Archives par étiquette : économie sociale

Collaborer pour insérer ? Les partenariats sociaux dans l’insertion par l’activité économique

 Philippe Semenowicz​ (2017)

Cet ouvrage analyse le fonctionnement de trois structures d’insertion par l’activité économique : un groupe d’insertion de statut associatif, une entreprise de travail temporaire d’insertion et un groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification. Il se dégage trois « conventions d’insertion », qui sont autant de compromis. L’insertion apparaît au final comme une notion ouverte à plusieurs acceptions. Leur portée dépend de la capacité des entreprises sociales à établir des compromis exigeants avec les entreprises classiques.

Philippe Semenowicz est enseignant à l’université Paris-Est Créteil et chercheur associé au laboratoire ERUDITE.

 

Introduction et table des matières disponibles en ligne

Accounting Values, Controversies, and Compromises in Tests of Worth

Marcia Annisette, Gillian Vesty & Thierry Amslem (2017)

In Charlotte Cloutier, Jean-Pascal Gond & Bernard Leca (ed.), Justification, Evaluation and Critique in the Study of Organizations (Research in the Sociology of Organizations, Volume 52) Emerald Publishing Limited, pp.209 – 239.

Abstract. This article will consider the various ways in which accounting can be conceptualized within Boltanski and Thévenot’s economies of worth theoretic. Drawing on two case illustrations, a not-for-profit welfare agency and a government-owned water utility, we follow the unfolding of disputes and the variety of outcomes in which accounting is implicated. We illustrate the role of accounting in justificatory actions and the ways in which it “holds things together” in compromise arrangements. We also illustrate the situations which challenge the “test” of worth and the innovative accounting responses that either facilitate coordination and agreement or become controversial and be the object of organizational and institutional dispute.

Link

 

Les mutuelles de santé dans l’extension de la couverture maladie au Sénégal. Une lecture par les conventions et l’économie sociale et solidaire, par Juliette Alenda

Thèse soutenue le 17 mai 2017 sous la direction de Bruno Boidin

Cette thèse aborde la question du potentiel des mutuelles comme base de la protection de la santé en Afrique. Le contexte est celui des régimes actuels de couverture maladie en Afrique de l’Ouest et centrale, hérités de modèles occidentaux, qui ne couvrent qu’une petite partie de la population, les travailleurs du secteur dit formel. Les gouvernements de ces pays se sont engagés dans l’extension de leurs couvertures maladies afin de fournir un accès universel aux soins. Depuis deux décennies, les mutuelles de santé se développent dans cette zone et sont devenues, dans certains pays, des piliers de cette extension. Mais, au regard des évolutions constatées, elles connaissent des difficultés importantes qui freinent leur développement. La littérature se concentre principalement sur les aspects opérationnels et financiers. En nous plaçant dans le contexte du Sénégal, notre thèse vise à montrer que cette vision est restrictive et laisse de côté les dimensions politiques et socioculturelles. En nous appuyant sur la littérature académique et celle des institutions, des entretiens semi-directifs et des études de cas, nous mettons en évidence deux explications principales à la stagnation des mutuelles de santé dans ce pays : un manque d’adhésion des populations qui provient d’une absence de compréhension de leur perception de la mutualité et de la santé, et l’influence des rapports de force entre les divers acteurs impliqués dans l’extension de la couverture maladie. La mobilisation de l’économie des conventions et de la littérature sur l’ESS permet de mettre en perspective ces obstacles et de montrer que les mutuelles ne devraient pas résulter d’un processus « clé en main ».

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Bruno BOIDIN, Maître de conférences/HDR, Université Lille 1, directeur de thèse
M. Hervé DEFALVARD, Maître de conférences/HDR, Université Paris-Est Marne-La-Vallée, rapporteur
M. Fred EBOKO, Chargé de recherche 1ère Classe/HDR, Institut de Recherche pour le Développement
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeur, Université Lille 1

Accéder à la thèse

Mutual health insurance in the context of expanding health coverage in Senegal : a reading by the conventions and the social and solidarity economy

This thesis addresses the idea of mutual health organizations (MHOs) as a foundation for health protection in Africa. Current health coverage schemes in West and Central Africa, inherited from Western models, include only a small part of the population, the so-called formal sector. The governments of these countries have engaged in expanding coverage to provide universal access to health care. For two decades, MHOs have developed in this area and have become, in some countries, the pillar of this expansion. But, in light of observed trends, there are significant problems restricting the development of mutual insurance. The literature mainly focuses on operational and financial aspects. In the context of Senegal, our thesis is to show that this vision is restrictive and ignores the political and socio-cultural dimensions. Building on the literature from institutions, academic literature, semi-structured interviews and case studies, we highlight two main explanations for the stagnation of MHOs in this country: a lack of support of the population due to a deficiency in understanding their perception about mutuality and health; and the influence of power between the various actors involved in the health coverage expansion. Mobilizing the economy of conventions and literature on the SSE, we put these obstacles into perspective and show that MHOs should not result from a « turnkey » process.

