Les journées d’étude du Clersé : « Enjeux socio-écologiques des mutations du capitalisme contemporain »

Anaïs Henneguelle (LiRIS, Université de Rennes 2)

English version (with other photos)

Les 7 et 8 juin 2018 se sont tenues au Clersé (Université de Lille) deux journées d’étude autour des « Enjeux socio-écologiques des mutations du capitalisme contemporain » et des apports de l’économie des conventions à ce sujet. Ces journées, importantes puisque rassemblant de nombreux chercheur.se.s français.e.s se revendiquant d’une approche conventionnaliste, étaient organisées par Guillemette de Larquier (Clersé, Université de Lille), Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille), Richard Sobel (Clersé, Université de Lille), Philippe Batifoulier (CEPN, Paris 13), Nicolas Da Silva (CEPN, Paris 13) et Ariane Ghirardello (CEPN, Paris 13).

La salle des conférences de la Faculté de Sciences économiques et sociales

Le programme, très riche, a vu se succéder une vingtaine de participant.e.s exposant leurs recherches en cours ou dressant un état des lieux des travaux existants dans cette perspective. En particulier, on notera la présence de nombreux.ses doctorant.e.s ou jeunes docteur.e.s, ce qui semble indiquer que la relève est d’ores et déjà assurée. Sans revenir en détails sur chaque présentation, il est possible de revenir sur les principaux points communs ou divergences entre les approches, méthodologiques ou théoriques, des intervenant.e.s.

L’ouverture des journées par Guillemette de Larquier et Richard Sobel

Ainsi, la première difficulté rencontrée pour qui souhaite utiliser les outils de l’économie des conventions consiste d’abord à définir le terme « convention » lui-même et l’usage qu’il.elle en fait dans ses travaux.

Dans la première communication portant sur les acteurs.trices de l’aide à domicile, Sylvain Vatan (Triangle, Université Lumière Lyon-2) a insisté sur la convention non pas au sens d’un accord ou d’un compromis intentionnel mais au sens d’une représentation commune reposant sur une « logique de précédent », permettant de rendre opérationnelle la règle en vigueur imposée par un rapport de forces. Dans son cas, la tarification selon la nature des tâches dans l’aide à domicile, qui revient à quantifier des qualités selon l’expression souvent utilisée, donnerait lieu à une nouvelle convention de valorisation du travail. Ici, la convention permet avant tout la coordination des acteurs.trices. Cette perspective se retrouve dans le travail d’Anaïs Henneguelle (IDHES ENS-Paris-Saclay) sur le jugement pénal. Elle montre en effet que les décisions des juges de l’application des peines sont fondées sur différentes conventions de jugement, partagées par les magistrat.e.s et homogénéisant les décisions. Elle trace un parallèle avec les procédures de recrutement, qui correspondent également à des épreuves d’évaluation durant lesquelles il s’agit de se mettre d’accord sur la productivité à venir des salarié.e.s tandis que les juges cherchent, eux.elles, à établir la qualité d’un dossier en fonction de sa probabilité estimée de récidive et de réinsertion.

Sylvain Vatan, Daniel Urrutiaguer, Philippe Semenowicz, Nathalie Magne, Delphine Remillon, Richard Sobel
et Guillemette de Larquier

Dans une optique différente, Nathalie Magne (Université de Montpellier 3) s’est intéressée aux conventions en ce qu’elles renvoient à des principes de justice ou de légitimité. Revenant sur le passage des « entreprises classiques » aux coopératives, elle a présenté les différents types de légitimité mis en avant par les salarié.e.s justifiant leurs choix de gouvernance en reprenant la typologie de Suchman : légitimité normative ou morale, légitimité pragmatique, légitimité cognitive. Dans chaque cas, il existe des épreuves de légitimité distinctes. Leslie Carnoye (Ethics, FUPL) reprend cette approche des conventions en s’intéressant à la critique écologiste du capitalisme. Elle part de l’absence de grandeur verte (et donc de cité verte) dans le modèle de la justification de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, pour montrer qu’il existe une pluralité de critiques écologistes allant de la croissance verte (critique endogénéisée par le capitalisme) à la décroissance (critique radicale) en passant par le développement durable (forme intermédiaire). Philippe Semenowicz (Université Paris-Est Créteil), dans son travail sur l’insertion par l’activité économique, se rattache également à cette définition des conventions comme principe de justice.

