Les pratiques de recrutement des entreprises : un pouvoir de segmentation et de valorisation

Guillemette de Larquier & Géraldine Rieucau (2020)

Document de travail, Centre d’études de l’emploi et du travail, n°201

Résumé. En prenant appui sur les données de l’enquête Offre d’emploi et recrutement (Ofer, 2015) de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), l’objectif de ce document est d’analyser les pratiques de recrutement des entreprises françaises afin de mettre en exergue les conventions et les segmentations du marché du travail. L’analyse statistique consiste dans un premier temps à construire une typologie d’emplois ayant donné lieu à un recrutement puis, à l’aide de régressions logistiques, à caractériser les pratiques de recrutements associées aux 7 classes d’emplois de la typologie. Ces pratiques renvoient à 4 fonctionnements différents du marché du travail, distingués par notre construction théorique originale, qui croise la théorie de la segmentation et l’économie des conventions. Premièrement, la théorie de la segmentation nous amène à étudier les contours de l’offre de travail recherchée par les entreprises : sont-ils ou non bien définis en amont (marché fermé ou ouvert) ? Deuxièmement, l’économie des conventions nous conduit à prêter attention au format de l’information que les entreprises utilisent pour capter et évaluer l’offre de travail : ce format est-il standardisé ou au contraire personnalisé ? Les deux approches et notre cadre théorique les croisant sont présentés dans la première partie du document, les données, la démarche empirique et les résultats commentés dans la deuxième partie.
D’après nos résultats, près d’un appariement sur deux s’inscrit sur un « marché de proximité » où les entreprises ne cherchent pas à maîtriser en amont le profil des candidats qui se présentent. Les appariements proches de ceux décrits par la théorie économique conventionnelle représentent à peine un recrutement sur cinq et se situent sur un marché que nous qualifions de « standard ». 17 % du total des recrutements sont positionnés sur un « marché professionnel », où l’entreprise connaît les contours de l’offre qu’elle souhaite capter et sélectionne sur des critères personnalisés. Enfin, nous identifions un « marché partenarial », relativement ouvert car le recrutement est l’occasion de constituer la main-d’œuvre avec des intermédiaires du marché du travail, dont l’évaluation est standardisée.

Extrait : “[La théorie de la segmentation (TSeg) et l’économie des conventions (EC)] ont des origines et des objets qui leur sont propres. La TSeg met en évidence et analyse les segmentations du marché du travail issues des pratiques des entreprises, tandis que l’EC propose une théorie de l’action selon laquelle les individus prennent appui sur des conventions, qui harmonisent représentations et comportements, pour se coordonner. Plusieurs proximités entre les deux approches confortent notre projet de les croiser. EC et TSeg bâtissent leurs hypothèses à partir d’observations empiriques, issues d’enquêtes statistiques ou d’enquêtes de terrain . Le «marché du travail» n’a rien d’évident ni de spontané, pas plus qu’il n’y a de «concurrence» évidente entre les catégories de main-d’œuvre et entre les emplois ; il doit être analysé via les institutions et les conventions qui sous-tendent la coordination et la sélection qui s’y jouent. De cet appui sur les observations et sur le fonctionnement concret des marchés, découle une posture partagée par les deux courants : l’analyse ne se fait pas à l’aune d’un étalon unique – celui de la rationalité maximisatrice des comportements individuels ou de la convergence des marchés vers un modèle unique – et il ne s’agit donc pas d’inscrire les comportements ou les marchés dans un continuum unidimensionnel, mais bien de mettre en évidence les segmentations et donc les frontières des marchés (TSeg) et la pluralité des comportements (EC). […] Quant aux pratiques de recrutement, les deux courants s’y intéressent avec des regards complémentaires. Les travaux qui relèvent de la TSeg montrent comment les pratiques de gestion de la main-d’œuvre en général façonnent les segmentations du marché du travail. Nous insistons sur le fait que les pratiques de recrutement en particulier, moins analysées par ce courant d’analyse que les autres pratiques de gestion, contribuent à la segmentation. De leur côté, les travaux qui, dans le courant de l’EC, cherchent à expliquer le fonctionnement du marché du travail conçoivent une diversité de modes de coordination entre entreprises et travailleurs, fondée sur une pluralité de représentations de la qualité du travail, c’est-à-dire des conventions de qualité, au moment du recrutement. La question générale que nous nous posons est dès lors la suivante : cette pluralité des conventions mise en évidence par l’EC recouvre-t-elle celle des segments du marché du travail analysée par la TSeg ?” (p. 5-6)

Firms’ recruitment practices: a power of segmentation and valuation

Abstract. Based on data from the Dares Offre d’emploi et recrutement Survey (Ofer, 2015), the objective of this document is to analyse the recruitment practices of French firms in order to highlight labour market conventions and segmentations. The statistical analysis consists first of constructing a typology of jobs that have given rise to recruitment and then, using logistic regressions, of characterizing the recruitment practices associated with the 7 isolated job classes. These practices refer to 4 market functioning that our original theoretical construction distinguishes by crossing Labour market segmentation theory and Economics of convention. First, segmentation theory leads us to study the contours of the labour supply sought by firms: are they or are they not well defined (closed or open market)? Secondly, the economics of convention leads us to pay attention to the format of the information that firms use to capture and evaluate the labour supply: is this format standardized or personalized? The two approaches and our theoretical framework crossing them are presented in the first part of the document, the data, the empirical approach and the commented results in the second part.
According to our results, nearly one matching out of two is part of a “proximity market” where firms do not seek to control the profile of candidates who apply. Matches close to those described by conventional economic theory represent barely one in five recruitments and are located in a market that we call “standard”. 17% of all recruitments are positioned in a “professional market”, where the firm knows the contours of the offer it wishes to capture and selects on the basis of personalized criteria. Finally, we identify a “partnership market”, relatively open because recruitment is an opportunity to build the workforce with labour market intermediaries, whose assessment is standardized.

Translation of the excerpt: “[Segmentation Theory (ST) and the Economics of Convention (EC)] have their own origins and objects. ST highlights and analyses labour market segmentations arising from the practices of firms, while EC proposes a theory of action according to which individuals rely on conventions, taht harmonize representations and behaviours, to coordinate themselves. Several proximities between the two approaches support our project to cross-reference them. EC and ST build their hypotheses from empirical observations, resulting from statistical surveys or field surveys. There is nothing obvious or spontaneous about the “labour market”, nor is there any obvious “competition” between categories of labour and between jobs; it must be analysed via the institutions and conventions that underlie the coordination and selection involved. From this reliance on observations and on the concrete functioning of markets, a position shared by both currents emerges: the analysis is not carried out against a single yardstick – that of the maximising rationality of individual behaviour or the convergence of markets towards a single model – and it is therefore not a question of placing behaviour or markets on a one-dimensional continuum, but rather of highlighting segmentation and therefore the boundaries of markets (ST) and the plurality of behaviour (EC). […] As for recruitment practices, the two currents take an interest in them with complementary perspectives. ST studies show how labour management practices in general shape labour market segmentation. We emphasize the fact that recruitment practices in particular, which are less analyzed by this current of analysis than other management practices, contribute to segmentation. On the other hand, EC studies seeking to explain the functioning of the labour market consider a diversity of modes of coordination between firms and workers, based on a plurality of representations of the quality of work, i.e. quality conventions, at the time of recruitment. The general question is therefore the following: does this plurality of conventions highlighted by EC cover the plurality of labour market segments analysed by ST?”

Lien de téléchargement / Download link

Le Crowdfunding ou la glorification de la culture par projets

David Pucheu (2018)

In Loïc Ballarini, Stéphane Costantini, Marc Kaiser, Jacob Matthews, Vincent Rouzé (éds.), Financement participatif. Les nouveaux territoires du capitalisme, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, p. 241-248

Résumé. Malgré les critiques dont « l’économie collaborative » a été récemment la cible, le crowdfunding continue de véhiculer la positivité des valeurs de la participation, du partage et de l’empowerment des utilisateurs qui ont encadré le développement de la « nouvelle économie ». Pourtant, les mutations idéologiques du capitalisme contemporain incitent à reconsidérer ces modèles de financement dits « alternatifs » ou « disruptifs » à la lumière des affinités électives qu’ils entretiennent avec elles.
Mots clés : crowdfunding, financement participatif, intermédiation, plateforme, cité par projets, idéologie, capitalisme, nouvelle économie

Extrait : “Les analyses de Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999) sur le « nouvel esprit du capitalisme » ont mis en lumière l’émergence, au tournant des années 1990, d’une « culture par projets » inscrite au coeur du fonctionnement effectif et symbolique (pour ne pas dire idéologique) du capitalisme contemporain. Construite autour du modèle idéal-typique des « cités » proposé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1995) dans Les économies de la grandeur, la « cité par projet » se présente comme un système de valeur hiérarchisé et appuyé par un régime de justification actoriel qui motive une grammaire d’action propre à la logique de « projet ». […] Ce sont précisément cette logique de projet et les valeurs qui lui sont inhérentes que promeuvent les plateformes de financement participatif. Des plateformes qui offrent, en outre, à leur inscription réticulaire une objectivation technique.” (p. 243)

Crowdfunding or the glorification of culture by projects

Abstract. Despite recent criticisms of the “collaborative economy”, crowdfunding continues to convey the positive values of participation, sharing and user empowerment that have framed the development of the “new economy”. However, the ideological mutations of contemporary capitalism encourage us to reconsider these so-called “alternative” or “disruptive” funding models in the light of the elective affinities they have with them.
Keywords: crowdfunding, participative financing, intermediation, platform, project based, ideology, capitalism, new economy

English translation of the excerpt.
“The analyses of Luc Boltanski and Ève Chiapello (1999) on the ‘new spirit of capitalism’ highlighted the emergence, at the turn of the 1990s, of a ‘project-based culture’ inscribed at the heart of the effective and symbolic (not to say ideological) functioning of contemporary capitalism. Built around the ideal-typical model of the “city” proposed by Luc Boltanski and Laurent Thévenot (1995) in “Les économies de la grandeur”, the “city by project” is presented as a hierarchical value system supported by a system of actorial justification that motivates a grammar of action specific to the logic of the “project”. […] It is precisely this project logic and its inherent values that participatory financing platforms promote. Platforms that also offer a technical objectification to their reticular inscription”. (p. 243)

Download link

2020

Bonne année !
Happy New Year!
Gutes Neues Jahr!
¡Feliz Año Nuevo!
新年明けましておめでとうございます
عام سعيد
С Новым годом!

Economie du travail et de l’emploi

Bernard Gazier et Héloïse Petit (2019)

Grands Repères Manuels, Paris, La découverte.

