Transformer la psychiatrie pour démocratiser la société. L’héritage de Franco Basaglia dans deux services de psychiatrie de communauté, en France et en Italie.

Matera, Giovanni (2019)

PhD thesis

Jury
M. Laurent Thévenot (Directrice de thèse), EHESS
M. Marc Bréviglieri, Haute Ecole spécialisée de Genève
M. Marco Cremaschi, IEP Paris
Mme Eliane Rothier Bautzer, Université Paris Descartes
Mme Livia Velpry, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
M. Tommaso Vitale, IEP Paris

Résumé
Participer à la démocratisation de la société à travers la lutte contre la ségrégation des personnes souffrant d’un trouble mental a constitué le but d’un groupe composé de psychiatres et d’autres intellectuels qui a animé dans les années 1970, autour de Franco Basaglia, le débat sur les services alternatifs de psychiatrie. Visant à réformer les législations en vigueur, ces professionnels ont organisé dans différents pays des services de psychiatrie territoriale privilégiant l’intégration sociale des malades comme condition d’une prise en charge ne menaçant pas leurs droits. Tandis que la désinstitutionnalisation s’imposait progressivement, le mouvement contestait la reproduction des logiques asilaires dans des services territoriaux centrés sur l’hôpital psychiatrique. La création de nouveaux services remplaçant les services hospitaliers s’est accompagnée de la mise en place d’un savoir critique prenant appui sur les sciences sociales pour mettre en cause ces services, rendre la critique durable de façon à en tirer avantage pour les réadapter sans cesse. La critique de l’hôpital psychiatrique et du contrôle social a stimulé la création de nouveaux services que, au début des années 2000, l’Organisation Mondiale de la Santé a désignés comme « services communautaires ».  Notre analyse rassemble sous l’appellation de « psychiatrie communautaire » des expériences menées en Italie et France à partir d’initiatives locales que nous comparons. Dans les deux sites, les malades sont accompagnés à leur domicile par des institutions et des services communautaires qui, se fondant sur la critique de l’asile et du contrôle social, ont remplacé les services coordonnés à partir de l’hôpital psychiatrique. Nous avons questionné le rapport entre le travail quotidien des éducateurs et le dispositif central de leur travail, le logement des personnes prises en charge.    Notre travail ethnographique reconstitue le travail de prise en charge qui est guidé par des principes non cohérents avec la prise en charge des patients par une communauté territoriale. Orientés par le projet de démocratiser la société à travers la réforme de la psychiatrie, les deux services sont amenés à construire des compromis qui, dans une tout autre orientation, participent à un gouvernement par l’objectif et tendent à réorienter le travail d’assistance vers un plan exclusivement médical ou marchand. Comment le projet de démocratisation, toujours présent dans les deux sites, peut-il se maintenir dans cette nouvelle configuration et profiter de la portée créative de la critique.

ABSTRACT
Participating in the democratization of society through the fight against the segregation of people with mental disorders was the goal of a group of psychiatrists and other intellectuals who led the debate on alternative psychiatric services in the 1970s, around Franco Basaglia. Aiming at reforming existing legislation, these professionals have organized territorial psychiatric services in various countries, focusing on the social integration of patients as a condition for care that does not threaten their rights. While deinstitutionalization was gradually becoming necessary, the movement contested the reproduction of asilarian logic in territorial services centred on the psychiatric hospital. The creation of new services replacing hospital services has been accompanied by the development of critical knowledge based on the social sciences to challenge these services, to make criticism sustainable so as to take advantage of it to constantly readapt them. Criticism of the psychiatric hospital and social control has stimulated the creation of new services that, in the early 2000s, the World Health Organization designated as « community services ».  Our analysis brings together under the name of « community psychiatry » experiments conducted in Italy and France based on local initiatives that we are comparing. In both sites, patients are accompanied home by community institutions and services which, based on criticism of asylum and social control, have replaced the coordinated services from the psychiatric hospital. We questioned the relationship between the daily work of educators and the central feature of their work, the housing of the people they care for.    Our ethnographic work reconstructs the care work that is guided by principles that are not consistent with the care of patients by a territorial community. Guided by the project to democratize society through the reform of psychiatry, the two services are led to build compromises which, in a completely different direction, participate in a government by the objective and tend to redirect the assistance work towards an exclusively medical or commercial plan. How can the democratization project, still present in both sites, be maintained in this new configuration and benefit from the creative reach of criticism.