L’éducation aux valeurs civiques, comment comparer? Une réflexion méthodologique à partir du cas franco-allemand

Claude Proeschel, Andrea Szukala & Reinhold Hedtke (2019)

Éducation et sociétés, 42, pp. 31-50.

Résumé. À partir du terrain de recherches que constitue la comparaison franco-allemande, cet article mène une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une comparaison dans le domaine de l’éducation civique et morale. Une grande partie des travaux de comparaison se réfère aux modèles nationaux de citoyenneté, d’éducation ou encore de pédagogie. Face aux évolutions concrètes de l’éducation civique, ils révèlent des limites heuristiques dans leur capacité à appréhender et à comparer les phénomènes concrets. L’analyse des possibilités ouvertes par les approches en termes de convention d’éducation civique et morale, dont le point de départ n’est plus l’exposé de différences, mais l’élément commun des situations et pratiques dans les écoles allemandes et françaises, permet alors de proposer des stratégies de recherche comparatiste fondées sur l’approche conventionnaliste.

Educating civil values: how to compare? A methodological reflection on the basis of a Franco-German case

Abstract. On the basis of a field of research based on a Franco-German comparison, this article reflects methodologically on the conditions of possibilities when comparing the field of civic and moral education. A large part of the comparison work refers to national models of citizenship, education or even pedagogy. Faced with concrete evolutions in civil education, they reveal the heuristic limits in their capacity to understand and compare concrete phenomena. Analysing possibilities opened up by approaches in terms of civic and moral convention, of which the starting point is no longer exposing differences, but the common element of situations and practices in German and French schools therefore makes it possible to propose comparatist research strategies based on the conventionalist approach.

Extrait. “Une approche néo-pragmatique de l’éducation conceptualisée selon l’économie des conventions fournit le cadre théorique et méthodologique, les concepts, les méthodes et les preuves empiriques permettant de surmonter les dichotomies connues et influentes du social (Diaz-Bone 2011) : analyse micro ou macro, individualisme ou holisme, rapport entre capacité d’action et structuralisme. S’appuyer sur le pragmatisme est pertinent en éducation à la citoyenneté comparée, domaine où des acteurs intégrés et compétents cherchent à stabiliser les situations dans lesquelles ils évoluent (Dodier 1993), à parvenir à une compréhension commune, normalement par le biais d’un compromis. Pour ce faire, ils usent d’une pluralité limitée de valeurs et de justifications et d’un assemblage d’objets tangibles connexes, pour justifier leurs revendications et se coordonner dans des situations incertaines ou contestées (Boltanski & Thévenot 1996, Dodier 1993). L’analyse comparative de l’éducation civique est en elle-même une approche multi-niveaux qui place la compréhension des situations, la méthodologie pragmatiste du situationnalisme et des interdépendances au centre de la recherche.

La notion de situation, concept central, met l’accent sur la difficile coordination des acteurs lorsqu’elle est déstabilisée par l’incertitude, la critique et le conflit résultant de la pluralité et des contradictions des justifications. Cette pluralité génère de multiples situations pratiques, mais fournit en même temps un nombre limité de justifications et d’objets matériels acceptables pour élaborer une interprétation commune et construire un compromis face aux problèmes de coordination et au conflit, même s’il est souvent temporaire (Boltanski & Thévenot 2006).

La sociologie des conventions fournit une typologie empirique, cohérente, des logiques de coordination collective. Elle distingue le monde domestique, le marché et le monde industriel, celui de l’inspiration, le monde du renom et le monde civique et, plus récemment, les deux mondes écologiste et connexionniste (Boltanski et al. 1999, 369-373 ; Thévenot, Moody & Lafaye 2013, 241, 256-257). Cette approche procure à la recherche comparative sur l’éducation civique et la citoyenneté un outil théorique et empiriquement approprié. Les situations sont comprises comme “des arrangements complexes ou des constellations d’objets, de modèles cognitifs, problèmes (coordinations à réaliser), d’arrangements institutionnels, de personnes et de concepts” (Diaz-Bone 2011, 49). Une analyse conventionnaliste d’une situation reconstruit la pratique complexe de l’interaction entre acteurs en coordination et les conventions et examine “les logiques que les acteurs appliquent pour se coordonner dans le processus de production” (Diaz-Bone 2011, 54). En éducation à la citoyenneté, les produits ainsi réalisés renvoient par exemple aux programmes, aux différents matériels, aux unités d’enseignement, examens, certificats et labels d’établissements ou encore aux accords de coopération avec les parties prenantes. Les conventions désignent des logiques supra-individuelles partagées utilisées dans une situation par des acteurs pour coordonner leurs actions et celles des autres, ainsi que pour évaluer ces actions, d’autres individus et objets (Diaz-Bone 2015, 334).

Surtout, une approche conventionnaliste met en évidence l’imbrication des acteurs avec l’environnement matériel d’une situation et les objets connexes. Ceux-ci jouent un rôle constitutif dans la capacité d’action, la coordination et l’évaluation des situations d’enseignement (Dodier 1993, Throssell 2015), qu’ils contribuent à stabiliser. Pour le cours d’éducation civique, peuvent être cités : cartes murales, drapeaux (inter)nationaux, manuels et livres du maître, tests nationaux, conceptions locales d’excursion ou de programmation scolaire, concours pour la démocratie, applications de conseils aux électeurs, prix pour l’engagement civique, etc. (Hedtke, Proeschel & Szukala 2017, 2019).”

Lien vers la revue (Cairn.info)