Présentation : Peut-on faire reculer le chômage ? Endiguer les emplois précaires ? Le Smic réduit-il le nombre d’emplois peu qualifiés ? À quoi servent les syndicats ? Comment lutter contre la discrimination ? Où en est-on de l’égalité entre les hommes et les femmes ? L’économie du travail et de l’emploi traite de ces multiples enjeux.
Loin de tout jargon et avec le souci de réduire au maximum le formalisme mathématique, ce manuel propose un panorama actualisé de l’économie du travail et de l’emploi. Il adopte une perspective systématique et pluraliste car plusieurs points de vue coexistent au sein de la discipline.
Cette cartographie montre une économie du travail en mutation, qui accorde beaucoup d’importance aux travaux empiriques et échange de plus en plus avec les disciplines connexes, telles que la psychologie, la sociologie et le droit du travail.
Comme tout bon manuel, ce livre est un outil à destination des étudiants. Mais les thèmes abordés et l’effort de pédagogie en font aussi un ouvrage susceptible d’intéresser un public plus large, désireux de connaître l’état du savoir sur ces questions.

Extrait : Comprendre l’action individuelle autrement : l’économie des conventions
La publication d’un numéro spécial de la Revue économique [1989] intitulé « L’économie des conventions » marque la naissance d’un courant de pensée (porté, entre autres, par des économistes tels qu’Olivier Favereau, André Orléan ou des sociologues tels que Luc Boltanski). Ses tenants s’écartent de l’approche néoclassique par l’adoption d’une hypothèse de rationalité procédurale (et non substantielle). Ils restent attachés à l’individualisme méthodologique, considérant l’action individuelle à l’origine de toutes choses, mais sont amenés à proposer une théorie de l’action renouvelée. C’est là qu’intervient la notion de convention. L’article d’Olivier Favereau [2012] constitue une bonne introduction à ce paradigme et à son application en économie du travail.
Le point de départ est l’incertitude inhérente à tout échange économique : il est impossible aux parties prenantes de prévoir toutes les éventualités futures possibles, que ce soit dû aux aléas de contexte ou de comportement ; même s’il y a contrat, il sera forcément incomplet. Les conventions sont alors ce qui permet aux acteurs de s’entendre, se coordonner. Le schéma théorique articule deux niveaux de conventions. Le premier, proche du sens commun, définit les règles conventionnelles : selon les situations, on sait ce qu’il est « normal » de faire, ce qui est acceptable ou attendu (lorsque l’on croise quelqu’un que l’on connaît, on « sait » par exemple si on doit lui serrer la main ou lui faire la bise). Ces règles conventionnelles, ou conventions directes , coordonnent les comportements. Le second niveau de conventions étaye l’origine de ces règles conventionnelles, et s’éloigne alors du sens commun. Ces conventions indirectes coordonnent les représentations de chacun à travers l’acceptation d’une représentation collective, d’un modèle d’évaluation conventionnel commun. En cela, l’économie des conventions souligne que toute action individuelle s’inscrit dans un cadre conventionnel.
Jusqu’ici, notre présentation de la démarche de l’économie des conventions est hypothético‑déductive. Mais rares sont les travaux qui s’en tiennent là, et l’étude des implications (la définition des conventions effectivement à l’œuvre) est très souvent fondée sur une approche empirique, adoptant alors une démarche que l’on pourrait qualifier d’abductive. Les applications à l’économie du travail ont été nombreuses, avec par exemple les travaux d’Olivier Favereau [1989] ou de Robert Salais et Michael Storper [1993] sur la diversité des relations d’emploi, ou ceux de François Eymard‑Duvernay [2004] sur l’entreprise ou la discrimination [Eymard‑Duvernay et Marchal, 1997].

p. 24-25 [Chapitre 1 : Le déploiement des théories]
English translation: Understanding Individual Action Differently: The Economics of Convention

The publication of a special issue of the Revue économique [1989] entitled "L'économie des conventions" marks the birth of a current of thought (led, among others, by economists such as Olivier Favereau, André Orléan or sociologists such as Luc Boltanski). Its proponents deviated from the neoclassical approach by adopting a hypothesis of procedural (rather than substantive) rationality. They remain attached to methodological individualism, considering individual action at the origin of all things, but are led to propose a renewed theory of action. This is where the notion of convention comes in. Olivier Favereau's article [2012] is a good introduction to this paradigm and its application in labour economics. The starting point is the uncertainty inherent in any economic exchange: it is impossible for the parties involved to foresee all possible future eventualities, whether due to the hazards of context or behaviour; even if there is a contract, it will necessarily be incomplete. Conventions are then what enable the stakeholders to agree and coordinate. The theoretical scheme articulates two levels of conventions. The first, close to common sense, defines the conventional rules: depending on the situation, we know what it is "normal" to do, what is acceptable or expected (when we meet someone we know, we "know" for example if we should shake their hand or give them a kiss). These conventional rules, or direct conventions, coordinate behaviour. The second level of conventions supports the origin of these conventional rules, and thus moves away from common sense. These indirect conventions coordinate the representations of each individual through the acceptance of a collective representation, of a common conventional evaluation model. In this respect, the economics of agreements underlines that all individual action is part of a contractual framework. So far, our presentation of the approach of the economics of agreements is hypothetical and deductive. But few works stop there, and the study of the implications (the definition of the conventions actually at work) is very often based on an empirical approach, thus adopting an approach that could be
described as abductive. There have been many applications to labour economics, for example the work of Olivier Favereau [1989] or Robert Salais and Michael Storper [1993] on the diversity of employment relationships, or that of François Eymard-Duvernay [2004] on the firm or discrimination [Eymard-Duvernay and Marchal, 1997].

Lien vers le manuel via Cairn.info

Construction d’une demande de justice écologique Le cas des semences non-industrielles

Corentin Hecquet (2019)

Dissertation présentée en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences
Université de Liège – Faculté des Sciences – Département des Sciences et Gestion de l’Environnement

Jury :
Frank ADAMS, Lycée Technique Agricole Ettelbruck et artisan semencier
Dr. Gilles ALLAIRE, INRA Toulouse
Dr. Christophe BONNEUIL, CNRS – Centre Alexandre Koyré
Dr. Véronique CHABLE, INRA Centre Bretagne-Normandie
Dr. Brendan COOLSAET, Université de Lille
Dr. Dorothée DENAYER, Université de Liège
Dr. Katya ISAGUIRRE-TORRES, Universidade Federal do Paraná
Dr. Nathalie SEMAL, Université de Liège – Présidente
Dr. Pierre M. STASSART, Université de Liège – Promoteur

En matière de semences végétales, le cadre réglementaire européen général, également étendu à d’autres pays, dont le Brésil, impose une norme de standardisation DHS « Distinction Homogénéité Stabilité » pour l’inscription au catalogue autorisant la mise sur le marché. Peu de praticiens de la « biodiversité cultivée » y enregistrent leurs variétés, malgré l’instauration d’un régime dérogatoire. A partir de quatre cas d’étude, BioNatur (Brésil), Semailles (Belgique), Kokopelli (France), et Kaol Kozh (Bretagne – France), je montre que ces praticiens développent des stratégies variées voire parfois opposées – ambiguïté, essaimage, désobéissance, contournement – qui visent à tenir un double mouvement de mise en circulation de leur semence et de mise en visibilité de leurs revendications face à l’injustice que génère la DHS. Derrière ce travail de publicisation hétérogène, j’identifie la construction d’une demande de justice écologique. Partant des composantes de la justice écologique que la littérature identifie : de distribution, reconnaissance, participation, je propose à travers mon travail empirique, au regard de la notion de public, d’ ajouter la dimension d’expérimentation. Par manque d’ouverture à la participation, les différentes stratégies ne déverrouillent pas le système semencier conventionnel, par contre je soutiens qu’elles l’effritent.
Mots-clés : biodiversité cultivée, justice écologique, public, agroécologie, semences, verrouillage

Construction of a demand for ecological justice – The case of non-industrial seeds

Via the « Distinction Uniformity Stability – DUS » criteria, the legislative framework of the European Union (extended to other countries including Brazil) imposes a norm of standardization for the registration of plant varieties in the catalogue allowing to put them on the market. Only a few practionners of crop biodiversity register their crop varieties despite the existing derogation system. Starting from a set of 4 case studies – BioNatur (Brazil), Semailles (Belgium), Kokopelli (France) and Kaol Kozh (France – Brittany), I demonstrate that these crop diversity farmers develop numerous, even contradictory strategies – ambiguity, spreading, disobedience, circumventing- to enable the circulation of their seeds, but at the same time, to make visible their claims in order to face the unjust system generated by DUS. Behind these heterogeneous strategies, I identify a claim for ecological justice. Through the dimensions of distribution, recognition and participation, I propose an empirical study with a specific attention on the notion of public and I add the experimentation dimension of ecological justice. At it is hard for practionners to participate at the debate about DUS, the different strategies aren’t unlocking the conventional seed system, nevertheless I support that they are crumbing it away (effritement).
Keywords: crop biodiversity, ecological justice, public, agro-ecology, seeds, lock-in.

Extraits : “Dans cette première section, je montre comment le système semencier conventionnel s’est verrouillé. Mon argument consiste à dire que le système semencier conventionnel est un « investissement de formes » provenant de sept verrous qui par conséquent exclut les semences ne correspondant pas aux normes réglementaires officielles. L’« investissement de forme » constitue une équivalence en vue de coordonner les actions individuelles par un cadre commun, une convention permettant la mise en relation (Orléan 1994 :16). Les conventions s’auto-référencent, car le choix de suivre ou pas l’accord repose sur l’espoir que les autres respecteront également l’accord (Boyer et Orléan 1994 :220). La notion d’investissement de forme s’entend comme l’élaboration d’une convention qui vise à économiser du temps et des investissements, en se transformant en rouage, en processus. Ces formes de coordination tentent de « résister aux efforts de déformation » (Thévenot 1986 :4). […]
Les mises à l’épreuve permettent de qualifier tous les dispositifs socio-techniques mobilisés pour construire un produit. Eymard-Duvernay (2002 : 269) insiste sur le rôle des équivalences comme le « ressort de la coordination ». «Il faut rapporter la qualité à l’épreuve de qualification, c’est-à-dire aux moments critiques dans lesquels les repères de qualité sont mis à l’épreuve et suscitent des débats sur leur pertinence. Il n’est pas de définition substantielle de la qualité en dehors de la perspective d’une épreuve de qualification. » (Thévenot 1995 : 39). La question de la construction sociale d’une qualité – la bonne semence dans ce cas – renvoie donc à la construction de cette mise à l’épreuve pour la mise en circulation de semences végétales. Quelles mises à l’épreuve contribuent à élaborer un verrouillage ? Au fur et à mesure, sept verrous que constituent les interdépendances fortes produisent le verrouillage systémique de la mise en circulation des semences : lignée pure, test de germination, catalogue, DHS, notion de variété, hybride F1, COV. Pour rendre compte de cette trajectoire, je m’appuie sur le développement et l’évolution de la qualification semencière française (Bonneuil et Thomas 2009) car ce pays, premier exportateur mondial de semences avec 1,6 milliard d’euros pour 2016/2017 (GNIS 2018), influence le marché européen et mondial. “

p.14-15 / 16-17

Lien de téléchargement / Download link

Anormative Black Boxes: Artificial Intelligence and Health Policy

Ismael Al-Amoudi and John S. Latsis (2019)

