Archives mensuelles : juillet 2017

Quelques communications conventionnalistes au congrès de l’Afep à Rennes

Du 5 au 7 juillet 2017 s’est tenu le 7e congrès de l’Association française d’économie politique à l’université de Rennes 2. Deux cents personnes ont participé à ce très beau congrès. Nous listons ici, de manière non exhaustive, quelques communications mobilisant une approche par les conventions.

Une analyse conventionnaliste de la pauvreté énergétique à partir de l’action publique sénégalaise dans l’énergie communication de Pierre Robert (Clersé, Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Économiques). L’objet de cette communication est de dépasser les écueils des mesures standard de la pauvreté énergétique, fondées sur une vision universaliste des besoins en énergie. Le cadre d’analyse mobilise l’Économie des Conventions afin de montrer que ces besoins sont situés et se formalisent dans une convention de service énergétique. Pierre Robert étudie cette convention à partir de l’action publique dans le secteur énergétique au Sénégal, en admettant que cette action se déploie en construisant une image des besoins, qu’elle tente ensuite de satisfaire. Il mobilise pour cela des archives, la littérature grise et des entretiens auprès d’acteurs du secteur. L’analyse permet d’interroger la manière dont la société sénégalaise formule politiquement ses besoins en énergie. Lors de ce processus, les populations rurales sont laissées de côté, ce qui conduit à une représentation de besoins limités dans la convention de service énergétique.

Compter sans connaître. La construction des statistiques pénitentiaires françaises. Communication d’Anaïs Henneguelle (IDHE, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société). La communication porte sur à la production ordinaire du chiffre dans le milieu carcéral. L’administration pénitentiaire publie régulièrement des statistiques concernant les personnes incarcérées. Comment ces données sont-elles construites quotidiennement au sein des établissements ? Pour répondre à cette question, Anaïs Henneguelle s’appuie sur des observations ethnographiques menées dans deux établissements de la région parisienne. L’article montre qu’il existe une différence importante entre les informations juridiques, au cœur de la gestion des prisons et donc très surveillées, et les informations sociodémographiques, laissées de côté au cours du processus de codage.

Conventions de valorisation des brevets et intermédiaires du droit communication de Christian Bessy (IDHE, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société). Le système de brevet n’a jamais autant eu le vent en poupe et, en même temps, on assiste à une critique assez acerbe de ce système avec la remise en cause du modèle dit « propriétaire » et le retour aux « communs ». Dans cette contribution, Christian Bessy montre que cette hypervalorisation du brevet que l’on constate au niveau « macro » est liée à la multiplication de ces usages au niveau « micro » : protection et diffusion des innovations, pouvoir de marché et valorisation du patrimoine technologique, instrument de signalement et de négociation, outil d’évaluation et de capitalisation. Ces usages viendraient d’une certaine façon s’empiler depuis la genèse du système à la fin du XVIIIème siècle, sans annuler les usages antérieurs. L’idée centrale défendue est que l’institution du brevet repose à chaque époque sur différentes conventions de valorisation du brevet, même si on peut associer à chaque configuration une convention dominante qui contient les autres en germe.

La manipulation du Libor, une convention entre acteurs financiers de Guillaume Dupéret (Cerna, Mines ParisTech). Taux de référence pour de nombreux produits financiers, le Libor (London Interbank Offered Rate) est depuis 2008 au centre d’un scandale de grande ampleur du fait de la manipulation dont il a fait l’objet. La communication vise à analyser cette manipulation à l’aide d’une approche conventionnaliste. Guillaume Dupéret définit d’abord la convention à la manière de Sugden (1986) : une régularité de comportement au sein d’une population telle que tous les membres de la population se conforment à la norme conventionnelle même si une autre convention aurait pu prévaloir. L’analyse conventionnaliste apporte une meilleure compréhension des dynamiques de groupe qui peuvent exister sur les marchés financiers, à partir des phénomènes réputationnels induits par une situation d’interactions répétées. À partir de la grammaire des cités de Boltanski et Thévenot (1991), l’analyse montre inversement les conditions du désengagement relationnel des traders dès lors que la convention est délégitimée par l’intérêt public des médias et de la justice.

Do really markets come from quality conventions? Dynamique et recomposition du « marché » (de proximité) des fruits et légumes à Montpellier communication de Sarah Millet Amrani (INRA, Institut national de la recherche agronomique). L’essor récent des circuits courts alimentaires traduit l’émergence d’un « marché de la proximité » pour lequel l’évaluation de la qualité porte moins sur les caractéristiques du produit que sur la transaction en elle-même. Pour décrire la structuration de ce marché, Sarah Millet Amrani (en collaboration avec Yuna Chiffoleau et Jean-Marc Touzard) propose une analyse du réseau de la distribution des fruits et légumes en circuits courts sur Montpellier, réalisé à partir d’enquêtes producteurs. En s’appuyant sur la théorie des marchés d’Harrison White (1981, 2002), -et son interprétation en termes conventionnalistes par Favereau et al. (2002), – la communication : (i) révèle un marché structuré en niches, mais au sein desquels les conventions de qualité ne sont pas encore stabilisées, (ii) souligne le rôle des intermédiaires dans la structuration des marchés et la construction d’accords autour de la qualité.

