Archives quotidiennes :

Comment émerge un indice boursier ? Histoire du BEL 20

How does a stock market index emerge? History of the BEL 20

Tom Duterme (2021)

Revue française de socio-économie, n° 27, pp 157-174.

Résumé. Cet article retrace l’émergence du principal indice boursier belge (BEL 20), à travers une revue des autres indices qui ont, tout au long du xxe siècle, fait autorité à la Bourse de Bruxelles. L’étude des méthodologies mobilisées et des publics représentés met au jour la variété des significations – tant cognitives que politiques – que peut cristalliser un indice boursier, mais aussi les raisons du succès du BEL 20 dans cette lutte entre «conventions financières».

Extrait: “La logique d’action que cristallise l’indice du Monimat est plutôt celle d’une « rationalisation encastrée ». Ce premier indice représente un objet statistique suffisamment raffiné pour satisfaire la prétention d’objectivité qu’il revêt et que recherche une partie du monde boursier, et suffisamment grossier pour être accessible à (et accepté par) ce même public (dont les rédacteurs du Monimat sont très proches, socialement et physiquement, lorsqu’ils n’en sont pas membres). Saisi comme « investissement de forme » [Thévenot, 1986], l’indice boursier est coûteux : économiquement (droits d’utilisation des données, temps de travail…), cognitivement (dans toute statistique, « quelque chose est sacrifié (la contingence, la multiplicité des cas singuliers) » [Desrosières, 2010, p. 139]), mais aussi politiquement (nécessité, pour devenir conventionnel, d’écarter les moyens de coordination alternatifs). En l’occurrence, ce dernier coût impliqua le déclassement du mode d’évaluation des cours alors dominant : le flair professionnel. Dans le régime corporatiste des agents de change, l’apprenti – au cours d’un stage de six ans – héritait d’un « sens du marché » : « Par commune initiation, il faut entendre non seulement une commune connaissance des règles de fonctionnement des jeux boursiers, mais aussi une formation commune de l’intuition du cours à venir » [Godechot, 2001, p. 39].”

Abstract. This article traces the emergence of the main Belgian stock market index (BEL 20), through a review of the other indices that have been the authority on the Brussels Stock Exchange throughout the twentieth century. The study of the methodologies used and the populations represented reveals the variety of meanings—both cognitive and political—that a stock market index can crystallize, but also the reasons for the success of the BEL 20 in this struggle between “financial conventions”.

Extract: “The logic of action crystallized by the Monimat index is rather that of an “embedded rationalization”. This first index represents a statistical object that is sufficiently refined to satisfy the claim of objectivity that it assumes and that a part of the stock market world seeks, and sufficiently coarse to be accessible to (and accepted by) this same public (of which the Monimat editors are very close, socially and physically, when they are not members). Seen as an “investment in form” [Thévenot, 1986], the stock market index is costly: economically (rights to use the data, work time, etc.), cognitively (in all statistics, “something is sacrificed (contingency, the multiplicity of singular cases)” [Desrosières, 2010, p. 139]), but also politically (the need, in order to become conventional, to discard alternative means of coordination). In this case, this last cost implied the downgrading of the then dominant mode of course evaluation: professional flair. In the corporatist regime of the stockbrokers, the apprentice – during a six-year training period – inherited a “sense of the market”: “By common initiation, one must understand not only a common knowledge of the rules of operation of the stock exchange games, but also a common formation of the intuition of the price to come” [Godechot, 2001, p. 39].”

Lien vers l’article / link to the article