contraintes et de fortes limites.

Ces questions sont au cœur des problématiques sur les mobilités individuelles, y compris géographiques, et de sécurisation des parcours professionnels, au sein desquelles s’inscrivent mes perspectives de recherches, développées en conclusion. Ces recherches, dont certaines sont en cours et d’autres démarrent prochainement, reposent pour la plupart sur l’exploitation de bases de données (enquête Ofer, Offre d’emploi et recrutement, 2016 de la Dares ; dispositif Défis (Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés) du Céreq). Elles sont développées en collaboration avec plusieurs collègues.

Big Data Challenge for Social Sciences: From Society and Opinion to Replications

Dominique Boullier (2017)

eSymposium, vol 7, issue 2, Online.

Abstract. Big Data dealing with the social produce predictive correlations for the benefit of brands and web platforms. Beyond ‘society’ and ‘opinion’ for which the text lays out a genealogy, appear the ‘traces’ that must be theorised as ‘replications’ by the social sciences in order to reap the benefits of the uncertain status of entities’ widespread traceability. High frequency replications as a collective phenomenon did exist before the emergence of digital networks but now they leave traces that can be computed. The third generation of Social Sciences currently emerging must assume the specific nature of the world of data created by digital networks, without reducing them to the categories of the sciences of ‘society’ or ‘opinion’.

Link to the review

Download the article

For what it’s worth: the political construction of quality in French and Italian wine markets

Elizabeth Carter

Socio-Economic Review, Online first.

Abstract. At the heart of political organization, we find weak and atomized individuals who aggregate their power to challenge concentrated power. Wine politics show us that within market economies we find the same political movements. Markets, like politics, consist of institutions that differentially embed, codify and distribute power. In the case of France, small, individually weak wine producers became powerful in the aggregate; unified French grape growers came together to force a deal with the economically dominant wine merchants. Their joint political power was institutionalized in power-sharing, state-backed corporatist producer organizations. In contrast, small Italian producers failed to cooperate systematically and aggregate their power. Stronger organization enabled the construction of an institutional comparative advantage and higher prices for regulated French terroir wines. Economic sociologists claim markets are ‘socially embedded’. This article demonstrates markets are ‘politically embedded’: French market dominance results from effective power sharing mechanisms across the supply chain.

Link to the review

Quantifier la qualité des soins. Une critique de la rationalisation de la médecine libérale française

Nicolas Da Silva (2017)

Revue française de socio-économie, n° 19, p. 111-130.

Résumé. Avec la logique de quantification de la qualité du travail médical, les patients sont invités à faire confiance aux normes chiffrées déterminées par les agences de santé indépendantes – plutôt que de se fier à la relation personnelle avec leur médecin. Si cette nouvelle régulation ressemble à une rationalisation des pratiques, nous proposons de montrer en quoi il est utile de revenir sur la méthode de production de ces normes du travail médical et de questionner l’usage politique des essais cliniques randomisés. Après avoir rappelé les justifications théoriques et empiriques de la « rationalisation », nous défendons l’idée que la politique de quantification de la qualité des soins repose sur une épistémologie de la maladie arbitraire et une épistémologie des statistiques réductrice. Or cela n’est pas sans conséquences négatives, tant pour les professionnels que pour les patients.

Abstract. The logic of quantifying the quality of medical work requires patients to trust the numerical standards determined by independent health agencies—rather than relying on the personal relationship they have with their doctor. Since this new regulation seems to be a rationalization of practices, we propose to show how it is useful to review the method of production of these standards—how can we use evidence-based medicine and randomized clinical trials for health policy? After recalling the theoretical and empirical justifications of “rationalization,” we argue that the policy of quantification is based on an arbitrary epistemology of disease and a reductive epistemology of statistics. This is not without negative consequences for both professionals and patients.

Lien vers l’article / Link to the article

Framing industrialization of the offshore wind value chain – A discourse approach to an event

Asbjorn Karlsen (2018)

Geoforum 88, pp. 148-156

Abstract. The paper explores value chain governance through a discourse approach to an event which included an exhibition and a conference. This approach appears promising for investigating industries in their formative phase and is particularly relevant for new renewable energy sectors. By studying the European offshore wind value chain, the paper investigates the coupling between wind industries and offshore industries as an encounter of various conventions. The key speakers at the conference, particularly those from the utility companies, introduced new principles for organizing the value chains they are leading, in order to reduce costs, and turn the immature sector into a mature one. Their storyline of industrialization by standardization breaks, however, with the storyline demonstrated by the firms in offshore oil and gas, and maritime industries at the exhibition. The latter offshore suppliers find evidence of quality in their business history and their trust-based relations to their clients. Theoretically the paper contributes to the global value chain governance debate by offering another perspective on power. The discourse approach helps us explain how influential actors could enforce one convention over another. The paper contributes methodically by suggesting a discourse approach to events. Events appear as a significant arena for negotiating industry formation and convenient for researcher’s data gathering for text analysis.

Link to the review

How to make a deal: the role of rankings and personal ties in creating trust in the mergers and acquisitions market

Valérie Boussard, Olivier Godechot & Nicolas Woloszko (2018)

Socio-economic Review. Online first.

