Les mutuelles de santé dans l’extension de la couverture maladie au Sénégal. Une lecture par les conventions et l’économie sociale et solidaire, par Juliette Alenda

Thèse soutenue le 17 mai 2016 sous la direction de Bruno Boidin

Cette thèse aborde la question du potentiel des mutuelles comme base de la protection de la santé en Afrique. Le contexte est celui des régimes actuels de couverture maladie en Afrique de l’Ouest et centrale, hérités de modèles occidentaux, qui ne couvrent qu’une petite partie de la population, les travailleurs du secteur dit formel. Les gouvernements de ces pays se sont engagés dans l’extension de leurs couvertures maladies afin de fournir un accès universel aux soins. Depuis deux décennies, les mutuelles de santé se développent dans cette zone et sont devenues, dans certains pays, des piliers de cette extension. Mais, au regard des évolutions constatées, elles connaissent des difficultés importantes qui freinent leur développement. La littérature se concentre principalement sur les aspects opérationnels et financiers. En nous plaçant dans le contexte du Sénégal, notre thèse vise à montrer que cette vision est restrictive et laisse de côté les dimensions politiques et socioculturelles. En nous appuyant sur la littérature académique et celle des institutions, des entretiens semi-directifs et des études de cas, nous mettons en évidence deux explications principales à la stagnation des mutuelles de santé dans ce pays : un manque d’adhésion des populations qui provient d’une absence de compréhension de leur perception de la mutualité et de la santé, et l’influence des rapports de force entre les divers acteurs impliqués dans l’extension de la couverture maladie. La mobilisation de l’économie des conventions et de la littérature sur l’ESS permet de mettre en perspective ces obstacles et de montrer que les mutuelles ne devraient pas résulter d’un processus « clé en main ».

Jury :

M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université Paris 13 (Rapporteur)
M. Bruno BOIDIN, Maître de conférences/HDR, Université Lille 1, directeur de thèse
M. Hervé DEFALVARD, Maître de conférences/HDR, Université Paris-Est Marne-La-Vallée, rapporteur
M. Fred EBOKO, Chargé de recherche 1ère Classe/HDR, Institut de Recherche pour le Développement
Mme Florence JANY-CATRICE, Professeur, Université Lille 1

Accéder à la thèse

Mutual health insurance in the context of expanding health coverage in Senegal : a reading by the conventions and the social and solidarity economy

This thesis addresses the idea of mutual health organizations (MHOs) as a foundation for health protection in Africa. Current health coverage schemes in West and Central Africa, inherited from Western models, include only a small part of the population, the so-called formal sector. The governments of these countries have engaged in expanding coverage to provide universal access to health care. For two decades, MHOs have developed in this area and have become, in some countries, the pillar of this expansion. But, in light of observed trends, there are significant problems restricting the development of mutual insurance. The literature mainly focuses on operational and financial aspects. In the context of Senegal, our thesis is to show that this vision is restrictive and ignores the political and socio-cultural dimensions. Building on the literature from institutions, academic literature, semi-structured interviews and case studies, we highlight two main explanations for the stagnation of MHOs in this country: a lack of support of the population due to a deficiency in understanding their perception about mutuality and health; and the influence of power between the various actors involved in the health coverage expansion. Mobilizing the economy of conventions and literature on the SSE, we put these obstacles into perspective and show that MHOs should not result from a “turnkey” process.