In: Ismael Al-Amoudi & Emmanuel Lazega (eds.), Post-Human Institutions and Organizations Confronting the Matrix, London, Routledge, pp. 119-142

How will the introduction of AI affect our communities’ capacity to discuss, challenge and decide on the norms governing health policy? We answer this question by first providing a descriptive overview of the basic processes through which AI operates and of how the introduction of AI has started to disrupt the practice of health policy. Doing so allows us to identify and analyse the novel normative problems arising from the development and implementation of AI in healthcare. Our analysis indicates that the way neural networks are trained obfuscates some normative choices, while the way AI qualifications are used may downplay or inhibit the practical wisdom of medical practitioners, patients and policy-makers. While AIs as we currently know them are not capable of participating in normative discussions as discussants, we can expect their outputs to increasingly be the object of normative discussions between humans. In the last section, we speculate on the future. To do so, we reflect on how current developments could lead, through gradual social morphogenesis, to an undesirable outcome; but we also identify strategic themes of struggle for those wishing to shape a different future that leaves room for genuine normative discussion in health policy.

Excerpt: “Organisations and conventions.
As can be seen throughout this chapter, the combination of AI and big data generates unprecedented problems for the normative discussions surrounding health policy. Unless citizens and governments engage in appropriate collective action, we can reasonably expect to witness over the next decade dystopian developments akin to the ones we have delineated previously. But current times are also a pivotal period during which citizens and governments can still attempt to avoid, or at least mitigate, the problems that are otherwise likely to enter the scene. On a more general level, politicians, regulators, NGOs must acquire a better understanding of the AI strategies of the dominant internet companies and the connections between them. As the main developers of algorithms and the owners of the largest and most valuable databases, companies such as Google, Apple or Amazon are in a position that allows them to shape policy in numerous areas. Yet regulation has failed to track their current strategies or anticipate the risks that they present for future societies. They may do so, we propose, by creating organisations and conventions that will limit and harness the use of AI in public health and other areas. Our discussion of the introduction of AI in health policy allows us to make the following suggestions.”

Link to the book

L’État prédateur, Conflits et Résistances

Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille) et Emma Tyrou (CEPN, Université de Paris 13)

Le vendredi 22 novembre 2019, le CEPN (Centre d’économie de l’université Paris Nord) organisait une journée dédiée à “L’État prédateur, Conflits et Résistances” à la Maison des Sciences de l’Homme – Paris Nord. Deux sessions de deux heures se sont succédé, l’une le matin, l’autre l’après-midi. Cela a été l’occasion d’échanges très riches en particulier sur le lien entre économie des conventions et Marx (lire plus bas le commentaire retranscrit de manière intégrale de Nicolas Da Silva à propos de l’intervention d’Olivier Favereau).

On Friday, November 22, 2019, the CEPN (Centre d’économie de l’université Paris Nord) organized a day dedicated to “The predatory State, Conflicts and Resistance” at the Maison des Sciences de l’Homme – Paris Nord. Two two-hour sessions followed one another, one in the morning and the other in the afternoon. This was an opportunity for very rich discussions, particularly on the link between the economics of convention and Marx (read below the commentary by Nicolas Da Silva on Olivier Favereau’s presentation – with a link to the English translation).

“Prédation et protection sociale”
Philippe Batifoulier, Nicolas Da Silva et Mehrdad Vahabi (Université Paris 13, CEPN)

Discutant: Michael Zemmour (CES, Université Paris 1, LIEPP)

Fichier audio de la première présentation

Support visuel de la première présentation

Philippe Batifoulier, Nicolas Da Silva et Victor Duchesne

Ce travail a pour objet de relire l’histoire de l’Etat providence français à la lumière de la théorie d’un Etat prédateur. On oppose une approche de la protection sociale portée par l’Etat où la protection est un instrument de la prédation à une approche qualifiée de « La sociale » dominée par un « citizen welfare » et axée sur un autogouvernement des individus. L’Etat providence est l’aboutissement de la guerre de masse moderne et la politique sociale (notamment la politique de population) est orientée vers les besoins de la guerre. Cependant bien qu’elle soit en partie le résultat de la guerre, la protection sociale trouve aussi ses racines en France dans l’affirmation d’un bien être porté par les citoyens eux-mêmes et non par l’Etat. Les origines de cette exception française remontent à la commune de 1871 et se poursuivent par la création du régime général de sécurité sociale en 1945/1946. On montrera que toute l’histoire de l’Etat-providence français consiste à se réapproprier le bien-être citoyen autogéré par un processus de réformes engagées à partir de 1947. Ce mouvement d’étatisation du “citizen welfare”, en plus de constituer une dépossession du pouvoir politique d’auto gouvernement des citoyens, s’est accompagné de la marchandisation des politiques sociales.

Predation and social protection

The purpose of this work is to review the history of the French welfare state in the light of the theory of a predatory state. We contrast an approach to social protection carried by the State where protection is an instrument of predation with an approach described as “la sociale” dominated by a “citizen welfare” and focused on the self-government of individuals. The welfare state is the result of modern mass warfare and social policy (including population policy); it is oriented towards the needs of war. Although it is partly the result of war, social protection also finds its roots in France in the affirmation of a well-being carried by the citizens themselves and not by the State. The origins of this French exception dates back to the 1871 commune and continues with the creation of the general social security system in 1945/1946. It can be shown that the entire history of the French welfare state consists in re-appropriating the self-managed well-being of its citizens through a process of reform that began in 1947. This movement of nationalization of “citizen welfare”, in addition to depriving citizens of their political power of self-government, has been accompanied by the commodification of social policies.

Michael Zemmour (à gauche)

Valeur(s), exploitation et économie des conventions
Olivier Favereau (U. Paris Nanterre, Economix)

Discutant: Nicolas Da Silva (U. Paris 13, CEPN)

Fichier audio de la seconde présentation

Support visuel de la seconde présentation

Olivier Favereau

Le programme conventionnaliste entend déplacer les conventions du langage théorique en économie vers une réimbrication des dimensions «coordination » et « reproduction », tout en autorisant une interpénétration des deux autres dimensions « valeurs » et « rationalité». Cela a conduit Boltanski et Chiapello (1999) à considérer l’exploitation et la justification comme l’inverse l’une de l’autre. Un lien direct avec Marx devient possible. Marx fait toutefois apparaître l’exploitation non dans l’espace des prix mais dans un espace des valeurs, objectivement mesurables (en heures de travail abstrait), alors que l’économie des conventions opère avec un espace des valeurs, au sens commun, normatif, du terme, mobilisant des entités intersubjectives (telle la justice). Le grand projet marxien d’intelligibilité du capitalisme à partir de la mise à nu de l’injustice capital/travail n’est pas prisonnier de la théorie de la valeur-travail. La distinction conventionnaliste de l’entreprise et de la société, dissimulée dans le « Régime d’Intersubjectivité et de Normativité » néolibéral, permet de faire apparaître dans le nouvel espace des valeurs, un usage indu du droit de propriété par les actionnaires de la société, qui s’approprient, au-delà des revenus de facteurs, le revenu proprement collectif de l’organisation qu’est l’entreprise. Cette forme d’exploitation, objectivement mesurable, entrevue par Proudhon dès 1840, ne peut être remise en cause sans la généralisation de la codétermination, dans le gouvernement des entreprises.

Value(s), exploitation and economics of convention

The conventionalist program aims to displace the conventions from the theoretical language of economics and tries to link the dimensions of “coordination” and of “reproduction”, while allowing the interpenetration of the two other dimensions “value” and “rationality”. That has led Boltanski and Chiapello (1999) to define exploitation and justification as the opposite of one another. A direct link with Marx becomes possible. Still there is the problem that Marx finds exploitation not in the space of prices but in a space of values, objectively measurable (in abstract labour hours), whereas the economics of convention works with a space of values, in the common-sense (normative) meaning of the word, using intersubjective entities (such as justice). The grand Marxian project of making sense of capitalism by revealing the unjust relationship between labour and capital, may not be stuck to the labour-value theory. The conventionalist distinction between company and firm, obscured by the neo-liberal regime of intersubjectivity and normativity, makes it possible to show the unjustified access to ownership by share-holders who claim to get the full collective income of the firm as an organization (after payment of the factor-incomes). That form of exploitation, objectively measurable, guessed by Proudhon as soon as 1848, cannot be questioned as long as corporate governance is not converted into codetermination (Board Level Employee Representation).

Discussion de Nicolas Da Silva (CEPN, Université de Paris 13)
Texte intégral

  English translation

“J’ai préparé cette discussion de l’intervention d’Olivier Favereau à partir de l’article « Valeur(s), exploitation et économie des conventions » paru en 2018 dans les Cahiers d’économie politique.

Nicolas Da Silva et Mehrdad Vahabi

Ce texte m’a posé deux difficultés. La première difficulté est qu’il constitue une mine à ciel ouvert tant par la variété des champs de la littérature abordés que par l’analyse qui en est proposée. Comment alors débuter la discussion ? par quel angle ? la synthèse proposée du programme conventionnaliste depuis 30 ans ? la présentation du projet de Marx ? la critique qui y est faite de Marx ? la tentative de rapprocher l’économie des conventions (EC) et Marx ? l’application de tout cela à la théorie de l’entreprise développée au sein du Collège des Bernardins ? La tâche est immense. La seconde difficulté est que ce texte est très finement écrit car non seulement Olivier Favereau pose son argumentation mais, en plus, il donne la parole à ses éventuels contradicteurs pour leur répondre dans la foulée. Il nous coupe le sifflet, et on a du mal à retrouver la voie.
Je n’ai donc pas trouvé une bonne solution pour faire le tri et hiérarchiser mes questionnements. Alors, je vais proposer ici une discussion assez arbitraire portant sur trois grands ensembles : l’évolution du programme de l’économie des conventions, le rapport ambivalent de Favereau à Marx et les implications de tout cela sur sa théorie de l’entreprise.

