Archives par étiquette : économie de la santé

Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18)

Dans le n°18 de la RFSE, trois articles de chercheurs en économie des conventions :

Favereau, Olivier (2017): Hommage à François Eymard-Duvernay. Révolutionnaire discret. In: Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18), p. 5-12.

Abecassis, Philippe /Batifoulier, Philippe /Coutinet, Nathalie/ Domin,  Jean-Paul  (2017): La généralisation de l’assurance maladie complémentaire. Comment faire rimer inefficacité avec inégalité. In: Revue Française de Socio-Économie 2017/1 (n° 18), p. 13-22

Bessy, Christian (2017): La fin de l’économie. In: Revue Française de Socio-Économie, 2017/1 (n° 18), p. 195-205.

Lien vers la revue

Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action « industrial merchant ». The latter follow a logic of action « professional » based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.

La télémédecine, un instrument de renouvellement de l’action publique ? Une lecture par l’économie des conventions

Nicolas Da Silva & Amandine Rauly (2016)

Economie et institutions, 24(1), pp. 155-180

[Revue Economie&Institutions]Résumé. La télémédecine, en France, est présentée comme une solution pertinente à un grand nombre de problèmes du système de santé. Cet outil de production de soins à distance serait une innovation qui résoudrait les problèmes liés à l’offre de soins des médecins, à la demande de soins des patients et aux objectifs de politique publique de santé. Pourtant, la télémédecine ne se développe pas et la mise en place de dispositifs d’incitation n’y change rien. Dès lors, le cadre d’analyse standard ne permet pas de comprendre les limites de l’introduction de la télémédecine dans l’offre de soins. Nous proposons une autre théorie de l’information, celle de l’Économie des conventions. À l’aide de ce cadre théorique nous interprétons les problèmes d’application de la télémédecine comme le résultat d’un conflit de représentation entre deux types d’organisations de la médecine : la convention professionnelle et la convention industrielle.

Abstract. The deployment of telemedicine in France is presented as an appropriate solution to many health system problems. Providing care at distance would be a significant innovation. It may simultaneously solve three problems: this of the physicians care supply, this of the patients care demand and this of the public policy. However, telemedicine is not currently developing in spite of the implementation of incentives. Therefore, the standard analytical framework does not allow us to deal with the limits of the introduction of telemedicine in health care supply. We propose an alternative theory dealing with information issues, the Economics of Conventions. With this theoretical framework we interpret the problems of the telemedicine implementation as the result of a conflict between two types of representation of the medicine organization: the professional convention and the industrial convention.

Lien vers le document / Link to the document

Instituer la performance : une application au travail du médecin, par Nicolas Da Silva

Thèse soutenue le 9 décembre 2014 sous la direction de Philippe Batifoulier

L’émergence de la logique de performance marque un changement majeur dans les stratégies publiques ou privées de management des ressources humaines. La relation médicale est exemplaire de cette évolution. Alors qu’historiquement les négociations entre l’Etat et les médecins portaient exclusivement sur des problématiques de prix, depuis le début des années 1990, la régulation publique se fait par les pratiques. L’objectif du contrôle est alors de promouvoir la qualité des soins – notamment sur les enjeux de santé publique – et la réduction des dépenses – en évitant le développement des maladies chroniques et en favorisant la prescription de médicaments génériques. L’introduction d’un dispositif de paiement à la performance médicale, en 2011, est l’étape ultime de ce tournant métrologique de la profession qui conduit à multiplier les dispositifs d’évaluation chiffrée de la pratique médicale et à mettre en indicateurs le travail du médecin. Dans une perspective institutionnaliste, notre thèse propose d’interroger la pertinence de cette réforme visant à instituer la performance.Nous montrons que cette institution de la performance n’est ni efficace ni efficiente. En conduisant à de nombreux effets pervers, elle se fait au détriment des intérêts des patients et des médecins de première ligne. L’injonction à la performance ne conduit pas à améliorer la qualité des soins et à renforcer la maîtrise des dépenses de santé, contrairement aux objectifs annoncés. Par contre, dans l’esprit du néolibéralisme contemporain, la santé est assimilée à un bien comme un autre autour duquel il est possible de mettre en concurrence les producteurs et les consommateurs.

Accéder à la thèse

Instituting performance : applied to physician labour

The emergence of the logic of performance illustrates a major change in public or private human resources management strategies. The health care relation is exemplary of these evolutions. Historically, negotiations between the State and physicians exclusively focused on prices. However, since the beginning of the 90’s, public regulation is carried out through professional norms. The goal is to improve the quality of care and to control public spending (avoiding chronic diseases and encouraging the use of generic drugs). The introduction of pay-for-performance in France in 2011 is the ultimate stage in this metrological turning point defined by a numerically-based assessment of medical work. In an institutionalist viewpoint, our thesis seeks to question the relevance of this reform which aims at instituting performance.We show that this project is neither effective nor efficient. Leading to numerous perverse effects, it is implemented regardless of the patients’ interests and of the general practitioners. Contrary to what was proclaimed, this injunction for performance did not achieve the improvement of quality in medical care and the control of health expenditures. Yet, in the contemporary neoliberalism spirit, health is associated with a good as any other, surrounding which it is possible to generate competition among producers and consumers.