Archives mensuelles : décembre 2016

Une approche conventionnaliste du marché du travail fondée sur le recrutement des entreprises, par Guillemette de Larquier

HDR soutenue le 12 décembre 2016 sous la direction de Nadine Levratto

Ce mémoire propose de renouveler la compréhension du fonctionnement du marché du travail, en le faisant reposer sur les logiques de recrutement des entreprises. Par ailleurs, le choix est fait d’adopter une lecture « conventionnaliste » d’une hypothèse « conventionnelle » en économie du travail : les appariements entre travailleurs et entreprises sont risqués et se révèlent hétérogènes, l’Économie des conventions soulevant alors le problème de la définition de la qualité de ces appariements. Le mémoire comprend deux parties de deux chapitres. La première partie – le pouvoir de valorisation de l’entreprise – est consacrée à l’opération, interne aux entreprises, d’attribution d’une valeur aux personnes, c’est-à-dire à l’évaluation des candidats qu’elles sélectionnent ou des salariés en place qu’elles rémunèrent. L’évaluation lors du recrutement est analysée dans le chapitre 2, alors que le chapitre 1 présente la cohérence des conventions d’évaluation présentes dans une entreprise qui coordonne « ses » trois marchés : marchés des produits, des capitaux et du travail. La deuxième partie – les investissements de forme de la fonction d’appariement –met en avant les activités de mise en relation qui se réalisent sur le marché du travail. Les intermédiaires et les canaux qui « mettent en forme » le marché (en définissant ses règles, ses frontières et le format de l’information) sont présentés dans le chapitre 3. Le chapitre 4 propose enfin une typologie de dynamiques d’appariement en partant du recours des entreprises aux canaux qu’elles mobilisent pour s’adresser à leur marché externe, ce qui implique l’appui sur certains investissements de forme plutôt que d’autres.

Accéder au document

Jury :
Olivier Favereau, Professeur émérite, Université Paris Nanterre
Jérôme Gautié, Professeur, Université de Paris 1, rapporteur
Florence Jany-Catrice, Professeur, Université de Lille 1, rapporteur
François Legendre, Professeur, Université Paris-Est-Créteil, président
Nadine Levratto, Directeur de recherche, CNRS, Université Paris Nanterre, référente

A conventionalist approach of the labour market based on firms’ recruitment

This thesis proposes to renew the understanding of the functioning of the labour market, with the hypothesis that this functionning relies on the logic of firms’ recruitment. Moreover, the choice was made to adopt a « conventionalist » approach of a « conventional » hypothesis in labour economics: the matches between workers and firms are risky and heterogeneous, and the French school of Economics of conventions raises the issue of the definition of the quality of these matches. The thesis has two parts, each one with two chapters. The first part – the power of valuation of firms – is dedicated to the operation, internal to firms, assigning a value to people, that is to say the assessment of applicants they select and of employees they pay. The assessment during recruitment and selection is discussed in Chapter 2, while Chapter 1 presents the consistency of the conventions of valuation present in a firm which is coordinating « its » three markets: product, capital and labour markets. The second part – the “investments in forms” of the matching function – emphasizes the matchmaking activities that take place in the labour market. Intermediaries and channels that « shape » the market (by setting its rules, boundaries and format of information) are presented in Chapter 3. Finally, Chapter 4 proposes a typology of matching dynamics based on the channels that the firms use to address their external market, which implies the support on specific “investments in form” rather than on others.

 

Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (France), par Leslie Carnoye

Thèse soutenue le 8 décembre 2016 sous la direction de Richard Sobel et Alain Leprêtre

Le paradoxe des « services écosystémiques » est qu’ils tendent à devenir aujourd’hui un référentiel dominant en matière de conservation et de protection de la biodiversité, mais qu’ils restent, dans le même temps, une approche très controversée, notamment dans le champ de l’Economie Ecologique. Le présent travail de thèse vise à interroger le potentiel transformateur de l’approche par les services écosystémiques, vis-à-vis des dynamiques institutionnelles qui régissent les rapports entre la conservation et le développement.

