La grande décentration

Laurent Thévenot (2020)

Journal du MAUSS, Complement No 56. Open access.

Résumé. Face aux bouleversements qui affectent gravement la sociologie et menacent sa survie, l’auteur propose une intégration de ces renversements en les concevant comme autant de forces de décentration au regard des définition et méthode classiques de la discipline. Ces décentrations exigent toutes de prendre en compte des dépendances sous-estimées, voire méconnues, du social à l’égard de multiples laissé(e)s-pour compte que les « studies » ont notamment contribué à mettre sur le devant de la scène.
Le mouvement de l’article suit une décentration affectant à la fois le sujet, agent ou acteur social qui ne peut plus servir de pivot, et les formes du commun et de communauté qui sont excentrées au regard des sociétés et collectifs. Loin de la société (1), le parcours conduit tout contre l’étrangeté (2) d’une extériorité désormais à intégrer dans l’appréhension de l’humain par ses dépendances (3). Être ensemble avec ce, celles et ceux auparavant minorés (4) requiert des déplacements dans la mise en commun appelée à se soucier davantage d’attachements dans le proche et à ouvrir en outre la cohabitation au-delà de l’humain, au prix de remaniements qui ne laissent pas indemne la normativité sous-jacente des sciences sociales. Des modes de gouvernement affranchissent de la cité (5) en passant, au-delà de l’économie de marché, par des choses qui soutiennent des alliages d’économie politique plus profonds que les alliances versatiles entre oligarques et autorités politiques.

The Great Decentration

Abstract. Given the upheavals that seriously affect sociology and threaten its survival, the author proposes to integrate these upheavals by conceiving them as forces of decentering with regard to the classical definitions and methods of the discipline. All of them require taking into account underestimated, or even unrecognized, dependencies of the « social » on the many beings that have been left behind and that « studies » have helped to bring to the forefront. 
The movement of the article follows a decentering of the subject, agent or social actor who can no longer keep his/her pivotal role, and the forms of the common and the community which are off-center with respect to societies and collectives. Far from society (1), the movement leads against the strangeness (2) of an exteriority now to be integrated into the apprehension of the human being through his or her dependencies (3). To be together with these and those that were previously under-represented (4), requires a shift in making commonality. Commonality has to be more concerned with close attachments and to open up cohabitation beyond the human, at the cost of changes that do not leave the underlying normativity of the social sciences untouched. Modes of government emancipate from the city (5) by moving beyond the market economy to things that support deeper political economy assemblages than the versatile alliances between oligarchs and political authorities.

Lien vers l’article / Link to the article