La fabrication du travail non qualifié

Didier Demazière et Emmanuelle Marchal (coord.) (2018)

Travail et emploi, 2018/3-4 (n° 155-156)

Sommaire

  • Didier Demazière, Emmanuelle Marchal : La fabrication du travail non qualifié. Analyser les obstacles à la valorisation (en accès libre)
  • François-Xavier Devetter, Emmanuelle Puissant : Mécanismes économiques expliquant les bas salaires dans les services à la personne. Une analyse centrée sur les aides à domicile
  • Hadrien Clouet : La qualité au guichet : négocier le travail peu qualifié à Pôle emploi
  • Sylvie Monchatre : Embaucher ou habiliter ? Recrutement et espaces de (non-)qualification dans l’hôtellerie-restauration
  • Lucas Tranchant : L’intérim de masse comme vecteur de disqualification professionnelle. Le cas des emplois ouvriers de la logistique
  • Pauline Grimaud : L’extension du travail dominical dans le commerce. Vers une redéfinition sous tensions de la qualification des emplois

Extrait de l’introduction: “La perspective privilégiée dans ce dossier est tracée autour d’une question centrale : par quels processus le travail est-il non qualifié, comment certaines activités et certains travailleurs sont-ils considérés comme non-qualifiés ou traités comme tels ? Ces questions ne reçoivent pas de réponses générales ou invariantes, car le phénomène de la « non-qualification » a des limites différentes d’un pays à l’autre, évolue avec le temps, se déplace entre les secteurs d’activité, touche des populations diverses. Ces variations indiquent que le travail non qualifié ne peut être rabattu sur un ensemble de traits intrinsèques ou de propriétés stables. Les impasses de l’approche substantielle sont d’ailleurs bien connues. Un argument majeur, reposant sur la critique de l’équation « non-qualification = absence de qualités », a été déployé dans plusieurs directions : un travail qui n’exigerait aucune qualité n’aurait aucune utilité et donc n’existerait pas, de sorte que toutes les formes de travail impliquent la mobilisation de qualités ; tout travailleur est dépositaire de qualités accumulées à travers sa formation et ses expériences qu’il actualise dans le cours de son activité ; tout processus de recrutement compte des opérations de sélection qui sont adossées à des procédures et critères visant à repérer des qualités chez les candidats, etc. Et pourtant l’expression « non qualifié » est une catégorie pertinente. Pertinente quand on la considère comme le résultat de processus d’attribution, dont nous proposons l’exploration.
Car il ne s’agit pas seulement de soutenir que tout poste de travail et tout travailleur mettent en jeu un nombre minimal de qualités ou de compétences, mais plutôt de considérer le travail non qualifié comme la résultante d’un déficit de leur reconnaissance et de leur valorisation. Il incorpore un « voir comme », un « compter pour » : ce qui est non qualifié, c’est ce qui est vu comme tel, ce qui est compté pour tel. Cette posture théorique, déjà expérimentée ailleurs (JANY-CATRICE, 2007 ; CHAUVIN, 2010), n’est pas relativiste pour autant. Car si l’expression « non qualifié » est désormais admise et retenue comme pertinente pour rendre compte d’évolutions contemporaines du travail, c’est parce qu’elle est adossée à des conventions sociales ; des conventions de perception, de mesure, de valorisation, qui sont suffisamment cristallisées et stabilisées pour qu’elles fassent sens, circulent et organisent des rapports sociaux de travail. Ces conventions, plus ou moins institutionnalisées, ne couvrent pas de manière uniforme le spectre des emplois et des postes. Ainsi, dans nombre de secteurs industriels, des conventions collectives ont fixé des classifications professionnelles ouvrières. Et celles-ci délimitent la frontière entre des emplois d’ouvrier professionnel ou qualifié, correspondant à des métiers dont l’exercice exige une formation et un apprentissage, et des emplois d’ouvrier spécialisé et de manoeuvre ne nécessitant aucune formation ou, au plus, une adaptation rudimentaire. Mais ces catégories n’ont pas d’équivalent dans l’archipel des employés, où la différenciation entre qualifié et non qualifié est plus flottante, alors même que s’y développe le travail non qualifié. De manière convergente, la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles distingue de longue date les ouvriers « qualifiés » et « non qualifiés » (à l’échelle des 24 postes) (DESROSIÈRES, THÉVENOT, 1988) mais n’introduit pas explicitement ce critère pour les employés, même si des définitions des employés non qualifiés sont proposées (AMOSSÉ, CHARDON, 2006).”

(Demazière & Marchal, p. 5-6)

Lien vers la revue (Cairn.info)