Abstract. On the mergers and acquisitions (M&A) market, buyers and sellers resort to experts in order to secure deals. But as these experts might be prone to opportunism, firms need to find a way to build trust. We identify two trust devices: social ties and public rankings. We explore whether these personal and impersonal devices are substitutes, independent or complementary. We study the French M&A market through a mixed-method approach. We show that both previous contacts and league table rankings of firms contribute to trust and to making deals. These trust devices are all the more likely to be used if the deal is risky, especially within the sell side (more at risk). We also find that firms tend to make deals only with other firms at the same level in the rankings. Finally, we find some evidence of substitution between rankings and personal ties, especially for low-value deals.

Verdient – Unverdient. Der öffentliche Diskurs um die Erbschaftssteuer in Deutschland und Österreich

Jens Beckert &  H. Lukas R. Arndt (2018)

Berliner Journal für Soziologie. Online First, pp. 1-21.

Deserved – undeserved. The public discourse on inheritance tax in Germany and Austria

Abstract. Despite the significant impact of inheritance on perpetuating social inequality from one generation to the next, a majority of Germans and Austrians are opposed to an inheritance tax. In the present contribution, we investigate how opponents and proponents of such a tax justify their respective positions in order to understand the structure of the discourse on this issue. The paper draws on our content analysis of 3573 arguments, expressed in two online debates that were both triggered by in-depth interviews on the topic. The results confirm that a majority rejects an inheritance tax. Yet beyond this finding, the analysis of the respective justifications offers insights into the complex controversies this tax and the normative and functional questions it poses give rise to.

Mérité ou immérité? Le discours public sur les droits de succession en Allemagne et en Autriche

Résumé. En dépit de l’influence considérable de la transmission du patrimoine sur la reproduction des inégalités sociales entre générations, une majorité de la population allemande et autrichienne est opposée aux droits de succession. Cet article étudie la manière dont partisans et opposants aux droits de succession justifient leur position et examine ainsi les structures du débat sur la question. Il s’appuie sur une analyse du contenu de 3573 arguments exprimés sur deux forums de discussion en ligne qui ont été choisis à la suite d’entretiens approfondis sur le sujet. Les résultats obtenus confirment la thèse d’un rejet majoritaire des droits de succession. L’analyse des justifications proposées donne en outre un aperçu de la complexité des débats sur les problèmes normatifs et fonctionnels liés aux droits de succession.

Link to the review (in German)

Justifying the standardization of sustainability impact

Allison Marie Loconto, (forthcoming)

To be published in: Constance, D., Konefal, J., and M. Hatanaka (eds) Contested Sustainabilities. New York: Routledge.

Abstract. Sustainability standards are increasingly being used to encourage, measure and prove the adoption of sustainable practices. Yet it is unclear what measures have been developed to ‘prove’ the ‘responsibility’ of standards development organizations in ‘impacting’ sustainable practices. By drawing upon the French school of pragmatic sociology, I argue that the ISEAL Impacts Code is a ‘good’ form of meta-governance that enables the use of sustainability standards to prove the responsibility of corporations to make sustainability impacts. However, the ‘goodness’ of this form appeals to multiple orders of worth, which illustrates that there are aspects of sustainability impact, particularly its forms, that remain contested.

Download link

La stabilité monétaire comme culture ou comment penser l’ordre monétaire au prisme de la culture ? L’exemple allemand

Charlotte Bellon (2017)

Revue Interventions économiques [En ligne], 59

Résumé. L’objectif de cet article est de saisir la dimension culturelle de la convention monétaire. Les théories (hétérodoxes) de la monnaie ont ouvert la voie à l’analyse des manières dont la monnaie est acceptée comme moyen de paiement et de réserve. La monnaie devient alors l’expression (ou l’émanation) de l’ensemble du corps social. Elle incarne un collectif et, en ce sens, est dotée d’une signification symbolique, souvent saisie par les valeurs partagées au sein de la communauté monétaire. Cette association entre puissance symbolique de la monnaie et valeurs partagées semble se retrouver parfaitement dans la notion de « culture monétaire de stabilité ». Elle oblige néanmoins à s’interroger sur l’articulation entre monnaie et culture. Or la « culture » reste un angle mort des analyses hétérodoxes – conventionnalistes et régulationnistes – de l’économie. L’étude porte sur le cas allemand et sur la culture allemande de stabilité définie comme un large consensus sociétal sur la nécessité d’une monnaie stable. Le croisement des analyses de la théorie de la régulation, de l’économie des conventions ainsi que de la sociologie économique nous permet de proposer une analyse de la culture monétaire de stabilité comme un effet culturel de la forme de l’accumulation capitalistique spécifique prise en Allemagne.

Monetary Stability as Culture: a Culture-Oriented Outlook on Monetary Agreement. The Case of Germany

Abstract. What we’re trying to achieve in this article is to understand the cultural dimension of the monetary agreement. The (heterodox) monetary theories have encouraged analysing the different ways currency is accepted as a form of payment as well as a form of a store of value. Money then becomes the expression (or emanation) of the whole social body. It implies a sense of a collective and therefore carries a symbolic meaning often seen in the shared values within the monetary community. The combination between the symbolic power of money and those shared values seem to perfectly match the idea of “monetary stability culture”. This still requires an understanding of the link between money and culture whilst the culture remains a “blind spot” of the different economical heterodox analysis (conventions and regulation ones). The study looks at the case of Germany and the German stability culture which one can define as a major societal agreement about the necessity of stable money. Combining the analysis of the theories of convention and regulation with the economical sociology allows us to offer an analysis of the monetary stability culture as a cultural effect in the form of the capitalistic accumulation that Germany specifically carries out.

Lien vers l’article/Link to the article