Compter sans connaitre – la construction des statistiques pénitentiaires françaises

Anaïs Henneguelle (2018)

Cahiers internationaux de sociologie de la gestion, n°19, p. 11-28

Résumé : Cet article s’intéresse à la production ordinaire du chiffre dans le milieu carcéral. L’administration pénitentiaire publie régulièrement des statistiques concernant les personnes incarcérées. Comment ces données sont-elles construites quotidiennement au sein des établissements ? Pour répondre à cette question, l’article s’appuie sur des observations ethnographiques menées dans deux établissements de la région parisienne. L’article montre qu’il existe une différence importante entre les informations juridiques, au coeur de la gestion des prisons et donc très surveillées, et les informations sociodémographiques, laissées de côté au cours du processus de codage. En s’intéressant plus précisément à ces dernières, essentielles pour la connaissance de la population pénale, il montre que l’organisation des services de greffe contribue à la marginalisation de ces données. Il étudie également le logiciel de gestion et son utilisation par les agents afin de mettre en évidence qu’une même information peut être codée très différemment selon le dispositif de collecte utilisé.

Mots clefs : statistiques, prison, greffes pénitentiaires, production ordinaire du chiffre, codage, logiciel de gestion

Lien vers Les Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion – La revue du RT30

Télécharger l’article

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.