     1. L’évolution du programme de l’Economie des conventions

Dans ce texte, Olivier Favereau propose en quelques pages une analyse de long terme de l’évolution du programme de recherche de l’économie des conventions. Deux moments importants sont distingués pour ensuite mieux en montrer la cohérence.
Autour de l’ouvrage de Boltanski et Thévenot, De la justification (1991), la première partie du programme a été de proposer une nouvelle façon de faire de l’économie en associant la question des valeurs, de la coordination et de la rationalité. Pour reprendre la formulation de Corcuff, « il n’y a pas de coordination des comportements (économiques) sans coordination des jugements sur ces comportements » (p. 122). Le concept de justification implique alors que le bonheur des grands fait le bonheur des petits. La publication par Boltanski et Chiapello du Nouvel esprit du capitalisme (1999) marque selon Favereau le deuxième moment du programme de l’économie des conventions. Ils poursuivent le travail de réimbrication entre valeur, coordination et rationalité en montrant qu’à côté de la concurrence, la critique (se référant à des valeurs !) est un autre moteur de la dynamique du capitalisme. Autrement dit, il n’y a pas de reproduction des inégalités économiques sans critique de ces inégalités et de leur reproduction. Favereau  définit alors l’exploitation comme le contraire de la justification : le malheur des petits fait le bonheur des grands. Au total, tandis qu’EC1 [première période de l’économie des conventions : travaux à l’Insee, au Centre d’études de l’emploi et Boltanski et Thévenot (1991)] cherche à généraliser la coordination, EC2 [deuxième période de l’économie des conventions à partir de Boltanski et Chiapello (1999)] souligne l’importance de la critique de la reproduction.
Ma première question porte sur cette évolution entre EC1 et EC2. Olivier Favereau écrit dans le texte que la focalisation initiale sur l’individualisme méthodologique en 1989 était liée à « l’urgence dans la critique de l’économie néoclassique dominante » (p. 122). En quoi cette « urgence » commandait-elle une approche venant de l’individualisme méthodologique plutôt qu’ailleurs ? Par exemple, la théorie de la régulation propose à la même époque (et même avant) une critique de la théorie néoclassique d’une autre nature. Pourquoi se concentrer sur la critique de la théorie du choix rationnel ?
J’ai une hypothèse complémentaire à soumettre. Est-ce que la forme que prend la critique de la théorie néoclassique – tant chez les conventionnalistes que chez les régulationnistes – n’est pas plus liée à la conjoncture économique et aux rapports de force dans l’institution universitaire qu’à des nécessités proprement théoriques ? Je m’explique. L’économie, fille du droit, n’a jamais été une discipline marquée du sceau de la subversion. En plus de cela, les années 70 et 80 en France voient l’influence grandissante de ce que l’historien américain Michael Christofferson appelle la gauche antitotalitaire – c’est-à-dire la gauche anticommuniste. Est-ce que cette époque n’était tout simplement pas propice à une critique radicale de la théorie néoclassique depuis l’économie ? La pointe de la radicalité académique était alors la French theory qui elle-même insistait plus sur la question de la domination que sur celle de l’exploitation. Par exemple, chez Foucault il y a du pouvoir partout mais il n’y a des capitalistes nulle part !
Sans porter de jugement de valeur théorique ou empirique sur EC1 et EC2, est ce qu’on ne peut pas lire aussi – et peut-être d’abord ? – cette évolution comme une radicalisation consécutive à la détérioration de la situation économique et académique ? Je ne rappelle pas le combat de l’AFEP dans la section 5. La radicalisation d’Olivier Favereau ne serait alors pas liée à l’accumulation linéaire et cohérente des connaissances… mais aux questions que l’on se pose, aux questions que le chercheur se pose. Et, quand on observe ce qu’il se passe dehors, il y a effectivement des questions urgentes à poser.
Je me demande alors si ce n’est pas un autre aspect de l’attachement de Favereau à la démarche de Keynes : comme Keynes il tient à ne pas contourner la citadelle orthodoxe mais est-ce que comme lui il ne se radicalise pas aussi théoriquement et politiquement en fonction des évènements ? La question provocatrice serait alors de savoir si comme lui il a comme horizon indépassable le capitalisme ou si il nous donne des clefs pour en sortir – j’y reviendrais.

     2. Le rapport ambivalent d’Olivier Favereau à Marx

Le deuxième ensemble de question et de remarques porte sur le rapport ambivalent à Marx. Je le qualifie d’ambivalent car, comme il est souligné tout au long du texte, Olivier Favereau rejette Marx pour mieux le retrouver – à moins que cela ne soit l’inverse…
L’ambition est de réconcilier Marx et Proudhon. Après avoir salué « le tour de force » de Marx dans sa définition de l’exploitation comme part non payée de la valeur produite par la force de travail, Favereau rejette sa théorie de la valeur-travail car elle se fonderait sur une conception objective de la valeur. La force et l’erreur de Marx serait de chercher à fonder scientifiquement et objectivement l’exploitation sans recourir à l’espace des valeurs morales. La propriété ce n’est pas le vol. Tout en rejetant ce Marx-là, Favereau donne du poids à ce qu’il appelle son projet (ou sa métathèse) : « c’est uniquement dans un espace d’analyse et de mesure où la théorie réussit à intégrer les variables ‘justice’ ou ‘injustice’ que les lois de fonctionnement et d’évolution du capitalisme deviennent intelligibles’. […] En somme, le projet de Marx aurait été desservi, sinon trahi, par sa théorie de la valeur-travail » (p. 128-129). En intégrant les valeurs morales, il serait alors possible de définir, avec Marx et Proudhon, l’exploitation comme un vol.
Dans ce texte, Favereau reprend à son compte la critique d’André Orléan dans L’empire de la valeur selon laquelle, comme la théorie néoclassique, Marx aurait fauté en cherchant un fondement objectif à la valeur. Pour Marx la valeur serait une grandeur objective donnée par la quantité de travail contenue dans les marchandises. Cette interprétation de la théorie de la valeur travail est pourtant contestée. Par exemple, Jean-Marie Harribey précise que la théorie de la valeur-travail ne prend son sens que dans l’analyse du capital comme rapport social de production. Dans ce cadre, tout travail qui produit une marchandise qui ne se vend pas ne produit pas de valeur : il n’y a pas de « substance intrinsèque à l’objet » et il doit y avoir une validation sociale par le marché. Par ailleurs, il semble que l’objet d’Orléan et celui de Marx ne soient pas les mêmes. Marx s’intéresse à la production et à la reproduction tandis qu’en se focalisant sur les marchés financiers et la monnaie, André Orléan s’intéresse à des cas particuliers pour Marx : des biens qui ne sont pas produits (les matières premières), des biens non reproductibles (l’art) et le produit de la spéculation (actifs financiers). Est-ce que plutôt que de penser une opposition, on ne peut pas penser une complémentarité entre Orléan et Marx ?
Juste une dernière remarque sur la question de la valeur-travail et le refus d’une substance objective de la valeur. Je me pose une question un peu naïve. Si toute la valeur est intersubjective ou mimétique, si l’économie n’est qu’une science des relations, est ce qu’on ne passe pas à côté de l’un des enjeux principaux de ce siècle : l’épuisement irréversible des ressources naturelles, l’extinction des espèces et plus généralement les bouleversements écologiques.
Dans sa tentative de rapprocher l’économie des conventions de l’œuvre de Marx, Olivier Favereau reste étonnamment silencieux sur la théorie de l’aliénation de Marx. La note de lecture numéro 4 précise dès le début du texte : « En mettant l’exploitation, plutôt que l’aliénation, au cœur du projet de Marx, je choisis le Marx de la maturité, celui du Capital, contre le jeune Marx, celui des Manuscrits de 1844. » (p. 120) C’est assez étrange parce que le concept d’aliénation semble apriori mieux se prêter à un rapprochement avec EC que celui d’exploitation. Si Marx n’en parle pas ainsi, dans sa théorie de l’aliénation, il se cache peut-être un espace de valeurs, de critique et de justifications.
Pour le dire brièvement, l’aliénation est ce phénomène par lequel les travailleurs intériorisent comme une réalité, comme une vérité, ce qui relève en fait d’un rapport social. Dans le mode de production capitaliste, par leur expérience quotidienne de force de travail au service du capital, les salariés intériorisent leur position dans la chaîne de production mais aussi leur infériorité politique par rapport au capitaliste détenteur des moyens de production. Le travail industriel capitaliste appauvrit l’homme tant du point de vue de ses moyens de substance matériel (c’est l’exploitation) que du point de vue des moyens qu’il a de se réaliser en tant qu’homme complet (c’est l’aliénation). En anticipant un peu sur la suite, l’aliénation implique que les salariés ne pensent même plus qu’ils sont légitimes à décider ce qui doit être produit et comment. Pourquoi participeraient-ils de droit au conseil d’administration des entreprises ? Au-delà même des rapports économiques, toutes les activités sociales participent à la reformation des subjectivités au service du capital – on peut penser aux médias, à la culture, à l’école, à la famille, etc. L’économie des conventions ne trouve-t-elle pas ici des arguments  essentiels pour la critique des cités industrielle et marchande ? N’y a-t-il pas aussi dans l’aliénation une théorie des mauvaises conventions ?
Cette question sur l’aliénation renvoie à une critique plus fondamentale sur du texte concernant l’interprétation faite par Favereau du projet de Marx. Il présente le projet de Marx autour de l’idée que c’est dans l’espace des valeurs que l’on peut rendre intelligible le capitalisme. Or, ce n’est pas ce que Marx cherche à faire, c’est ce qu’Olivier Favereau cherche à faire pour tisser un lien avec la théorie de l’exploitation. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de liens possibles entre EC et Marx, mais on n’est pas obligé de faire dire à Marx ce qu’il ne dit pas. Quel est le projet du Marx du Capital, celui qui intéresse Favereau ? C’est de comprendre le capital (et non le capitalisme) comme rapport social de production où l’exploitation est un moment parmi d’autres. C’est un rapport social au sens où c’est un élément d’une architecture sociale qui lie et oppose les groupes sociaux (il n’y a pas que le capital !). C’est un rapport de production au sens où le capital organise ses groupes sociaux en fonction des relations qu’ils entretiennent à leurs conditions matérielles d’existence. Or, si le capital est un rapport social de production parmi d’autres (comme l’esclavage, le servage, la petite production marchande), il est original et se caractérise par au moins quatre traits principaux :
  1/ L’expropriation des producteurs : les producteurs sont séparés de leurs moyens de production. Le serf, par exemple, croule sous la dépendance personnelle envers son seigneur mais il est toujours rattaché à la terre et peut en vivre.
  2/ La force de travail est transformée en marchandise : condition de sa survie matérielle, le producteur potentiel (le travailleur) doit trouver quelqu’un (le capitaliste) qui lui achète la seule chose qui lui reste, sa force de travail.
  3/ La plus-value : en unifiant la force de travail et les moyens de production, le capitaliste retire une plus-value qui est la différence entre le prix de la force de travail (le salaire) et ce qu’elle produit (c’est le rapport d’exploitation).
  4/ L’accumulation : pour que le capital comme rapport social de production soit cohérent, il faut que le capitaliste ne consomme pas toute la plus-value et en utilise au moins une part pour accroitre son capital de départ.
L’exploitation est donc un moment du capital. En quoi l’économie des conventions peut-elle nous permettre de développer ce projet plus général de Marx ? J’en reviens à la question sur l’aliénation : est-ce que l’économie des conventions ne serait pas plus compatible avec le projet de Marx lorsqu’elle cherche à comprendre pourquoi certaines représentations s’imposent et naturalisent des constructions sociales arbitraires ? Pourquoi le capital comme rapport social de production est si largement accepté chez les salariés qui en souffrent ? Pourquoi tout cela alors que d’autres mondes – des mondes non capitalistes – seraient possibles ?