La fabrique des statistiques pénitentiaires

Anaïs Henneguelle (2017)

In: Crimicorpus. Revue hypermédia Histoire de la justice, des crimes et des peines.

Résumé. Cet article entend témoigner d’une expérience de recherche originale où l’ethnographie est venue compléter un travail économétrique. À la suite de la publication de résultats fondés sur des statistiques pénitentiaires, je cherche à comprendre comment celles-ci sont construites au quotidien dans les prisons. Pour cela, je m’appuie sur des observations ethnographiques menées dans deux maisons d’arrêt de la région parisienne, où je peux assister à la saisie de données par les greffiers pénitentiaires et étudier la fabrication ordinaire du chiffre. Cet article montre qu’il existe une importante dissonance cognitive entre les agents, qui n’évoquent jamais l’enjeu statistique de leurs activités et n’y sont pas formés, et les membres de la Direction de l’administration pénitentiaire, qui s’appuient sur ces sources pour assoir leurs connaissances des personnes incarcérées. En particulier, les variables sociodémographiques sont marginalisées dans le processus de construction des statistiques pénitentiaires, et leur utilisation par l’économètre est sujette à caution.

The peculiar connection between common good and self-interest

Valeska Cappel (University of Lucerne)

The question about the relationship between the common good and self-interest was the frame of plenary sessions, panel discussions and keynote-speeches at this year’s Congress of the Swiss Sociological Association (SSA), June 21 – 23th 2017 at the University of Zurich.

Relating to this topic Rainer Diaz-Bone (University of Lucerne) and Luca Pattaroni (EPFL Lausanne) organized the plenary session “Experience, conventions and the common good”.

It was a great opportunity to give space and attention to different conventionalist researches in various fields of social science relating to the topic of common good and self-interest. Regula Leemann (School for education Basel) and Jean-Michel Bonvin (University of Geneva) talked about convention theory in the field of education and social welfare, before special guest Laurent Thévenot (EHESS Paris) shared his thoughts about convention theory (CT) in the urban studies.

The aim of Regula Leemann’s presentation was to show the explanatory power of the theoretical framework of the convention theory in the research field of education. First, she referred on post-compulsory education in Switzerland. Her concern was to show how different orders of worth in the public sphere (“compound communities”) are constitutive for supplying the post-compulsory education as a common good.

Secondly, she talked about the different modes of coordination of individuals with their environment (“compound personalities”). She investigated how individual academics in Europe coordinate themselves with their professional academic and private environment. By focusing on a situation, constructing the EU as a political project of establishing a common market with the fundamental treatments of free movement of people and capital, she pointed out how a dispositive of transnational academic mobility is shaping the individual coordination between professional status and the private conduct of life.

Referring to the main topic of the congress, Jean-Michel Bonvin highlighted in his speech the theoretical challenges to bring social welfare into social actions. Relating to the capability approach (CA), he depicts the need to understand that social politics is not just a technical matter that can be defined and implemented. He claimed that there are different normativities and rationalities depending on the level of interaction (parliamentary areas, street-level bureaucrats, beneficiaries), which have to be considered. In combining the CA and the convention theory (CT) he proposes a solution for this problem: The concepts of CT, like the “economies of worth” (Thévenot) or “pragmatic regimes of engagements”, allow to understand the situation and what matters in social action. The additional benefit of consulting the CT could be to understand, why sometimes the implemented social welfare, constructed from a specific point of view, in particular situations is not receiving.

The highlight of the session was the input of the cofounder of the convention theory, Laurent Thévenot. Besides his inspiring comments on the other lectures he presented his thoughts on newer developments in the convention theory and the recent pragmatic turn of urban studies.

In particular, he focused on three main issues: First he pleaded to abandon the comparison of a public and private sphere in urban environments and focus instead on the various ways how city dwellers engage with their environment. Building commonality in the end is a result of “orders of worth backed by conceptions of the common good and the “realism” of individual interest” (Thévenot).

Secondly, in considering this point, he developed the idea of an extended view on constructions of commonality in the plural. By doing that, he identified three grammars of communality in the plural:  1) the grammar of plural orders of worth, 2) the grammar of interested individuals choosing among options in a liberal public, 3) the grammar of personal affinities to multiple common-places.

Thirdly, he spoke about his transcultural comparative research in urban studies (Europe, Russia, America), where he discovered, that the grammar of personal affinities to multiple common-places is characterized by familiar, personal and local engagement but simultaneous instrumental by authoritarian populism.

Altogether, the session was a short but impressive proof to see how convention theory is growing forward in different fields of social science and develops its explanatory power. Of course, there remain some mutual reception issues based on language barriers – but what, if not at an inspiring congress like this one, would be a decent step to overcome these problems?