Archives par étiquette : Favereau

Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18)

Dans le n°18 de la RFSE, trois articles de chercheurs en économie des conventions :

Favereau, Olivier (2017): Hommage à François Eymard-Duvernay. Révolutionnaire discret. In: Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18), p. 5-12.

Abecassis, Philippe /Batifoulier, Philippe /Coutinet, Nathalie/ Domin,  Jean-Paul  (2017): La généralisation de l’assurance maladie complémentaire. Comment faire rimer inefficacité avec inégalité. In: Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18), p. 13-22

Bessy, Christian (2017): La fin de l’économie. In: Revue Française de Socio-Économie, 2017/1 (n° 18), p. 195-205.

Lien vers la revue

Une approche conventionnaliste du marché du travail fondée sur le recrutement des entreprises, par Guillemette de Larquier

HDR soutenue le 12 décembre 2016 sous la direction de Nadine Levratto

Ce mémoire propose de renouveler la compréhension du fonctionnement du marché du travail, en le faisant reposer sur les logiques de recrutement des entreprises. Par ailleurs, le choix est fait d’adopter une lecture « conventionnaliste » d’une hypothèse « conventionnelle » en économie du travail : les appariements entre travailleurs et entreprises sont risqués et se révèlent hétérogènes, l’Économie des conventions soulevant alors le problème de la définition de la qualité de ces appariements. Le mémoire comprend deux parties de deux chapitres. La première partie – le pouvoir de valorisation de l’entreprise – est consacrée à l’opération, interne aux entreprises, d’attribution d’une valeur aux personnes, c’est-à-dire à l’évaluation des candidats qu’elles sélectionnent ou des salariés en place qu’elles rémunèrent. L’évaluation lors du recrutement est analysée dans le chapitre 2, alors que le chapitre 1 présente la cohérence des conventions d’évaluation présentes dans une entreprise qui coordonne « ses » trois marchés : marchés des produits, des capitaux et du travail. La deuxième partie – les investissements de forme de la fonction d’appariement –met en avant les activités de mise en relation qui se réalisent sur le marché du travail. Les intermédiaires et les canaux qui « mettent en forme » le marché (en définissant ses règles, ses frontières et le format de l’information) sont présentés dans le chapitre 3. Le chapitre 4 propose enfin une typologie de dynamiques d’appariement en partant du recours des entreprises aux canaux qu’elles mobilisent pour s’adresser à leur marché externe, ce qui implique l’appui sur certains investissements de forme plutôt que d’autres.

Accéder au document

Jury :
Olivier Favereau, Professeur émérite, Université Paris Nanterre
Jérôme Gautié, Professeur, Université de Paris 1, rapporteur
Florence Jany-Catrice, Professeur, Université de Lille 1, rapporteur
François Legendre, Professeur, Université Paris-Est-Créteil, président
Nadine Levratto, Directeur de recherche, CNRS, Université Paris Nanterre, référente

A conventionalist approach of the labour market based on firms’ recruitment

This thesis proposes to renew the understanding of the functioning of the labour market, with the hypothesis that this functionning relies on the logic of firms’ recruitment. Moreover, the choice was made to adopt a « conventionalist » approach of a « conventional » hypothesis in labour economics: the matches between workers and firms are risky and heterogeneous, and the French school of Economics of conventions raises the issue of the definition of the quality of these matches. The thesis has two parts, each one with two chapters. The first part – the power of valuation of firms – is dedicated to the operation, internal to firms, assigning a value to people, that is to say the assessment of applicants they select and of employees they pay. The assessment during recruitment and selection is discussed in Chapter 2, while Chapter 1 presents the consistency of the conventions of valuation present in a firm which is coordinating « its » three markets: product, capital and labour markets. The second part – the “investments in forms” of the matching function – emphasizes the matchmaking activities that take place in the labour market. Intermediaries and channels that « shape » the market (by setting its rules, boundaries and format of information) are presented in Chapter 3. Finally, Chapter 4 proposes a typology of matching dynamics based on the channels that the firms use to address their external market, which implies the support on specific “investments in form” rather than on others.