     3. La théorie de l’entreprise développée au Collège des Bernardins

Le troisième et dernier ensemble de questions et de remarques porte sur la théorie de l’entreprise qu’Olivier Favereau a développée dans le cadre des recherches au Collège des Bernardin. Son adversaire est la théorie de Milton Friedman selon qui l’entreprise appartient à ses actionnaires car ils disposent des droits de propriété. Fort justement Favereau remarque qu’en s’appuyant sur le droit Friedman ouvre le champ à la critique car les entreprises ne sont pas des objets de droit (comme une table) mais des sujets de droit (la société). Le recours au droit dans l’analyse de l’entreprise est extrêmement fertile mais il pose question.
Page 135, Favereau écrit ; « il n’y a pas de capitalisme sans entreprise ; il n’y pas non plus d’entreprise sans droit ; donc par transitivité il n’y a pas de capitalisme sans droit ». Mais il reconnait quelques lignes plus bas que : « en France la loi sur les Sociétés Anonymes date de 1867 pour ce qui est du contrat de société ; et l’arrêt Bardou de la Cour de cassation qui définit le contrat de travail par une relation d’autorité remonte à… 1931. Ceci veut dire que Marx aura publié le Livre I du Capital l’année même où se définissait en droit le contrat de société, et n’aura pas connu la stabilisation juridique du contrat de travail, qui n’interviendra en France que près d’un demi-siècle après sa mort. »
S’il n’y a pas de capitalisme sans droit alors cela signifierait qu’il n’y a pas de capital comme rapport social de production avant 1867, voire 1931, c’est-à-dire avant le droit des sociétés et du travail ? Ne peut-on pas plutôt dire que le droit capitaliste vient légitimer un rapport social qui se construit antérieurement et qui rompt avec les formes de droit antérieures ?
Selon Olivier Favereau, nous vivons « une forme chimiquement plus pure du mode de production capitaliste que du temps de Marx » (p. 136). C’est une formulation très étrange qui semble nous dire qu’il n’y a pas de droit en dehors du capitalisme. Or, chez le sociologue du droit Claude Didry, le contrat de travail est une conquête ouvrière face à la relation nue qu’est le capital. Le contrat de louage d’ouvrage permettait au capitaliste de se laver les mains de ses responsabilités et engendrait une concurrence néfaste pour les ouvriers (le marchandage), concurrence organisée par les ouvriers eux-mêmes dans une large chaine de sous-traitance. De ce point de vue le contrat de travail n’est pas capitaliste, il est anticapitaliste. Comme on le voit aujourd’hui avec le capitalisme de plateforme, le capital ne veut pas être employeur, il préfère des autoentrepreneurs. Le contrat de travail, s’il ne libère pas les ouvriers du fait de l’acception de la relation de subordination, il rend les capitalistes responsables vis-à-vis des ouvriers. Tout l’enjeu du capital au 20ème siècle est de détruire le contrat de travail, il n’en veut pas !
Favereau rejette par ailleurs l’idée qu’on ne peut appréhender le capitalisme qu’à partir de pratiques légales et il insiste sur le fait que pour Marx, l’exploitation n’est pas du vol, c’est une injustice et pas une illégalité. Est-ce qu’il ne faut pas plutôt dire que le capitalisme ne doit pas s’appréhender uniquement à partir de pratiques illégales ? En effet, le même Marx, dans le même Capital énonce les conditions d’accumulation primitives du capital qui prennent toutes les formes de violence : vol, pillages, guerre, expropriation, massacres, etc. On pourrait se dire qu’il ne s’agit que d’histoire ancienne. Mais, la privatisation des entreprises publiques, l’accaparement des terres, la liquidation des actifs des pays de l’ex-union soviétique, les pratiques courantes d’exil fiscal et social, les guerres pour les matières premières, et tant d’autres choses ne sont-elles pas des formes d’accumulation primitive toujours recommencées ?
Pour synthétiser ma question sur la conception du droit d’Olivier Favereau, est-ce qu’il ne faut pas plutôt penser le droit comme un moyen de légitimer un rapport de production (féodal, capitaliste, esclavagiste, etc.) plutôt que la caractéristique du rapport capitaliste de production. Car, paradoxalement, si Favereau s’appuie sur le droit pour critiquer l’entreprise financiarisée, il le fait en donnant le droit au capital. Alors que l’on peut penser qu’il faut sauver le droit, car il peut être autre que capitaliste !
Indépendamment de la façon dont Favereau pense la relation entre droit et capitalisme, sa théorie de l’entreprise est très stimulante et demande à être précisée sur certains points.
Favereau mobilise le concept de Régime d’intersubjectivité et de normativité (ReIN) qui est un principe d’ordre donnant sens et cohérence aux pratiques légales dominantes. Intersubjectivité car une règle ne relève ni de la pure subjectivité individuelle ni de l’objectivité matérielle. Normativité car une règle doit être suivie. Dans le monde des entreprises, le ReIN portant l’entreprise financiarisée se fonde sur deux conventions, la convention entreprise-propriété des actionnaires et la convention d’évaluation individuelle par les nombres. Ce ReIN équipe l’architecture des pouvoirs de valorisation qui peuvent évoluer dans le temps, plutôt favorable au salariat pendant le fordisme, plutôt défavorable dans le néo-libéralisme. Selon Olivier Favereau, la leçon de l’histoire du deuxième 20ème siècle est que « le contre-pouvoir salarial est fragile, s’il ne s’accompagne pas d’une démocratisation radicale de l’entreprise, c’est-à-dire pour parler concrètement d’une généralisation de la codétermination » (p. 137).
A mon avis cette théorie du ReIN et de l’entreprise pose deux questions :
– Qu’appelle-t-on codétermination ? La présence à part égale entre des représentants des salariés et des actionnaires dans les conseils d’administration ? Une conception plus exigeante de la démocratie irait plus loin et se baserait sur le principe mutualiste : une personne, une voix. Est-ce cela la codétermination ?
– Qu’est-ce qui justifie la présence au CA et l’existence même des actionnaires ? Si on considère que les travailleurs apportent leur force de travail et sont exploités, qu’apportent les capitalistes ? Quel est l’explication, la justification des dividendes dans ta théorie de l’exploitation ? Si la propriété c’est du vol comme il est suggéré, pourquoi en rester à la codétermination ?

Une piste pour répondre à ces questions serait de revenir à ce qui me semble être un rendez-vous manqué avec le plus conventionnaliste des marxistes – Bernard Friot. Sa conception de la sécurité sociale comme forme démocratique (et anticapitaliste) de la production n’est-elle pas compatible avec cette théorie de l’entreprise ? L’originalité de la sécurité sociale en 1945 est de se construire contre l’État et le capital afin de produire autrement de la valeur. Un autre point de convergence qui me parait évident entre Olivier Favereau et Bernard Friot porte sur le rôle des représentations. Pour Bernard Friot (reprenant Gramsci), une classe n’est dominante que si elle parvient à imposer son discours sur le réel. Est-ce que la force des capitalistes ce n’est pas d’abord d’avoir réussi à imposer l’idée que ce sont eux qui doivent décider de ce qui vaut car ce sont eux les maîtres de l’économie alors même qu’ils ne produisent rien ?”

 

L’Égalité au travail Justice et mobilisations contre les discriminations

Vincent-Arnaud Chappe (2019)

Paris, Presses des Mines, Collection Sciences sociales.

Depuis vingt ans, le droit de la non-discrimination a été largement étoffé. La qualification de «discrimination» est aujourd’hui utilisée pour dénoncer de nombreuses inégalités de traitement. Mais qu’en est-il de ses usages réels? Pourquoi et comment des individus décident-ils de dénoncer des discriminations devant les tribunaux? Quelles difficultés rencontrent-ils? Ce livre s’intéresse à l’appropriation de cette catégorie de discrimination dans les contentieux du travail. À partir d’une approche ethnographique auprès de plaignants et d’intermédiaires du droit (CGT et SOS Racisme), il retrace le parcours difficile des victimes devant les prud’hommes et les stratégies développées pour rendre ce droit plus efficace. Prenant appui sur les apports d’une sociologie pragmatique du droit, l’ouvrage montre comment les normes juridiques sont capables de rétablir ponctuellement la justice au travail.Faire du droit un véritable levier pour l’égalité dépendra de la capacité des organisations militantes à concilier la grammaire juridique avec le souci des victimes et un horizon transformateur des pratiques sociales.

“Les positions sociales relatives des individus sont indexées sur des conceptions plurielles et concurrentes de la justice, cadres de légitimation historiquement situés et bouleversés par les mutations actuelles du capitalisme, qui viennent justifier les hiérarchies entre «grands» et «petits» (Boltanski et Chiapello, 1999). Ces positions relatives sont décidées à travers des épreuves, définies comme des moments où se réévalue la grandeur des individus qui y sont engagés. Les épreuves du monde du travail concernent ainsi tous les évènements «de sélection, de promotion, d’appariement des personnes et des postes, de détermination des rémunérations, etc.» où se déterminent les qualités du salarié et possiblement son bien-être (p.400). La discrimination apparaît comme une déviance en transformant ce qui devrait être des «épreuves de justice» – fondées notamment sur la potentielle accessibilité de chacun à tous les statuts– en des «épreuves de force», où les grandeurs respectives des individus sont en partie fixées par l’inscription historique d’attributs dans des systèmes d’inégalités et de dominations (Boltanski, 2009).”

p. 14

Equality at work Justice and mobilization against discrimination

Over the past twenty years, the law of non-discrimination has been greatly strengthened. The term “discrimination” is now used to denounce many inequalities of treatment. But what about its real uses? Why and how do individuals decide to report discrimination in court? What difficulties do they encounter? This book focuses on the appropriation of this category of discrimination in labour disputes. Using an ethnographic approach with complainants and legal intermediaries (CGT and SOS Racisme), it retraces the difficult journey of victims before the labour courts and the strategies developed to make this law more effective. Building on the contributions of a pragmatic sociology of law, the book shows how legal norms can restore justice at work in a timely manner, and whether making law a real lever for equality will depend on the ability of activist organisations to reconcile legal grammar with victim concern and a transformative horizon of social practices.

