Fablab à la campagne : régimes d’actions et articulations des investissements

Jêrome Lamy (2019)

Sociologies pratiques, 2019/1 (N° 38), p. 49-58

Résumé. Appuyée sur les catégories mises en évidence par la sociologie pragmatique des régimes d’action, notre étude du fablab rural de Parthenay dans les Deux-Sèvres permet de mettre au jour des régimes d’engagement dans l’action articulés de façon très hétérogènes et qui paraissent différents de ceux que l’on peut observer dans les fablabs de grands centres urbains, qui ont fait l’objet de davantage d’enquêtes sociologiques. Ces articulations hétérogènes peuvent s’expliquer par la disponibilité des ressources et des compétences locales. Au-delà des différences, potentiellement perçues comme des manques, que ces différences engendrent par rapport à l’idéal-type de l’engagement des acteurs des fablabs – illustré par l’expérience originelle du mit – elles mettent également en exergue la mobilisation de compétences originales jusqu’ici ignorées dans la littérature consacrée à ces lieux.

Mots clés : Fablab, Ruralité, Régimes d’action, Investissement, Articulations

Abstract. Based on the categories highlighted by the pragmatic sociology of action regimes, our study of the rural Fablab of Parthenay in Deux-Sèvres reveals very heterogeneous regimes of engagement in action that appear different from those observed in the Fablabs of large urban centres, which have been the subject of more sociological surveys. These heterogeneous linkages can be explained by the availability of local resources and skills. Beyond the differences, potentially perceived as gaps, that these differences generate in relation to the standard ideal of engagement of Fablabs actors – illustrated by the original experience of mit – they also highlight the mobilization of original skills hitherto ignored in the literature devoted to these places.

Extrait.
Les cadres établis par la sociologie pragmatique des régimes d’action de Laurent Thévenot (2006) permettent d’étudier la façon dont les acteurs mobilisent des formes de jugement sur leurs propres pratiques. Trois régimes d’action décrivent les différentes façons dont les individus s’engagent dans leur environnement en coordonnant leurs gestes, leurs discours et les objets dont ils ont besoin (Thévenot, 2006, p. 244-250) :
– Le « régime d’engagement familier » est fondé sur la routinisation de certaines tâches dans un espace très maîtrisé. C’est « l’usage » qui constitue le référentiel principal des actions. Les repères sont inscrits dans des appuis locaux, mobilisables à tout moment et dont la réactivité est parfaitement connue à l’avance (puisqu’éprouvée à maintes reprises).
– Le « régime d’action en plan » se signale par l’accomplissement réussi d’une séquence d’activité ainsi que la sanction positive par les acteurs eux-mêmes : le succès de la réalisation n’est pas toujours aisément discernable en ce qu’elle apparaît, dans les formes de justification, comme une pure validation de ce qui est.
– Enfin, « le régime d’action justifiable » s’appuie lui sur « un ordre de grandeur légitime qui s’adosse à une spécification du bien commun (…) ». La probation publique vient couronner un accomplissement à forte valence axiologique, voire normatif.
L’entrée par cette pragmatique de l’action permet d’opérer une enquête au plus près des acteurs et de leurs pratiques. Elle offre la possibilité de saisir le type de coordination opéré entre les ressources disponibles localement et les cadrages axiologiques inscrits dans la structure idéale des fablabs. Si la place prééminente des fondateurs de fablabs ou des fabmanagers a déjà été largement notée (Lhoste, Barbier, 2016, p. 56), il reste à explorer d’autres profils d’acteurs.

(p. 52)

Lien vers la revue (Cairn)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.