Pour une socio-économie de l’État en recomposition

For a socio-economy of the State in recomposition

Sandrine Garcia & Jean-Marie Pillon (2021)

Revue française de socio-économie, n° 27, pp. 33-51.

Extract: “Le secteur public se démarque toutefois largement du privé par l’absence de recherche du profit et le caractère réduit du paiement du service délivré [Grall, 2004 ; Vatin, 2008]. Il y a un décalage entre le coût de production du service et le prix facturé – bien souvent inférieur au coût de production. Ainsi, l’État est tenu d’opérer une péréquation entre ses dépenses et ses ressources, issues de divers prélèvements [Steiner, 2014]. En l’absence de l’indicateur du prix, de la marge ou du chiffre d’affaires, des agents publics doivent « convenir » de ce qu’il faut compter comme étant utile, efficace ou performant, ce qui ouvre la voie à un ensemble de négociations potentiellement conflictuelles entre différentes conceptions de l’intérêt général [Desrosières, 1993]. Par ailleurs, la thèse de l’importation depuis le privé et de la marchandisation de l’État peut conduire à réifier la notion de secteur privé sans distinguer les entreprises par secteur, par taille et par statut de propriété. Or, l’ensemble des outils de gestion utilisés dans le secteur privé n’ont pas une visée marchande. Le secteur privé se distingue certes des services publics du fait de l’existence d’un profit. Mais l’économie des conventions a souligné la très grande hétérogénéité des modèles économiques, i.e des façons de générer un profit [Coriat et Weinstein, 1995; Salais et Storper, 1993].” (p. 27)

Excerpt: “The public sector is, however, largely distinguished from the private sector by the absence of profit-seeking and the reduced nature of the payment for the service delivered [Grall, 2004; Vatin, 2008]. There is a gap between the cost of producing the service and the price charged – often less than the cost of production. Thus, the state is obliged to equalize its expenditures with its resources, which come from various levies [Steiner, 2014]. In the absence of the price, margin or turnover indicator, public agents must “agree” on what to count as useful, efficient or effective, which opens the way to a set of potentially conflicting negotiations between different conceptions of the general interest [Desrosières, 1993]. Moreover, the thesis of the importation from the private sector and the commodification of the State can lead to a reification of the notion of the private sector without distinguishing between firms by sector, by size and by ownership status. However, all of the management tools used in the private sector are not market-oriented. The private sector is certainly different from public services because of the existence of a profit. But the economics of conventions has underlined the great heterogeneity of economic models, i.e. the ways of generating profit [Coriat and Weinstein, 1995; Salais and Storper, 1993].” (p. 27)

Lien vers l’article/ Link to the article