Pour ce faire, nous nous basons sur une étude de cas précise : celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, dans le département du Nord. Nous y avons réalisé une expérience d’observation participante, dans le cadre d’un projet d’évaluation de services écosystémiques sur le territoire. Nous avons également conduit des entretiens semi-directifs avec un certain nombre de représentants du parc et étudié ses documents de gestion, à l’aide d’un logiciel d’analyse de données textuelles (Prospéro). Le cadre théorique mobilisé est celui de l’Economie des Conventions. L’apport de la thèse est de proposer de modéliser l’écologisme non pas sous la forme idéale de la cité, mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Selon nous, les principales formes de critiques écologistes contemporaines sont la décroissance, le développement durable et la croissance verte et ces dernières s’appuient sur différentes formes de compromis entre plusieurs ordres de grandeur.

Notre analyse nous amène à penser que la place des services écosystémiques, comme outils de justification au service du parc Scarpe-Escaut doit être relativisée. Ce qui donne du sens au projet de conservation et de développement porté par le parc est en effet la mobilisation d’un registre domestique, alors que les fondements normatifs des services écosystémiques reposent plutôt sur les cités marchande et par-projets. Les services écosystémiques peuvent ainsi être compris comme des dispositifs importants de la critique écologiste de la croissance verte, laquelle s’avère peu subversive vis-à-vis du capitalisme connexionniste.

Jury
M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université de Paris X, Nanterre (Rapporteur)
Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès (Rapporteure)
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
M. Alain LEPRETRE, Professeur, Université de Lille 1 (Co-directeur)
M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1 (Directeur de thèse)
M. Franck-Dominique VIVIEN, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne (Examinateur)
M. Bertrand ZUINDEAU, HDR, Directeur de projet, Conseil Régional des Hauts-de-France (Invité)

Ecosystem services: new justification tools for the ecological criticism? A conventionalist approach based on the Scarpe-Escaut natural park

The paradox of « ecosystem services » is that they tend to become today a dominant approach to conservation and biodiversity protection, while remaining at the same time very controversial, especially in the field of Ecological Economics. The thesis aims at questioning the transformative potential of the ecosystem services approach, regarding the institutional dynamics governing the relations between conservation and development.

This research is built on a precise case study: the Scarpe-Escaut Regional Natural Park, in the north of France. In the park, we carried out a participative observation experience within an ecosystem services valuation project; we conducted semi-structured interviews and studied the park’s management documents using a text-based data analysis software (Prospéro). The theoretical perspective developed is conventionalist. This thesis points out that ecologism shouldn’t be modelled as an ideal “order of worth”, but rather as a critique of capitalism, following Boltanski & Chiapello (1999). We show that the main contemporary forms of ecologist criticisms are degrowth, sustainable development and green growth, each of them relying on different forms of compromises between several “orders of worth”.

Our analysis leads us to think that the role of ecosystem services, as justification tools for the Scarpe-Escaut Park can be relativised. What gives meaning to the park’s conservation and development project is indeed the mobilisation of a domestic “order of worth”, while the normative basis of ecosystem services appears to be related to the merchant and per-projects “orders of worth”. This makes of ecosystem services an important part of the green growth ecological criticism, the latter being poorly subversive towards connexionist capitalism.

Quelle égalité dans les SCOP ? Analyse quantitative et qualitative de la distribution des salaires et de la flexibilité de l’emploi, par Nathalie Magne

