Quantifier la qualité des soins. Une critique de la rationalisation de la médecine libérale française

Nicolas Da Silva (2017)

Revue française de socio-économie, n° 19, p. 111-130.

Résumé. Avec la logique de quantification de la qualité du travail médical, les patients sont invités à faire confiance aux normes chiffrées déterminées par les agences de santé indépendantes – plutôt que de se fier à la relation personnelle avec leur médecin. Si cette nouvelle régulation ressemble à une rationalisation des pratiques, nous proposons de montrer en quoi il est utile de revenir sur la méthode de production de ces normes du travail médical et de questionner l’usage politique des essais cliniques randomisés. Après avoir rappelé les justifications théoriques et empiriques de la « rationalisation », nous défendons l’idée que la politique de quantification de la qualité des soins repose sur une épistémologie de la maladie arbitraire et une épistémologie des statistiques réductrice. Or cela n’est pas sans conséquences négatives, tant pour les professionnels que pour les patients.

Abstract. The logic of quantifying the quality of medical work requires patients to trust the numerical standards determined by independent health agencies—rather than relying on the personal relationship they have with their doctor. Since this new regulation seems to be a rationalization of practices, we propose to show how it is useful to review the method of production of these standards—how can we use evidence-based medicine and randomized clinical trials for health policy? After recalling the theoretical and empirical justifications of “rationalization,” we argue that the policy of quantification is based on an arbitrary epistemology of disease and a reductive epistemology of statistics. This is not without negative consequences for both professionals and patients.

Lien vers l’article / Link to the article