 

Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action « industrial merchant ». The latter follow a logic of action « professional » based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.

La diversité des structures de rationalité en microéconomie, par Aude Lambert

Thèse soutenue le 16 novembre 2016 sous la direction de Pierre Livet

La microéconomie conventionnelle présente le concept de rationalité de manière univoque et étroite comme maximisation de l’utilité espérée. On sait les critiques qui ont été adressées à ce concept tant du point de vue de l’économie comportementale que de celui de la sociologie. Notre objectif est de proposer une lecture de certaines de ces critiques afin de montrer que, pour l’essentiel, elles mettent en évidence la diversité des modes de rationalité. Le problème est, dès lors, de savoir si le constat de cette diversité conduit nécessairement à la récusation du modèle standard. Cette thèse s’inscrit dans la double perspective de la théorie du choix rationnel et de la théorie des jeux. À partir des critiques de l’économie comportementale, nous soutenons que le principe de maximisation constitue un mode de raisonnement local et évaluable au regard du contexte d’action. Mais une telle régionalisation implique une profonde révision de la théorie des jeux standard. La récusation de l’équilibre général, fondé sur le présupposé de la maximisation de l’utilité espérée, comme modèle univoque appelle un nouveau type de formalisation. En ce sens, nous montrons que la modélisation multi-agents permet de penser, de manière contrefactuelle, des interactions entre agents économiques rationnels et situés. Cette méthode nous autorise ainsi à élaborer des scénarios rationalisants qui dessinent des mondes possibles sans trancher entre ces mondes.

Jury :
Gilles Campagnolo, Directeur de recherche CNRS, Aix-Marseille Université, GREQAM
Olivier Favereau, Professeur émérite à l’Université Paris X – Nanterre, EconomiX (rapporteur)Pierre Livet, Professeur émérite à Aix-Marseille Université, CEPERC
Emmanuel Picavet, Professeur à l’Université Paris I -Panthéon Sorbonne, NoSoPhi (rapporteur)
Franck Varenne, Maître de conférences à l’Université de Rouen, GEMASS

The diversity of rational patterns in microeconomics

Standard microeconomics displays the concept of rationality as the maximisation of expected utility i.e. in a narrow and unequivocal sense. The criticisms against this concept made by behavioural economics or sociology are well known. I aim at providing an analysis of some of them in order to emphasise the fact that they mainly highlight the diversity of reasoning modes. But the issue is to know whether the diversity of reasoning modes necessarily leads to reject the standard model. My intention falls into two fields : the theory of Rational Choice and the Game Theory. From the point of view of behavioural economics, I assume that the maximisation is nothing more than a local reasoning mode that can be assessed in relation to the context of action. But this assumption implies correcting the standard Game Theory as well. The fact that the general equilibrium, based on the maximisation of expected utility, cannot be used anymore as an unique model calls a new kind of formalisation. So, I point out that agent-based modelling allows us to conceive, in a counterfactual way, interactions between rational economic agents in their context. Therefore, in this respect, rational patterns of actions and interactions design possible worlds without having to choose between them.

Dictionnaire des conventions

Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier, Delphine Remillon (eds.) (2016)

Presses Universitaires du Septentrion, Collection  : Capitalismes – éthique – institutions

Comment penser l’économie autrement ? Depuis trente ans, des chercheurs de différentes disciplines participent au développement d’une économie des conventions qui construit une nouvelle représentation de l’économie. Les 75 auteurs réunis dans cet ouvrage fournissent un éclairage exceptionnel sur cette approche à partir des travaux de l’un de ses principaux artisans, Olivier Favereau. Plus que tout autre économiste, il a œuvré tout au long de sa carrière aux échanges interdisciplinaires pour renouveler notre compréhension des phénomènes économiques. Les différentes entrées de ce dictionnaire non standard discutent, utilisent ou prolongent ces travaux.
Le lecteur dispose ainsi d’une introduction sans équivalent aux débats contemporains sur l’évolution des savoirs économiques : les nouvelles représentations de l’entreprise, du travail, de la finance et plus généralement des comportements économiques et de leur dimension politique.

