Les financiers sont-ils néoclassiques ? Conceptions indigènes de la valeur des acteurs du capital investissement

Benquet, Marlène (2019)

Revue Française de Socio-Économie 23(2), pp. 59-78.

Fondé sur des données ethnographiques et l’analyse d’un corpus de 48 entretiens, ce texte décrit les conceptions indigènes de la valeur des firmes des membres des fonds d’investissement. À partir d’une approche pragmatique des jugements portés sur la valeur, ce texte évalue la prégnance d’une définition substantielle dite néoclassique de la valeur parmi ces investisseurs, et montre que, récusée lorsqu’ils commentent leurs pratiques professionnelles, elle est en revanche mobilisée lorsqu’il s’agit de les justifier.

“Cette approche de la valeur correspond à ce qu’Ève Chiapello et Christian Walter nomment la « seconde convention d’évaluation financière » ou « mean-variance convention » [Chiapello et Walter, 2016] élaborée dans les années 1950, 1960 et 1970 pour produire une théorie de la diversification des portefeuilles de titres. Cette théorie de la valeur aujourd’hui dominante s’inscrit dans la filiation de la pensée fishérienne qui, au début du xxe siècle, donna lieu à une première convention d’évaluation financière. Révolutionnaire en son temps, cette convention affirmait que la valeur d’une chose n’était pas liée à son passé, et notamment au temps ou à l’argent qu’il avait fallu dépenser pour la produire, mais aux revenus futurs qu’elle pourrait générer (en comparaison d’autres biens) tels que calculés par la formule des discounted cash-flows (flux de revenus actualisés) [Fisher, 1906]. Ce mode d’évaluation des biens, qui place au fondement du calcul de la valeur l’idée d’un scénario alternatif, puisque c’est la possibilité de placer son capital ailleurs (à la banque) qui justifie que les revenus futurs soient actualisés et qui rend ainsi les placements comparables entre eux, forme le socle théorique des approches substantielles néoclassiques de la valeur enseignées jusqu’à aujourd’hui. » (p. 64)

Are financiers neoclassical? Private equity actors’ conceptions of value

“Based on ethnographic data and an analysis of forty-eight interviews, this article describes private equity actors’ own conceptions of value. Using a pragmatic price valuation approach, this paper studies the salience of a substantive, so-called neoclassical, definition of value among these investors. It shows that they reject this definition when they talk about their valuation process, but refer to it when they need to justify this process.”

“This approach to value corresponds to what Eve Chiapello and Christian Walter call the “second financial valuation convention” or “mean-variance convention”[Chiapello and Walter, 2016] developed in the 1950s, 1960s and 1970s to produce a theory of securities portfolio diversification. This theory of value, which is now dominant, is in line with Fisherian thought which, at the beginning of the 20th century, gave rise to a first financial valuation convention. Revolutionary in its time, this convention affirmed that the value of a thing was not related to its past, and in particular to the time or money it had taken to produce it, but to the future income it could generate (in comparison to other goods) as calculated by the discounted cash-flows formula (Fisher, 1906). This method of valuing property, which places the idea of an alternative scenario at the heart of the calculation of value, since it is the possibility of investing one’s capital elsewhere (in the bank) that justifies discounting future income and thus making investments comparable with each other, forms the theoretical basis for the substantial neoclassical approaches to value taught to date.” (p. 64)

Lien vers la revue