Archives mensuelles : janvier 2016

29 janvier 2016 : Un dictionnaire non standard autour d’un homme non-ordinaire

Hommage à Olivier Favereau

Olivier Favereau est l’un des fondateurs d’une école de pensée l’Économie des conventions qui s’est développée à Paris Ouest et son principal animateur. Figure intellectuelle majeure en sciences économiques mais aussi dans les autres disciplines notamment en sciences de gestion et en sociologie, il a animé plusieurs réseaux de recherche et est membre de nombreuses institutions académiques. Professeur émérite membre d’EconomiX, il a créé à Paris Ouest, l’école doctorale EOS, le M2 recherche Économie des institutions et dirigé le laboratoire FORUM.

Il est de ces universitaires auquel la communauté souhaite rendre hommage. Cet hommage a été organisé le vendredi 29 janvier 2016 sans que le principal intéressé n’en ait été informé. Il a fait suite à une séance exceptionnelle du séminaire Conventions pendant laquelle Olivier Favereau a présenté des « Repère(s) pour l’Économie des conventions » dans une salle des conférences comble. 150 personnes étaient présentes pour écouter les allocutions de Bernadette Madeuf (EconomiX, ancienne Présidente de l’Université Paris Ouest Nanterre), Christophe Benavent (Directeur de l’école doctorale EOS) et André Orléan (Président de l’Association Française d’Économie Politique) et pour assister à la remise à Olivier Favereau du Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau, (sous la direction de Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier et Delphine Remillon,), publié par les éditions Septentrion avec le soutien financier d’EconomiX, de l’UFR Segmi, du CEPN (CNRS UMR 7234 – Université Paris 13) et de Triangle (CNRS UMR 5206 – ENS Lyon).

Les différentes entrées de ce dictionnaire fournissent un panorama sans équivalent de l’économie politique portée par le courant de l’Économie des conventions à laquelle Olivier Favereau a œuvré durant toute sa carrière. 75 auteurs réunis pour l’occasion discutent, utilisent ou prolongent plusieurs dimensions de sa pensée offrant ainsi une clé d’entrée originale dans les principaux débats qui animent aujourd’hui les sciences économiques et sociales.

Né en 1945, Olivier Favereau, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, réussit le concours du Sénat et entre en septembre 1970 à la commission des affaires sociales. Poussé par l’envie de faire de la recherche et d’enseigner, il n’y restera toutefois que 9 mois ayant l’opportunité d’être recruté à Nanterre comme collaborateur technique. Tout en assurant des TD à Paris 1, il commence alors sa thèse sans se douter que celle-ci ne se terminera que douze ans plus tard. C’était sans doute le temps qu’il fallait pour concevoir une approche alternative. Rattrapant ce retard, il réussit brillamment, dès l’année suivante (1983), le concours d’agrégation d’économie. Après avoir passé quatre années au Mans, il est nommé à l’Université Paris X Nanterre en 1988 et se consacre à l’édition d’un numéro spécial de la Revue économique (1989), créant ainsi, avec d’autres chercheurs, l’Économie des conventions.

Au fond, qu’est-ce que l’Économie des conventions ? Bien plus que l’approche économique d’un objet, les conventions, pour Olivier Favereau, l’Économie des conventions désigne d’une « méthode générale d’approche des coordinations organisationnelles » ou encore un « programme de recherche en sciences sociales ». Elle s’inspire de John M. Keynes mais aussi de Herbert Simon, David Lewis et de Peter Doeringer et Michael Piore. Les comparaisons/confrontations avec d’autres programmes auxquelles Olivier Favereau s’est livré à maintes reprises ont certainement contribué à donner à l’Économie des conventions l’image d’une théorie (non standard), d’un courant ou d’une école de pensée, au même titre que l’école de la régulation par exemple. Toutefois, l’Économie des conventions n’a jamais eu vocation à remplacer la théorie néoclassique aux yeux d’Olivier Favereau : l’objectif n’était « pas tant d’offrir une théorie meilleure que de réouvrir le langage de la théorie économique » (2004, p. 143) pour renouer avec cette « figure caché du keynésianisme : une pensée de l’économie à partir de l’entreprise » plutôt qu’une pensée de l’économie à partir du marché. Un signe de la réussite du projet serait que l’on ne soit pas obligé de se réclamer explicitement de l’Économie des conventions pour développer cette pensée alternative, à l’image des travaux menés autour de l’entreprise depuis 2009 par un collectif de chercheurs d’horizons divers dans le cadre du collège des Bernardins.

