Les familles logistiques résistent-elles à la crise ? : Une analyse des modalités de coordination des acteurs logistiques en période de crise fondée sur la théorie de conventions

Are logistics families crisis resistant? An analysis of the coordination modalities of logistics actors in times of crisis based on convention theory

Nicolas Jouve (2021)

Thèse de doctorat en sciences économiques, soutenue le 30 mars 2021 à l’Université Gustave-Eiffel
PhD thesis. Paris: Université Gustave-Eiffel. Open access.

Dirigée par Corinne BLANQUART, Directrice de recherche, Université Gustave Eiffel
Encadrée par : Ludovic VAILLANT, Chercheur, Cerema
Jury :
Sylvie BENOIT, Maître de conférences HDR, Université de Reims Champagne-Ardenne (Rapporteur)
Faridah DJELLAL, Professeure des universités HDR, Université de Lille (Rapporteur)
Michel SAVY, Professeur émérite HDR, Université Paris-Est (Examinateur)
Thomas ZEROUAL, Enseignant Chercheur HDR, ESCE (Examinateur)

Résumé. Le niveau de risque dans la supply chain ne cesse d’augmenter ces dernières décennies (Heckmann et al., 2014, page 1). Afin de mieux appréhender et traiter ces risques, dont l’impact est de plus en plus fort, les logisticiens peuvent recourir à une procédure d’optimisation de la gestion des risques de la supply chain proposée par les sciences de gestion: le Supply Chain Risk Management. Le SCRM consiste en un ensemble de méthodes et de procédures standardisées, généralement regroupées en quatre étapes (Hoffmann et al., 2013, page 199), qui visent à optimiser la gestion des risques.

Les 16 études de cas de la thèse réparaties entre les 4 Mondes de production (p. 109)

L’atteinte de cet objectif d’optimisation suppose que les acteurs qui recourent au SCRM évoluent dans un environnement d’accès à l’information parfait, afin de pouvoir valider les quatre étapes, et recherchent eux-mêmes à optimiser leur gestion des risques. Autrement dit, le SCRM ne peut fonctionner que dans un contexte de rationalité « substantielle » ou parfaite, dans lequel l’individu est omniscient et optimisateur (Isla, 2000, page 348). Or, ce paradigme de l’individu substantiellement rationnel a été décrié par de nombreux auteurs qui proposent une autre forme de rationalité, plus réaliste selon eux : la rationalité procédurale (Simon, 1976 in Revue PISTES, 1992). Pour ces auteurs, les acteurs économiques, d’une part, évoluent dans un contexte d’incertitude radicale. Ils n’ont pas accès à toutes les informations ou ne savent pas traiter toutes les informations dont ils disposent. D’autre part, ils ne cherchent pas forcément à optimiser leurs résultats, pouvant se contenter d’un résultat simplement satisfaisant (De Munck, 2016, page 228). Afin de prendre des décisions et de se coordonner avec les autres acteurs dans cet environnement informationnel imparfait, ils ont recours à des dispositifs tels que les conventions (Boyer in Eymard-Duvernay, 2006, pages 46 et 47). Ces conventions, références partagées qui permettent de se coordonner, sont le ciment de « mondes », de « cités » (Boltanski et Thévenot, 1991), de familles, dans lesquels s’inscrivent les acteurs économiques pour réaliser leurs objectifs. Dans le domaine de la production, Robert Salais et Michael Storper proposent quatre mondes (Salais et Storper, 1993), ensembles cohérents de valeurs au sein desquels les acteurs se coordonnent et produisent. Burmeister (2000b) applique cette approche par mondes de production au domaine de la logistique et fait ainsi émerger des « familles logistiques ». L’objet de notre recherche est de regarder si les familles logistiques mises en lumière par Burmeister « résistent à la crise » : dans un contexte d’incertitude maximale, comme cela est souvent le cas en période de crise, les acteurs logistiques agissent-ils dans les mêmes mondes et mobilisent-ils les mêmes outils de coordination qu’en période non perturbée ? Nous montrons que si les professionnels de la logistique adaptent leurs stratégies logistiques et de transport aux situations de crise, la relation entre un producteur et un client, pour un produit donné, s’inscrit dans le même monde qu’en période non perturbée et s’organise autour du même référentiel de comportement, de la même convention. Toutefois, la crise semble amener les acteurs à décider davantage ensemble, en prenant plus en compte les besoins et les contraintes de leurs partenaires, la convention de co-décision jouant alors un rôle clé dans la relation entre les acteurs.

Summary. The level of risk in the supply chain has been steadily increasing in recent decades” (Heckmann et al., 2014, page 1). In order to better understand and deal with these risks, whose impact is increasingly strong, logisticians can resort to a procedure for optimizing supply chain risk management proposed by management sciences: supply chain risk management. SCRM consists of a set of standardized methods and procedures, generally grouped into four steps (Hoffmann et al., 2013, page 199), which aim to optimize risk management.

Achieving this optimization goal assumes that the actors using SCRM operate in an environment of perfect information access, so that they can validate the four steps, and are themselves seeking to optimize their risk management. In other words, SCRM can only work in a context of “substantial” or perfect rationality, in which the individual is omniscient and optimizing (Isla, 2000, page 348). However, this paradigm of the substantially rational individual has been decried by many authors who propose another form of rationality, which they consider more realistic: procedural rationality (Simon, 1976 in Revue PISTES, 1992). For these authors, economic actors evolve in a context of radical uncertainty. They do not have access to all the information or do not know how to process all the information available to them. On the other hand, they do not necessarily seek to optimize their results, and may be satisfied with a merely satisfactory outcome (De Munck, 2016, page 228). In order to make decisions and coordinate with other actors in this imperfect informational environment, they use devices such as conventions (Boyer in Eymard-Duvernay, 2006, pages 46 and 47). These conventions, shared references that allow for coordination, are the cement of “worlds”, “cities” (Boltanski and Thévenot, 1991), and families, in which economic actors fit to achieve their objectives. In the field of production, Robert Salais and Michael Storper propose four worlds (Salais and Storper, 1993), coherent sets of values within which actors coordinate and produce. Burmeister (2000b) applies this approach by worlds of production to the field of logistics and thus brings out “logistics families”. The purpose of our research is to examine whether the logistics families highlighted by Burmeister are “crisis-resistant”: in a context of maximum uncertainty, as is often the case in times of crisis, do logistics actors act in the same worlds and mobilize the same coordination tools as in undisturbed times? We show that if logistics professionals adapt their logistics and transport strategies to crisis situations, the relationship between a producer and a customer, for a given product, is part of the same world as in a non-disrupted period and is organized around the same behavioral reference framework, the same convention. However, the crisis seems to lead actors to decide more together, taking more into account the needs and constraints of their partners, with the co-decision convention playing a key role in the relationship between actors.

Download link