Réparer, recoudre, restaurer… Des collectivités locales en tâtonnement

Julie Gobert & José-Frédéric Deroubaix (2021)

Géocarrefour 95(1). Online

Résumé. Le renouvellement des modalités de gestion des déchets et plus largement des objets désappropriés ou en panne constitue un enjeu majeur des politiques environnementales, afin de limiter la consommation de matières et d’énergie et les impacts environnementaux. De plus en plus d’initiatives locales et de politiques publiques promeuvent la réparation et l’upcycling des objets. Mais cette volonté ne rencontre pas nécessairement le succès espéré. Au travers de deux études de cas, nous avons pu constater que la réparation/réutilisation ne se matérialise pas comme une problématique d’intervention publique au sein de laquelle les collectivités locales définissent clairement leur champ d’intervention. En l’associant avant tout à une pratique alternative de gestion des déchets, les collectivités locales laissent ses pratiques hors de leur espace d’action.

Extrait. “Le projet RECYLUSE (la recyclerie du futur : living labs de la réutilisation et de reconception) a permis de questionner et de décrypter l’action menée par les autorités publiques locales en matière de réparation/réutilisation et les interrelations qui peuvent se tisser ou non avec les acteurs de la réparation agissant dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Il s’agissait de comprendre les résistances qui peuvent voir le jour, les arrangements qui peuvent se nouer pour élaborer des stratégies visant à amplifier le réemploi des produits qui finissent un premier cycle d’usage et d’appropriation. La promotion de la réparation questionne à plusieurs titres les pratiques et conceptions des acteurs publics et privés. En premier lieu parce que la réparation est généralement envisagée sous le prisme de la politique des déchets. Or, elle vise par différentes trajectoires au contraire à éviter la mise au rebut. En second lieu, elle est à l’intersection de plusieurs visions du monde (Boltanski et Thévenot, 2008), qui se recoupent d’autant moins que tous les acteurs impliqués, et singulièrement les « ambassadeurs » associatifs, ne jouissent pas toujours d’une forte reconnaissance des pouvoirs publics. C’est pourquoi la mise en politique de la réparation pose la question des modalités de son inscription à l’agenda local et de son implémentation concrète au niveau des territoires (Barthe, 2006). […] Nous aurons également recours à la sociologie des régimes d’action et des épreuves initiée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), considérant que les acteurs publics et ceux de l’économie sociale et solidaire nourrissent des manières différentes de penser leur environnement et donc d’agir.”

Repair, sew up, restore… Local communities in the process of trial and error

Abstract. The renewal of waste management processes and, more broadly, the management of unsuitable or broken objects is a major challenge for future environmental policies, in order to limit the consumption of resources and energy and environmental impacts. More and more local initiatives and public policies promote the repair and upcycling of objects. However, this will does not necessarily meet with the expected success. Though a double case study, we noticed that Repair/reuse does is not considered as a public intervention issue in which local authorities clearly define their field of intervention. Because they associate repair with an alternative waste management practice, local authorities leave its practices outside their sphere of action.

Extract. “The RECYLUSE project (the recycling plant of the future: living labs for reuse and redesign) has made it possible to question and decipher the action taken by local public authorities in terms of repair/reuse and the interrelationships that may or may not be woven with the actors of repair acting in the field of the social and solidarity economy. The aim was to understand the resistances that may arise, the arrangements that may be made to develop strategies to amplify the reuse of products that complete an initial cycle of use and appropriation. The promotion of reparation questions in several ways the practices and conceptions of public and private actors. Firstly, because reparation is generally viewed through the prism of waste policy. However, it aims, through different trajectories, to avoid waste disposal. Secondly, it is at the crossroads of several world visions (Boltanski and Thévenot, 2008), which overlap all the more since all the actors involved, and particularly the associative « ambassadors », do not always enjoy strong recognition from the public authorities. This is why the politics of reparation raises the question of how it should be included on the local agenda and how it should be concretely implemented at the territorial level (Barthe, 2006). […] We will also have recourse to the sociology of regimes of action and trials initiated by Luc Boltanski and Laurent Thévenot (1991), considering that public actors and those of the social and solidarity economy nourish different ways of thinking about their environment and therefore of acting.”

Link to the article