Quantifier la GRH, un enfermement dans le déterminisme technique? L’exemple de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes

Quantifying HRM: locked into technical determinism? The example of gender equality in the workplace

Clotilde Coron (2024)

Quebec: Presses de l’Université Laval

Sur le livre. L’usage des chiffres et des données en gestion des ressources humaines (GRH) a fait l’objet d’une littérature abondante. Dans le même temps, l’usage de méthodes quantitatives est devenu prégnant dans la recherche en GRH. Or, ces deux domaines sont dominés par un paradigme positiviste et par le mythe d’une quantification objectivante obéissant avant tout à des règles techniques. Cet ouvrage remet en cause ce mythe et montre, en s’appuyant sur le cas de la quantification de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, que les processus de quantification sont le fruit de bricolages et d’arrangements sociaux et non pas uniquement techniques. Finalement, l’ouvrage appelle à une approche moins normative des usages de la quantification, à la fois dans les pratiques et dans la recherche en GRH.

Introduction: “Le croisement des deux objets que sont la quantification et la gestion des ressources humaines (GRH) ne va sans doute pas de soi. La notion de quantification renvoie aux travaux issus de la sociologie de la quantification, autour notamment de Desrosières et d’Espeland (Desrosières, 1993; Espeland et Stevens, 2008). Plus précisément, cette notion correspond aufait d’«exprimer et faire exister sous une forme numérique ce qui, auparavant, était exprimé par des mots et non par des nombres» (Desrosières,2019, p. 35). Cette définition large recouvre d’autres notions ou concepts plus précis: mesure, données, statistiques, méthodes quantitatives, etc. Ainsi, la notion de quantification a le mérite de recouvrir l’ensemble du processus permettant la mobilisation de chiffres, depuis la définition des phénomènes à quantifier jusqu’à la production et l’utilisation des résultats, en passant par la sélection des données (Desrosières, 2008a). Elle peut donc qualifier à la fois un dispositif de reporting (Christin, 2018), le chiffrage du temps nécessaire pour effectuer une tâche (Ranganathan et Benson, 2020), mais aussi l’usage de méthodes quantitatives et statistiques (Chiapello et Walter, 2016). Elle sera donc privilégiée dans ce livre.” (p. 1)

About the book. The use of figures and data in human resource management (HRM) has been the subject of an abundant literature. At the same time, the use of quantitative methods has become prevalent in HRM research. Yet both fields are dominated by a positivist paradigm and by the myth of objectivizing quantification that obeys, above all, technical rules. This book challenges this myth and shows, based on the case of quantifying gender equality in the workplace, that quantification processes are the fruit of social tinkering and arrangements, not just technical ones. Finally, the book calls for a less prescriptive approach to the uses of quantification, both in practice and in HRM research.

Introduction: “The intersection of quantification and human resource management (HRM) is probably not self-evident. The notion of quantification refers to the work of the sociologists of quantification, notably Desrosières and Espeland (Desrosières, 1993; Espeland and Stevens, 2008). More precisely, this notion corresponds to the fact of “expressing and making exist in a numerical form what, previously, was ex-pressed by words and not by numbers” (Desrosières,2019, p. 35). This broad definition covers other more precise notions or concepts: measurement, data, statistics, quantitative methods, etc. Thus, the notion of quantification has the merit of covering the entire process of mobilizing numbers, from the definition of the phenomena to be quantified to the production and use of the results, via the selection of data (Desrosières, 2008a). It can therefore qualify both a reporting system (Christin, 2018), the quantification of the time needed to perform a task (Ranganathan and Benson, 2020), but also the use of quantitative and statistical methods (Chiapello and Walter, 2016). It will therefore be privileged in this book.” (p. 1)

Lien / Link



Citer ce billet
GdL (2024, 7 mai). Quantifier la GRH, un enfermement dans le déterminisme technique? L’exemple de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes. Économie des conventions. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nbt