Victor Duchesne et Anaïs Henneguelle

Enfin, le travail de Nicolas Da Silva et de Victor Duchesne (CEPN, Paris 13) a mis l’accent sur l’histoire de la Sécurité sociale en utilisant une définition des conventions fondée sur des principes de justification mais sans recourir au modèle des cités. Ils distinguent ainsi trois « conventions de sécurité sociale », une convention anticapitaliste, une convention solidariste et une convention libérale. Ici, ils parlent de conventions au sens d’argumentaires arbitraires, vagues, qui n’ont pas force de loi et dont l’origine est floue (reprenant ainsi certains critères édictés par Christian Bessy et Olivier Favereau en 20031). Cette perspective permet de montrer que la formation des arguments par les différent.e.s acteurs.trices est conflictuelle et résultent d’un processus de négociation parfois violent entre  conceptions divergentes de l’institution de la Sécurité sociale.

Durant les discussions, certain.e.s ont pu demander s’il fallait nécessairement passer par la notion de « cités » pour se définir comme conventionnaliste. Le modèle des cités présente néanmoins l’intérêt de révéler les idéologies à l’œuvre derrière les institutions ainsi que de rappeler les conflits normatifs profonds qui traversent le monde social. La question de la transformation de ces dispositifs de justification en conventions au sens plus large s’est également posée. La convention comme support cognitif ou comme principe supérieur de justice ne doit pas faire oublier le « grand récit » structurant le capitalisme contemporain ; pour retrouver celui-ci, une piste pourrait être de reprendre le concept de « dispositif » mis en avant par Michel Foucault. Par ailleurs, il a été rappelé l’importance de ne pas occulter les rapports de force de l’analyse.

Rouslan Koumakhov, Richard Sobel, Guillemette de Larquier, Rainer Diaz-Bone, Gaël Plumecocq, Olivier Favereau et Philippe Batifoulier

Sur ce point de la montée en généralité, la communication de Christian Bessy (IDHES ENS-Paris-Saclay) s’est avérée précieuse. Pour expliquer les transformations du capitalisme, l’économie des conventions est passée d’une économie de la qualité ou des mondes de production à une réflexion sur la valeur et le pouvoir de valorisation de certains acteurs économiques. De ce point de vue, l’ouvrage Enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre (2017) peut amener les économistes des conventions à approfondir les formes de mise en valeur des choses en mettant plus l’accent sur les nouvelles sources de profit et d’accumulation du capital que sur des jugements moraux renvoyant à différentes façons de fonder le bien commun.

A l’instar de celle de Christian Bessy, les différentes présentations ont souvent souligné la pluralité des valeurs, des rationalités et des formes de valorisation (ou des conventions de qualité) caractérisant les différentes facettes du capitalisme contemporain.

En ce qui concerne d’abord le secteur de l’économie sociale et solidaire, Philippe Semenowicz a souligné les objectifs apparemment contradictoires poursuivis par les Structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) : viabilité financière, accomplissement de la production, mais également accompagnement vers le retour à l’emploi de populations marginalisées du marché du travail. Reprenant le concept de « convention constitutive d’entreprise » mise en avant par François Eymard-Duvernay, il montre alors que les SIAE reposent sur une convention constitutive civique, en faisant preuve d’un certain « volontarisme social ». La difficulté réside dans son articulation avec les principes marchand et industriel auxquels les SIAE sont également confrontées, qu’un compromis « civique-connexionniste » permet d’atténuer. Daniel Urrutiaguer (Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2) montre lui aussi qu’il existe une pluralité de logiques d’action et d’évaluation, cette fois-ci dans les mondes du théâtre. On peut ainsi pointer l’évaluation artistique, connexionniste, civique ou encore marchande. La logique marchande entre souvent en hybridation avec une logique plus artistique ou civique, selon des mécanismes de solidarité financière qui prennent des formes différentes dans le monde du théâtre privé et dans celui du théâtre public.

