Analyse d’ouvrage : Pascal Ughetto (2018). Les nouvelles sociologies du travail. Introduction à la sociologie de l’activité

Review of “Pascal Ughetto (2018), Les nouvelles sociologies du travail. Introduction à la sociologie de l’activité. Louvain-la-Neuve: De Boeck.”

Marie Ghis Malfilatre (2021)

Activités [En ligne], 18-1, Open Access

Extrait: “L’ouvrage de Pascal Ughetto a pour ambition de rendre compte des renouvellements introduits dans la sociologie du travail en France à partir des années 1990 par un large ensemble de recherches regroupées ici sous le label de « sociologie de l’activité ». Destiné à un public d’étudiants, de praticiens, mais aussi de sociologues intéressés par d’autres domaines, l’ouvrage entend mettre à disposition ces travaux et leurs méthodes pour « aider à s’emparer de cette ressource théorique qui vient s’ajouter aux possibilités diverses d’analyse sociologique du travail » (p. 15). Organisé en six chapitres, ce court ouvrage entend ainsi présenter de manière pédagogique un ensemble de recherches, en préciser les origines, mais aussi engager une discussion autour de leurs apports et de leurs limites.
L’introduction s’ouvre sur le contexte qui a vu émerger ces « nouvelles sociologies du travail » dans un moment de reconfiguration du paysage intellectuel français caractérisé à la fois par le recul du marxisme et un « tournant pragmatique » dans les sciences sociales à la fin des années 1980 (p. 12). Les problématiques classiques de la sociologie du travail, principalement centrées sur la figure de l’ouvrier et pensées à travers le prisme salarial, peuvent se répartir en quatre pôles principaux selon Pascal Ughetto. D’un côté se trouvent les travaux portant sur les enjeux liés à la division et à la rationalisation du travail ou sur les problématiques de qualifications et de métiers et, d’un autre côté, les recherches sur l’évolution des formes d’emploi ou sur les relations professionnelles (pp. 8‑12). Par contraste, les « nouvelles sociologies du travail », aussi plurielles soient-elles, partagent un intérêt commun pour l’analyse du « travail en train de se faire » ce qui, au plan international, relève d’un mouvement nommé le « practice turn » (p. 12). Ce mouvement rassemble en France des auteurs et propositions théoriques aussi diverses que l’économie des conventions de Laurent Thévenot et Luc Boltanski, la sociologie des sciences et des techniques telle que pratiquée par Michel Callon et Bruno Latour ou encore les travaux de Nicolas Dodier sur les relations que les opérateurs entretiennent avec les machines.”

Extract: “Pascal Ughetto’s book aims to give an account of the changes introduced into the sociology of work in France from the 1990s onwards by a large body of research grouped here under the label of “sociology of activity”. Intended for students, practitioners, but also sociologists interested in other fields, the book intends to make this work and its methods available in order to “help to take hold of this theoretical resource which has been added to the various possibilities of sociological analysis of work” (p. 15). Organized in six chapters, this short book intends to present in a pedagogical way a set of researches, to specify their origins, but also to initiate a discussion about their contributions and their limits.
The introduction opens with the context that saw the emergence of these “new sociologies of work” at a time of reconfiguration of the French intellectual landscape, characterized both by the retreat of Marxism and a “pragmatic turn” in the social sciences in the late 1980s (p. 12). The classical problems of the sociology of work, mainly centered on the figure of the worker and thought through the wage prism, can be divided into four main poles according to Pascal Ughetto. On the one hand, there is work on the issues related to the division and rationalization of work or on the problems of qualifications and professions, and on the other hand, research on the evolution of forms of employment or on industrial relations (pp. 8-12). In contrast, the “new sociologies of work”, however plural they may be, share a common interest in the analysis of “work in the making” which, at the international level, is part of a movement called the “practice turn” (p. 12). In France, this movement brings together authors and theoretical proposals as diverse as Laurent Thévenot and Luc Boltanski’s economics of convention, the sociology of science and technology as practiced by Michel Callon and Bruno Latour, and Nicolas Dodier’s work on the relationship between operators and machines.”

Link to the review