Se libérer de la domination des chiffres

Free yourself from the domination of numbers

Valérie Charolles (2022)

Paris: Fayard

Sur le livre. Valérie Charolles nous plonge au cœur de la fabrique des indicateurs qui jalonnent notre quotidien. L’illusion tenace selon laquelle on peut rendre compte exactement de tout sous forme de chiffres ne résiste pas à l’examen. Le problème n’est pas de mettre de côté les chiffres, mais de se libérer de leur domination.
Nous vivons dans un monde de chiffres : il en va du PIB, ou encore des scrutins en démocratie, et même de l’appréciation de nos émotions. Les chiffres sont devenus notre grille privilégiée de lecture du monde mais aussi de prise de décision. La pandémie de Covid l’a illustré avec une puissance inédite. Face à ce langage dominant, nous sommes pour la plupart en situation d’illettrés. Les occasions de malentendus et de raisonnements trompeurs s’en trouvent démultipliées. Ce livre veut y remédier.
Valérie Charolles montre comment nous sommes passés du problème « des mots et des choses » à celui « des faits et des chiffres ». L’illusion tenace selon laquelle on peut rendre compte exactement de tout sous forme de chiffres ne résiste pas à l’examen. Tous reposent sur des conventions : il faut définir ce qu’on l’on compte, choisir une méthode et la manière de rassembler les informations.
Cet examen critique de nos instruments de mesure contient des clés pour s’extraire d’une emprise injustifiée et combiner calcul et liberté : le problème n’est pas de mettre de côté les chiffres, mais de se libérer de leur domination.

Extrait: “Un changement de paradigme dans la discipline jeune qu’est l’économie au regard de la physique ne serait donc pas irrationnel. Il pourrait au contraire marquer un approfondissement de ses sujets et modes d’investigation, sur la base de présupposés moins lourds quant au comportement desdits sujets et d’une théorisation plus fine du réel. Une telle vision permettrait de rassembler de nombreux courants de recherche, regroupant tant travaux expérimentaux que théories et reposant sur une détermination plus fine des acteurs économiques, de leur comportement, de leurs relations et de l’environnement dans lequel ils agissent. Elle résonne en particulier avec le courant de l’économie des conventions et les travaux d’Olivier Favereau et de Robert Salais, qui, dans un tout récent ouvrage collectif, montrent comment « la donnée n’est pas une donnée » autour de l’exemple du chômage. Comme toutes les autres sciences, l’économie mérite d’être interrogée sur ses postulats, méthodologies et manières de découper le réel, afin que théories et modèles rendent le mieux compte possible des observations et du champ étudié.”
(p 202)

About the book. Valérie Charolles plunges us into the heart of the factory of indicators that mark out our daily lives. The tenacious illusion that everything can be accurately reflected in numbers does not stand up to scrutiny. The problem is not to put aside the figures, but to free ourselves from their domination.
We live in a world of numbers: it’s the same for the GDP, or for elections in a de-democracy, and even for the appreciation of our emotions. Numbers have become our privileged grid for reading the world but also for making decisions. The Covid pandemic has illustrated this with unprecedented power. Faced with this dominant language, most of us are illiterate. The opportunities for misunderstanding and misleading reasoning are multiplied. This book aims to remedy this.
Valérie Charolles shows how we have moved from the problem of “words and things” to that of “facts and figures”. The persistent illusion that everything can be accurately reflected in numbers does not stand up to scrutiny. All are based on conventions: we must define what we count, choose a method and the way we gather information.
This critical examination of our measuring instruments contains keys to extricate ourselves from an unjustified hold and combine calculation and freedom: the problem is not to put aside numbers, but to free ourselves from their domination.

Extract: “A paradigm shift in the young discipline of economics with respect to physics would not be irrational. On the contrary, it could mark a deepening of its subjects and modes of investigation, on the basis of less heavy presuppositions about the behavior of the said subjects and of a more refined theorization of reality. Such a vision would make it possible to bring together numerous research currents, including both experimental work and theories, and based on a more detailed determination of economic actors, their behavior, their relationships and the environment in which they act. It resonates in particular with the economics of convention and the work of Olivier Favereau and Robert Salais, who, in a recent collective work, show how “data is not data” in the case of unemployment. Like all the other sciences, economics deserves to be questioned about its postulates, methodologies and ways of slicing up reality, so that theories and models give the best possible account of observations and the field studied.” (p. 202)

Lien / Link