Le diplôme d’ingénieur. Questions de gouvernance, de légitimité scientifique et technique ou d’identité ?

Eric Godelier (2020)

Artefact, 13, pp. 253-267. Open access

Résumé. La reconnaissance en 1934 du diplôme d’ingénieur en France par la Commission des titres d’ingénieurs continue de faire débat. Faut-il y voir une manifestation du retard du capitalisme français ou à l’inverse considérer que cette chronologie témoigne de sa spécificité ? La communauté des ingénieurs semble marquée par une grande hétérogénéité. Comment expliquer la place spécifique du diplôme dans l’émergence visiblement inaboutie d’un groupe intégré ? Le texte propose trois pistes de réflexions. Premièrement, cette histoire peut être comprise via un premier axe centré sur les « questions de gouvernance ». Deuxièmement, la mise en place d’un diplôme résulte d’un ensemble de choix en termes de contenus et de méthodes de formation. Troisièmement, la mise en place progressive d’un diplôme à partir du xixe siècle paraît pouvoir être appréhendée comme une forme de consécration d’une identité ou d’une culture qui distingue une catégorie sociale, les ingénieurs, en pleine croissance dans ce nouveau capitalisme industriel.

Extrait: “Pour conclure, pas à pas, le diplôme d’ingénieur devient un marqueur d’un marché – régional puis national – de l’emploi des ingénieurs en phase de croissance tout au long du xixe siècle. Il permet sa structuration et sa coordination y compris en créant de la concurrence entre écoles. En investissant à des degrés divers, sur la mise en place d’un diplôme, les écoles en tant qu’acteurs sociaux construisent des catégories d’évaluation et d’action. Ces « investissements de forme » permettent la mise en place d’outils de comparaison (certification, validation, standards, qualification, etc.). Ces opérations de justification sont soumises au jugement public et validées ou invalidées par le monde environnant. À partir du xixe siècle, en relation étroite avec l’industrialisation du pays, c’est donc une référence générale et collective qui se construit. Elle pose les bases d’un mécanisme de coordination.” (Paragraphe 11)

The engineering degree. Questions of governance, legitimacy scientific and technical or identity?

Abstract. The recognition in 1934 of the engineering degree in France by the Commission des titres d’ingénieurs continues to be discussed. Should it be seen as a manifestation of the backwardness of French capitalism or, on the contrary, should this particular chronology be seen as a testimony of its specificity? The community of graduated engineers seems to be marked by great heterogeneity. How can we explain the specific place of the diploma in the visibly unfulfilled emergence of an integrated group? The text raises three set of explanations. Firstly, this story can be understood via a first axis centered on “governance issues.” Secondly, the establishment of a diploma is the result of a set of choices in terms of training contents and methods. Thirdly, the gradual introduction of a diploma from the 19th century onwards seems to be understandable as a form of consecration of an identity or a culture that distinguishes a social category, engineers, which is growing rapidly among this new industrial capitalism.

Extract: “To conclude, step by step, the engineering degree becomes a marker of a market – regional then national – for the employment of engineers in a phase of growth throughout the 19th century. It enabled its structuring and coordination, including the creation of competition between schools. By investing to varying degrees in the establishment of a diploma, the schools as social actors construct categories for evaluation and action. These « investments in form » enable the implementation of comparison tools (certification, validation, standards, qualification, etc.). These operations of justification are subject to public judgment and validated or invalidated by the surrounding world. From the 19th century onwards, in close relation with the industrialization of the country, a general and collective reference was therefore built. It laid the foundations for a coordination mechanism.” (Paragraph 11)

Lien vers l’article / Link to the article

Download link