 

 

Quelle égalité dans les SCOP ? Analyse quantitative et qualitative de la distribution des salaires et de la flexibilité de l’emploi, par Nathalie Magne

Thèse soutenue le 7 décembre 2016 sous la direction de Bernard Baudry

Cette thèse porte sur le travail dans les Société Coopératives et Participatives (SCOP). A travers l’étude de ce modèle, est proposée une analyse approfondie des inégalités au travail dans les entreprises par le biais de la structure salariale et de la répartition des coûts d’ajustement de l’activité. La thèse est divisée en quatre chapitres. Le premier chapitre compare la distribution des salaires dans les SCOP et dans les entreprises classiques (EC), en estimant des équations de salaires à partir de la base de données DADS. Le deuxième chapitre vient compléter le premier en proposant une analyse détaillée du discours des agents (à l’aide de 53 entretiens réalisés dans 38 SCOP de la région Rhône-Alpes) permettant d’identifier les principes de justice à l’œuvre dans la détermination des structures salariales mises en évidence dans le premier chapitre. Le troisième chapitre propose une analyse économétrique de l’adaptation différenciée des SCOP et des EC aux chocs de demande, par les ajustements de l’emploi, des salaires et des heures travaillées. Le quatrième chapitre explore la possibilité d’une diversité importante parmi les SCOP, notamment dans l’accès au sociétariat, qui pourrait avoir un impact sur les ajustements de l’emploi. La contribution de cette thèse au débat économique peut être résumée en trois points. Premièrement il s’agit de la première grande analyse quantitative comparative des SCOP et EC concernant l’emploi et ses caractéristiques. Deuxièmement l’enquête qualitative sur laquelle nous nous appuyons, réalisée en collaboration avec des collègues de l’Université de Grenoble est également unique puisque c’est la première enquête qualitative de cette ampleur. Son exploitation permet donc une analyse du discours des membres des SCOP qui n’avait pas été réalisé auparavant. Enfin, notre positionnement se veut également original, mobilisant des approches habituellement mises en opposition en les faisant réellement discuter autour d’un objet dont la compréhension s’en trouve enrichie.

Which equality in SCOPs? Quantitative and qualitative analysis of wage distribution and employement flexibility

This thesis focuses on French Cooperative and Participative firms (SCOP). Through the observation of this model, it offers an extensive analysis of inequality at work within firms, concentrating on wage inequality and sharing of adjustment costs. The thesis is divided into four chapters. The first chapter compares wage distribution in SCOPs and conventional firms (CFs) by estimating wage equations based on the DADS dataset. The second chapter offers a detailed analysis of 53 workers’ interviews, conducted in 38 SCOPs in the Rhône-Alpes region. The principles of justice at work in the determination of the wage structures described in chapter one are identified. The third chapter is an econometric comparison of adjustments to demand shocks in SCOPs and CFs, involving employment flexibility as well as hour and wage flexibility. The fourth chapter explores the diversity among SCOPs, especially in access to membership and its consequences on employment adjustments. The contribution of this thesis to the debate in economics can be summarised with three points. Firstly it is the first large comparative quantitative analysis of SCOPs and CFs regarding employment and its characteristics. Secondly, the qualitative survey we use, produced with colleagues from Grenoble University, is also unique in terms of size and content. Its exploitation makes the analysis of workers’ rhetoric on equality possible. Finally, our method is original: we adopt approaches that are usually opposed and use them in unison to enrich the understanding of our subject.

Une analyse conventionnaliste des collaborations entre entreprises sociales et entreprises commerciales : l’exemple de l’insertion par l’activité économique, par Philippe Semenowicz

Thèse soutenue le 18 novembre 2015, sous la direction de Hervé Defalvard

Les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) proposent à des personnes rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières une mise en situation de travail et une prise en charge de ces besoins sociaux et professionnels. Depuis une dizaine d’années, les SIAE ont engagé un processus de rapprochement avec les entreprises commerciales, alors qu’antérieurement prévalaient des relations de méfiance réciproque. L’objet de la thèse est précisément d’analyser le fonctionnement des « collaborations » nouées entre les SIAE et les entreprises commerciales.

Après avoir présenté la diversité des SIAE et leur évolution historique, la thèse expose les débats qu’elles ont suscités dans le champ académique. Elle analyse ce qui fait leur originalité par rapport aux entreprises commerciales, en mobilisant à cette fin la littérature internationale sur l’entreprise sociale. Les entreprises sociales, dont les SIAE font partie, sont distinguées de l’entrepreneuriat social, qui est défini dans la thèse comme une stratégie particulière qui s’offre à elles : privilégier les collaborations avec les entreprises commerciales comme modalité d’action et de développement. Un modèle d’analyse inspiré de l’économie des conventions est élaboré pour mettre à l’épreuve l’enquête qualitative réalisée (trois fines monographies).

Ce travail permet de distinguer trois « conventions d’insertion » (civique-marchande, civique-industrielle et civique-connexionniste), qui sont autant de compromis permettant une coordination entre SIAE et entreprises commerciales. Ces « conventions d’insertion » sont présentes au sein de chacune des études de cas mais dans des proportions variables, en fonction des milieux institutionnels dans lesquels évoluent SIAE et entreprises commerciales : les entreprises commerciales abordent l’insertion en se la réappropriant, selon les objectifs qu’elles poursuivent et les contraintes auxquelles elles sont exposées. La dimension civique est constamment mêlée à d’autres principes supérieurs communs. L’insertion apparaît au final comme une notion ouverte à plusieurs acceptions. L’enjeu principal des collaborations entre SIAE et entreprises commerciales réside alors dans l’adoption de conventions d’insertion exigeantes.

Jury :
Philippe Batifoulier, Professeur à l’Université Paris XIII
Bernard Baudry, Professeur à l’Université Lumière Lyon II
Hervé Defalvard, Maître de conférences HDR à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Florence Jany-Catrice, Professeure à l’Université Lille I
Yannick L’Horty, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Marthe Nyssens, Professeure à l’Université Catholique de Louvain.