Les classes sociales et leurs mesures

L’Année sociologique 2019/2 (Vol. 69)

Jacques Lautman : « In memoriam Jean-Daniel Reynaud (1926-2019) », p. 295-301

Thomas Amossé & Etienne Penissat : « Entre ordonnancement hiérarchisé des professions et regroupement des métiers par domaine d’activité. La double asymétrie des représentations ordinaires », p. 511-539.

Résumé. À partir d’un dispositif d’enquête sur tablette numérique, cet article étudie les représentations ordinaires de l’espace social. Comment les individus délimitent‑ils deux milieux sociaux dans un ensemble fermé de 11 professions appartenant à une fraction limitée de l’espace social ? Réalisés successivement sur des professions classiquement considérées comme relevant du « haut » et du « bas » de l’espace social, les classements des enquêtés démontrent en premier lieu la force toujours actuelle de l’opposition entre les professions d’employés et d’ouvriers : comme point saillant, elle délimite le principal clivage interne aux classes populaires. Pour les professions de cadres et de chefs d’entreprise ensuite, trois représentations (positionnelle, statutaire et fonctionnelle) se dégagent des classements réalisés, dont la première est clairement hiérarchisée. L’opposition selon le secteur public ou privé se retrouve dans les deux séquences de façon transversale. L’article conclut à une double asymétrie des représentations ordinaires : les hiérarchies professionnelles et sociales sont plus souvent évoquées pour et par les individus occupant une position élevée dans la société, alors que ce sont davantage des oppositions transversales (statutaires ou fonctionnelles) qui sont utilisées pour et par ceux situés plus bas dans l’échelle des emplois et des positions sociales.

Abstract. Based on a digital tablet survey system, this article investigates the ordinary representations of social space. How do individuals delimit two social groups among a closed set of 11 occupations to a limited fraction of the social space ? The respondents’ classifications, carried out successively on occupations classically considered as belonging to the “top” and “bottom” of the social space, demonstrate first of all the ever-present strength of the opposition between the occupations of “employés” (clerical or public) and of “ouvriers” (manual) : they function as salient points that delimit the main internal cleavage between the working classes. For the executives and business managers occupations, three representations (positional, statutory and functional) emerge of the classifications, the first of which is clearly hierarchical. The opposition between the public and private sector plays a transversal role in both games. The article concludes that there is a double asymmetry in ordinary representations : professional and social hierarchies are more often mentioned for and by individuals occupying a higher position in society, while transversal oppositions (statutory or functional) are more often used for and by those who are at a lower level in the scale of occupations and social positions.

Extrait. « Au début des années 1980, dans le cadre de la refonte de la nomenclature des Catégories socioprofessionnelles (CSP), Luc Boltanski et Laurent Thévenot (2015 [1983]) conçoivent un ensemble de dispositifs ludiques et expérimentaux pour enquêter sur les manières dont est perçue la société française. Leurs résultats mettent en lumière une convergence des représentations ordinaires avec les catégories statistiques, juridiques et politiques de division du monde social. Ils soulignent toutefois que l’espace social, tel que se le représentent les enquêtés, ne s’organise pas de façon homogène, segmentée et orientée. Il s’apparente à une classification « naturelle », non à une classification « logique » telle celle du botaniste Carl von Linné qui, au xviiie siècle, a élaboré un système classificatoire des végétaux en croisant strictement les critères utilisés pour leur identification. Les classifications naturelles tiennent quant à elles davantage du bricolage : elles reprennent les catégories sociales, les images issues de l’expérience sensible, de la vie quotidienne. Mises en évidence dans les jeux de L. Boltanski et L. Thévenot, les représentations ordinaires s’organisent ainsi autour de « points saillants » qui, durcis par un travail politique de représentation des univers professionnels et sociaux, servent d’appuis cognitifs, de passerelles vers les catégories instituées : l’« ouvrière d’usine emballeuse » fait largement consensus entre enquêtés pour désigner les « travailleurs non qualifiés » ; le « fraiseur P2 » est le représentant paradigmatique des « ouvriers qualifiés », de même que l’« ingénieur travaux publics » l’est pour les « cadres » (Ibid., p. 11). À côté de ces points saillants, de larges « zones floues » regroupent des professions perçues comme à la frontière des catégories instituées, là où certains critères perdent de leur pertinence, parfois au profit d’autres, ou entrent en contradiction. »

Cédric Hugrée & Laure de Verdalle :  « Les mots pour (ne pas) le dire. L’expression des hiérarchies et des différences sociales », p. 479-509.

Résumé. Nous analysons les univers lexicaux mobilisés pour catégoriser l’espace socioprofessionnel aujourd’hui en France à partir des matériaux originaux issus d’un dispositif expérimental confrontant 547 enquêtés à un « jeu de cartes ». Il leur était demandé de classer des professions puis de formuler librement des noms pour désigner les groupes ainsi constitués. Dans une première partie, nous décrivons la grande diversité des lexiques utilisés par les enquêtés. L’identification des lexiques les plus courants permet d’interroger la proximité et les écarts qui existent entre les deux activités (classement et dénomination). Dans un second temps, nous analysons l’espace des dénominations des groupes socioprofessionnels en interrogeant les manières dont ont été dites ou tues les hiérarchies. Cela nous conduit à discuter la permanence du vocable des groupes professionnels pour exprimer ces différenciations sociales et à analyser les rapports entre les taxinomies pratiques mobilisées par les individus et les nomenclatures officielles, au premier rang desquelles les PCS. Nous mettons alors en évidence l’émergence d’un vocable de la responsabilité et de l’encadrement, et discutons de la présence de registres moraux ou critiques, moins normés, mobilisés par certains de nos enquêtés.

Abstract. We analyze the lexical universes used to categorize the socio-professional space in France today on the basis of original materials resulting from an experimental survey confronting the respondents with a “card game”. We asked 547 respondents to classify professions and then to freely formulate names to designate the groups they had constituted. In a first part, we describe the great diversity of lexicons used by the surveyed. The analyze of the most common lexicons underlines the strong link that exists between the way respondents have classified these “cards” and the way they have named groups of cards. In a second part, we analyze the space of denominations of socioprofessional groups by questioning the ways social hierarchies have been said or not. In a third part, we discuss the permanence of the “professional groups’ names” to express these social differentiations and we analyze the relationships between the practical taxonomies and the official classifications. We then highlight the emergence of other terms, such as a lexicon of responsibility and supervision, and discuss the presence of moral or critical registers, less standardized, used by some of our respondents.

Extrait. « Dans les années 1970, s’appuyant sur un dispositif expérimental et inédit (Deauvieau et al., 2014), Luc Boltanski et Laurent Thévenot (2015 [1983]) avancent pourtant l’idée que les catégories de la statistique publique constituent de puissants repères symboliques qui aident les agents sociaux à s’orienter dans le monde social. »

Lien vers la revue (Cairn.info)