Leslie Carnoye, Gaël Plumecocq et Christian Bessy

Gaël Plumecocq (INRA, AGIR), dans son travail sur la théorie de la valeur de l’environnement, montre qu’il existe une pluralité de valeurs de l’environnement et non une seule telle que les économistes l’envisagent généralement sous la forme d’un prix2. Ici, la valeur est envisagée comme fondamentalement sociale (inséparable des processus d’évaluation) ; en particulier, l’évaluation a plusieurs effets politiques comme l’effacement de la nature au profit d’une « compensation financière » dans le cas où l’évaluation est monétaire. Camille Chaserant (CES, Université Paris 1) et Sophie Harnay (BETA, Université de Lorraine), dans leur présentation sur la déréglementation de la profession d’avocat, reviennent non pas sur la pluralité des valeurs mais sur la pluralité des conventions de qualité permettant de coordonner des activités de ces auxiliaires de justice. Elles s’appuient sur la théorie du cadrage de Lindenberg (1993) pour étudier les effets de l’ouverture à la concurrence des professions juridiques en Europe. Il apparaît alors que les régulations propres à chaque cabinet d’avocats conduisent à différents effets : on trouve par exemple un segment des cabinets « haute couture » où la logique prédominante est celle de l’innovation et où le renforcement de la logique marchande pourrait conduire à une hausse des prix comme effet de signal de la qualité. La diversité des conventions de qualité caractérisant les cabinets d’avocats a également été soulignée par Franck Bessis (Triangle, Université Lumière Lyon-2).

Nicolas Postel, Victor Duchesne et Anaïs Henneguelle

Durant les discussions, on a pu souligner notamment que l’économie des conventions s’avérait très heuristique pour comprendre les inégalités générées par le système économique contemporain et qui peuvent affecter certaines communautés partageant des expériences de dommage (ce qui rejoint la question des rapports de force mentionnée précédemment). Par exemple, certaines communautés affectées par des dégradations environnementales réussissent à faire la preuve d’impacts cumulatifs de polluants, en s’appuyant sur leurs savoirs locaux, et ainsi à faire respecter leurs droits individuels devant les tribunaux3.

Richard Sobel, Guillemette de Larquier, Christian Bessy, Rainer Diaz-Bone, Gaël Plumecocq, Arnaud Le Marchand, Franck Bessis et Philippe Batifoulier

Au premier plan : Arnaud Le Marchand et Franck Bessis

Ces deux journées d’étude ont aussi été l’occasion de poser des questions méthodologiques quant à l’économie des conventions, à un niveau à la fois concret mais également au niveau de l’organisation du champ économique lui-même. En ce qui concerne la mise en pratique de l’économie des conventions, la présentation de Franck Bessis s’est attardée sur la « théorisation ancrée » (Glaser et Strauss, 1967) pour traiter des entretiens qualitatifs. Il s’agit en effet d’éviter le travers de « plaquer » le modèle des cités sur tous les sujets (ce qu’il qualifie de « conventionnalisme routinier »), tout comme celui d’avoir une lecture partiale de nos données de terrain, fondée sur la confirmation d’idées que nous avions déjà. Concrètement, cette théorie permet de lire plus systématiquement le matériau en le codant d’abord sous la forme d’étiquettes, puis de propriétés et enfin de catégories. Il s’agit alors de produire une montée en abstraction à partir des entretiens initiaux en se fondant sur des recoupements conceptuels. C’est une démarche similaire qui a permis de dégager les axes de la typologie des cabinets d’avocats et d’expliciter des liens entre conventions de qualité, représentation des dynamiques de marché et formes de réflexivité.

Sophie Harnay et Franck Bessis

La table-tonde « Autour du Dictionnaire des conventions », réunissant Olivier Favereau (Université Paris Nanterre) et Rainer Diaz-Bone (Université de Lucerne), a quant à elle été concentrée sur la diffusion de l’économie des conventions. Ainsi, le manque de manuels en la matière a été souligné, malgré le livre de Rainer Diaz-Bone en allemand. Celui-ci marque le début d’une nouvelle série d’ouvrages, intitulée « Sociologie des conventions ». En français, le Dictionnaire des conventions est incontournable en la matière. Olivier Favereau a aussi dressé un panorama du paradigme conventionnaliste, en montrant comment ce dictionnaire vient prolonger deux essais de synthèse antérieurs (la première suite à l’article de la Revue économique de 1989 ; la seconde suite au livre collectif dirigé par François Eymard-Duvernay, L’économie des conventions. Méthodes et résultats de 2006).