Lien vers l’ouvrage

Convention de l’État et politique de concurrence européenne

Frédéric Marty (2019)

GREDEG Working Paper No. 2019-39

Une première version de ce texte a été présentée en septembre 2019 à l’Ecole Normale Supérieure de Paris-Saclay dans le cadre des journées organisées en l’honneur de Robert Salais.

Résumé. Présenté dans le cadre des Mondes de Production publié en 1993 par Robert Salais et Michael Storper, le concept de conventions de l’Etat peut être utilisé pour développer une réflexion sur la politique européenne, comme le fît Robert Salais en 2015 dans la Revue Française de Socio-Economie. Cette contribution analyse à travers ce prisme la dynamique historique de la construction et de la mise en œuvre des règles de concurrence européennes. Elle s’attache à l’influence de l’ordolibéralisme et la met en perspective avec l’approche par les effets. Elle conclut enfin sur les inflexions qu’il est possible d’observer dans la pratique décisionnelle européenne au travers de préoccupations reliées à l’équité ou encore à l’équilibre des relations contractuelles entre opérateurs sur le marché.
Mots-clés: Economie des conventions, politique de concurrence, ordolibéralisme, approche par les effets

“La politique européenne peut être saisie comme le montre Robert Salais (2015b) au travers d’une articulation entre convention de l’Etat extérieur et convention de l’Etat absent. Dans la première citée, qui correspond à l’économie publique classique, l’Etat est reconnu par tous comme apte à définir – seul – l’intérêt général. Si cette convention correspond à un modèle d’Etat dirigiste devant compenser, corriger, voire se substituer au marché, la convention de l’Etat absent correspond à l’inverse à un Etat agissant pour s’extraire de la coordination entre agents économiques pour rendre possible le marché. Celui-ci étant considéré comme seule voie pour maximiser l’efficacité, il s’agit de construire les conditions de fonctionnement et de veiller à l’élimination des imperfections qui pourraient l’altérer.”

p. 8

State Convention and European Competition Policy

Abstract. Developed as part of the Mondes de Production published in 1993 by Robert Salais and Michael Storper, the convention of the State conceptcan be mobilised to develop a reflection on European policy, as Robert Salais did in 2015 in the Revue Française de Socio-Economie. This contribution analyses through this prism the historical dynamics of the construction and implementation of E.U.competition laws. It focuses on the influence of ordoliberalism and puts it in perspective with the effects-based approach. Finally, it concludes with the inflections that can be observed in E.U. decision-making practice through concerns related to fairness or to contractual unbalances between trading-partners.
Keywords: Economics of conventions, competition policy, ordoliberalism, effects-based approach

“European policy can be captured as Robert Salais (2015b) shows through a link between the convention of the external state and the convention of the absent state. In the first quoted, which corresponds to the classical public economy, the State is recognized by all as capable of defining – alone – the general interest. If this convention corresponds to a model of a dirigiste state that must compensate, correct or even replace the market, the convention of the absent state corresponds, on the contrary, to a state acting to escape coordination between economic agents to make the market possible. As this is considered the only way to maximize efficiency, it is a matter of building operating conditions and ensuring that imperfections that could affect it are eliminated.”

p. 8 (English translation)

Lien de téléchargement / Download link

Inégalités justes et injustes : les salaires dans les SCOP

Nathalie Magne (2019)

Revue Française de Socio-Économie, n° 23(2), p. 141-160

En utilisant le cadre théorique de l’économie des conventions, on se propose de comprendre la priorité donnée à l’égalité salariale dans les SCOP (Sociétés coopératives et participatives) et d’explorer les conditions de justice de certaines inégalités. Une étude de terrain dans 39 SCOP de la région Rhône-Alpes nous permet d’analyser en détail le discours des salariés et dirigeants sur la justice des politiques de rémunération. Au-delà des principes communs inscrits dans les statuts coopératifs, nous mettons en évidence une forte hétérogénéité entre les SCOP.

“Le cadre de l’économie des grandeurs apparaît très adapté pour comprendre les politiques salariales des SCOP. On peut en effet faire l’hypothèse d’une présence renforcée de la critique ou du moins de la justification au sein des SCOP, en raison de l’exigence de transparence et d’explicitation des règles de la part des dirigeants. Se pose alors la question du statut de ces discours de justification. Doivent-ils être considérés comme de simples stratégies de légitimation utilisées par les dirigeants pour emporter l’adhésion des salariés à des fins d’efficience productive, ou utilisés par les salariés pour la défense de leurs intérêts matériels et symboliques ? Ou sont-ils à prendre au sérieux comme révélateurs des critères de justice qui orientent les actions des individus ? Suivant Boltanski et Thévenot [1991] et Boltanski et Chiapello [1999], nous proposons d’interroger leurs effets sur les pratiques, notamment lorsque les critères de justice considérés comme légitimes servent de base à la mise en place d’épreuves et sont utilisés par les acteurs comme référence pour des rappels à l’ordre.”

p. 144

Fair and unfair inequalities: Wages in worker cooperatives

Using the theoretical framework of the economics of convention, we attempt to understand the priority worker cooperatives give to wage equality and to explore the conditions necessary for inequality to be considered fair. A field study of 39 worker cooperatives in the Rhône-Alpes region enables us to analyze the employees’ and managers’ discourse on the fairness of wage policies. Beyond the shared legal cooperative principles, we identify significant discrepancies between worker cooperatives.

“The framework of the economics of worths seems very suitable for understanding the wage policies of SCOPs. We can indeed assume a reinforced presence of criticism or at least justification within the SCOPs, due to the requirement of transparency and clarification of the rules on the part of the managers. This raises the question of the status of these justification speeches. Should they be considered as simple legitimization strategies used by managers to gain employee support for productive efficiency, or used by employees to defend their material and symbolic interests? Or are they to be taken seriously as revealing of the criteria of justice that guide the actions of individuals? Following Boltanski and Thevenot [1991] and Boltanski and Chiapello [1999], we propose to question their effects on practices, particularly when justice criteria considered legitimate serve as a basis for the implementation of tests and are used by actors as a reference for calls to order.”

English translation of the excerpt p. 144

Lien vers la revue

Économie des conventions et transformations du capitalisme : une analyse des effets du pouvoir de valorisation

Christian Bessy (2019)

Revue française de socio-économie, n° 23, pp. 79-96

Résumé. Cet article revient sur les travaux de l’économie des conventions (EC) autour de la pluralité des conventions de qualité pour établir en quoi ils rendent compte des changements de l’organisation des activités productives en lien avec l’accroissement du pouvoir de valorisation des choses de certains acteurs économiques. Il montre ensuite comment l’ouvrage de Boltanski et Esquerre [2017], présentant une nouvelle économie de l’enrichissement, peut compléter l’EC dans sa compréhension des transformations du capitalisme, en s’intéressant plus particulièrement aux métamorphoses des espaces marchands qu’aux changements des mondes de production.
Mots clés : conventions, qualité, valeur, pouvoir, prix, profit, capitalisme

The economics of convention and transformations of capitalism: An analysis of the effects of valuation power

Abstract. This article examines works on the economics of convention that focus on the plurality of quality conventions to show how they tackle the organizational changes of productive activities in connection with the increased power of valorization of some economic agents. He then shows how the book by Boltanski and Esquerre (2017), presenting a new economy of enrichment, can contribute to the economics of  convention in its understanding of the transformations of capitalism, focusing more particularly on the metamorphoses of trading spaces rather than on the changes in the worlds of production.
Keywords: conventions, quality, value, power, price, profit, capitalism

Extrait : “La mise en évidence d’une pluralité de « conventions de qualité », articulant l’évaluation des produits sur les marchés et leur production, a permis à l’EC de rendre compte des changements des modes d’organisation des entreprises et des marchés au cours de la période contemporaine. Cette analyse des transformations du capitalisme s’appuie plus sur l’étude des tensions entre ces différentes conventions, chacune ayant un pouvoir de coordination et de réduction de l’incertitude, que sur la mise en évidence d’un monde de production dominant. Mais la montée des inégalités de toute sorte, à partir des années 1980, en particulier en France et plus largement en Europe, a amené l’EC à s’intéresser au pouvoir de valorisation de certains acteurs au sein des entreprises, des marchés et, plus généralement, de l’économie. En déplaçant la focale du pouvoir de coordination des conventions au pouvoir de valorisation d’acteurs dominants dans la définition et la diffusion de conventions d’évaluation, le programme de recherche de l’EC s’est orienté vers la mise en évidence d’architectures (capitalistes) de pouvoirs de valorisation, suivant différentes échelles, à la fois concurrents et complémentaires. Ce déplacement tient en partie au dialogue régulier de certains économistes de l’EC avec L. Boltanski. Son dernier ouvrage avec A. Esquerre donne de nouveau matière à réfléchir sur la façon dont l’EC traite la question du pouvoir [Thévenot, 2016] et de sa capacité à proposer une analyse plus systémique du capitalisme, en se détachant d’une économie morale.” (p. 94)

Lien vers la revue

Keine Exzellenz ohne Mittelklasse! Kritik an Quantifizierungsdynamiken in Bewertungsprozessen aus dem Innern der Wissenschaft

Barbara Hendriks, Martin Reinhart & Cornelia Schendzielorz (2019)

In: Nicole Burzan (Hrsg.): Komplexe Dynamiken globaler und lokaler Entwicklungen. Verhandlungen des 39. Kongresses der Deutschen Gesellschaft für Soziologie in Göttingen, 24.-28. September 2018.

