Faire entrer l’environnement dans l’économie. Temps, incertitudes et irréversibilités

Géraldine Froger & Gaël Plumecocq (2018)

Revue Française de Socio-Économie, 2018/2 (n° 21), p. 39 à 58

Résumé. Intégrer l’environnement dans la science économique passe par une prise en compte d’un temps de la décision, de l’action, et de la politique, incertain et irréversible. Les outils, méthodes et théories de l’économie standard ne parviennent à intégrer l’environnement qu’au prix d’une neutralisation de ces effets du temps. La socio-économie écologique a un rapport au temps et à ses effets différents, ce qui donne un nouvel éclairage sur les problèmes de gestion de l’environnement. Même si cela soulève certains problèmes analytiques et épistémologiques, nous défendons l’explicitation de sa prise en compte en socio-économie écologique.

Integrating the environment into economics. Time, uncertainties, and irreversibilities

Abstract. Integrating the environment into economics requires a conception of uncertain and irreversible time (regarding actions, decisions, and policies). The tools, methods, and theories developed in mainstream economics integrate the environment only by neutralizing both of these time-related effects. Social-ecological economics is more concerned with providing a more realistic vision of environmental problems, accounting for uncertainties and irreversibility. Even if the underlying conception of time leads to analytical and epistemological problems, we advocate clarifications on how time is dealt with in social-ecological economics.

Extrait. “C’est également parce que le passé fait émerger des dispositifs institutionnels et fournit une base à la prise de décision individuelle ou collective qu’il permet dans une certaine mesure de gérer les incertitudes. Pour Keynes [1936], en effet, l’existence d’une convention sociale très puissante permet d’harmoniser les anticipations des agents quant à l’état futur de l’économie. Cette convention consiste à penser que l’état du monde passé a toutes les chances de se reproduire, à moins que des informations nouvelles donnent de bonnes et décisives raisons aux acteurs de penser le contraire. Les moments de bifurcation amorçant des transitions renvoient soit à des processus d’hybridation institutionnelle (les nouveaux outils viennent se superposer aux anciennes politiques et aux dispositifs préexistants), soit à des « retournements » de conventions aboutissant à une remise en cause plus radicale des règles et des normes du passé. Le cas malgache illustre une logique d’hybridation dans laquelle les trajectoires sociales et environnementales bifurquent relativement peu (par exemple, les nouvelles règles et pratiques forestières ont eu assez peu d’incidence sur la déforestation). Des formes plus prononcées de retournement de conventions marquent des périodes d’ouverture des futurs au cours desquelles l’indétermination ouvre la voie aux incertitudes : le passé ne constitue plus une base informationnelle suffisamment crédible pour assurer la prise de décision. Ces moments sont souvent déclenchés ou causés par la survenue d’événements très improbables, mais ayant des conséquences extrêmes contribuant à accélérer les changements, éventuellement jusqu’à marquer des ruptures historiques [Taleb, 2007]. Dans ces moments, les comportements des acteurs confrontés à ce genre de phénomènes ne se conforment pas à ce que prescrit la théorie de la décision standard, notamment parce qu’ils ne parviennent pas à gérer ces incertitudes radicales. Le contexte d’action se trouve réordonné (l’univers de la décision est stabilisé) par deux éléments qui s’autorenforcent : une sélection des règles et des dispositifs institutionnels permettant de faire tenir des situations de manière stable ; l’émergence de nouvelles normes sociales et conventions propres à rétablir la confiance dans la capacité des décideurs publics à restaurer l’ordre social, et par là dans l’avenir.”

(Froger & Plumecocq, 2018, p. 28)

Lien vers la revue sur Cairn.info / Link to the review


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.