Archives quotidiennes :

Note de lecture de “Philippe Eon, La Société, la politique et moi. Pourquoi je n’en peux plus de l’intérêt général, Québec, Presses de l’Université Laval, 2019.”

Roberto Zambiasi (2021)

Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2021/4 (no 146), pp. 573-574.

Introduction : “Philippe Eon part du constat de la disparition de la politique de nos vies et, surtout, de nos sociétés. Si nous vivons bien évidemment dans une société comportant des acteurs, des institutions et des enjeux proprement politiques, deux éléments constitutifs de toute communauté politique semblent faire défaut aujourd’hui : d’un côté il n’y a plus d’espace public où les membres de la communauté puissent discuter de façon constructive et argumentée afin de décider ensemble leurs priorités, et de l’autre côté il n’y a plus d’actions des pouvoirs publics qui soient l’expression des soucis partagés par les membres de la communauté. Ce constat n’a rien d’original, mais l’auteur suggère que la raison du phénomène n’a pas encore été reconnue. Pour lui, le coupable n’est rien de moins que la notion d’intérêt général, ou mieux la façon dont elle est utilisée : il soutient que, lorsqu’on invoque l’intérêt général, on généralise sa propre situation existentielle à l’ensemble de sa société, et on assume par conséquent que ses problèmes, ses attentes et ses espoirs sont les mêmes que ceux de tous les autres membres de la société. En conséquence, les acteurs politiques, confrontés à des généralisations incompatibles qui se réclament toutes de l’intérêt général, peuvent utiliser cette notion pour imposer leurs propres généralisations au travers de l’action des pouvoirs publics.
Dans les onze brefs chapitres de l’ouvrage, Philippe Eon essaie donc de présenter une critique de la notion d’intérêt général et une alternative théorique : il retrace la genèse de la notion dans les théories modernes du contrat social, et il en critique (comme bien d’autres avant lui) la caractérisation abstraite des individus contractants ; il fait appel, ensuite, au concept de « régimes d’engagements » proposé par le sociologue Laurent Thévenot pour montrer que, avant d’avoir une quelconque possibilité d’établir un contrat social, les individus sont déjà, à des degrés différents, membres de groupes sociaux (de la famille jusqu’à l’État) qui en conditionnent l’action et le rapport à la collectivité ; il montre par conséquent de quelle façon des individus ayant des intérêts en commun pourraient se constituer en un véritable « public », au sens de John Dewey, pour changer la réalité collective dans laquelle ils vivent ; il esquisse, enfin, un tableau d’une politique du commun (qui devient, en ce contexte, synonyme de « bien commun »), fondée sur les degrés croissants des intérêts en commun des membres de la communauté (loisirs, activités économiques, activités liées à la connaissance) et les différentes modalités du commun (le langage, la loi et l’appartenance à un environnement partagé, qu’il soit naturel ou culturel)…”

Review of “Philippe Eon (2019): La Société, la politique et moi. Pourquoi je n’en peux plus de l’intérêt general” [Society, politics and me. Why I can’t stand the general interest anymore]. Québec: Presses de l’Université Laval.

Introduction: “Philippe Eon starts from the observation that politics has disappeared from our lives and, especially, from our societies. While we obviously live in a society with actors, institutions and issues that are properly political, two elements of any political community seem to be missing today: on the one hand, there is no longer a public space where the members of the community can discuss in a constructive and argued manner in order to decide together on their priorities, and on the other hand, there are no longer any actions by the public authorities that are the expression of the concerns shared by the members of the community. This observation is not original, but the author suggests that the reason for the phenomenon has not yet been recognized. For him, the culprit is nothing less than the notion of general interest, or rather the way it is used: he argues that when one invokes the general interest, one generalizes one’s own existential situation to the whole of one’s society, and therefore assumes that one’s problems, expectations and hopes are the same as those of all other members of society. Consequently, political actors, faced with incompatible generalizations that all claim to be in the general interest, can use this notion to impose their own generalizations through government action.
In the eleven short chapters of this book, Philippe Eon attempts to present a critique of the notion of general interest and a theoretical alternative: he traces the genesis of the notion in modern theories of the social contract, and he criticizes (like many others before him) the abstract characterization of the contracting individuals; he then appeals to the concept of “regimes of commitments” proposed by the sociologist Laurent Thévenot to show that, before having any possibility of establishing a social contract, the individuals are already, to different degrees, members of social groups (from the family to the State) which condition their action and their relation to the collectivity; it shows consequently how individuals having interests in common could constitute themselves in a real “public”, in the sense of John Dewey, to change the collective reality in which they live; he sketches, finally, a picture of a politics of the common (which becomes, in this con-text, synonymous with “common good”), based on the increasing degrees of common interests of the members of the community (leisure, economic activities, knowledge-related activities) and the different modalities of the common (language, law and belonging to a shared environment, whether natural or cultural)… “

Link to the article