En tant qu’enseignant, Olivier Favereau s’est beaucoup investi dans la création (en 1991) et la direction du diplôme d’études approfondie (DEA) « Économie des institutions » qui deviendra le point focal de l’enseignement de la pensée institutionnaliste dans toute sa diversité (Économie des conventions, théorie de la régulation, socio-économie, etc.). Il donnera envie à beaucoup de ces étudiants de poursuivre en thèse, puis de se lancer dans une carrière académique. L’insertion académique des étudiants de ce DEA est d’ailleurs l’une des grandes préoccupations d’Olivier Favereau et l’une de ses grandes fiertés. Au dernier décompte, ce DEA a en effet « produit » pas moins de 21 maîtres de conférences, 5 professeurs d’université, 8 chargés de recherche, et de nombreux chercheurs dans d’autres institutions académiques et administratives, nationales et internationales. Nombre des contributeurs au Dictionnaire des conventions sont d’ailleurs issus de cette formation.

Liste des 75 auteurs : Tristan Auvray, Philippe Batifoulier, Charlotte Bellon, Irène Berthonnet, Arnaud Berthoud, Franck Bessis, Christian Bessy, Luc Boltanski, Robert Boyer, Jean Cartelier, Aurore Chaigneau, Camille Chaserant, Ève Chiapello, Nicolas Da Silva, Thomas Dallery, Jean De Munck, Hervé Defalvard, David Dequech, Rainer Diaz-Bone, Jean-Paul Domin, Jean-Pierre Dupuy, Arnaud Esquerre, François Eymard-Duvernay, Judith Favereau, Marie Favereau, Peggy Favereau, Bernard Friot, Maryse Gadreau, Bernard Gazier, Ariane Ghirardello, Sophie Harnay, Armand Hatchuel, Philippe Hugon, Christophe Jamin, Florence Jany-Catrice, Rouslan Koumakhov, Thomas Lamarche, Guillemette de Larquier, Christian Laval, Emmanuel Lazega, Jean-Marc Le Gall, Arnaud Le Marchand, Jean-François Lejeune, Nadine Levratto, Helena Lopes, Antoine Lyon-Caen, Bénédicte Martin, Fabian Muniesa, Kenkichi Nagao, André Orléan, Michael J. Piore, Gaël Plumecocq, Nicolas Postel, Christophe Ramaux, Gilles Raveaud, Antoine Rebérioux, Delphine Remillon, Géraldine Rieucau, Sandra Rigot, Jean-Philippe Robé, Baudoin Roger, Tatiana Sachs, Laurence Scialom, Blanche Segrestin, Tiana Smadja-Rakotondramanitra, Richard Sobel, Yamina Tadjeddine, Junya Tatemi, Olivier Thévenon, Laurent Thévenot, Fabrice Tricou, Daniel Urrutiaguer, François Vatin, Stéphane Vernac et Hélène Zajdela.

Convention theory in the Anglophone agro-food literature: Past, present and future

Stefano Ponte (2016)

Journal of Rural Studies, 44, pp. 12-23.

Abstract. In the past two decades, convention theory has been applied in various branches of agro-food studies, providing analytical and theoretical insight for examining alternative food networks, coordination and governance in agro-food value chains, and the so-called ‘quality turn’ in food production and consumption. In this article, I examine convention theory applications in the Anglophone literature on agro-food studies through the review of 51 relevant contributions. I highlight how CT has helped explain different modes of organization and coordination of agro-food operations in different places, and how it has provided new venues of approaching quality – in view of understanding how exchange of agro-food products takes place and with what social and power dynamics. I trace two main analytical streams of this literature: one focussing on agro-food adaptations of the ‘worlds of production’ framework (Salais and Storper, 1992; Storper and Salais, 1997); and another applying the ‘orders of worth’ approach of Boltanski and Thevenot (1991[2006]) and further elaborations of ‘quality conventions’. After tracing broad trajectories and the significance of new developments in this literature, I highlight its current limitations and suggest some directions for future research.

Link to the document