Thèse soutenue le 7 décembre 2016 sous la direction de Bernard Baudry

Cette thèse porte sur le travail dans les Société Coopératives et Participatives (SCOP). A travers l’étude de ce modèle, est proposée une analyse approfondie des inégalités au travail dans les entreprises par le biais de la structure salariale et de la répartition des coûts d’ajustement de l’activité. La thèse est divisée en quatre chapitres. Le premier chapitre compare la distribution des salaires dans les SCOP et dans les entreprises classiques (EC), en estimant des équations de salaires à partir de la base de données DADS. Le deuxième chapitre vient compléter le premier en proposant une analyse détaillée du discours des agents (à l’aide de 53 entretiens réalisés dans 38 SCOP de la région Rhône-Alpes) permettant d’identifier les principes de justice à l’œuvre dans la détermination des structures salariales mises en évidence dans le premier chapitre. Le troisième chapitre propose une analyse économétrique de l’adaptation différenciée des SCOP et des EC aux chocs de demande, par les ajustements de l’emploi, des salaires et des heures travaillées. Le quatrième chapitre explore la possibilité d’une diversité importante parmi les SCOP, notamment dans l’accès au sociétariat, qui pourrait avoir un impact sur les ajustements de l’emploi. La contribution de cette thèse au débat économique peut être résumée en trois points. Premièrement il s’agit de la première grande analyse quantitative comparative des SCOP et EC concernant l’emploi et ses caractéristiques. Deuxièmement l’enquête qualitative sur laquelle nous nous appuyons, réalisée en collaboration avec des collègues de l’Université de Grenoble est également unique puisque c’est la première enquête qualitative de cette ampleur. Son exploitation permet donc une analyse du discours des membres des SCOP qui n’avait pas été réalisé auparavant. Enfin, notre positionnement se veut également original, mobilisant des approches habituellement mises en opposition en les faisant réellement discuter autour d’un objet dont la compréhension s’en trouve enrichie.

Which equality in SCOPs? Quantitative and qualitative analysis of wage distribution and employement flexibility

This thesis focuses on French Cooperative and Participative firms (SCOP). Through the observation of this model, it offers an extensive analysis of inequality at work within firms, concentrating on wage inequality and sharing of adjustment costs. The thesis is divided into four chapters. The first chapter compares wage distribution in SCOPs and conventional firms (CFs) by estimating wage equations based on the DADS dataset. The second chapter offers a detailed analysis of 53 workers’ interviews, conducted in 38 SCOPs in the Rhône-Alpes region. The principles of justice at work in the determination of the wage structures described in chapter one are identified. The third chapter is an econometric comparison of adjustments to demand shocks in SCOPs and CFs, involving employment flexibility as well as hour and wage flexibility. The fourth chapter explores the diversity among SCOPs, especially in access to membership and its consequences on employment adjustments. The contribution of this thesis to the debate in economics can be summarised with three points. Firstly it is the first large comparative quantitative analysis of SCOPs and CFs regarding employment and its characteristics. Secondly, the qualitative survey we use, produced with colleagues from Grenoble University, is also unique in terms of size and content. Its exploitation makes the analysis of workers’ rhetoric on equality possible. Finally, our method is original: we adopt approaches that are usually opposed and use them in unison to enrich the understanding of our subject.

Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d’une nouvelle pratique médicale, par Amandine Rauly

Thèse soutenue le 1er décembre 2016 sous la direction de Jean-Paul Domin

La télémédecine, entendue comme une activité de production de soins réalisée à distance au moyen des technologies médicales, est présentée par les autorités régulatrices du système de santé comme une solution à la désertification médicale, à la prise en charge des maladies chroniques et doit permettre d’encadrer l’évolution de la dépense de santé. Alors que cette pratique se développer de façon significative au cours des années 1990-2000, sa progression est freinée depuis l’instauration d’une politique publique qui lui est dédiée. Cette thèse propose une grille de lecture de la gouvernance de la télémédecine afin d’expliquer l’échec relatif de la stratégie nationale de déploiement de la pratique.

La gouvernance de la télémédecine repose sur un référentiel politique particulier, le référentiel de marché qui est marqué en santé par une orientation néo-libérale de l’action publique. Le référentiel de télémédecine s’inscrit dans une approche individualiste qui ne tient compte, ni des groupes d’acteurs, ni des rapports sociaux entre ces acteurs. À partir de ce constat, nous avons formulé deux hypothèses interprétatives qui ont déterminé notre méthode de recherche : le blocage de la télémédecine résulterait d’une incapacité de la puissance publique à caractériser les zones de tension à travers le référentiel de marché (i) et il serait nécessaire de mener une analyse alternative des institutions qui tienne compte des rapports de force entre les groupes sociaux (ii).