29 janvier 2016 : Un dictionnaire non standard autour d’un homme non-ordinaire

Hommage à Olivier Favereau

Olivier Favereau est l’un des fondateurs d’une école de pensée l’Économie des conventions qui s’est développée à Paris Ouest et son principal animateur. Figure intellectuelle majeure en sciences économiques mais aussi dans les autres disciplines notamment en sciences de gestion et en sociologie, il a animé plusieurs réseaux de recherche et est membre de nombreuses institutions académiques. Professeur émérite membre d’EconomiX, il a créé à Paris Ouest, l’école doctorale EOS, le M2 recherche Économie des institutions et dirigé le laboratoire FORUM.

Il est de ces universitaires auquel la communauté souhaite rendre hommage. Cet hommage a été organisé le vendredi 29 janvier 2016 sans que le principal intéressé n’en ait été informé. Il a fait suite à une séance exceptionnelle du séminaire Conventions pendant laquelle Olivier Favereau a présenté des « Repère(s) pour l’Économie des conventions » dans une salle des conférences comble. 150 personnes étaient présentes pour écouter les allocutions de Bernadette Madeuf (EconomiX, ancienne Présidente de l’Université Paris Ouest Nanterre), Christophe Benavent (Directeur de l’école doctorale EOS) et André Orléan (Président de l’Association Française d’Économie Politique) et pour assister à la remise à Olivier Favereau du Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau, (sous la direction de Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier et Delphine Remillon,), publié par les éditions Septentrion avec le soutien financier d’EconomiX, de l’UFR Segmi, du CEPN (CNRS UMR 7234 – Université Paris 13) et de Triangle (CNRS UMR 5206 – ENS Lyon).

Les différentes entrées de ce dictionnaire fournissent un panorama sans équivalent de l’économie politique portée par le courant de l’Économie des conventions à laquelle Olivier Favereau a œuvré durant toute sa carrière. 75 auteurs réunis pour l’occasion discutent, utilisent ou prolongent plusieurs dimensions de sa pensée offrant ainsi une clé d’entrée originale dans les principaux débats qui animent aujourd’hui les sciences économiques et sociales.

Né en 1945, Olivier Favereau, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, réussit le concours du Sénat et entre en septembre 1970 à la commission des affaires sociales. Poussé par l’envie de faire de la recherche et d’enseigner, il n’y restera toutefois que 9 mois ayant l’opportunité d’être recruté à Nanterre comme collaborateur technique. Tout en assurant des TD à Paris 1, il commence alors sa thèse sans se douter que celle-ci ne se terminera que douze ans plus tard. C’était sans doute le temps qu’il fallait pour concevoir une approche alternative. Rattrapant ce retard, il réussit brillamment, dès l’année suivante (1983), le concours d’agrégation d’économie. Après avoir passé quatre années au Mans, il est nommé à l’Université Paris X Nanterre en 1988 et se consacre à l’édition d’un numéro spécial de la Revue économique (1989), créant ainsi, avec d’autres chercheurs, l’Économie des conventions.

