Archives quotidiennes :

La méthode expérimentale du jeu de cartes pour étudier les représentations pénales ordinaires en Allemagne et en France

The experimental card game method for studying ordinary penal representations in Germany and France

Bénédicte Laumond (2020)

Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, 147-148, pp.  169-199.

Résumé. Si les travaux s’interrogeant sur les perceptions ordinaires du pénal se sont historiquement intéressés à la technique de la vignette (vignette research), ceux-ci ne reposent que rarement sur des dispositifs comparés et continuent de faire un large usage des questionnaires amputant l’analyse des représentations pénales profanes d’une exploration de leurs raisonnements. Afin de remédier à cette limite méthodologique, cet article présente une démarche expérimentale adossée à un jeu de cartes et menée en France et en Allemagne entre 2017 et 2019. Le jeu est composé de 23 cartes présentant des cas criminels fictifs et de 10 cartes-peines ; il est attendu des joueur/ses qu’ils/elles attribuent à chaque carte une peine tout en justifiant les choix effectués. Nous présenterons dans cet article les étapes de la conception et les conditions d’administration, dans un contexte franco-allemand, de ce jeu qui se caractérise par un dispositif relativement directif allié à un mode de passation souple inspiré des enquêtes non-directives. Cet article met en évidence la flexibilité du jeu de cartes qui interroge différents aspects du crime en mettant les enquêté.es en situation de faire. Nous montrons enfin la robustesse de ce dispositif méthodologique dans des études comparées pour faire émerger les spécificités nationales des représentations pénales.

Extrait: “Cet article s’intéresse à une méthode encore peu répandue en sociologie, le ‘jeu de cartes’. Nous présenterons ses avantages pour une recherche comparative tout en proposant une opérationnalisation à l’aune d’une enquête de sociologie pénale menée en Allemagne et en France et portant sur les représentations ordinaires des peines et des délits. La méthode présentée est une articulation de la tradition de la vignette research (Rossi et Anderson, 1982), de l’expérience du jeu de cartes initiée par Boltanski et Thévenot (1983) et des enquêtes en sociologie pénale utilisant la technique des cas simulés.” (p. 170)

Abstract. Empirical studies that explore the ordinary perceptions of the criminal justice system often engaged with the vignette research. These studies, however, rather used surveys and hardly developed comparative research designs. Therefore, in-depth analyses exploring and comparing how ordinary persons reason and make decisions on crime remain rare. In order to address this methodological shortcoming, this article presents an explorative research based on an innovative card game and conducted in France and Germany (2017-2019). The game consists of 23 vignettes that describe various fictive criminal cases and 10 other cards that depict criminal sanctions. Respondents are expected to assign a sanction to each criminal case and to justify their decision. In this article, I present the design and the implementation stages of the game but also insist on the specificities of the comparative design. The use of the card game method, a passably directive procedure, was guided by the non-directive interviewing method. This article insists on the flexibility offered by the card game methodology which addresses various dimensions of criminality and puts the respondents in the position of dispensing justice. I finally bring to light the potential of using this explorative method for comparative research designs, as it permits the emergence of national specificities regarding criminal representations.

Extract: “This article focuses on a method that is still not widely used in sociology, the ‘card game’. We will present its advantages for a comparative research while proposing an operationalization in the light of a penal sociology survey carried out in Germany and in France and dealing with the ordinary representations of sentences and offences. The method presented is an articulation of the tradition of vignette research (Rossi and Anderson, 1982), of the card game experiment initiated by Boltanski and Thévenot (1983), and of criminal sociology surveys using the simulated case technique.” (p. 170)

Lien vers l’article