Afin de tester ces hypothèses nous avons adopté un cadre analytique, dans la lignée des travaux institutionnalistes en économie de la santé, qui combine les approches régulationnistes et conventionnalistes. L’enjeu de cette thèse est de caractériser la façon dont se noue la régulation de l’activité télémédicale et de préciser les dispositifs qui lui sont associés. Toutefois, c’est en mobilisant le cadre analytique conventionnaliste qu’il devient possible de définir les logiques qui seraient à l’origine des conflits de représentation entre les acteurs de la télémédecine.

Il semblerait que le blocage du développement de la télémédecine révèle des logiques d’action antagonistes entre acteurs de la gouvernance et ceux de la production de soins. Les premiers suivent une logique d’action qualifiée d’industrielle marchande, en adéquation avec la vision associée au référentiel de marché et compatible avec les principes de ce que nous avons caractérisé de New public management à la française. Les seconds suivent une logique d’action qualifiée de professionnelle qui repose sur des principes tels que l’autonomie et le respect de l’éthique. La logique d’action professionnelle est caractéristique des acteurs primo-utilisateurs de la télémédecine, c’est-à-dire avant sa reconnaissance juridique. Nous proposons alors d’interpréter l’enlisement dans ce conflit comme tenant à l’impossibilité pour les acteurs de la gouvernance d’identifier les raisons du blocage du déploiement, compte tenu de leur lecture par le référentiel de marché.

De notre analyse, nous retenons que la politique de télémédecine prend mal en compte l’insertion du système de télémédecine dans son environnement institutionnalisé, ce qui crée des tensions entre les objectifs de la politique et les logiques socio-économiques historiques de la production de soins. En éludant les caractéristiques spécifiques des médecins, les dispositifs proposés par la politique vont alors à l’encontre des logiques de production de soins.

Jury :
Philippe BATIFOULIER (Président), Professeur des Universités, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
Jean-Paul DOMIN (Directeur), Maître de Conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne
Olivier FAVEREAU, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maryse GADREAU (Rapporteur), Professeur émérite, Université de Bourgogne
Florence JANY-CATRICE (Rapporteur), Professeur des Universités, Université Lille 1
François LEGENDRE, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil

Accéder à la thèse

Governance of telemedicine. An institutionalist analysis of a new medical practice

Telemedicine is a form of medical practice remotely using ICT. This practice is presented as a solution to: medical desertification (i), management of chronic diseases (ii). Furthermore, telemedicine contributes to the reduction of the costs of the health system. This pratice This practice has developed in the 90’-2000 in France. However, its progress has been slowed down since the introduction of a public policy. Our thesis proposes an analytical framework of the governance of telemedicine in order to explain the relative failure of the national development strategy.

The governance of telemedicine is based on a specific policy framework: the market reference framework. It is characterized by a neo-liberal orientation of public action in health. The telemedicine reference framework is an individualistic approach that does not take into account either the groups of actors or the social relations between these actors. On the basis of this observation, we formulated two interpretive hypotheses which determined our research method. Firstly, the blocking of telemedicine is the result of an inability of the public authorities to characterize the areas of tension. Secondly, it is necessary to carry out an alternative analysis of institutions that takes account of the power balance between social groups.

To test these hypotheses we have adopted an analytical framework that combines regulatory and conventionalist approaches. The aim of this thesis is to characterize the regulation of telemedicine and to specify the regulation devices. The conventionalist analytical framework makes it possible to characterize the logics of action at the origin of conflicts. The blocking of the development of telemedicine corresponds to antagonistic logics between telemedicine actors: public authorities and medical practitioners. The public authorities follow a logic of action « industrial merchant ». The latter follow a logic of action « professional » based on principles such as autonomy and ethics. We propose to interpret the stalemate in this conflict as being due to the impossibility for the public authority to identify the reasons for blocking the deployment of telemedicine.

We note that the telemedicine policy does not take into account the insertion of the telemedicine system in its institutionalized environment, which creates tensions between the objectives of the policy and the historical socio-economic logics of the production of care. The devices proposed by the policy are antagonistic to the logics of care production.