Économie des conventions au service de la science sociale générale ?

Olivier Favereau (2018)

Chap.IV in : Alain CAILLÉ, Philippe CHANIAL, Stéphane DUFOIX et Frédéric VANDENBERGUE (dir.), Des Sciences sociales à la science sociale : fondements utilitaristes, Bibliothèque du Mauss, Colloque de Cerisy, Editions Le Bord de l’Eau, Lormont, pp.83-93

Extrait : « Alain Caillé s’est fait l’avocat infatigable de la nécessité d’une science sociale générale qui serait une science généraliste de la société, au-delà des différences légitimes entre les différentes sciences sociales spécialisées. Il en a tiré des conclusions sévères sur l’état actuel de la sociologie, qui se serait résignée à n’être plus qu’une science spécialisée, renonçant à l’ambition initiale de la sociologie classique. En tant qu’économiste, si je ne suis pas en mesure de me prononcer directement sur cette thèse, je puis en revanche le faire indirectement (et partiellement) à travers trois de ses spécifications. L’une est une supposition, la suivante une interrogation, et la troisième une constatation :

  • « Posons donc que dans chacune des disciplines qui forment les sciences humaines et/ou sociales il existe deux versants : un versant spécialisé, fermé sur lui-même, et un versant généraliste, ouvert au dialogisme interdisciplinaire » Cela introduit la question du (ou des) mécanisme(s) de production d’un « commun » entre les différentes Sciences Humaines et/ou Sociales (2015, chap.1, § 1).
  • « Comment et sur quelles bases définir en science (et en philosophie) sociale un paradigme alternatif à celui de l’homo economicus, qui est à la racine de la science économique et qui concourt à l’omni-marchandisation du monde en la légitimant à l’avance ? ». On connait la réponse d’Alain Caillé : le point de départ est l’anti-utilitarisme, mais vu comme une doctrine positive, dont le noyau le plus fondamental serait l’essai sur le don de Marcel Mauss (ibid., § 2).
  • « (…) La grande ligne de partage (…) au sein de la science sociale générale sépare l’économie politique d’une part et la sociologie (et l’anthropologie et la philosophie et l’Histoire etc.) de l’autre. » La 1ère privilégie la valeur relative des biens, la seconde celle des groupes ou des personnes (ibid., § 3). »

L’ouvrage : Au moment où la querelle fait rage entre les sociologues en France, comme il y a un an entre les économistes, il est urgent de rappeler que le mot « sociologie » a longtemps servi à désigner la science sociale en général (économie et philosophie politiques incluses, aussi bien que l’anthropologie, l’histoire ou la géographie) et qu’elle est une chose trop importante pour la confier aux seuls sociologues. Elle est l’affaire de tous les social scientists. À côté des sciences sociales spécialisées, c’est une science sociale généraliste, seule à même de penser le monde dans toute sa complexité, qu’il nous faut maintenant faire advenir et instituer. Une science sociale qu’il est urgent, également, de fonder une bonne fois sur des bases non-utilitaristes et dans une ouverture résolue à toutes les sociologies et à toutes les sciences sociales  du monde entier, et pas seulement à celles qui viennent de l’occident. Replacées dans ce cadre plus général, la plupart des querelles de chapelles se résolvent d’elles-mêmes. Pour le plus grand bien d’un désir partagé de connaître. Qu’un tel objectif soit accessible, c‘est ce dont témoignent la variété et la qualité des auteurs ici réunis, anthropologues, économistes, géographes, historiens, philosophes ou sociologues.

Avec des contributions de : Jeffrey Alexander, Romain Bertrand, Robert Boyer, Sergio Costà, François Dubet, Olivier Favereau, Francesco Fistetti, Christian Grataloup, François Hartog,  Nathalie Heinich, Marcel Hénaff, Philippe d’Iribarne, Thomas Lindemann,  Danilo Martuccelli, André Orléan,  Elena Pulcini, Ann Rawls, Marshall Sahlins, Ilana Silber, Lucien Scubla,  Michel Wieviorka.

Lien vers l’éditeur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.