Zusammenfassung. In Wissenschaft und Hochschule spielen Quantifizierungen, Vergleichs- und Kategorisierungsprozesse im Rahmen der Leistungsbewertung eine zentrale Rolle: Als Beispiele dafür können Hochschulrankings, Publikationszahlen und Journal-Impact Faktoren herangezogen werden. Im Zuge des Wettbewerbs um finanzielle Ressourcen, welcher diskursiv häufig mit dem Begriff des New Public Managements in Verbindung steht, geraten derartige Evaluationsmechanismen als Elemente numerokratischen Regierens, im Sinne von daten- und zahlenbasierten Entscheidungsmechanismen, ins Visier wissenschaftspolitischer Auseinandersetzungen. Vor diesem Hintergrund gehen wir der Frage nach, inwiefern sich in wissenschaftlichen Bewertungsverfahren im Rahmen von Publikationstätigkeit, Drittmittelakquise und Personalrekrutierung eine Dynamik entspinnt, in der qualitative Bewertungsprozesse durch quantitative überlagert und ersetzt werden. Ziel des Beitrags ist es, am Beispiel der Lebenswissenschaften, Effekte, Chancen und Grenzen der Quantifizierung auszuloten. Die These einer Quantifizierungsdynamik basiert auf der Analyse von Interviews mit an Schweizer Hochschulen arbeitenden Forscher/-innen, die im Rahmen einer qualitativen Fallstudie zur Forschungsförderung und -evaluation in den Lebenswissenschaften durchgeführt wurden. Auf dieser Basis konstatieren wir eine Quantifizierungsdynamik in Bewertungsprozessen innerhalb der Lebenswissenschaften, die ungeachtet ihrer Limitationen anhält und die Fragen nach deren Funktionalität aufwirft. Wir diskutieren, inwiefern Praktiken der Soziokalkulation als Teil der Quantifizierungsdynamik oder als Reaktion auf die Grenzen der Quantifizierung zu begreifen sind. Abschließend greifen wir auf das begriffliche Repertoire einer Soziologie der Kritik und diskutieren die Rechtfertigungsmuster, welche die Basis der Kritik der Akteure bilden. Im Ergebnis lässt sich an der Kritik der Befragten Forscher/-innen eine gesellschaftspolitische Ebene der Problematisierung von Quantifizierung aufzeigen.”

No Excellency without Middle Class! Criticism of quantification dynamics in evaluation processes from within the scientific community

Abstract. In academia and universities, quantification, comparison and categorisation processes play a central role in performance evaluation: university rankings, publication figures and journal impact factors can be used as examples. In the course of the competition for financial resources, which is often discursively associated with the term New Public Management, such evaluation mechanisms as elements of numerocratic governance, in the sense of data- and number-based decision-making mechanisms, are targeted in scientific policy debates. Against this background, we investigate to what extent a dynamic develops in scientific evaluation procedures in the context of publication activities, third-party fundraising and personnel recruitment, in which qualitative evaluation processes are superimposed and replaced by quantitative ones. The aim of this article is to explore the effects, opportunities and limits of quantification using the life sciences as an example. The hypothesis of a quantification dynamic is based on the analysis of interviews with researchers working at Swiss universities, which were carried out within the framework of a qualitative case study on research promotion and evaluation in the life sciences. On this basis, we observe a quantification dynamic in evaluation processes within the life sciences that continues regardless of its limitations and raises questions about its functionality. We discuss the extent to which sociocalculation practices can be understood as part of quantification dynamics or in response to the limits of quantification. Finally, we will draw on the conceptual repertoire of a sociology of critique and discuss the justification patterns that form the basis of the critique of the actors. As a result, the critique of the researchers surveyed can show a socio-political level of the problematization of quantification.


Auszug. “Die von den wissenschaftlichen Akteuren formulierte Kritik lässt sich mit Boltanski und Thévenot (2007), wie im Weiteren gezeigt werden soll, als eine Mobilisierung des Staatsbürgerlichen interpretie-ren. Den Autoren zufolge sind die Akteure grundsätzlich mit kritischen Kapazitäten ausgestattet, die es ihnen ermöglichen, in Situationen des Disputs spezifische Rechtfertigungsmuster aufzurufen, die so-dann als legitime Form von Kritik fungieren. In unserem Fall zeigt sich, dass die Akteure sich kritisch mit Quantifizierung auseinandersetzen, sie hinterfragen, sie aber zugleich in pragmatischer Wert-schätzung der Funktionalität quantifizierender Bewertungsmodi in einem variablen Maß praktizieren und damit gleichsam reproduzieren. Dieses ambivalente Verhältnis äußert sich auf praktischer Ebene zum einen in Formen der Soziokalkulation, welche unter anderem die Handlungsfähigkeit der Akteure im Alltag sicherstellt. Darüber hinaus mündet sie in Formen der konkreten Wissenschafts- und Gesell-schaftskritik, welche die Kluft zwischen Exzellenz und Mittelklasse offenbart.”

English translation. “With Boltanski and Thévenot (2007), the critique formulated by the academic actors can be interpreted, as will be shown below, as a mobilization of the civic. According to the authors, the actors are fundamentally equipped with critical capacities that enable them to invoke specific patterns of justification in situations of dispute, which thus function as legitimate forms of critique. In our case, it can be seen that the actors critically engage with quantification, question it, but at the same time practice it in a variable measure in pragmatic value estimation of the functionality of quantifying modes of evaluation and thus reproduce it as it were. On a practical level, this ambivalent relationship manifests itself in forms of socio-calculation that, among other things, ensure the actors’ ability to act in everyday life. Furthermore, it leads to forms of concrete criticism of science and society, which reveals the gap between excellence and the middle class.”

Download link

Beziehungsweisen. Elemente einer relationalen Soziologie

Robert Seyfert (2019)

Weilerswist: Velbrück. Open Access

Zusammenfassung. Die gegenwärtige Soziologie leidet unter einer Reihe bedeutender Einschränkungen: So fokussiert sie allein die Dimension des Handelns, Kommunizierens, Selektierens und Konstruierens, an der sie, noch dazu nur Menschen, teilhaben lässt. Diese aktivistischen Vorurteile und anthropologischen Egoismen gilt es zu überwinden. Die vorliegende Studie zeigt auf, dass die Existenzweisen und Weltverhältnisse von Subjekten, Systemen und Netzwerken nicht aus deren Aktivität hervorgehen, sondern aus sozialen Beziehungen – und diese können sowohl interaktiv als auch interpassiv sein. Das ermöglicht der hier entwickelten relationalen Soziologie außerdem, die Vielfalt der menschlichen und nicht-menschlichen Akteure und Passeure in den Blick zu nehmen. Zwei empirische Fallstudien illustrieren abschließend die theoretische und methodologische Leistungsfähigkeit des vorgeschlagenen Perspektivenwechsels. Die Beziehungen zwischen Menschen und Tieren in sogenannten indigenen Gesellschaften lassen sich damit ebenso verstehen lernen wie die immersiven Versenkungen von Hochfrequenzhändlern in ihre algorithmischen Systeme.

Abstract. Contemporary sociology suffers from a number of significant limitations: Thus it focuses solely on the dimension of action, communication, selection and construction in which it allows people to participate. These activist prejudices and anthropological egoisms must be overcome. The present study shows that the modes of existence and world relations of subjects, systems and networks do not emerge from their activity, but from social relationships – and these can be both interactive and interpassive. This also enables the relational sociology developed here to examine the diversity of human and non-human actors and masseurs. Finally, two empirical case studies illustrate the theoretical and methodological efficiency of the proposed change of perspective. The relations between humans and animals in so-called indigenous societies can thus be understood as well as the immersive immersion of high-frequency traders in their algorithmic systems.

Auszug. “Es ist wichtig, die Nicht-Nachahmung richtig zu verstehen. Sie ist z.B. nicht identisch mit konkurrierenden Erfindungen, etwas, das wiederum sehr »unmittelbar in den Dienst des Profitstrebens gestellt werden« könnte, wie es Luc Boltanski und Ève Chiapello in Der neue Geist des Kapitalismus formuliert haben. Dort haben sie gezeigt, wie die Idee der Humanisierung der Arbeit, die ursprünglich eine Kritik an der kapitalistischen Produktionsform war, als Konzept des New Management im kapitalistischen Markt wiederauftaucht und zu einer Form der Arbeit führt, die unter Umständen noch grausamer sein kann, als diejenige, die ihr vorausging (Boltanski/Chiapello 2015: 144f.). Die Vereinnahmung der Idee der Vermenschlichung der Arbeit geht deshalb so reibungslos vonstatten, weil sie genau das Gegenteil der tatsächlich entmenschlichten Arbeitsprozesse darstellt.” (p. 79)

English translation. “It’s important to understand the non-imitation correctly. It is, for example, not identical with competing inventions, something that could be “put directly at the service of the pursuit of profit,” as Luc Boltanski and Ève Chiapello formulated in The New Spirit of Capitalism. There they showed how the idea of humanizing labor, which was originally a critique of the capitalist form of production, reappeared as a concept of new management in the capitalist market and led to a form of labor that could possibly be even more cruel than the one that preceded it (Boltanski/Chiapello 2015: 144f.). The appropriation of the idea of the humanization of labor goes so smoothly because it is the exact opposite of the actually dehumanized labor processes.”

Link to the book

Download link

Das Imaginäre der Praxis. Einsatzstellen für eine kritische Praxistheorie am Beispiel von Gegenwartsdiagnosen

Thomas Alkemeyer & Nikolaus Buschmann (2019)

Österreichische Zeitschrift für Soziologie, 44, Supplement 2, pp. 117-138.

Zusammenfassung. Gegenwärtige Praxistheorie tendiert, so der Ausgangspunkt des Artikels, zu einem Ordnungsbias. Sie sieht letztlich keinen systematischen Ort für das Denken und Aufspüren von Momenten vor, die sich dem Gelingen von Praktiken entziehen oder widersetzen. Entsprechend thematisiert sie Probleme nahezu ausschließlich als interne Vollzugsprobleme, nicht aber als in Praktiken bearbeitete Bezugsprobleme. Mit Castoriadis’ Begriff des Imaginären als einer schöpferischen Kraft, die sich in einem Andersmachen entfalten kann, bringen wir demgegenüber ein Beobachtungskonzept in die Praxistheorien ein, das es der praxeologischen Analyse erlaubt, aufzuspüren und zur Sprache zu bringen, was eine gegebene Ordnung auf etwas hin überschreitet, das in ihr angelegt, aber (noch) nicht entfaltet ist. Exemplarisch wird der mit Castoriadis zu erringende wissenschaftliche Landgewinn an Gegenwartsdiagnosen angedeutet, einem historischen Typ der symbolischen Repräsentation von Gesellschaft, der Bezugsprobleme erzeugt, vor deren Sinnhorizont sich die symbolische Ordnung in der Moderne entwirft. Am empirischen Beispiel der gegenwartsdiagnostisch durch Umweltdiskurse informierten Praktiken eines Öko-Dorfes wird aufgewiesen, dass einem solchen Entwurf über Planungsrationalität hinaus stets auch ein Potential der Kritik innewohnt, das Alternativen zum Bestehenden eröffnet. Auf dieser theoretischen und empirischen Folie mündet der Artikel in eine (Selbst-)Kritik gegenwärtiger Praxistheorie und einen Ausblick auf Praxiskonzeptionen, die dem Ordnungsbias zu entgehen versprechen.

