Les statistiques des empires

Compter, classer, connaître et dominer

Journée d’études par visioconférence – Vendredi 18 décembre 2020, 9 h – 17 h 30

La journée vise à éclairer la fabrication, les usages et les finalités des statistiques des empires à travers des situations et des époques distinctes. Centrée sur les statistiques publiques, celles qui sont fabriquées par et pour des Autorités politiques, elle interroge plus particulièrement la relation entre statistiques et pouvoirs et entre statistiques et domination.

ORGANISATION : Emmanuelle Sibeud | université Paris 8, IDHE.S
Béatrice Touchelay | université de Lille, IRHiS

Cette journée d’études a pour objet l’étude des circulations d’idées et de pratiques statistiques dans et hors des empires, mais également la formation des statisticiens, de leurs relations avec les autorités territoriales, avec les colons et avec les populations locales. Il s’agit également de comprendre comment, en dénombrant, en classant, en normalisant les statistiques « officielles » créent du lien, intègrent, marginalisent ou excluent, et s’imposent parmi les attributs essentiels du pouvoir. Le cadre des empires paraît propice pour expliquer et analyser les effets de leur généralisation à l’échelle du monde depuis deux siècles.
Pourquoi les statistiques ont été imposées parmi les critères essentiels de la hiérarchie des nations et en quoi influencent-elles leur développement ? Comment les statistiques participent à la formation, à l’affirmation puis à la transformation (dislocation?) des empires ? Enfin, comment les statistiques accompagnent, préparent, soutiennent et s’adaptent aux transitions politiques et économiques contemporaines?

 

Roselyne Koren, Rhétorique et éthique. Du Jugement de valeur

Note de lecture de / Review by Jérôme Bourdon (2020)

Questions de communication, n° 37, pp. 450-452

Extrait. “Au fond, la position défendue est très proche de celle de certains sociologues, peut-être moins de l’individualisme méthodologique de R. Boudon (cité à plusieurs reprises) que de la « sociologie pragmatique de la critique » telle que l’analyse Luc Boltanski. Ainsi lorsque R. Koren écrit que « le système du langage n’est pas uniquement coercitif, [qu’]il comprend au contraire des mécanismes […] qui laissent une marge d’autonomie réelle au locuteur » (p. 21), son objet ressemble à celui de L. Boltanski étudiant la façon dont « des personnes se livrent à la critique, c’est-à-dire à des disputes » (De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, p. 47). Ici, un dialogue fécond aurait pu être noué, au-delà de quelques références à l’ouvrage de L. Boltanski et Laurent Thévenot (De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991).”

Extract [EC-blog translation]. “Basically, the position defended is very close to that of certain sociologists, perhaps less to the methodological individualism of R. Boudon (cited several times) than to the « pragmatic sociology of criticism » as analyzed by Luc Boltanski. Thus, when R. Koren writes that « the language system is not only coercive, but on the contrary comprises mechanisms that leave a margin of real autonomy to the speaker » (p. 21), his object resembles that of L. Boltanski’s study of the way in which « people engage in criticism, that is to say, in disputes » (De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009, p. 47). Here, a fruitful dialogue could have been established, beyond a few references to the work of L. Boltanski and Laurent Thévenot (De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991).”

Lien vers l’article/ Link to the article