Au fond, qu’est-ce que l’Économie des conventions ? Bien plus que l’approche économique d’un objet, les conventions, pour Olivier Favereau, l’Économie des conventions désigne d’une « méthode générale d’approche des coordinations organisationnelles » ou encore un « programme de recherche en sciences sociales ». Elle s’inspire de John M. Keynes mais aussi de Herbert Simon, David Lewis et de Peter Doeringer et Michael Piore. Les comparaisons/confrontations avec d’autres programmes auxquelles Olivier Favereau s’est livré à maintes reprises ont certainement contribué à donner à l’Économie des conventions l’image d’une théorie (non standard), d’un courant ou d’une école de pensée, au même titre que l’école de la régulation par exemple. Toutefois, l’Économie des conventions n’a jamais eu vocation à remplacer la théorie néoclassique aux yeux d’Olivier Favereau : l’objectif n’était « pas tant d’offrir une théorie meilleure que de réouvrir le langage de la théorie économique » (2004, p. 143) pour renouer avec cette « figure caché du keynésianisme : une pensée de l’économie à partir de l’entreprise » plutôt qu’une pensée de l’économie à partir du marché. Un signe de la réussite du projet serait que l’on ne soit pas obligé de se réclamer explicitement de l’Économie des conventions pour développer cette pensée alternative, à l’image des travaux menés autour de l’entreprise depuis 2009 par un collectif de chercheurs d’horizons divers dans le cadre du collège des Bernardins.

En tant qu’enseignant, Olivier Favereau s’est beaucoup investi dans la création (en 1991) et la direction du diplôme d’études approfondie (DEA) « Économie des institutions » qui deviendra le point focal de l’enseignement de la pensée institutionnaliste dans toute sa diversité (Économie des conventions, théorie de la régulation, socio-économie, etc.). Il donnera envie à beaucoup de ces étudiants de poursuivre en thèse, puis de se lancer dans une carrière académique. L’insertion académique des étudiants de ce DEA est d’ailleurs l’une des grandes préoccupations d’Olivier Favereau et l’une de ses grandes fiertés. Au dernier décompte, ce DEA a en effet « produit » pas moins de 21 maîtres de conférences, 5 professeurs d’université, 8 chargés de recherche, et de nombreux chercheurs dans d’autres institutions académiques et administratives, nationales et internationales. Nombre des contributeurs au Dictionnaire des conventions sont d’ailleurs issus de cette formation.

Liste des 75 auteurs : Tristan Auvray, Philippe Batifoulier, Charlotte Bellon, Irène Berthonnet, Arnaud Berthoud, Franck Bessis, Christian Bessy, Luc Boltanski, Robert Boyer, Jean Cartelier, Aurore Chaigneau, Camille Chaserant, Ève Chiapello, Nicolas Da Silva, Thomas Dallery, Jean De Munck, Hervé Defalvard, David Dequech, Rainer Diaz-Bone, Jean-Paul Domin, Jean-Pierre Dupuy, Arnaud Esquerre, François Eymard-Duvernay, Judith Favereau, Marie Favereau, Peggy Favereau, Bernard Friot, Maryse Gadreau, Bernard Gazier, Ariane Ghirardello, Sophie Harnay, Armand Hatchuel, Philippe Hugon, Christophe Jamin, Florence Jany-Catrice, Rouslan Koumakhov, Thomas Lamarche, Guillemette de Larquier, Christian Laval, Emmanuel Lazega, Jean-Marc Le Gall, Arnaud Le Marchand, Jean-François Lejeune, Nadine Levratto, Helena Lopes, Antoine Lyon-Caen, Bénédicte Martin, Fabian Muniesa, Kenkichi Nagao, André Orléan, Michael J. Piore, Gaël Plumecocq, Nicolas Postel, Christophe Ramaux, Gilles Raveaud, Antoine Rebérioux, Delphine Remillon, Géraldine Rieucau, Sandra Rigot, Jean-Philippe Robé, Baudoin Roger, Tatiana Sachs, Laurence Scialom, Blanche Segrestin, Tiana Smadja-Rakotondramanitra, Richard Sobel, Yamina Tadjeddine, Junya Tatemi, Olivier Thévenon, Laurent Thévenot, Fabrice Tricou, Daniel Urrutiaguer, François Vatin, Stéphane Vernac et Hélène Zajdela.