Schlüsselwörter: Ordnungsbias, Praxistheorie, Radikales Imaginäres, Negativität der Praxis, Bedingte Freiheit, Gegenwartsdiagnosen

The Imaginary of Practice
Using the Example of Diagnosis of the Present to Explore the Scopes of Critical Practice Theory

Abstract. According to the starting point of the article, the current theory of practice tends towards an ordering bias. Ultimately, it does not envisage a systematic place for thinking and tracking down moments that elude or oppose the success of practices. Accordingly, she thematizes problems almost exclusively as internal execution problems, but not as reference problems processed in practices. With Castoriadis’ concept of the imaginary as a creative force that can unfold in making things different, we introduce an observation concept into the theories of practice that allows praxeological analysis to track down and bring to light what transcends a given order in terms of something that is inherent in it but has not (yet) unfolded. The scientific land gain to be achieved with Castoriadis is suggested as an example of contemporary diagnoses, a historical type of symbolic representation of society that generates reference problems before whose horizon of meaning the symbolic order in modernity is designed. Using the empirical example of the current practices of an eco-village, which are informed by environmental discourses, it is shown that such a design always has, beyond planning rationality, a potential of critique that opens up alternatives to the existing. On this theoretical and empirical slide, the article leads into a (self-)critique of current practice theory and a view of practice conceptions that promise to escape the bias of order.

Key Words: Order Bias, Practice Theory, Radical Imaginary, Negativity of Practice, Conditional Freedom, Present Diagnoses


Auszug. “Für den Umgang mit Ungewissheit in alltäglichen Praktiken sowie für dessen makrostrukturelle Bedingungen und Auswirkungen interessieren sich schließlich insbesondere jene soziologischen Ansätze, die an die pragmatistische Einsicht in die grundlegende „Fragilität“ (Boltanski 2010, S. 87) jeder sozialen Ordnung anschließen. Wie an der pragmatistisch grundierten Soziologie der Konventionen (vgl. Boltanski und Thévenot 2007) besonders deutlich wird, richtet allerdings auch diese Strömung ihre Aufmerksamkeit zuvörderst auf die Verfahrensweisen, in denen Akteure die Bewältigung situativer Ungewissheit diskursiv und praktisch aushandeln (vgl. Bogusz 2013, S. 315). In den aufeinander verweisenden Modi pragmatischer und metapragmatischer Reflexion legen sie kontextbezogen immer auch Rechenschaft über ihr Tun ab, indem sie sich auf bestimmte Rechtfertigungsordnungen beziehen und dafür konkrete Belege anführen. Im situativen Zusammenspiel von Menschen und Dingen treten vielfältige praktische, kognitive und evaluative Akteurskapazitäten zutage: Die Akteure erscheinen nicht als bloße Rekruten von Praktiken, sondern als Handelnde, die gegebene Rechtfertigungsordnungen in einem Prüfungsverfahren reflektieren und damit zur „kollektiven Ratifizierung einer situativ hergestellten Handlungsorientierung beitragen“ (Bogusz 2013, S. 315). Ihre reflexiv-kritischen Kompetenzen sind somit ein konstitutives Moment sozialer Interaktion und Transformation – unabdingbar dafür, Situationen nicht entgleisen zu lassen, sondern sie „wieder in Ordnung zu bringen und sie auf diese Weise zu stabilisieren.“ (Boltanski und Thévenot 2007, S. 61). […] Mit diesem Verständnis korrespondiert eine eigene Konzeption von Subjekthaftigkeit: Mit einer besonderen Identität ausgestattete Handlungssubjekte sind in solcher Sicht weder die bloßen Effekte jener Praktiken, die sie „rekrutieren“ – wie tendenziell in einer praktikentheoretischen, holistischen Methodologie. Noch sind sie von Haus aus erfindungsreiche, zu Problemlösung und Improvisation fähige Akteure – wie in der Methodologie des Interaktionismus. Stattdessen sind sie Wesen, die als Subjekte in Erscheinung treten, indem und sofern sie unter den Bedingungen einer bereits instituierten gesellschaftlichen Ordnung etwas anders machen und dadurch eine konstitutiv bedingte Handlungsmacht und Freiheit realisieren. Mit Luc Boltanski und Laurent Thévenot (2011) lässt sich ein derartiges situatives Andersmachen als eine Erscheinungsform der „kritischen Kompetenzen“ der „gewöhnlichen“ Leute verstehen. Diese äußern sich nicht in einer rein theoretischen Kritik, sondern in einer praktischen Kritik; also nicht darin, sich der gesellschaftlichen Bedingungen der eigenen Existenz und des eigenen Tuns bewusst zu werden, sondern in einem Andersmachen, das sich auch gar nicht explizit als Kritik verstehen muss. Boltanski und Thévenot richten sich damit gegen eine Spielart kritischer Soziologie, die kritische Kompetenz vornehmlich, wenn nicht gar ausschließlich, bei intellektuellen Spezialisten für Kritik lokalisiert.”
p. 123/124, 132/133

English translation: “Finally, those sociological approaches that follow the pragmatic insight into the fundamental “fragility” (Boltanski 2010, p. 87) of every social order are of particular interest for dealing with uncertainty in everyday practices and its macrostructural conditions and effects. As is particularly clear from the pragmatically grounded sociology of conventions (cf. Boltanski and Thévenot 2007), however, this current also directs its attention first and foremost to the procedures in which actors discursively and practically negotiate the overcoming of situational uncertainty (cf. Bogusz 2013, p. 315). In the modes of pragmatic and metapragmatic reflection that refer to each other, they always give account of their actions in a context-related manner by referring to certain orders of justification and citing concrete evidence for them. In the situational interplay of people and things, various practical, cognitive and evaluative actor capacities emerge: The actors do not appear as mere recruits of practices, but as actors who reflect given orders of justification in an examination procedure and thus contribute to the “collective ratification of a situatively produced orientation for action” (cf. Bogusz 2013, p. 315). Their reflexive-critical competencies are thus a constitutive moment of social interaction and transformation – indispensable for not derailing situations, but “bringing them back into order and thus stabilizing them”. (Boltanski and Thévenot 2007, p. 61). […] This understanding corresponds with a conception of subjectivity of its own: subjects of action endowed with a special identity are in such a view neither the mere effects of those practices that they “recruit” – as tends to be the case in a practical-theoretical, holistic methodology. They are still inherently inventive actors capable of problem solving and improvisation – as in the methodology of interactionism. Instead, they are beings who appear as subjects by doing something different under the conditions of an already instituted social order, thereby realizing a constitutively conditioned power of action and freedom. With Luc Boltanski and Laurent Thévenot (2011), such a situational otherness can be understood as a manifestation of the “critical competences” of “ordinary” people. These manifest themselves not in a purely theoretical critique, but in a practical critique; in other words, not in becoming aware of the social conditions of one’s own existence and of one’s own actions, but in an otherness that does not have to be understood explicitly as critique. Boltanski and Thévenot are thus directed against a variant of critical sociology that locates critical competence primarily, if not exclusively, with intellectual specialists for critique.”

Link to the review

Normativität und Wertneutralität. Grundlegung zu einer Wissenschaftssoziologie der Soziologie

Natalie Mevissen (2019)

Bielefeld: Transkript. Open Access.

Zusammenfassung. Ein Teil der Soziologie will sich seit jeher von jeglicher Einmischung in die Praxis distanzieren, ein anderer Teil in die Gesellschaft hineinwirken. Im ersten Fall begreift die Soziologie sich als Wissenschaft, die von Außen auf die Gesellschaft schaut. Im zweiten Fall kann sie sich ihrer Zugehörigkeit zur Gesellschaft nicht entziehen. Was jedoch bedeuten diese vermeintlich widersprüchlichen Ziele für Soziologinnen und was sagt das über das Fach selbst aus? Natalie Mevissen untersucht das Verhältnis der Soziologie zur Gesellschaft mit Hilfe hermeneutischer Interviewanalysen und formuliert zugleich Bedingungen für eine theoretisch wie methodologisch fundierte Wissenschaftssoziologie der Soziologie. Sie plädiert für einen Perspektivwechsel: weg von einem Problemdiskurs hin zu einer Perspektive der Wahlverwandtschaft der Soziologie mit der Gesellschaft.

Summary. One part of sociology has always wanted to distance itself from any interference in practice, another part wants to influence society. In the first case, sociology sees itself as a science that looks at society from the outside. In the second case, it cannot escape its belonging to society. But what do these supposedly contradictory goals mean for sociologists and what does it say about the subject itself? Natalie Mevissen examines the relationship between sociology and society with the help of hermeneutic interview analyses and at the same time formulates conditions for a sociology of science based on both theory and methodology. She argues for a change of perspective: away from a problem discourse towards a perspective of the elective affinity of sociology with society.

Auszug. “In Anschluss oder gerade im Gegensatz [zu Bourdieu] versucht Boltanski (2010), die genaue Gegenposition zu Bourdieu aufzubauen. Es geht ihm weniger um die wissenschaftliche Objektivierung, also weniger darum, eine „rationalere“ Perspektive der Akteure zu konstruieren. Vielmehr konstatiert er, dass die Soziologie immer eine Außenposition bezieht, wobei er zwischen komplexen und einfachen Außenpositionen unterscheidet. Komplexe Außenpositionen wären etwa Standpunkte der kritischen Theorie – sie strebt eine kritische Position zu einem sozialen Gefüge an, dessen unmittelbarer Teil sie ist. Boltanski prägt dafür den Begriff der „metakritischen Position“ (Boltanski, 2010, S. 20) und versteht unter „Aufklärung“ in diesem Zusammenhang den Anspruch der kritischen Theorie, reflexives Wissen über die Gesellschaft herzustellen. Einfache Außenpositionen verknüpft er hingegen stärker mit einer instrumentellen Expertise, die die Gesellschaft beschreibt und deshalb sozial verwurzelte und kontextabhängige Formen der Kritik hervorbringt. Diese Position kann mit dem Begriff der Sozialtechnologie umschrieben werden. Boltanski plädiert dafür, über eine komplexe Innenperspektive nachzudenken, da es der Soziologie unmöglich ist, gänzlich eine Außenperspektive einzunehmen.” (p. 83)

English translation. “In connection with or contrary [to Bourdieu], Boltanski (2010) tries to build the exact opposite position to Bourdieu. He is less interested in scientific objectification than in constructing a more “rational” perspective of the actors. Rather, he states that sociology always takes an external position, distinguishing between complex and simple external positions. Complex external positions would be, for example, positions of critical theory – it strives for a critical position on a social structure of which it is an immediate part. Boltanski coined the term “metacritical position” (Boltanski, 2010, p. 20) and understands “enlightenment” in this context as the claim of critical theory to produce reflexive knowledge about society. In contrast, he links simple external positions more strongly with an instrumental expertise that describes society and therefore produces socially rooted and context-dependent forms of critique. This position can be described by the term social technology. Boltanski argues in favour of thinking about a complex internal perspective, since sociology is unable to adopt an external perspective altogether.”

Link to the book

Download link