Archives quotidiennes :

Sous les catégorisations, de l’allure du nouveau venu à la « culture » de l’étranger. Éléments d’une sociologie pragmatique de la phénoménalité de l’arrivant

Underneath the categorizations, from the allure of the newcomer to the “culture” of the stranger. Elements of a pragmatic sociology of the phenomenality of the newcomer

Joan Stavo-Debauge (2022)

SociologieS, Online and open access.

Résumé. Afin de mieux décrire l’acuité perceptive à l’œuvre dans l’hospitalité, ce papier introduit le concept d’« allure », qui vise à saisir les modes d’apparition du nouveau venu au sein d’un environnement équipé et parmi une communauté d’usagers dont il n’est pas familier. Le site d’investigation est fourni par une coopérative de logements pour étudiants à Genève, proche du mouvement squat qui fut très actif dans cette ville. En décrivant les embarras sensori-moteurs qui criblent les mouvements de l’étranger qui vient à la communauté, le présent texte invite à aller en deçà des catégorisations de sa provenance afin de mieux comprendre à quelles occasions elles sont mobilisées.

Extrait: “Après l’épreuve d’attribution, voyons comment l’étrangéité du nouveau venu se signale dans les espaces communs. Son allure y prend des tours spécifiques et il ne peut manquer d’en prendre conscience, ajoutant à son trouble initial. Il y a en effet une physionomie propre aux mouvements de quiconque se trouve dans la situation d’un nouveau venu : soit celui qui doit prendre part à un environnement qui a été apprêté par d’autres que lui et a pris forme avant son arrivée. Si ceux qui l’ont précédé ont dû eux aussi explorer cet environnement, ils sont depuis intervenus sur son aménagement. Ils l’ont non seulement équipé à leur convenance, mais ils y ont aussi laissé les marques d’une appropriation : « le geste d’exploration est aussi un mouvement d’appropriation, la curiosité finit par laisser une empreinte familière sur le lieu » (Breviglieri, 2015). Ils bénéficient d’une « familiarité » (Thévenot, 1994) avec les choses, qui fait défaut au nouveau venu. Avant tout problème inter-humain, c’est d’abord dans ses démêlés avec les choses qu’il se révèle. Très souvent « bricolées » avec des bouts de ficelles, piochées dans des bennes, ou « glanées » sur des chantiers, les choses qui peuplent la maison ne sont généralement « pas aux normes » : le nouveau venu qui s’apprête à en avoir l’usage ne peut donc compter sur les gestes routiniers qui conviennent à une « utilisation normale ». Pour parvenir à faire marcher un bon nombre d’appareils du Clos Voltaire, il faut une habileté spécifique. Les « accommodements » et ravaudages réalisés par les premiers occupants tendent à « singulariser le rapport à l’objet par des aménagements propres autant que par des gestes particuliers d’adaptation, des petits trucs qu’il y a à savoir pour le faire fonctionner » (Thévenot, 1994, p. 92) »

Abstract. In order to better describe the perceptual acuity at work in hospitality, this paper introduces the concept of « allure », which aims at capturing the modes of appearance of the newcomer within an equipped environment and among a community of users with which he is unfamiliar. The site of investigation is provided by a student housing cooperative in Geneva, close to the squat movement that was very active in that city. By describing the sensory-motor embarrassments that riddle the movements of the stranger who comes to the community, the present text invites to go underneath the categorizations of his origin in order to better understand on which occasions they are mobilized.

Extract: “After the test of attribution, let us see how the strangeness of the newcomer signals itself in the common spaces. His appearance there takes on specific turns and he cannot fail to become aware of it, adding to his initial confusion. There is indeed a physiognomy proper to the movements of anyone who finds himself in the situation of a newcomer: that is, one who must take part in an environment that has been prepared by others and has taken shape before his arrival. If those who preceded him also had to explore this environment, they have since intervened in its development. They have not only equipped it to their liking, but they have also left the marks of an appropriation: “the gesture of exploration is also a movement of appropriation, curiosity ends up leaving a familiar imprint on the place” (Breviglieri, 2015). They benefit from a “familiarity” (Thévenot, 1994) with things, which the newcomer lacks. Before any inter-human problem, it is first of all in his unraveling with things that he reveals himself. Very often “cobbled together” with bits of string, taken from skips, or “gleaned” from building sites, the things that populate the house are generally “not up to standard”: the newcomer who is about to have the use of them cannot therefore count on the routine gestures that are appropriate to a “normal use”. Getting many of the Clos Voltaire devices to work requires a specific skill set. The “accommodations” and adjustments made by the first occupants tend to “singularize the relationship to the object through their own arrangements as much as through particular gestures of adaptation, little tricks that one needs to know to make it work” (Thévenot, 1994, p. 92).”

Lien / Link