Rainer Diaz-Bone, Philippe Batifoulier et Olivier Favereau

Les discussions ont permis de soulever l’idée de séminaires communs sur l’économie des conventions ou de notre participation à des revues de langue anglaise avec des dossiers sur la « French theory ».

Ces interrogations concernant l’avenir et la légitimité de l’économie des conventions dans le monde académique sont revenues à de nombreuses reprises lors des discussions. En particulier, il a souvent été question du rapport entre conventionnalistes et régulationnistes. Christian Bessy a par exemple pu insister lors de sa présentation sur l’approche spécifique de l’économie des conventions, qui raisonne à partir de la pluralité des conventions d’évaluation, contrairement à l’économie de la régulation.

Plus largement, la deuxième table ronde intitulée « Quel avenir pour l’école des conventions ? » (il y a eu un débat sur la notion même « d’école » qui est loin de faire consensus) a été l’occasion de faire le point sur cette question. Elle a réuni Thomas Lamarche (Ladyss, Université Paris 7), André Orléan (CNRS) et Nicolas Postel (Clersé, Université de Lille) pour clôturer ces deux journées d’étude.

Thomas Lamarche, André Orléan et Nicolas Postel

Thomas Lamarche a insisté sur l’importance de ne pas s’en tenir à la dimension macroéconomique, pour étudier également le niveau mésoéconomique et la façon dont celui-ci s’autonomise ou non. Il a aussi évoqué la possibilité d’étudier la « futurité », au sens de la projection dans l’avenir des acteurs.trices, qui peut notamment se traduire par des conventions, mais aussi des représentations, voire des confrontations (par exemple, qu’est-ce que recouvrira le terme « excellent » dans les universités d’excellence et qui le définira ?). Nicolas Postel de son côté a rappelé que l’avenir de l’économie des conventions n’était pas dans le mot « conventions », qui pose davantage de problèmes qu’il n’en résout. Il s’agit plutôt de parvenir à lier les problématiques de valeurs, de coordination, de reproduction et de rationalité pour comprendre les accords collectifs. En particulier, il nous faut désormais comprendre comment le capitalisme peut continuer et se réguler dans un contexte postérieur à celui de l’Etat nation. Pour clôturer ces journées, André Orléan a rappelé que l’économie des conventions s’intéressait à la question de la formation de collectifs hors du cadre de l’individualisme méthodologique. Suivant le philosophe John Searle, l’intentionnalité collective n’est pas réductible aux intentionnalités individuelles, ce qui confère une dimension conventionnelle aux faits institutionnels, au sens général d’un accord collectif. En cela, ce projet est au croisement de nombreuses disciplines (économie, philosophie, sociologie, anthropologie).

 

Soulignons enfin que ces journées d’étude ont également été l’occasion de nombreux moments de convivialité, formels ou informels, ce qui, à n’en pas douter, est essentiel à l’éclosion de nouvelles recherches futures.

A l’estaminet rue de Gand le jeudi soir, avec Philippe Batifoulier, Richard Sobel, Rouslan Koumakhov, Arnaud Le Marchand, Sophie Harnay, Christian Bessy, Sylvain Vatan et Victor Duchesne

A l’estaminet rue de Gand le jeudi soir, avec Rainer Diaz-Bone, Guillemette de Larquier, Olivier Favereau, Franck Bessis et Delphine Remillon

Thomas Lamarche, Olivier Favereau, Richard Sobel et Guillemette de Larquier

Philippe Batifoulier et Sophie Harnay


  1. Bessy Christian et Favereau Olivier, « Institutions et économie des conventions », Cahiers d’économie politique 2003/1, N°44, pp. 119-164 []
  2. Pour l’anecdote, rappelons que la valeur de l’environnement a été évaluée en 1997 à 33 000 milliards de dollars par an, ce qui représente 1,8 fois le PIB mondial. En 2011, une nouvelle évaluation a estimé la valeur du système écosystémique à 130 000 milliards de dollars par an (ces chiffres sont disponibles ici). []
  3. Sur la question du développement de la « justice environnementale » aux Etats-Unis, voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Editions PETRA, 2017. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.