Archives par étiquette : économie écologique

Capital and Carbon: The Shifting Common Good Justification of Energy Regimes

Thomas D. Beamish & Nicole Woolsey Biggart (2017)

In Charlotte Cloutier, Jean-Pascal Gond & Bernard Leca (ed.), Justification, Evaluation and Critique in the Study of Organizations (Research in the Sociology of Organizations, Volume 52) Emerald Publishing Limited, pp.173 – 205.

Abstract. This article traces the regimes of worth that defined energy for centuries as a productive force of human and animal labor, an understanding that transformed in the 18th century to an “industrial-energy” regime of worth supporting an economy of mass production, consumption, and profit and more recently one centered on market forces and price. Industrial and market energy and the conventions and institutions that support them are currently in a period of discursive and material ferment; they are being challenged by different higher order principles of worth. We discuss eight emergent energy justifications that argue what kind of energy is – and is not – in the best interests of society.

Link

Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (France), par Leslie Carnoye

Thèse soutenue le 8 décembre 2016 sous la direction de Richard Sobel et Alain Leprêtre

Le paradoxe des « services écosystémiques » est qu’ils tendent à devenir aujourd’hui un référentiel dominant en matière de conservation et de protection de la biodiversité, mais qu’ils restent, dans le même temps, une approche très controversée, notamment dans le champ de l’Economie Ecologique. Le présent travail de thèse vise à interroger le potentiel transformateur de l’approche par les services écosystémiques, vis-à-vis des dynamiques institutionnelles qui régissent les rapports entre la conservation et le développement.

Pour ce faire, nous nous basons sur une étude de cas précise : celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, dans le département du Nord. Nous y avons réalisé une expérience d’observation participante, dans le cadre d’un projet d’évaluation de services écosystémiques sur le territoire. Nous avons également conduit des entretiens semi-directifs avec un certain nombre de représentants du parc et étudié ses documents de gestion, à l’aide d’un logiciel d’analyse de données textuelles (Prospéro). Le cadre théorique mobilisé est celui de l’Economie des Conventions. L’apport de la thèse est de proposer de modéliser l’écologisme non pas sous la forme idéale de la cité, mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Selon nous, les principales formes de critiques écologistes contemporaines sont la décroissance, le développement durable et la croissance verte et ces dernières s’appuient sur différentes formes de compromis entre plusieurs ordres de grandeur.

Notre analyse nous amène à penser que la place des services écosystémiques, comme outils de justification au service du parc Scarpe-Escaut doit être relativisée. Ce qui donne du sens au projet de conservation et de développement porté par le parc est en effet la mobilisation d’un registre domestique, alors que les fondements normatifs des services écosystémiques reposent plutôt sur les cités marchande et par-projets. Les services écosystémiques peuvent ainsi être compris comme des dispositifs importants de la critique écologiste de la croissance verte, laquelle s’avère peu subversive vis-à-vis du capitalisme connexionniste.

Jury
M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université de Paris X, Nanterre (Rapporteur)
Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès (Rapporteure)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Alain LEPRETRE, Professeur, Université de Lille 1 (Co-directeur)
M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1 (Directeur de thèse)
M. Franck-Dominique VIVIEN, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne (Examinateur)
M. Bertrand ZUINDEAU, HDR, Directeur de projet, Conseil Régional des Hauts-de-France (Invité)

Ecosystem services: new justification tools for the ecological criticism? A conventionalist approach based on the Scarpe-Escaut natural park

The paradox of « ecosystem services » is that they tend to become today a dominant approach to conservation and biodiversity protection, while remaining at the same time very controversial, especially in the field of Ecological Economics. The thesis aims at questioning the transformative potential of the ecosystem services approach, regarding the institutional dynamics governing the relations between conservation and development.

This research is built on a precise case study: the Scarpe-Escaut Regional Natural Park, in the north of France. In the park, we carried out a participative observation experience within an ecosystem services valuation project; we conducted semi-structured interviews and studied the park’s management documents using a text-based data analysis software (Prospéro). The theoretical perspective developed is conventionalist. This thesis points out that ecologism shouldn’t be modelled as an ideal “order of worth”, but rather as a critique of capitalism, following Boltanski & Chiapello (1999). We show that the main contemporary forms of ecologist criticisms are degrowth, sustainable development and green growth, each of them relying on different forms of compromises between several “orders of worth”.

Our analysis leads us to think that the role of ecosystem services, as justification tools for the Scarpe-Escaut Park can be relativised. What gives meaning to the park’s conservation and development project is indeed the mobilisation of a domestic “order of worth”, while the normative basis of ecosystem services appears to be related to the merchant and per-projects “orders of worth”. This makes of ecosystem services an important part of the green growth ecological criticism, the latter being poorly subversive towards connexionist capitalism.