L’entreprise est-elle toujours une catégorie pertinente de la sociologie ?

Is the firm still a relevant category in sociology?

Jean-Michel Saussois (2021)

Sociologies pratiques, 1 (Hors-série), pp. 63 -76.

Résumé. L’objet de l’article est de rendre compte de la façon dont les sociologues ont abordé hier et abordent aujourd’hui l’entreprise comme un objet de recherche Dans une première partie, deux programmes, que trente ans séparent et auxquels l’auteur a participé, seront examinés, puis, dans une deuxième partie, les résultats obtenus lors de ces deux programmes de recherche seront discutés. Dans une troisième partie, l’auteur plaide pour un retour à la description, démarche nécessaire pour aboutir à un travail d’abstraction. La conclusion débouche sur une question : quelles conditions requises pour construire une nouvelle sociologie de l’entreprise ?

Extrait: “L’entreprise existe certes pour les sociologues critiques non pas comme un corps qui aurait sa propre substance sociale mais comme un décor qui permet l’observation des rapports de force, des mutations technologiques, des nouvelles formes d’organisation du travail ou des stratégies syndicales ou patronales. Voilà donc brièvement esquissé ce premier temps de recherche. En 2009, ce n’est plus un sociologue mais un économiste, Olivier Favereau, qui m’invite à rejoindre un groupe dont l’objet de recherche porte également sur l’entreprise. Olivier Favereau n’appartient pas au mainstream, c’est un économiste qui ne pense pas non plus qu’il existerait une sorte de « division naturelle » du travail académique entre économiste et sociologue : ce qui relève de l’échange économique serait l’affaire de l’économiste et ce qui relève de l’échange social serait l’affaire du sociologue. Le fait que ce soit un économiste et non plus un sociologue qui en vienne à interroger la nature de l’entreprise et sa place dans la société me semble un point marquant. Pour les sociologues, l’heure est plutôt à la découverte de la gestion comme nouvelle discipline émergente et un numéro spécial de la Revue française de gestion sera d’ailleurs consacré à l’écho de la gestion 26. Le propos du numéro est de montrer que la gestion comme discipline ne serait pas postée au carrefour des sciences sociales mais rebondirait plutôt en écho sur les sciences sociales en revendiquant son autonomie. Pendant six ans, j’ai participé selon deux modalités d’intensité différente, 27 à un programme mené sous la conduite de Baudoin Roger et Olivier Favereau au Collège des Bernardins. Le maître mot du collège est alors celui d’ouverture. D’où l’idée de créer un pôle de recherche qui soit dès le départ pluri- disciplinaire et, à ce titre, la responsabilité de l’entreprise dans la société s’inscrit parfaitement dans l’agenda du département « économie, homme et société ». Le programme de travail retenu par l’appel d’offre visait à mettre en relation propriété de l’entreprise et responsabilités sociales de l’entreprise. […]  Un second programme (2012-2014), dit « Bernardins 2 », L’entreprise : propriété, création collective, monde commun, assure le passage d’une conjecture raisonnée à une thèse affirmée : l’avenir de l’entreprise au XXIe siècle passera par une transformation du lien politique : la nature politique de l’entreprise doit être reconnue, sachant que cette reconnaissance oblige à faire preuve d’imagination dans la mesure où nos manières de penser l’entreprise doivent être révisées, notamment notre façon de penser le rapport entre l’État et l’entreprise. Là encore, quatre groupes de travail ont été constitués : 1/ Penser le travail pour penser l’entreprise ; 2/ Penser une finance au service de l’entreprise ; 3/ Repenser la mission de l’entreprise et envisager une forme juridique comme la société à objet social étendu ; 4/ Relier la globalisation du système de pouvoir et la constitutionnalisation.” (pp. 67-68)

Abstract. The aim of the article is to present how French sociologists have worked out the firm as a research object. In the first part, two research programs in which the author was involved, will be analyzed. The second part will discuss the results coming out of these two programs. In the third part, the author pleads for a thick description the necessary way to make possible abstraction work. The conclusion raises the following issue: what are the conditions required to-day for building up a sociology of the firm?

Excerpt: “The enterprise certainly exists for the critical sociologists not as a body which would have its own social its own social substance, but as a setting that allows the observation of power relations, technological of power, technological mutations, new forms of work organization or union or employer or union or employer strategies. This is a brief outline of the first phase of our research. In 2009, it is no longer a sociologist but an economist, Olivier Favereau, who invited me to join a group whose research focus was also on the firm. Olivier Favereau does not belong to the mainstream, he is an economist who does not think that there is a kind of that there is a sort of “natural division” of academic work between economists and economist and sociologist: what concerns the economic exchange would be the economist’s business and what concerns the social exchange would be the business of the sociologist. The fact that it is an that it is an economist and not a sociologist who comes to question the nature of the enterprise and its place in and its place in society seems to me a striking point. For sociologists, the time has come to for sociologists to discover management as a new emerging discipline and a special issue of the a special issue of the Revue française de gestion will be devoted to the echo of management 26. The purpose of this issue is to show that management as a discipline is not would not be positioned at the crossroads of the social sciences, but rather would bounce back and forth on the social sciences by claiming its autonomy. For six years, I have participated in two modalities of different intensity, 27 in a program led by Baudelaire program led by Baudoin Roger and Olivier Favereau at the Collège des Bernardins. The key word at the college was openness. Hence the idea of to create a research center that would be multi-disciplinary from the outset and, as such, the responsibility of the company in society fits perfectly into the agenda of the “Economy, Man and Society” department. The work program selected by the call for tenders aimed to link corporate ownership and corporate social responsibilities. social responsibilities of the company. […]
A second program (2012-2014), known as “Bernardins 2″, L’entreprise : propriété, création collective creation, common world, ensures the passage from a reasoned conjecture to an thesis: the future of the enterprise in the 21st century will involve a transformation of the political bond the political nature of the enterprise must be recognized, knowing that this recognition that this recognition obliges us to be imaginative insofar as our ways of thinking about company must be revised, particularly our way of thinking about the relationship between the State and the company. Here again, four working groups have been set up: 1/ Thinking about work 2/ Rethinking finance in the service of the company; 3/ Rethinking the mission of the company 3/ Rethinking the mission of the company and considering a legal form such as the company with an extended corporate purpose 4/ Linking the globalization of the power system and constitutionalization.” (pp. 67-68)

Lien vers l’article / link to the article