L’entreprise, « sujet » politique – soit, mais lequel ?

Olivier Favereau (2021)

Revue de l’organisation responsable, 16(3), pp. 33-40

Résumé. Les entreprises sont un « sujet [1] » de préoccupation politique, mais les théories dominantes, en économie (avec la primauté actionnariale) et en management (avec la théorie des parties prenantes) refusent de les reconnaître comme « sujet [2] » (agent) politique. Elles partagent la même erreur qui est de ne pas saisir la différence entre la société (la personne juridique) et l’organisation économique de l’entreprise. Or deux puissants facteurs sont aujourd’hui à l’œuvre en faveur de la position « sujet [2] » politique, dans la mesure où elles ont pour effet de combler cette différence : l’un (la codétermination) en intégrant des administrateurs salariés, l’autre en élevant les objectifs des dirigeants au-delà des intérêts des actionnaires. La récente loi PACTE en France, en dépit d’innovations suggestives, pâtit d’avoir cru en la possibilité d’élargissement des missions de la firme, sans toucher au rapport de pouvoir entre capital et travail dans la gouvernance.

Abstract. Business firms interact with the political sphere as a source of questions and problems (“subject1”) but both mainstream economics (shareholder value) or mainstream management (“stakeholder view”) deny they are political entities (“subject2”): their common mistake is to forget the gap between the legal person (corporation) and the economic organization (the firm itself). Yet two powerful factors are nowadays moving the minds towards the “subject2” position, in so far as they are gradually closing the gap: one (codetermination) through board level employee representatives, the other (CSR) through changing the objectives of CEO beyond shareholder interests. The recent corporate law in France, despite insightful innovations, fails to acknowledge the fact that enlarging the missions of the firm requires a new balance between labour and capital within corporate governance.

Lien / Link