Concevoir des bâtiments performants : prescriptions publiques, coordination, apprentissage, par Hélène Haller

Soutenance de thèse le 13 février 2019 à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, université de Grenoble-Alpes

Jury :

M. Rémi BARBIER, Professeur, Ecole Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement de Strasbourg, Rapporteur
Mme Véronique BIAU, Architecte-Urbaniste en chef de l’Etat, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette, Examinatrice
M. Nicolas BUCLET, Professeur, Université Grenoble-Alpes, Directeur de la thèse
M. Gilles DEBIZET, Maître de conférences, Université Grenoble-Alpes, Co-encadrant de la thèse  
M. Rainer DIAZ-BONE, Professeur, Universität Luzern, Examinateur
M. Taoufik SOUAMI, Professeur, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Rapporteur

Résumé : Dans le contexte de développement durable et de transition énergétique, le secteur du bâtiment représente en France une véritable mine pour mettre en oeuvre les ambitions de maîtrise de la demande en énergie. Réglementations nationales et locales ont été progressivement et substantiellement modifiées, et le processus de conception des bâtiments a dû évoluer pour les respecter. La conception a ainsi été questionnée par d’ambitieuses prescriptions visant la performance énergétique.Nous nous interrogeons sur les réajustements opérés par les concepteurs de bâtiments suite à cette série de prescriptions. Nous montrons que les prescriptions énergétiques des collectivités locales passent en majeure partie par des outils relevant de l’urbanisme opérationnel. De plus, après une période d’apprentissage en raison d’une nouvelle définition de la performance énergétique, le secteur de la conception se caractérise par une certaine stabilité, caractérisée par le retour de routines, la recherche de conventions partagées entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’oeuvre et le maintien d’un désintérêt tacite pour la prise en compte des usages. Nous étudions alors comme une innovation (la performance énergétique globale) s’est développée pour être ensuite intégrée au régime de la construction. Nous mobilisons la sociologie pragmatique, et plus particulièrement le courant des économies de la grandeur développé par L. Boltanski et L. Thévenot, ainsi que les travaux du courant conventionnaliste pour analyser trois opérations immobilières en logement collectif, de taille variée mais caractérisées par la recherche de la performance énergétique : la Tour Elithis Danube (Strasbourg, 67), l’éco-quartier des Passerelles (Cran-Gevrier, 74) et Les Jardins de Mûres (Mûres, 74). 

Lien vers le laboratoire Pacte


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.