Quelle égalité dans les SCOP ? Analyse quantitative et qualitative de la distribution des salaires et de la flexibilité de l’emploi, par Nathalie Magne

Thèse soutenue le 7 décembre 2016 sous la direction de Bernard Baudry

Cette thèse porte sur le travail dans les Société Coopératives et Participatives (SCOP). A travers l’étude de ce modèle, est proposée une analyse approfondie des inégalités au travail dans les entreprises par le biais de la structure salariale et de la répartition des coûts d’ajustement de l’activité. La thèse est divisée en quatre chapitres. Le premier chapitre compare la distribution des salaires dans les SCOP et dans les entreprises classiques (EC), en estimant des équations de salaires à partir de la base de données DADS. Le deuxième chapitre vient compléter le premier en proposant une analyse détaillée du discours des agents (à l’aide de 53 entretiens réalisés dans 38 SCOP de la région Rhône-Alpes) permettant d’identifier les principes de justice à l’œuvre dans la détermination des structures salariales mises en évidence dans le premier chapitre. Le troisième chapitre propose une analyse économétrique de l’adaptation différenciée des SCOP et des EC aux chocs de demande, par les ajustements de l’emploi, des salaires et des heures travaillées. Le quatrième chapitre explore la possibilité d’une diversité importante parmi les SCOP, notamment dans l’accès au sociétariat, qui pourrait avoir un impact sur les ajustements de l’emploi. La contribution de cette thèse au débat économique peut être résumée en trois points. Premièrement il s’agit de la première grande analyse quantitative comparative des SCOP et EC concernant l’emploi et ses caractéristiques. Deuxièmement l’enquête qualitative sur laquelle nous nous appuyons, réalisée en collaboration avec des collègues de l’Université de Grenoble est également unique puisque c’est la première enquête qualitative de cette ampleur. Son exploitation permet donc une analyse du discours des membres des SCOP qui n’avait pas été réalisé auparavant. Enfin, notre positionnement se veut également original, mobilisant des approches habituellement mises en opposition en les faisant réellement discuter autour d’un objet dont la compréhension s’en trouve enrichie.

Which equality in SCOPs? Quantitative and qualitative analysis of wage distribution and employement flexibility

This thesis focuses on French Cooperative and Participative firms (SCOP). Through the observation of this model, it offers an extensive analysis of inequality at work within firms, concentrating on wage inequality and sharing of adjustment costs. The thesis is divided into four chapters. The first chapter compares wage distribution in SCOPs and conventional firms (CFs) by estimating wage equations based on the DADS dataset. The second chapter offers a detailed analysis of 53 workers’ interviews, conducted in 38 SCOPs in the Rhône-Alpes region. The principles of justice at work in the determination of the wage structures described in chapter one are identified. The third chapter is an econometric comparison of adjustments to demand shocks in SCOPs and CFs, involving employment flexibility as well as hour and wage flexibility. The fourth chapter explores the diversity among SCOPs, especially in access to membership and its consequences on employment adjustments. The contribution of this thesis to the debate in economics can be summarised with three points. Firstly it is the first large comparative quantitative analysis of SCOPs and CFs regarding employment and its characteristics. Secondly, the qualitative survey we use, produced with colleagues from Grenoble University, is also unique in terms of size and content. Its exploitation makes the analysis of workers’ rhetoric on equality possible. Finally, our method is original: we adopt approaches that are usually opposed and use them in unison to enrich the understanding of our subject.