Le champ des objets composés

Nicolas Dodier & Anthony Stavrianakis (2018)

In: Les objets composés. Agencements, dispositifs, assemblages. Raison Pratiques 28. Paris: EHESS, pp. 9-38.

A propos de l’ouvrage. Ce que nous pointons, ce n’est pas la variabilité qui émerge nécessairement d’une enquête empirique, et qu’un chercheur s’attache en partie à réduire. Ce ne sont pas non plus les interdépendances entre des formes de matérialité non sociales et les objets que les sciences sociales ont placés au cœur de leur investigation (cultures, groupes, institutions, interactions sociales, dispositions). Par hétérogénéité profonde nous entendons cette consistance particulière des objets qui, associant les unes aux autres des entités aux capacités modulables relevant de catégories différentes, parfois au-delà de dualités fortement établies (matière et langage, nature et culture, technique et politique), obligent les chercheurs à imaginer les notions et les méthodes propres à les appréhender. En somme, des objets « composés ». Pointer cette hétérogénéité et s’y affronter a été une préoccupation de Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari, puis de la théorie de l’acteur-réseau, de la sociologie des régimes d’engagement, et plus récemment de l’anthropologie des agencements globaux. Mais les fronts aujourd’hui se déplacent. Venant de différents horizons de l’anthropologie et de la sociologie, issus des mondes anglophones et francophones, des chercheurs éprouvent le besoin de re-conceptualiser les notions et de redéfinir les enquêtes qui leur sont associées. Trois directions s’en dégagent, autour de trois concepts clefs – agencements, dispositifs, assemblages –, qui construisent un regard inédit sur les lieux où règnent les objets composés: des expériences de la vulnérabilité aux lieux d’énonciation du droit, des laboratoires scientifiques à l’expression des impératifs religieux, des milieux urbains, industriels et agricoles à l’exercice du pouvoir politique. Ainsi émerge un espace de recherches, dont ce numéro met en évidence les choix, les éclairages et les manières de faire.

Extrait. “La combinaison de mondes fondés :
À partir des années 1980, émerge une autre approche des objets composés, qui retient l’hypothèse que certains éléments que l’on peut qualifier de « fondationnels » (certains principes, certaines valeurs, la résolution d’une contradiction fondamentale, etc.) ont la capacité de lier entre eux des éléments hétérogènes (au sens de la variété des catégories dont ils relèvent) au sein d’un même ensemble composé, appelé «monde», «régime», ou «grammaire», selon l’angle plus particulièrement retenu. Cette approche met également l’accent sur le fait que les humains doivent combiner entre eux ces différents mondes ou régimes, la vie sociale étant marquée par la diversité et la conflictualité irréductibles entre les éléments fondationnels à la base de chacun d’entre eux. C’est ainsi que Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991) ont abordé la manière dont les personnes font référence à un sens de la justice. Ce cadre général a nourri des travaux conduits, par extension et déplacements, à partir de cette base (voir notamment Boltanski & Chiapello 1999, Boltanski, 2004).” (p. 17)

Lien vers l’éditeur (lcdpu)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.