Les pratiques de recrutement des entreprises : un pouvoir de segmentation et de valorisation

Guillemette de Larquier & Géraldine Rieucau (2020)

Document de travail, Centre d’études de l’emploi et du travail, n°201

Résumé. En prenant appui sur les données de l’enquête Offre d’emploi et recrutement (Ofer, 2015) de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), l’objectif de ce document est d’analyser les pratiques de recrutement des entreprises françaises afin de mettre en exergue les conventions et les segmentations du marché du travail. L’analyse statistique consiste dans un premier temps à construire une typologie d’emplois ayant donné lieu à un recrutement puis, à l’aide de régressions logistiques, à caractériser les pratiques de recrutements associées aux 7 classes d’emplois de la typologie. Ces pratiques renvoient à 4 fonctionnements différents du marché du travail, distingués par notre construction théorique originale, qui croise la théorie de la segmentation et l’économie des conventions. Premièrement, la théorie de la segmentation nous amène à étudier les contours de l’offre de travail recherchée par les entreprises : sont-ils ou non bien définis en amont (marché fermé ou ouvert) ? Deuxièmement, l’économie des conventions nous conduit à prêter attention au format de l’information que les entreprises utilisent pour capter et évaluer l’offre de travail : ce format est-il standardisé ou au contraire personnalisé ? Les deux approches et notre cadre théorique les croisant sont présentés dans la première partie du document, les données, la démarche empirique et les résultats commentés dans la deuxième partie.
D’après nos résultats, près d’un appariement sur deux s’inscrit sur un « marché de proximité » où les entreprises ne cherchent pas à maîtriser en amont le profil des candidats qui se présentent. Les appariements proches de ceux décrits par la théorie économique conventionnelle représentent à peine un recrutement sur cinq et se situent sur un marché que nous qualifions de « standard ». 17 % du total des recrutements sont positionnés sur un « marché professionnel », où l’entreprise connaît les contours de l’offre qu’elle souhaite capter et sélectionne sur des critères personnalisés. Enfin, nous identifions un « marché partenarial », relativement ouvert car le recrutement est l’occasion de constituer la main-d’œuvre avec des intermédiaires du marché du travail, dont l’évaluation est standardisée.

Extrait : “[La théorie de la segmentation (TSeg) et l’économie des conventions (EC)] ont des origines et des objets qui leur sont propres. La TSeg met en évidence et analyse les segmentations du marché du travail issues des pratiques des entreprises, tandis que l’EC propose une théorie de l’action selon laquelle les individus prennent appui sur des conventions, qui harmonisent représentations et comportements, pour se coordonner. Plusieurs proximités entre les deux approches confortent notre projet de les croiser. EC et TSeg bâtissent leurs hypothèses à partir d’observations empiriques, issues d’enquêtes statistiques ou d’enquêtes de terrain . Le «marché du travail» n’a rien d’évident ni de spontané, pas plus qu’il n’y a de «concurrence» évidente entre les catégories de main-d’œuvre et entre les emplois ; il doit être analysé via les institutions et les conventions qui sous-tendent la coordination et la sélection qui s’y jouent. De cet appui sur les observations et sur le fonctionnement concret des marchés, découle une posture partagée par les deux courants : l’analyse ne se fait pas à l’aune d’un étalon unique – celui de la rationalité maximisatrice des comportements individuels ou de la convergence des marchés vers un modèle unique – et il ne s’agit donc pas d’inscrire les comportements ou les marchés dans un continuum unidimensionnel, mais bien de mettre en évidence les segmentations et donc les frontières des marchés (TSeg) et la pluralité des comportements (EC). […] Quant aux pratiques de recrutement, les deux courants s’y intéressent avec des regards complémentaires. Les travaux qui relèvent de la TSeg montrent comment les pratiques de gestion de la main-d’œuvre en général façonnent les segmentations du marché du travail. Nous insistons sur le fait que les pratiques de recrutement en particulier, moins analysées par ce courant d’analyse que les autres pratiques de gestion, contribuent à la segmentation. De leur côté, les travaux qui, dans le courant de l’EC, cherchent à expliquer le fonctionnement du marché du travail conçoivent une diversité de modes de coordination entre entreprises et travailleurs, fondée sur une pluralité de représentations de la qualité du travail, c’est-à-dire des conventions de qualité, au moment du recrutement. La question générale que nous nous posons est dès lors la suivante : cette pluralité des conventions mise en évidence par l’EC recouvre-t-elle celle des segments du marché du travail analysée par la TSeg ?” (p. 5-6)

Firms’ recruitment practices: a power of segmentation and valuation

Abstract. Based on data from the Dares Offre d’emploi et recrutement Survey (Ofer, 2015), the objective of this document is to analyse the recruitment practices of French firms in order to highlight labour market conventions and segmentations. The statistical analysis consists first of constructing a typology of jobs that have given rise to recruitment and then, using logistic regressions, of characterizing the recruitment practices associated with the 7 isolated job classes. These practices refer to 4 market functioning that our original theoretical construction distinguishes by crossing Labour market segmentation theory and Economics of convention. First, segmentation theory leads us to study the contours of the labour supply sought by firms: are they or are they not well defined (closed or open market)? Secondly, the economics of convention leads us to pay attention to the format of the information that firms use to capture and evaluate the labour supply: is this format standardized or personalized? The two approaches and our theoretical framework crossing them are presented in the first part of the document, the data, the empirical approach and the commented results in the second part.
According to our results, nearly one matching out of two is part of a “proximity market” where firms do not seek to control the profile of candidates who apply. Matches close to those described by conventional economic theory represent barely one in five recruitments and are located in a market that we call “standard”. 17% of all recruitments are positioned in a “professional market”, where the firm knows the contours of the offer it wishes to capture and selects on the basis of personalized criteria. Finally, we identify a “partnership market”, relatively open because recruitment is an opportunity to build the workforce with labour market intermediaries, whose assessment is standardized.

Translation of the excerpt: “[Segmentation Theory (ST) and the Economics of Convention (EC)] have their own origins and objects. ST highlights and analyses labour market segmentations arising from the practices of firms, while EC proposes a theory of action according to which individuals rely on conventions, taht harmonize representations and behaviours, to coordinate themselves. Several proximities between the two approaches support our project to cross-reference them. EC and ST build their hypotheses from empirical observations, resulting from statistical surveys or field surveys. There is nothing obvious or spontaneous about the “labour market”, nor is there any obvious “competition” between categories of labour and between jobs; it must be analysed via the institutions and conventions that underlie the coordination and selection involved. From this reliance on observations and on the concrete functioning of markets, a position shared by both currents emerges: the analysis is not carried out against a single yardstick – that of the maximising rationality of individual behaviour or the convergence of markets towards a single model – and it is therefore not a question of placing behaviour or markets on a one-dimensional continuum, but rather of highlighting segmentation and therefore the boundaries of markets (ST) and the plurality of behaviour (EC). […] As for recruitment practices, the two currents take an interest in them with complementary perspectives. ST studies show how labour management practices in general shape labour market segmentation. We emphasize the fact that recruitment practices in particular, which are less analyzed by this current of analysis than other management practices, contribute to segmentation. On the other hand, EC studies seeking to explain the functioning of the labour market consider a diversity of modes of coordination between firms and workers, based on a plurality of representations of the quality of work, i.e. quality conventions, at the time of recruitment. The general question is therefore the following: does this plurality of conventions highlighted by EC cover the plurality of labour market segments analysed by ST?”

Lien de téléchargement / Download link