Valeur(s), exploitation et économie des conventions

Olivier Favereau (2018)

Cahiers d’économie Politique / Papers in Political Economy, n°75, pp. 119-145

Résumé. Le programme conventionnaliste entend déplacer les conventions du langage théorique en économie vers une réimbrication des dimensions « coordination » et « reproduction », tout en autorisant une interpénétration des deux autres dimensions « valeurs » et « rationalité ». Cela a conduit Boltanski et Chiapello (1999) à considérer l’exploitation et la justification comme l’inverse l’une de l’autre. Un lien direct avec Marx devient possible. Marx fait toutefois apparaître l’exploitation non dans l’espace des prix mais dans un espace des valeurs, objectivement mesurables (en heures de travail abstrait), alors que l’économie des conventions opère avec un espace des valeurs, au sens commun, normatif, du terme, mobilisant des entités intersubjectives (telle la justice). Le grand projet marxien d’intelligibilité du capitalisme à partir de la mise à nu de l’injustice capital/travail n’est pas prisonnier de la théorie de la valeur-travail. La distinction conventionnaliste de l’entreprise et de la société, dissimulée dans le « Régime d’Intersubjectivité et de Normativité » néolibéral, permet de faire apparaître dans le nouvel espace des valeurs, un usage indu du droit de propriété par les actionnaires de la société, qui s’approprient, au-delà des revenus de facteurs, le revenu proprement collectif de l’organisation qu’est l’entreprise. Cette forme d’exploitation, objectivement mesurable, entrevue par Proudhon dès 1840, ne peut être remise en cause sans la généralisation de la codétermination, dans le gouvernement des entreprises.

Value(s), exploitation and the economics of convention

Abstract. The conventionalist program aims at displacing the conventions of the theoretical language of economics towards overlapping the dimensions « coordination » and « reproduction », while allowing interpenetration of the two other dimensions « value » and « rationality ». That has led Boltanski and Chiapello (1999) to define exploitation and justification as the opposite of one another. A direct link with Marx becomes possible. Still there is the problem that Marx finds exploitation not in the space of prices but in a space of values, objectively measurable (in abstract labour hours), whereas the economics of convention works with a space of values, in the common-sense (normative) meaning of the word, using intersubjective entities (such as justice). The grand Marxian project of making sense of capitalism by revealing the unjust relationship between labour and capital, may not be stuck to the labour-value theory. The conventionalist distinction between company and firm, obscured by the neo-liberal Regime of Intersubjectivity and Normativity, makes it possible to show the unjustified recourse to ownership by share-holders who claim to get the full collective income of the firm as an organization (after payment of the factor-incomes). That form of exploitation, objectively measurable, guessed by Proudhon as soon as 1848, cannot be questioned as long as corporate governance is not converted into codetermination (Board Level Employee Representation).

Lien vers la revue (Cairn.info)/ Link to the review


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.