Évaluer l’économie sociale et solidaire. Socioéconomie des conventions d’évaluation de l’ESS et du marché de l’évaluation de l’impact social

Evaluating the social and solidarity economy. Socioeconomics of SSE evaluation conventions and the social impact assessment market

Marion Studer (2021)
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03526491/

Soutenance de thèse le 11 Octobre 2021 à 14:00
Université de Lille, SH2, Salle des conférences.

Jury :

  • Francesca Petrella, Professeure des Universités, Aix-Marseille Université, rapportrice
  • Michel Renault, Maître de conférences, Université de Rennes 1, rapporteur
  • Corine Eyraud, Maîtresse de conférences, Aix-Marseille Université
  • Nathalie Raulet-Croset, Professeure des Universités, IAE de Paris, Université de Paris 1
  • Richard Sobel, Professeur des Universités, Université de Lille
  • Florence Jany-Catrice, Professeure des Universités, Université de Lille

Résumé. L’évaluation de l’impact social s’impose dans l’économie sociale et solidaire (ESS) depuis le début des années 2010. Dans ce contexte se multiplient les publications et initiatives ayant pour objet de fournir des guides et méthodes « clé en main » d’évaluation de l’impact social. Dans ces guides, la technicité des méthodes d’évaluation écarte les débats sur l’origine de la notion et sur le contexte sociopolitique expliquant la place prééminente qu’elle prend depuis les années 2010. L’évaluation d’impact social y devient une pratique réifiée sans laquelle une organisation ne peut se reconnaître d’utilité sociale et plus largement ne peut se proclamer de l’ESS. La présente thèse opère un pas de côté en posant le principe selon lequel l’évaluation d’impact social ne va pas de soi et s’inscrit dans un contexte sociopolitique et un ensemble d’institutions et de représentations de l’évaluation. Plus précisément, cette thèse s’affilie au cadre de l’économie des conventions. À partir d’une approche abductive combinant une revue de la littérature pluridisciplinaire et la réalisation de deux études de cas, l’une auprès d’acteurs a priori externes à l’ESS (cabinets de conseil à l’évaluation, centres de recherche  d’école  de  commerce,  agences  d’ingénierie) et l’autre au sein d’un projet  regroupant des  têtes  de  réseaux  et  fédérations  représentatives  de  l’ESS, cette thèse identifie deux conventions d’évaluation idéales typiques. Nommées « convention managériale » et « convention délibérative », ces conventions trouvent leur origine dans les transformations socioéconomiques à l’œuvre dans l’ESS depuis les années 1980. Leurs différentes articulations donnent naissance à une multitude de montages composites. Ces montages correspondent à autant de déclinaisons possibles de l’évaluation au sein du marché de l’évaluation d’impact social. Porté par un écosystème d’acteurs externes et représentatifs de l’ESS, la thèse identifie au sein de ce marché un ensemble d’institutions, de réseaux sociaux, de dispositifs matériels ou encore de significations culturelles permettant aussi bien de diffuser les offres et demandes d’évaluation, de favoriser le développement de partenariats au sein du marché, d’authentifier et de qualifier les prestations d’évaluation, que de participer à la création d’une culture de l’évaluation. En cela, la thèse donne à voir différents équipements qui appuient la structuration du marché tout en catalysant son expansion au sein de l’ESS.”

Abstract. Social impact assessment has been a key issue in the social and solidarity economy (SSE) since the early 2010s. In this context, publications and initiatives aimed at providing “turnkey” guides and methods for social impact assessment are multiplying. In these guides, the technical nature of the evaluation methods sidelines the debates on the origin of the concept and on the socio-political context, which explains the prominent place it has taken since the 2010s. Social impact assessment has become a reified practice without which an organization cannot recognize its social utility and, more broadly, cannot claim to be part of the SSE. This thesis takes a step aside by positing that social impact assessment is not self-evident and is embedded in a socio-political context and a set of institutions and representations of assessment. More specifically, this thesis is affiliated with the economics of conventions framework. Based on an abductive approach combining a review of the multidisciplinary literature and the realization of two case studies, one with actors a priori external to the SSE (evaluation consulting firms, business school research centers, engineering agencies) and the other within a project bringing together network heads and federations representing the SSE, this thesis identifies two typical ideal evaluation conventions. Named “managerial convention” and “deliberative convention”, these conventions originate in the socio-economic transformations at work in the SSE since the 1980s. Their different articulations give rise to a multitude of composite arrangements. These arrangements correspond to as many possible variations of evaluation within the social impact evaluation market. Supported by an ecosystem of external actors representative of the SSE, the thesis identifies within this market a set of institutions, social networks, material devices and cultural meanings that make it possible to disseminate evaluation offers and requests, to promote the development of partnerships within the market, to authenticate and qualify evaluation services, and to participate in the creation of an evaluation culture. In this respect, the thesis shows different facilities that support the structuring of the market while catalyzing its expansion within the SSE.

https://clerse.univ-lille.fr/detail-event/soutenance-de-these-de-marion-studer/